La république des phobiques

Considérons d’un côté qu’il y ait envi­ron 10% des habi­tants de la France (pas des Français, c’est très dif­fé­rent) qui se reven­diquent de l’is­lam et de l’autre 10% (ce qui est une esti­ma­tion très haute) qui affiche une sym­pa­thie plus ou moins osten­sible avec la com­mu­nau­té LGBT+. Ce ne sont pas les mêmes, vous avez com­pris. Il reste donc 80% de gens qui n’ap­par­tiennent ni à l’une, ni à l’autre de ces com­mu­nau­tés. Par consé­quent il y a huit per­sonnes sur dix en France qui ne sont ni musul­manes ni LGBT+.

Pourtant, ces huit per­sonnes sur dix en France, cette majo­ri­té, sont quo­tien­ne­ment har­ce­lées pour com­battre ces deux grandes causes natio­nales des « Valeurs-de-la-République » que sont l’is­la­mo­pho­bie et l’ho­mo­pho­bie.

Impossible d’é­chap­per à ces ces pho­bies, sans arrêt ali­men­tées par les évé­ne­ments qui se suc­cèdent, par les fic­tions, les publi­ci­tés, les com­men­taires. Dans tous les médias, on ne parle plus que de ça ! Jusqu’à la nau­sée. Et comme cela ne suf­fit pas encore, la Justice s’en mêle en répri­mant sévè­re­ment ces deux fléaux contraires à toute notre gran­deur.

L’actualité passe ardem­ment d’une pho­bie à l’autre au gré d’une actua­li­té sys­té­ma­ti­que­ment orien­tée vers ces grands enjeux de civi­li­sa­tion. Au pas­sage, on sau­poudre tout cela de cli­ma­to-scep­ti­cisme, his­toire de main­te­nir les masses dans l’an­goisse de la dis­pa­ri­tion de l’hu­ma­ni­té, rien de moins. Phobie admi­nis­tra­tive, arach­no­pho­bie, ago­ra­pho­bie, choi­sis ta pho­bie cama­rade, mais sur­tout ne sois ni isla­mo­phobe ni homo­phobe, c’est I‑N-T-E-R-D-I‑T !

Il faut, pour ces 80% de Français, « anor­ma­le­ment nor­maux » :
• Accepter de se faire tru­ci­der par les musul­mans au risque sinon d’être taxé d’is­la­mo­phobes, donc de racisme (parce-que la cri­tique d’une reli­gion est deve­nue une affaire de racisme, comme si les musul­mans appar­te­naient à une race), donc d’an­ti­sé­mi­tisme, donc de natio­na­lisme, donc de fas­cisme, donc d’es­cla­va­gisme.
• Accepter les PACS, GPA, PMA, théo­ries du genre et autres bizar­re­ries sexuelles sinon ris­quer d’être taxé d’ho­mo­phobes, donc d’in­to­lé­rance, d’an­ti­fé­mi­nisme, de machisme, de réac­tion­naire, de catho-inté­griste.

Ces 80% de Français, récem­ment sor­tis dans la France péri­phé­rique le 17 novembre 2018 avec un gilet jaune, abs­ten­tion­nistes parce que dégoû­tés de la chose poli­tique, qui bossent la clope au bec au volant de leur camion­nette die­sel, se sui­cident dans leur ferme, les beaufs, mon­sieur Bidochon, bref tous ces gens qui ne comptent pour rien : ils doivent dis­pa­raître dans la pou­belle de l’Histoire, pris en sand­wich kebab entre :
1) D’un côté, les élites poli­tiques et média­tiques (ce sont les mêmes) lar­ge­ment infil­trées de LGBT com­pa­tibles (Macron en tête, Dupont-Aignan, Marine Le Pen, Asselineau,… tous, en fait). Plus ou moins gan­gré­nés par la pédo­phi­lie des grandes élites mon­dia­listes. Tous ces hédo­nistes sans espoirs de trans­mis­sion filiale, voient dans l’is­lam la force qui fini­ra d’a­néan­tir cette France tra­di­tion­nelle qu’ils n’aiment pas.
2) De l’autre, les musul­mans et tous les déshé­ri­tés assi­mi­lés des pays d’Afrique et du Moyen-Orient pro­fitent de cette aubaine pour enva­hir l’es­pace qui leur est offert sur un pla­teau. Ils rem­placent en nombre les Français de souche avec l’ar­ro­gance de l’in­trus frus­tré.

Pour l’ins­tant, ces 80% de la France dite rance, servent encore de tam­pon amor­tis­seur. Ils prennent les coups, ils encaissent, ils dis­pa­raissent petit à petit, de plus en plus mas­si­ve­ment.

Mais ils bossent et c’est eux qui payent encore pour faire venir ceux qui veulent leur mort

Un jour vien­dra quand ces 80% auront ache­vé d’être rem­pla­cés et fini­ront par deve­nir une mino­ri­té. Alors ces 10% des élites LGBT, PMAtisées, GPAtisées se retrou­ve­ront face à la cha­ria, dans une France deve­nue démo­cra­ti­que­ment majo­ri­tai­re­ment musul­mane.

Je doute que ces deux France qui s’ef­forcent d’im­po­ser — à l’u­nis­son pour le moment — leur para­digme à une France abru­tie par les médias, conti­nuent long­temps leur par­cours com­mun.Mode islam - LGBT

Bon cou­rage, les Attali, Ruquier, BHL, Macron, Hanouna, Ferrari… dans cette France que vous aurez tant appe­lée de vos vœux.

Assis sur leur banc, baguette sous la bras et béret sur la tête, les rares Français qui res­te­ront se feront un plai­sir de comp­ter les points.

Michel Lebon