La presse revendique son rôle de censeur

Depuis des mois est annon­cée la Convention de la Droite qui s’est tenue ce same­di 28 sep­tembre 2019 à Paris.

Cette mani­fes­ta­tion publique a réuni un énorme public, comme on pou­vait s’y attendre. Et elle a — en paral­lèle, et comme on pou­vait s’y attendre éga­le­ment — sus­ci­té les lita­nies rituelles d’in­di­gna­tion de la part de la Bien Pensance : du pre­mier ministre, Édouard Philippe, qui condamne « les dis­cours nau­séa­bonds » à Bernard-Henry Lévy, qui est par­fai­te­ment dans son rôle lors­qu’il écrit :

Jusque là, rien de bien nou­veau. Ceux qui tiennent le manche tapent sur tout ce qui dépasse afin de se main­te­nir en place. D’un côté les Gentils (pro­gres­sistes, pro-euro­péens, ouverts aux autres et anti-racistes, etc., qui ont le droit de par­ler), et de l’autre les Méchants (rin­gards natio­na­listes, nos­tal­giques du nazisme, repliés sur eux-mêmes, bien enten­du racistes et homo­phobes, etc., qu’il faut faire taire).Marteau -Enclume

Chacun est dans son rôle

Tout cela est vieux comme le monde. Ce qui est révé­la­teur de notre drôle d’é­poque, c’est le rôle que s’oc­troie la presse. La presse conve­nue s’in­digne à l’u­nis­son que la chaîne LCI ait trans­mis l’in­ter­ven­tion d’Éric Zemmour lors d’une réunion publique qui réunis­sait plu­sieurs mil­liers de per­sonnes.

La SDJ (Sociétés des Journalistes) demande des expli­ca­tions à la direc­tion de LCI. La socié­té des jour­na­listes annonce qu’elle a pré­vu de ren­con­trer la direc­tion, dès mar­di 1er octobre au matin, afin d”« obte­nir de plus amples expli­ca­tions sur ce choix édi­to­rial ». Alors qu’il ne s’a­git nul­le­ment d’un choix édi­to­rial mais d’une retrans­mis­sion en direct.
Le CSA est sai­si par SOS Racisme et plu­sieurs autres asso­cia­tions mili­tantes, pro­ba­ble­ment dans la mou­vance de l’Open Society de George Soros. Nul doute que le CSA condam­ne­ra LCI. Dans notre article du 21 août 2019 inti­tu­lé La télé­vi­sion pre­mier média de pro­pa­gande, nous dénon­cions le fait que ce ser­vice public s’est octroyé le rôle de « pres­crip­teur de ten­dances ». Pour le CSA, la ten­dance n’est certes pas en faveur de cette Convention de la Droite.

Face à ce déluge vin­di­ca­tif, la direc­tion de LCI (filiale de TF1, grande rivale de BFM, il faut le savoir), doit faire amende hono­rable et concède : « A pos­te­rio­ri, le dis­cours sans contra­dic­tion ne s’inscrit pas dans les for­mats de LCI. Le for­mat de LCI, c’est le débat, dans des for­mats longs, avec des points de vue oppo­sés et contra­dic­toires. Hier, il y a bien eu contra­dic­tion et décons­truc­tion des pro­pos d’Eric Zemmour, mais c’était après-coup. La dif­fu­sion du dis­cours dans l’état n’était pas le for­mat appro­prié pour notre chaîne. »

Les jour­na­listes reven­diquent haut et fort ce que les Français ont le droit de connaître ou pas. Ils reven­diquent sans ver­gogne le droit de fil­trer l’in­for­ma­tion. C’est cela qui pose pro­blème. Il pleut mais cela n’est pas conforme à la ligne édi­to­riale qui annonce un temps enso­leillé, alors il ne faut pas le dire. Il pleut mais il ne faut pas le dire ! On dit même qu’il fait beau puisque c’est ce qui est pré­vu. Les jour­na­listes s’in­ter­rogent ensuite pour­quoi ils sont conspués lors des mani­fes­ta­tions de Gilets Jaunes. Mais c’est parce-que ce ne sont plus des jour­na­listes !
Gilets Jaunes arrête prendre pour cons Champs Élysées

Grâce au tra­vail ingrat de la presse dis­si­dente, dite de réin­for­ma­tion, dans laquelle s’ins­crit Nice Provence Info, grâce aux réseaux sociaux, grâce au cou­rage de citoyens de plus en plus nom­breux qui bravent la police poli­tique dans la rue et la Police de la Pensée dans leur tête, le peuple de France s’é­veille. Espérons qu’il n’est déjà pas trop tard.

Georges Gourdin

Nous rap­pe­lons ici que Nice Provence Info ne sur­vit que grâce aux dons de cer­tains de ses lec­teurs les plus atten­tion­nés, ce qui lui per­met d’a­voir cette liber­té de ton que vous appré­ciez.
Il est facile d’en faire par­tie et de par­ti­ci­per à la résis­tance en fai­sant vous aus­si un don (ci-contre colonne de droite).
Nous vous en remer­cions.