Ma bonne semaine de mauvaise foi (29 décembre 2019)

Dimanche 22 décembre 2019

Tout va pour le mieux dans le monde du film « Les Misérables » qui émeut tant Macron. Une vidéo a été dif­fu­sée « en masse » sur les réseaux sociaux ven­dre­di soir. On y voit deux gar­çons âgés de 16 ans, vio­ler une ado­les­cente (mineure éga­le­ment) faci­le­ment recon­nais­sable, dans une cage d’es­ca­lier à Morsang-sur-Orge. Cela ne dure qu’une minute et les images sont dif­fi­ci­le­ment sou­te­nables.
La jeune vic­time, ter­ri­fiée, est copieu­se­ment insul­tée et mena­cée. On y entend un de ses agres­seurs dire : « Le Coran de la Mecque, si tu cries… le revers que je vais te mettre. Y’a une équipe qui arrive là. Nous, on est les plus gen­tils. Tu vas caner (sic). »

Résultat, dès ven­dre­di soir, un des deux mineurs s’est ren­du lui-même au com­mis­sa­riat de Juvisy et a recon­nu les faits. Dans la nuit de ven­dre­di à same­di, son com­plice a été inter­pel­lé et éga­le­ment pla­cé en garde à vue.
Je n’ai pas vu le film « Les Misérables » et je n’i­rai pas le voir… de telles his­toires y sont-elles seule­ment abor­dées ?

Lundi 23 décembre 2019

Le sapin de Noël comme sym­bole mâle, c’est-à-dire macho, phal­lique, patriar­cal, bref, sexiste et facho… il fal­lait y pen­ser. Heureusement nos Chiennes de Garde veillent, nos « artistes » aus­si. Ainsi au banal sapin, ver­ti­cal comme l’y oblige sa nature, une « artiste » contem­po­raine Carole Bîmes a su dénon­cer ce sym­bo­lisme mâle éri­gé par­tout dans le monde à l’oc­ca­sion des fêtes de la nati­vi­té, et pro­po­ser à sa place un sapin « fémi­nin » (ose­ra t‑on dire « sapine » ?). Plat, sym­bo­li­sant le sexe fémi­nin, celui-ci devrait natu­rel­le­ment ravir les exci­tées de tous poils ravies d’é­mas­cu­ler tout ce qui reste de viril dans ce bas monde (et il en reste de moins en moins). Espérons qu’elles n’au­ront pas le mau­vais goût de le gar­nir de boules !
« L’œuvre » est une pro­duc­tion de l’OARA (Office Artistique de la Région), la FRAC (Fonds régio­nal d’Art Contemporain) et l’ALCA (Agence Livre, Cinéma et Audiovisuel), toutes trois héber­gées par le centre qui repose sur les dota­tions de la Région Aquitaine.Sapin Noël féministe
Aquitains, vous savez où passe une par­tie de vos impôts.

Mardi 24 décembre 2019

Ce qui se passe dans les ban­lieues pari­siennes, les quar­tiers « sen­sibles », « défa­vo­ri­sés »… déborde aujourd’­hui lar­ge­ment dans les pro­vinces, et en par­ti­cu­lier dans notre dépar­te­ment, deux faits divers sont venus lun­di soir en témoi­gner amè­re­ment.
Tout d’a­bord à Grasse où – dans le quar­tier bien connu et répu­té de la Blaquière, que l’on a pudi­que­ment rebap­ti­sé « Les Fleurs de Grasse » – de graves affron­te­ment ont eu lieu entre les forces de l’ordre et une cin­quan­taine d’in­di­vi­dus. Ceux-ci avaient com­men­cé par s’en prendre aux camé­ras de vidéo-sur­veillance du quar­tier, qu’ils ont sciées à l’aide de dis­queuses. La situa­tion a vite dégé­né­ré ensuite : poli­ciers de la BAC, ren­forts dépar­te­men­taux de la Police Nationale ont dû inter­ve­nir en urgence. Ils ont rapi­de­ment essuyé des jets de pro­jec­tiles, des tirs de pétards et de mor­tiers d’ar­ti­fice, comme en témoignent ces images publiées par nos confrères de FR3 :

Le même soir, un camion de pom­piers, répon­dait à une alerte déclen­chée pour un feu de détri­tus à L’Ariane, autre quar­tier « défa­vo­ri­sé ». C’est en tra­ver­sant ce quar­tier que le véhi­cule a essuyé des jets de pro­jec­tiles, appa­rem­ment des fumi­gènes. Aucun sapeur-pom­pier n’a été bles­sé et le four­gon a pu conti­nuer sa route.
Là comme à Grasse, aucune inter­pel­la­tion, mais tou­jours le même constat d’im­puis­sance ou de sou­mis­sion face aux bandes qui tiennent en coupe ser­rée ces quar­tiers. Si seule­ment on met­tait autant de poli­ciers dans ces rues qu’on sait en mettre pen­dant les manifs de Gilets Jaunes.

Mercredi 25 décembre 2019

Puisque notre Président de la République finan­cière est le seul chef d’État euro­péen qui n’a pas dai­gné le faire à ses com­pa­triotes, per­met­tez-moi de vous sou­hai­ter bien modes­te­ment un Joyeux Noël.Père Noël cheminée

Jeudi 26 décembre 2019

L’internet russe est sur les rails. Moscou, qui compte bien ne plus dépendre des ser­veurs basés aux États-Unis et en Europe sous contrôle amé­ri­cain, a annon­cé mar­di avoir pas­sé plu­sieurs tests cou­ron­nés de suc­cès pour son « inter­net sou­ve­rain ». Les essais avaient débu­té en début de semaine, et pour le vice-ministre des Communications Alexeï Sokolov :
« Les résul­tats des exer­cices ont mon­tré que, glo­ba­le­ment, les auto­ri­tés et les opé­ra­teurs de télé­com­mu­ni­ca­tions sont prêts à répondre effi­ca­ce­ment aux risques et menaces éven­tuelles ». Ces essais ont sui­vi dif­fé­rents scé­na­rios, allant de la décon­nexion totale des ser­veurs basés en Europe et aux États-Unis, jusqu’aux cybe­rat­taques étran­gères et à la cap­ta­tion de don­nées de citoyens russes.
À l’op­po­si­tion qui s’in­quiète et craint une main mise sur l’in­ter­net à la manière de la Chine, le Premier ministre Dmitri Medvedev, a décla­ré que « aucune tech­nique, comme celle des pare-feux uti­li­sée en Chine, n’empêcherait les inter­nautes russes de consul­ter des sites étran­gers ».
« Internet libre et inter­net sou­ve­rain, ces deux notions ne se contre­disent pas », a décla­ré le pré­sident russe Vladimir Poutine.
La France, là aus­si, a bien besoin de prendre des leçons pour se débar­ras­ser de la tutelle tech­no­lo­gique amé­ri­caine qui mai­trise et ver­rouille la toile depuis sa genèse, obli­geant les inter­nautes à être tra­cés, pro­fi­lés jusque dans les moindres détails par les GAFA et les ser­vices de ren­sei­gne­ments amé­ri­cains.Profilage GAFA

Vendredi 27 décembre 2019

Racisme anti-blancs : ima­gi­nez un gou­ver­ne­ment fran­çais qui se van­te­rait d’a­voir créé un comi­té ou un orga­nisme com­po­sé exclu­si­ve­ment, volon­tai­re­ment et uni­que­ment de « fran­çais de souche blancs ». Même dans les rêves les plus fous l’hy­po­thèse n’est pas cré­dible, puis­qu’on vous le répète, les races n’existent pas !
Mais à l’in­verse, si !
Macron s’est van­té d’a­voir créé un Conseil pré­si­den­tiel com­po­sé exclu­si­ve­ment, volon­tai­re­ment et uni­que­ment d’Africains de toutes sortes. Là on se rap­pelle que les races existent.

Samedi 28 décembre 2019

Et pour finir cette semaine de Noël, un petit jeu de devi­nettes trou­vé sous le sapin :
Lequel est une femme ? Laquelle est un homme ? Sont-ils sœurs ? Sont-elles frères ?
À ma gauche Cécilia Bartoli, la grande can­ta­trice, sur la pochette de son der­nier disque où elle rend hom­mage au cas­trat Farinelli, à ma droite le cas­tré Conchita Wurtz qui rem­por­ta le concours de l’Eurovision en 2014. La chan­son euro­péenne se porte bien.
Nous sommes ici en plein dans le délire obses­sion­nel de ceux et celles qui veulent abso­lu­ment nier le genre. Un pas de plus vers le Kali-Yuga !Conchita Wurtz

Bonne semaine à tous, et… à l’an­née pro­chaine !
Patrice LEMAÎTRE