Ma bonne semaine de mauvaise foi (6 octobre 2019)

Dimanche 29 septembre 2019

Chirac est mort. Les Français, dans un son­dage réa­li­sé le jour même de son tré­pas, le plé­bis­citent comme meilleur pré­sident de la Ve République, mais juste après de Gaulle, faut quand même pas abu­ser.
C’est vrai que Chirac, c’é­tait le pote de tout le monde. Il buvait sa Corona en cro­quant une pomme. Il cares­sait le cul des vaches (com­ment ça, pas que des vaches ?), il goû­tait aux fro­mages, aux sau­cis­sons, aux jam­bons de nos ter­roirs. Il tutoyait faci­le­ment, avait quelques bons mots, regret­tant le manque de don­neurs pour les greffes de couilles, le bruit et l’o­deur des familles qu’il avait contri­bué à rame­ner en France avec le regrou­pe­ment fami­lial. Il a même créé à Paris un musée pour y mettre sa tête…
Comme le rap­pelle Michel Lebon citant son suc­ces­seur actuel, il refu­sait la haine. C’est cer­tai­ne­ment pour cela que la famille Chirac, a refu­sé sans haine aucune la pré­sence de Mme Le Pen aux obsèques du chef de famille.
Mais au fait, il n’a pas été Président de la République ? Et là, on le plé­bis­cite pour quelle action ? Ah oui, le refus de la guerre en Irak. En 12 ans, vous recon­nai­trez que ça ne fait quand même pas beau­coup.
Chirac - concours agricole - vache

Lundi 30 septembre 2019

Gigantesque incen­die dans une usine chi­mique clas­sée Seveso à Rouen. La mort de Chirac inter­ve­nue le même jour, a com­plè­te­ment occul­té le drame. Au point que Yannick Jadot (ci-des­sous), chef de file des « Verts », anéan­ti par la dis­pa­ri­tion du chef de l’État, a déci­dé d’un mois de deuil natio­nal. C’est au mois de novembre qu’il se déci­de­ra, avec son par­ti, à réagir à la catas­trophe éco­lo­gique nor­mande.
Yannick Jadot - EELV - Verts

Mardi 1er octobre 2019

Mondiaux d’ath­lé­tisme à Doha, une absur­di­té sans nom !
Cela avait com­men­cé avec la construc­tion du stade ou des mil­liers d’es­claves avaient été requis, un nombre impor­tant y lais­sant la vie, sans tirer une larme à M. Thuram.
Absence de spec­ta­teurs, les tri­bunes étaient vides pour la finale du 100m hommes, qui est pour­tant l’é­preuve star des cham­pion­nats.
Chaleur suf­fo­cante, mal­gré la cli­ma­ti­sa­tion ubuesque du Khalifa Stadium. Des cen­taines de buses (3 000 !) tout autour de l’an­neau de course pour « rafraî­chir » les ath­lètes car la tem­pé­ra­ture nor­male dépasse allè­gre­ment les 40°. Et on nous montre du doigt parce que notre voi­ture die­sel réchauffe l’at­mo­sphère !
Organisation défaillante et scènes hal­lu­ci­nantes, les trans­ports qui ne fonc­tionnent pas, les bus n’ar­ri­vant pas à des­ti­na­tion à la bonne heure, ou étant car­ré­ment absents pour le retour. Des toi­lettes pour dames ins­tal­lées à la hâte : on n’en avait pas pré­vu dans le stade, dans ce pays où la femme a un sta­tut à faire réagir toutes les Schiappa du monde (mais qui ne réagissent pas…)
Des ath­lètes épui­sés par les efforts (la course fémi­nine du 50 km marche a été un vrai cal­vaire, 7 concur­rentes sur 24 ont aban­don­né). Chez les hommes, l’Ukrainien Maryan Zakalnytskyy, qui a ter­mi­né à la 9e place, a dû être pris en charge par les secours à l’arrivée (illus­tra­tion ci-des­sous).
Le Qatar après la pro­chaine coupe du monde de foot (ou un mou­ve­ment réclame déjà aux « bleus » de ne pas par­ti­ci­per), est can­di­dat pour orga­ni­ser des Jeux Olympiques. Nul doute qu’a­vec l’argent que cette petite dic­ta­ture injecte dans les pays euro­péens, les ins­tances « neutres et indé­pen­dantes » leur accor­de­ront faci­le­ment cet hon­neur.
Mondiaux athlétisme - Doha

Mercredi 2 octobre 2019

Sa proche voi­sine, l’Arabie Saoudite, à qui le monde entier fait des sala­ma­lecs (kisé­ka­le­pé­trol ?), n’est pas en reste. Pas d’or­ga­ni­sa­tion de ren­contres spor­tives là-bas, les courses de dro­ma­daires suf­fisent lar­ge­ment. Mais pour ce qui est de l’ordre et de la jus­tice, c’est autre chose.
L’Arabie est accu­sée de mas­sa­crer la popu­la­tion du Yemen, soit, mais « c’est la guerre » nous répètent Macron et Le Drian, mais jamais au grand jamais, l’Arabie n’utiliserait contre des civils les armes que la France lui a ven­dues ! Qu’on se le dise. On peut donc gar­der notre fier­té d’a­voir un si bel allié.
Soit ! Mais on apprend par ailleurs que les exé­cu­tions capi­tales sont en pleine aug­men­ta­tion en 2019 : 134 per­sonnes ont été cru­ci­fiées et déca­pi­tées, dont six enfants au moment de leur arres­ta­tion.
Dans un rap­port pré­sen­té au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève, le pro­jet sur la peine de mort a révé­lé que 24 autres per­sonnes sont « sur le point d’être exé­cu­tées » : trois enfants, d’éminents oppo­sants poli­tiques du prince héri­tier, des reli­gieux et des mili­tants des… Droits de l’Homme.
Selon le rap­port, au moins six ado­les­cents ont été exé­cu­tés cette année après avoir été arrê­tés pour de sup­po­sés crimes alors qu’ils étaient enfants.
Le 22 avril, le régime saou­dien bar­bare a pro­cé­dé en public à une hor­rible exé­cu­tion de masse, fai­sant 37 morts.
Quand on pense aux mani­fes­ta­tions engen­drées par la peine de mort par simple injec­tion contre un cri­mi­nel aux USA, et au silence qui accom­pagne ces cou­tumes d’un autre temps dans les monar­chies pétro­lières, on com­prend l’o­rien­ta­tion que les médias veulent don­ner par leur infor­ma­tion.
Décapitation - Arabie saoudite

Jeudi 3 octobre 2019

Meurtre à la pré­fec­ture de Paris. Un poli­cier d’o­ri­gine mar­ti­ni­quaise, récem­ment conver­ti à l’Islam, tue au cou­teau sa supé­rieure hié­rar­chique qui lui repro­chait de ne plus saluer ses col­lègues femmes. Dans sa furie, il assas­sine trois autres poli­ciers.
Le poli­cier recon­nu comme sourd, aurait parait-il quand même enten­du des « voix ». A t‑il crié le tris­te­ment célèbre « Allaou akh­bar » en lan­gage des signes ? L’enquête le dira cer­tai­ne­ment.
Omar Sy, per­son­na­li­té pré­fé­rée des Français (mais si…) déclare le même jour qu’il faut inter­dire Zemmour parce que c’est un assas­sin. Rien de moins…
Zemmour, c’est lui qui a dit que les pro­blèmes appor­tés par l’im­mi­gra­tion étaient aggra­vés par l’Islam ? On devrait l’embaucher à la pré­fec­ture…
Devenez policier - racisme pro-noir

Vendredi 4 octobre 2019

C’est bizarre comme l’ac­tua­li­té tourne un peu tou­jours autour du même pôle. En lisant le jour­nal « Maghreb on line », on apprend avec conster­na­tion que le roi du Maroc Mohammed VI a offert une vil­la à Nicolas Sarkozy. La vil­la de l’ex-couple pré­si­den­tiel fran­çais se trouve dans le com­plexe luxueux Amelkis Resorts, à Marrakech (détails ici).
Les Français sont en droit de se deman­der ce qui jus­ti­fie un tel cadeau.
Villa Marrakech - Sarkozy

Samedi 5 octobre 2019

Retour à la case Seveso. Saviez-vous qu’il existe dans notre dépar­te­ment, pas moins de 11 sites clas­sés Seveso, dont deux sites affichent un « seuil haut » : Primagaz, à Carros et la socié­té Mane et fils à La Sarrée, au Bar-sur-Loup (illus­tra­tion ci-des­sous).
Neuf ont un « seuil bas » : Brenntag, à Contes ; La Mesta, à Gilette ; Centipharm, Charabot, Kerry fla­vours, Robertet (2) à Grasse ; Mane et fils (Notre-Dame) au Bar-sur-Loup ; et Argeville, à Mougins.
Dormez tran­quille, même en cas d’in­cen­die, rien ne sera grave !
Villa Marrakech - Sarkozy

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE