Ma bonne semaine de mauvaise foi (22 décembre 2019)

Dimanche 15 décembre 2019

Vos médias vous ont tous dit au sujet du Brexit (presque sans aucune excep­tion) :
• Que les Anglais, dans leur grande majo­ri­té, regret­taient leur vote.
• Que la démo­cra­tie impo­sait que l’on refasse un réfé­ren­dum, pour annu­ler le « No » sacri­lège, vain­queur du 1er réfé­ren­dum.
• Que des cen­taines de mil­liers de chô­meurs sup­plé­men­taires allaient payer cette folie démo­cra­tique : le « No » des Britanniques à l’Europe qui impli­quait leur sor­tie de l’Union Européenne.
• Que le Parlement bri­tan­nique essayait de rat­tra­per cette immense erreur his­to­rique, en empê­chant, depuis deux ans, les conser­va­teurs, favo­rables à la sor­tie (Brexit) de mener à bien cette déci­sion vou­lue par une légère majo­ri­té du peuple anglais, etc.
Vous vous atten­diez donc logi­que­ment à une déroute élec­to­rale du pre­mier ministre Boris Johnson aux élec­tions légis­la­tives de la semaine der­nière. Et bien non, ce fut au contraire un score his­to­rique pour lui et son par­ti conser­va­teur, par­ti­sans du Brexit, un score jamais atteint depuis… Margaret Thatcher !
Ce qui montre bien que cette Europe qui nous dirige, cette Europe de la finance et des tech­no­crates asser­vis a de moins en moins la cote auprès des peuples. Mais cela, aucun média ne vous le dira.Boris Johnson

Lundi 16 décembre 2019

Cela fait 10 jours que le mou­ve­ment social contre le régime des retraites a débu­té, et on parle tous les jours de ces mani­fes­tants de la CGT, CFDT ou autres, des ensei­gnants, du per­son­nel médi­cal qui sont dans la rue afin de crier leur refus de cette réforme. Par contre, aucun média ne parle de ceux qui sont « pour » cette réforme. Et ils existent…
Ainsi, si 54% des Français se disaient la semaine der­nière favo­rables aux grèves et aux mou­ve­ments sociaux, sur le conte­nu même de la réforme, un son­dé sur deux se disait favo­rable au pro­jet (37% « plu­tôt favo­rables » et 13% « très favo­rables »), tan­dis que 49% s’y disaient oppo­sés (31% « plu­tôt oppo­sés » et 18% « très oppo­sés »).
Ce qu’ap­pré­cient avant tout les Français, c’est de pou­voir par­tir deux ans plus tôt si l’on exerce un métier pénible, et cela peut se com­prendre aisé­ment (91%). Ensuite, une pen­sion mini­male à 1000€ pour une vie au SMIC (81%), et le petit coup de pouce pour les pro­fes­sions agri­coles… Appréciée aus­si la majo­ra­tion de 5% accor­dée à l’un des parents dès le pre­mier enfant (79%). À noter que la sup­pres­sion des « régimes spé­ciaux », res­pon­sables de tous les blo­cages occa­sion­nés par la CGT, est récla­mée par 70% de nos conci­toyens.
Par contre le sys­tème « par points » et l’âge pivot à 64 ans sont les deux mesures les plus reje­tées.
Sur l’en­semble de la réforme 56% des Français consi­dèrent que le nou­veau sys­tème de retraite ne per­met­tra pas de béné­fi­cier d’un niveau de pen­sion de retraite équi­valent au sys­tème actuel, alors que chez les 65 ans et plus, on pense mas­si­ve­ment que cela ne sera pas pire.Retraite - Immigration

Mardi 17 décembre 2019

« 90% des faits divers ont à leur ori­gine soit un immi­gré soit une per­sonne d’o­ri­gine immi­grée ». Cette petite phrase, qui ne sur­prend pas grand monde tel­le­ment elle paraît évi­dente si on ana­lyse les faits divers, avait valu un pro­cès à Jean-Marie Le Pen qui l’a­vait pro­non­cée en 2009. Il aura fal­lu plus de dix ans et une levée de son indem­ni­té par­le­men­taire euro­péenne, pour que la jus­tice le relaxe, jugeant que « l’in­frac­tion n’é­tait pas consti­tuée », contrai­re­ment aux allé­ga­tions de l’as­so­cia­tion SOS Racisme, à l’o­ri­gine de la plainte, et débou­tée dans cette affaire.

service information renseignement analyse stratégiques criminalité organisée

Cliquer sur l’i­mage pour l’a­gran­dir

Mercredi 18 décembre 2019

Panique à la Compagnie de Phalsbourg pro­mo­trice de la ver­rue Open Sky.
Le pro­mo­teur a en effet embau­ché une agence de com­mu­ni­ca­tion de crise pour faire de la pro­pa­gande au cœur même du vil­lage de Valbonne.
Ils tentent en ce moment de faire pas­ser 100.000 tonnes de béton pour un pro­jet éco­lo de trans­for­ma­tion des friches, ce que l’on nomme aujourd’­hui dans la nov­langue : du « green­wa­shing », ou en fran­çais « com­ment faire croire que l’on fait de l’é­co­lo­gie alors que l’on est une entre­prise pol­luante ». Dit encore d’une autre façon : « com­ment faire prendre des ves­sies pour des lan­ternes. »

Compagnie Phalsbourg - Valbonne - Greenwashing

Cliquer sur l’i­mage pour l’a­gran­dir

Quelques ques­tions se posent cepen­dant : par exemple, où sont allées les 1000 tonnes d’a­miante que la com­pa­gnie de Phalsbourg pré­tend avoir déga­gées ? Où a été éva­cuée cette amiante ?
Selon la régle­men­ta­tion, de tels déchets doivent être vitri­fiés à la torche à plas­ma. Qu’en est-il ?
Pour suivre le dos­sier.
Pour mon­trer votre oppo­si­tion.

Jeudi 19 décembre 2019

Jean-Luc Delevoye a fini par démis­sion­ner, avant que l’on ne puisse plus comp­ter ses innom­brables niches et retraites que la vic­time du syn­drome d’Alzheimer avait oublié de décla­rer. Mais ne dou­tons pas un ins­tant que cet état de fait soit per­son­nel. Il est en effet un révé­la­teur magni­fique du pour­ris­se­ment com­plet du Système comme l’é­cri­vait Massimo Luce dans nos colonnes dimanche der­nier.
S’il en fal­lait une nou­velle preuve, qui montre bien que ces gens n’ont aucune pudeur, aucune ver­gogne, on apprend que le nou­veau haut-com­mis­saire aux retraites Laurent Pietraszewski, a décla­ré avoir occu­pé le poste de res­pon­sable dépar­te­men­tal des res­sources humaines au sein de l’en­tre­prise Auchan France pen­dant près de deux mois : une mis­sion pour laquelle il a tou­ché plus de 71 000 euros, alors qu’il était dépu­té.
Il existe en France une Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique. Une ques­tion me vient quand même à l’es­prit. Si des jour­na­listes sont capables de trou­ver ces infor­ma­tions cachées par les élus de tous poils… à quoi sert cette Haute Autorité ?
À quand un grand coup de balai ?Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique

Vendredi 19 décembre 2019

Le fameux sketch de l’ar­ro­seur arro­sé, bien qu’é­cu­lé… peut tou­jours ser­vir. Et cette fois, ce sont les jour­na­listes suven­tion­nés par l’argent public du « Monde » qui en sont pour leurs frais.
Vous savez que le quo­ti­dien dit « du soir » s’est mis en devoir de dénon­cer tous les écrits et les écri­vains qui osent sor­tir du Politiquement Correct édic­té par les maitres de la finance qui sont ses pro­prié­taires. Ce méca­nisme de kom­man­dan­tur s’ap­pelle « les déco­deurs » et a été créé en mars 2014. Si vous vou­lez savoir ce que « Le Monde » pense de tel ou tel ouvrage, jour­nal, média, allez voir le site. Si vous ne cor­res­pon­dez pas à la pen­sée conve­nue, vous serez tout de suite cata­lo­gués en rouge avec une men­tion du genre « dif­fuse de fausses infos », ou autres gen­tillesses, jamais prou­vées, sans fon­de­ment et sans qu’au­cun exemple ne soit cité. Le comble c’est que per­sonne ne s’en offusque vrai­ment. Pire, on accepte cette déla­tion avec lâche­té, en se disant que la pro­chaine fois il fau­dra faire atten­tion… etc. C’est de cette manière que l’on assas­sine la liber­té de pen­sée et de s’ex­pri­mer.

Le Monde - Louis Dreyfys - Adrien Sénécat

Louis Dreyfys et Adrien Sénécat, cen­seurs au Monde

Encore une fois, ce sont les membres de cette Stasi média­tique qui se sont fait épin­gler.
Comme il est indi­qué sur la publi­ca­tion de juge­ment, nos deux inqui­si­teurs de la pen­sée ont été condam­nés pour dif­fa­ma­tion publique envers Olivier Berruyer, un blo­gueur qui traite d’é­co­no­mie et de géo­po­li­tique. Les petits ges­ta­pistes l’a­vaient qua­li­fié de « conspi­ra­tion­niste » et de « faus­saire », l’ac­cu­sant de cacher des infor­ma­tions sur son blog. Mais le bougre ne s’est pas lais­sé faire… preuve que l’on peut résis­ter et gagner, à condi­tion de le vou­loir vrai­ment.Condamnation Le MondePan sur le bec aurait dit le Canard. Ne déco­dons plus disons-nous à Nice Provence Info.

Samedi 20 décembre 2019

L’élection de Miss France est loin d’être notre pré­oc­cu­pa­tion prin­ci­pale à Nice Provence Info. Mais nous sommes à l’af­fût des petits détails de l’in­fo qui sont pour­tant révé­la­trices de notre socié­té actuelle.
Le blog de Jean-Marc Morandini nous inter­pelle sur le dérou­le­ment de cette élec­tion qui s’est dérou­lée il y a quelques jours.
C’est Clémence Botino, Miss Guadeloupe, qui fut sacrée Miss France 2020. Seulement, la jeune femme qui n’é­tait pas du tout la favo­rite du jury de l’é­lec­tion fut tou­te­fois élue, comme le révèlent les résul­tats des votes publiés par l’huis­sier de jus­tice en charge de la céré­mo­nie et publiés sur le blog.
Le jury qui était com­po­sé de la foot­bal­leuse Amandine Henry, des chan­teurs Vitaa et Slimane, de l’ac­trice Laëtitia Milot, de Miss France 1999 Mareva Galanter, de l’a­ni­ma­teur Denis Brogniart et du pâtis­sier Christophe Michalak, avait clas­sé Miss Guadeloupe à la … 8e place du clas­se­ment sur les 15 der­nières can­di­dates encore en lice ! Mais mal­gré cette place bien loin du haut du podium, Clémence Botino a accé­dé à la plus haute marche.
Morandini s’in­ter­roge donc : pour­quoi Miss Guadeloupe a t‑elle été élue Miss France 2020 alors qu’elle n’é­tait qu’à la 8e place du clas­se­ment éta­bli par le jury, qui avait pla­cé en pre­mière place Miss Provence ? Nous sommes com­plè­te­ment indif­fé­rents au résul­tat de cette com­pé­ti­tion un peu rin­garde, mais on ne peut pas ne pas faire le rap­pro­che­ment avec les consignes de Delphine Ernotte dont je par­lais déjà la semaine der­nière… jus­qu’à preuve du contraire !

Bon sol­stice à tous ! Et à dimanche pro­chain !
Patrice LEMAÎTRE