Ma bonne semaine de mauvaise foi (8 décembre 2019)

Dimanche 1er décembre 2019

S’il reste des sec­teurs de la socié­té fran­çaise où le pré­sident a encore des sou­tiens, qu’on me les cite, je serai ravi d’é­crire un petit article sur ces orphe­lins de la République.
Même dans l’au­dio­vi­suel public, pour­tant bien lécheur de babouches, Macron ne fait pas l’u­na­ni­mi­té, loin de là. À voir toutes les grèves qui émaillent les pro­grammes radio et TV ces der­niers jours.
C’est donc la réforme pré­vue qui ne passe pas. Nous revien­drons pro­ba­ble­ment sur les chan­ge­ments qui vont s’o­pé­rer sur la plus grande entre­prise fran­çaise de lavage de cer­veau, mais je veux d’ores et déjà poin­ter du doigt une petite note de la patronne Delphine Ernotte à ce sujet :

Il faut donc reflé­ter la « diver­si­té » de la socié­té fran­çaise. En bon fran­çais, cela veut dire que l’on doit tenir compte de la pro­por­tion repré­sen­tant chaque type d’in­di­vi­du, non ?
Donc si je com­prends bien, et si on veut réel­le­ment tenir compte de cette diver­si­té, on va avoir Zemmour ou Charlotte d’Ornellas au jour­nal de 20h ?
Ou alors, cela signi­fie t‑il que l’on va choi­sir dans les séries des acteurs de cou­leur, spé­cia­le­ment et sim­ple­ment parce qu’ils sont de cou­leur, aux dépens de toute qua­li­té ? Et qu’à la place de leur don­ner les rôles de flics, on va leur don­ner les rôles de délin­quants ? Que l’on va voir beau­coup moins de couples mixtes dans les publi­ci­tés, puis­qu’ils sont quand même bien moins nom­breux dans la réa­li­té ? Que le lob­by LGBTetc (Ruquier, Fogiel…) ne tien­dra plus la tête des émis­sions de varié­tés ou de soi-disant « culture » ?
Je dis chiche ! Enfin un vrai chan­ge­ment pour la TV, qu’en­fin elle ne soit plus une fille publique…

Lundi 2 décembre 2019

Du jamais vu : ce jour, au can­ton­ne­ment de Pondorly près de Rungis (Val-de-Marne), une cen­taine de poli­ciers des Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS) ont sym­bo­li­que­ment dépo­sé casques et matraques, devant la caserne de Chevilly-Larue, pour deman­der le main­tien du régime spé­ci­fique des poli­ciers dans le cadre de la future réforme des retraites, à l’ap­pel des syn­di­cats Unsa-Police et Alliance.
Aux alen­tours de 11h, une cen­taine de CRS sont sor­tis en tenue du vaste can­ton­ne­ment de Pondorly, en ban­lieue pari­sienne, avant de dépo­ser à leurs pieds casques et matraques. Ils ont ensuite res­pec­té une minute de silence dédiée aux fonc­tion­naires de police qui se sont sui­ci­dés depuis le début de l’an­née, mais aus­si en hom­mage aux 13 mili­taires morts en opé­ra­tion au Mali et aux trois membres de la Sécurité civile décé­dés dans l’ac­ci­dent de leur héli­co­ptère, dans les Bouches-du-Rhône ce wee­kend.
Le secré­taire géné­ral du syn­di­cat Alliance, Fabien Vanhemelryck, a cepen­dant pré­ci­sé : « Nous sommes des gens res­pon­sables. Le main­tien de l’ordre sera fait par nos col­lègues le 5 décembre pro­chain, mais après peut-être ne répon­dront-ils pas de la même façon. Le gou­ver­ne­ment doit nous écou­ter et répondre aux reven­di­ca­tions expri­mées par près de 27 000 poli­ciers le 2 octobre, en par­ti­cu­lier sur la ques­tion des retraites et du main­tien du régime spé­ci­fique. »
CRS en grève - 2 décemlbre 2019

Mardi 3 décembre 2019

Dans la série : « On brade le patri­moine », voi­ci un autre fleu­ron de notre éco­no­mie qui dis­pa­raît.
Latécoère, l’é­qui­pe­men­tier aéro­nau­tique tou­lou­sain est désor­mais une entre­prise à capi­taux amé­ri­cains. L’autorité des mar­chés finan­ciers (AMF) vient de confir­mer le suc­cès de l’offre publique d’a­chat (OPA) lan­cée par le fonds d’in­ves­tis­se­ment Searchlight Capital.
C’est une page d’his­toire qui se tourne, voire un livre qui se referme dans l’his­toire de Latécoère. Les racines de l’en­tre­prise sont en effet nées à Bagnère de Bigorre avant une ins­tal­la­tion à Toulouse en 1917. Spécialisée dans les aéro­struc­tures (tron­çons de fuse­lage, portes) et les sys­tèmes d’in­ter­con­nexion (câblages, meubles avio­niques et équi­pe­ments embar­qués), l’en­tre­prise emploie aujourd’­hui 5000 sala­riés dans treize pays du monde dont 1500 en Occitanie (Toulouse, Labège, Gimont, Montpellier).
Fin novembre, 17 dépu­tés membres de la com­mis­sion de la Défense natio­nale avaient écrit au Premier ministre sur le risque de voir par­tir à l’é­tran­ger la tech­no­lo­gie Lifi (inter­net par la lumière) qui devrait rem­pla­cer la wifi. La LiFi (Light Fidelity) emploie en effet des savoirs pho­to­niques pour aug­men­ter par 160 la rapi­di­té de la WiFi, réduire les ondes et rendre la bande pas­sante gra­tuite et plus sécu­ri­sée.
Comment pen­ser que la France puisse main­te­nir une auto­no­mie stra­té­gique inter­na­tio­nale si elle aban­donne une firme qui tra­vaille notam­ment au sys­tème d’inter-connexion de ses satel­lites, à la sécu­ri­té des réseaux d’Airbus, au Rafale ou à l’avion de trans­port de troupes mili­taires Airbus A400 M ?
En auto­ri­sant cette OPA dans le cadre de la pro­cé­dure contrôle des inves­tis­se­ments étran­gers en France (IEF), notre gou­ver­ne­ment ne fait-il pas un acte de tra­hi­son ?

Latécoère

Le vol vers Barcelone du 25 décembre 1918 a ouvert la voie à bien d’autres décol­lages sur la piste de Montaudran à Toulouse. Ici, le décol­lage d’un Latécoère 28 sur la piste de Montaudran dans les années 30 (©Fondation Latécoère)

Mercredi 4 décembre 2019

Demain jour de grève mas­sive. Le géné­ral Martinez a réqui­si­tion­né ses troupes depuis plus de deux mois et la fête est prête à être consom­mée. Le lea­der de la CGT a en effet le bon rôle. Il s’est octroyé le titre de patron des gré­vistes, qu’ils soient ou non affi­liés à son syn­di­cat. Il s’é­rige ain­si en « lea­der maxi­mo » auprès de tous ceux qui ont quelque chose à reven­di­quer demain, et ils sont nom­breux, je ne ren­tre­rai pas dans les détails. Il ne tolère pas que les Gilets jaunes aient pu avoir le mono­pole de la contes­ta­tion sociale depuis une année. Aussi pour cette grève de demain, espère t‑il récu­pé­rer par l’ac­tion contre la réforme des retraites, toutes les autres reven­di­ca­tions, sociales ou pas, des Français. Il a du retard à com­bler sur sa rivale CFDT, plus calme et réflé­chie. Il veut donc faire croire qu’il est le seul véri­table oppo­sant à Macron en essayant de cha­peau­ter l’en­semble des mani­fes­tants, les ins­cri­vant de fait sous sa ban­nière rouge. Il oublie cepen­dant une chose : lui et son syn­di­cat sont quand même en par­tie res­pon­sables de l’é­lec­tion de Macron. On ne résout pas un pro­blème avec ceux qui l’ont créé !

CGT - Vote Macron 2017

L’Humanité, le mer­cre­di 3 mai 2017

Jeudi 5 décembre 2019

Le 8 octobre 2016 à Viry-Châtillon, deux poli­ciers avaient été gra­ve­ment brû­lés par l’at­taque de leur véhi­cule à un car­re­four avec des cock­tails Molotov. Les mains et le visage de ces poli­ciers avaient été par­ti­cu­liè­re­ment tou­chés car « au moment où les pro­jec­tiles et cock­tails Molotov ont per­cu­té leur véhi­cule, les poli­ciers ont eu le réflexe de se pro­té­ger le visage avec leurs mains. Malheureusement, ce réflexe appe­lé « syn­drome face-mains » ne per­met pas de pro­té­ger le visage ni les faces dor­sales des mains dont la peau est très fine donc très vul­né­rable. C’est pour­quoi, ils ont été griè­ve­ment brû­lés ». L’affaire avait fait grand bruit à l’é­poque, et comme à chaque fois, on avait pro­mis des sanc­tions exem­plaires… qui n’ont pas sui­vi !
Le pro­cès vient de se dérou­ler et le ver­dict est tom­bé dans la nuit. Alors que le par­quet avait deman­dé des peines de 20 à 30 ans de réclu­sion cri­mi­nelle contre les treize accu­sés, seuls huit ont été condam­nés à des peines de 10 à 20 ans de réclu­sion, recon­nus cou­pables de ten­ta­tive de meurtre sur per­sonne dépo­si­taire de l’autorité publique. Les cinq autres pré­ve­nus ont été acquit­tés, don­nant ain­si un nou­veau signe de fai­blesse de notre Justice à l’é­gard d’une caté­go­rie de délin­quants.Viry-Châtillon - 8 octobre 2016 - véhicules police incendiés

Vendredi 6 décembre 2019

Ce jeu­di 5 décembre, l’as­so­cia­tion MySophiaAntipolis, dont nous avons sou­vent par­lé , a dépo­sé, aux côtés d’autres asso­cia­tions, un recours gra­cieux pour récla­mer le retrait du per­mis de construire du pro­jet Open Sky à Sophia Antipolis. Elle lutte depuis plus de 3 ans contre ce pro­jet de centre com­mer­cial gigan­tesque de 15 hec­tares, pour 100.000 tonnes de béton, à l’entrée de la tech­no­pole et en bor­dure de forêt.
La bataille juri­dique est une nou­velle étape impor­tante dans une mobi­li­sa­tion mas­sive de longue haleine : une péti­tion regrou­pant 20.000 signa­taires, un réfé­ren­dum citoyen affi­chant 96% d’opposition, plu­sieurs mani­fes­ta­tions regrou­pant des cen­taines de rive­rains et plus récem­ment, une lettre ouverte à l’État, cosi­gnée par 22 asso­cia­tions.
La mobi­li­sa­tion contre ce pro­jet est emblé­ma­tique des enjeux actuels, tant elle cris­tal­lise des oppo­si­tions variées dans une conver­gence des luttes : défense des petits com­mer­çants, mobi­li­té (dou­ble­ment du tra­fic) et pol­lu­tion, risques d’inondations (pro­jet dans le bas­sin ver­sant de la Brague ayant tué 4 per­sonnes en 2015), réchauf­fe­ment cli­ma­tique, défi­cit démo­cra­tique d’un pro­jet impo­sé aux rive­rains sans concer­ta­tion préa­lable.
En rejoi­gnant la cam­pagne SuperLocal, qui car­to­gra­phie et met en réseau les col­lec­tifs lut­tant contre plus de 200 pro­jets pol­luants ou injustes en France, l’as­so­cia­tion béné­fi­cie désor­mais de l’expertise juri­dique des béné­voles de Notre Affaire à Tous : pro­fi­tant d’un affi­chage tar­dif du per­mis de construire sur chan­tier, ouvrant une fenêtre de tir juri­dique, elle tra­vaille depuis plu­sieurs semaines sur les élé­ments du per­mis de construire, avec leur aide pré­cieuse.
Liste des signa­taires du recours :
MySophiaAntipolis
Notre Affaire à Tous
Alternatiba 06
Collectif Citoyen 06
France Nature Environnement
Greenpeace – Antenne Locale Nice Open sky Non manifestation 6 juin 2019

Samedi 7 décembre 2019

Jack Lang - Institut Monde ArabeAvec l’argent du contri­buable, l’Institut du Monde Arabe dif­fuse une cam­pagne de pro­pa­gande à l’occasion de la Fête de la langue arabe. Il faut dire que c’est l’UNESCO qui a com­men­cé en décré­tant une jour­née inter­na­tio­nale de la langue arabe en 2012. L’inénarrable patron de l’IMA, Jack Lang (ci-contre) , qui a quelques sou­cis avec son four­nis­seur de cos­tume en ce moment, a sau­té sur l’oc­ca­sion (non, je ne parle pas de Boubakeur), réa­li­sant ce que même Najat Belkacem n’a­vait pas osé entre­prendre.
Donc si les 13, 14 et 15 décembre, vous ne savez pas quoi faire, ate­liers, cours, ren­contres, spec­tacles… l’IMA vous invite à décou­vrir une nou­velle langue de France ! C’est mar­qué sur l’af­fiche, ça doit être vrai.Fête langue arabe

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE