Se convertir à l’islam implique-t-il d’être un déséquilibré mental ?

Il existe toute une panoplie de registres de langages

Du lan­gage châ­tié d’Auteuil-Neuilly-Passy au char­re­tier Gilet Jaune qui roule en die­sel la clope au bec, en pas­sant par le lan­gage télé­gra­phique deve­nu lan­gage SMS émo­ti­co­né 🤔. Ou encore le ver­lan, la langue de pute péri­pa­té­ti­cienne, la langue de bois, la langue char­gée pour les alcoo­liques. Toutes les langues com­mu­nau­taires et bien sûr la Novlangue(1), celle des pou­voirs poli­tiques et média­tiques bien ins­tal­lés : celle de la pro­pa­gande et mani­pu­la­tion des masses.

La Novlangue est cet art du détour­ne­ment d’at­ten­tion cher aux illu­sion­nistes. Pour faire dis­pa­raître un pro­blème il suf­fit de le renom­mer par un mot plus lisse ou une péri­phrase adou­cis­sante. L’islam (tra­duc­tion : sou­mis­sion à Dieu) ne doit en aucun cas être un pro­blème, le ter­ro­risme c’est la solu­tion.

Tout ce qui a été dit dans les médias sur l’af­faire de Villejuif est l’oc­ca­sion de se livrer à un petit exer­cice de tra­duc­tion de cette Novlangue en Français nor­mal, « blanc » comme le disait Coluche. Comme à chaque fois, les médias se sont livrés à un exer­cice lin­guis­tique de haute vol­tige pour ne pas heur­ter la com­mu­nau­té poli­ti­co-reli­gieuse qui fait la loi aujourd’hui en Frankistan : l’is­lam.

Ici, quelques extraits média­tiques rayés et réécrits en bleu, en tra­duc­tion simul­ta­née.

L’auteur de l’attaque au cou­teau Le ter­ro­riste isla­mique qui a fait un mort et deux bles­sés ce ven­dre­di 3 jan­vier à Villejuif souf­frait de « troubles psy­cho­lo­giques » était musul­man et n’était pas connu pour radi­ca­li­sa­tion avait été déjà arrê­té et connu pour des faits de droit com­mun vols ou tra­fic de drogue, bref, la rou­tine à racaille ; mais des élé­ments liés à la reli­gion un Coran et des docu­ments sala­fistes ont été retrou­vés dans ses effets sa djel­la­ba.

On remar­que­ra que ce Nathan C. Nathan Chiasson au pré­nom d’é­di­teur fran­çais et qui par­le­rait l’a­rabe, récem­ment conver­ti à la reli­gion d’a­mour et de paix de conquête et de sou­mis­sion n’a­vait pas encore eu le temps de finir de se lais­ser pous­ser la barbe isla­mique. Il n’a pas été pos­sible de qua­li­fier son assas­si­nat en crime de hasard. En effet, Nathan Chiasson a épar­gné un qui­dam arabe qui, inter­ro­gé par le tueur des Lilas com­bat­tant d’Allah Akbar, a su lui réci­ter une prière du Coran(2). Tiens donc, ce Nathan com­pren­drait l’a­rabe ?

Ce sont donc bien les kouffars(3) qui ont été ciblés et massacrés par le djihadiste

Avec tous ces indices, la pro­cu­reure a rapi­de­ment rete­nu la piste du déran­gé de la tête. Comme sys­té­ma­ti­que­ment pour tous ces actes de fana­tisme reli­gieux. Selon elle et toute la Pensée domi­nante, la conver­sion à l’is­lam impli­que­rait des troubles psy­chiques. La Bien Pensance veut-elle nous faire accroire que les mos­quées seraient des asiles fré­quen­tés par des alié­nés ?

Le mot de la fin sera pour un laco­nique Tweet du grand prêtre répu­bli­cain, déran­gé pen­dant ses vacances : ça suf­fi­ra bien, Emmanuel Macron ne va pas encore se taper une céré­mo­nie aux Invalides pour si peu.

Comprenez : « L’année s’ouvre endeuillée par le drame de Villejuif. C’est repar­ti mon kiki pour une année de ter­reur, meilleurs vœux. J’adresse mon sou­tien aux vic­times de l’attaque, à leurs familles ain­si qu’aux forces de l’ordre. Nous pour­sui­vons avec déter­mi­na­tion On s’en fout la lutte contre pour la vio­lence aveugle par­fai­te­ment iden­ti­fiée et notre com­bat pour la sécu­ri­té le mas­sacre orches­tré de tous les Français. »

Michel Lebon

(1) La nov­langue, ins­tru­ment de des­truc­tion intel­lec­tuelle
(2) Apprenez une phrase en arabe, ça peut vous sau­ver la vie en cas d’at­taque de racaille.
(3) les kouf­fars = les incroyants

Notre illus­tra­tion à la une : cari­ca­ture de Tcho [source]

Dernière minute

Nous avions à peine mis cet article sous presse qu’un autre atten­tat était per­pé­tré à Metz par un dés­équi­li­bré en djel­la­ba qui mena­çait les pas­sants avec un cou­teau de cui­sine aux cris de « Allah Akbar ».

Pour France Bleu Lorraine : « Cet homme est sor­ti d’une épi­ce­rie en djel­la­ba bou­le­vard de Guyenne, armé d’un cou­teau de cui­sine. Âgé de 30 ans il était très connu dans le quar­tier, des rive­rains le décrivent comme “déran­gé psy­cho­lo­gi­que­ment” ce que confirme le par­quet de Metz.»

Pour Orange Actualités : « Né en 1989, l’homme est “connu pour sa radi­ca­li­sa­tion et ses troubles de la per­son­na­li­té”, a crié “Allah Akbar” et “a été pla­cé en milieu hos­pi­ta­lier” a indi­qué le pro­cu­reur de la République de Metz Christian Mercuri.»