Les chaussures sont devenues des pompes à fric

Maintenant on ne dit plus « chaus­sures de sport » comme au temps de grand-papa, ni même « bas­kets » comme au temps de papa, on dit « snea­kers ». Prononcez : sni­què­rese. Et soyez bien aver­tis car il s’a­git d’un nou­vel objet de luxe.
Ici, deux modèles : l’un à 7 euros chez Wish (site de vente en ligne), l’autre à 995 euros chez Louboutin, le luxueux chaus­seur à semelles rouges.

Purs pro­duits de la mon­dia­li­sa­tion, fabri­quées par les mêmes petites mains en Asie, dif­fi­cile de faire la dif­fé­rence entre ces deux paires. On ne sait pas laquelle per­met­tra de cou­rir plus vite. De toutes façons, il y a bien long­temps que ce type de pompes à fric ne sert plus à ça. Par contre, ces vul­gaires tatanes « écrase-merde » sont deve­nues un objet de spé­cu­la­tion pour le snea­kers addict(1).

Sneakers-Nike

La paire de snea­kers la plus chère du monde : 400 000 dol­lars

Vendredi 20 décembre, black-out sur Nice pour cause d’ou­ra­gans annon­cés. Les écoles et les lycées sont fer­més. Tous aux abris ! Tous ? Non. En plein épi­sode médi­ter­ra­néen qui a blo­qué tout le dépar­te­ment, les félés de la semelle n’ont pas hési­té à bra­ver le déluge et faire un camp out(2). Une tren­taine de snea­ker­sheads(3) bat­tait le pavé devant la bou­tique Foot Locker de l’avenue Jean-Médecin. L’enjeu : le nou­vel Iphone ? la nou­velle Playstation ? Non, les « Adidas Yeezy 350 v2 Yecheil » à 220 euros !Adidas Yeezy Boost 350 V2 Yecheil

Il faut dire que le pla­ce­ment se révèle juteux. Ipso fac­to, on retrouve l’ob­jet du culte, le last pick up(4), sur Le Bon Coin à 400 euros.

« Exit » le phi­la­té­liste rin­gard, deve­nez cal­céo­lo­giste, ou comme on dit à pré­sent : snea­ke­rhead(3). Il y a tout un nou­veau lan­gage ver­na­cu­laire qu’il vous fau­dra acqué­rir si vous vou­lez faire for­tune.

Chaussures tennis - vintage

Chers lec­teurs, lais­sez tom­ber vos bijoux de famille que vous pen­siez léguer à vos enfants ! Gardez leur plu­tôt vos vieilles bas­kets trouées, ils vous en seront recon­nais­sants. Un tré­sor dort dans votre pla­card.

Mais aupa­ra­vant appre­nez le lan­gage des nou­veaux col­lec­tion­neurs :

(1) snea­ker addict : col­lec­tion­neur obses­sion­nel.
(2) camp out : acte consis­tant à faire la queue de longues heures devant une bou­tique avant une mise en vente.
(3) snea­ke­rhead : col­lec­tion­neur. Les snea­ke­rheads ont un site dédié : www.sneakerhead.com.
(4) last pick up ou #LPU : votre der­nière acqui­si­tion.
Mais encore :
dead­stock : votre col­lec­tion de chaus­sures neuves.
near dead­stock : des modèles déjà por­tés, mais en très bon état.
gene­ral release : les paires de snea­kers des­ti­nées à la vente dans toutes les bou­tiques.
spe­cial make up : snea­kers créées pour un évé­ne­ment ou un maga­sin en par­ti­cu­lier.
hook up : consiste à payer quel­qu’un pour qu’il fasse un camp out à votre place (pour les plus malins).
Enfin, vous serez gra­ti­fiés d’un :
good cop, syno­nyme de bon achat.

Michel Lebon