Ma bonne semaine de mauvaise foi (12 janvier 2020)

Dimanche 5 janvier 2020

Chronique du Kali Yuga : la Suède a fait face ces der­nières années à une aug­men­ta­tion régu­lière du nombre des enfants trans­genres qui sou­haitent chan­ger de sexe. Certains méde­cins y voient là un signe d’une « plus grande ouver­ture » de la socié­té sué­doise. En 2018, 197 enfants et jeunes gens ont sou­hai­té se faire ana­ly­ser pour déter­mi­ner leur genre, puis chan­ger de sexe, selon Louise Frisen, pédo­psy­chiatre à l’hô­pi­tal pour enfant Astrid Lindgren de Stockholm. Selon elle, « les chiffres sont en aug­men­ta­tion de 100% chaque année » et « il y a de plus en plus de jeunes gens et d’en­fants qui viennent, à un très jeune âge ». Le pays pos­sède d’ailleurs six cli­niques pour les per­sonnes qui ques­tionnent leur genre. Le pro­blème semble être l’ur­gence de la trans­for­ma­tion, car « attendre aggrave l’é­tat men­tal des trans­genres », mais elle assène que l’aug­men­ta­tion du nombre de per­sonnes qui déclarent être nées dans le mau­vais corps, est une bonne chose pour le pays qui montre ain­si son « ouver­ture ».Poupées transgenres

Lundi 6 janvier 2020

Carmila est la socié­té dédiée à la moder­ni­sa­tion des centres com­mer­ciaux atte­nants aux hyper­mar­chés de l’en­seigne Carrefour. Ce n’est pas moins que la troi­sième socié­té fon­cière de centres com­mer­ciaux en Europe occi­den­tale, déte­nant le fon­cier d’au moins 215 centres en France, en Espagne et en Italie. Constatant le dés­in­té­rêt crois­sant de la popu­la­tion pour ces temples de la consom­ma­tion que sont deve­nus les « hyper », l’en­jeu actuel est de trans­for­mer ces centres com­mer­ciaux en nou­veaux lieux de vie, plus accueillants, béné­fi­ciant d’une offre com­mer­ciale élar­gie et de nou­veaux ser­vices. C’est ce que l’on vit dans notre dépar­te­ment avec Cap 3000, Polygone ou bien­tôt Open Sky.
La pro­chaine cible devrait être l’hy­per­mar­ché Carrefour d’Antibes, situé près de l’au­to­route A8. Ce centre com­mer­cial est le plus per­for­mant de l’en­seigne en matière de chiffre d’af­faires, et le cin­quième de France der­rière quatre Auchan. Fort de cette posi­tion, la socié­té Carmila envi­sage donc de créer un « hub de vie » — c’est plus chic en jar­gon fran­glais — connec­té aux bus à haut niveau de ser­vice de l’ag­glo­mé­ra­tion avec une forte mixi­té d’u­sages. Sont pré­vus, en plus du ren­for­ce­ment de l’offre com­mer­ciale : espace de co-wor­king — tou­jours en jar­gon glo­bish — , salle de sport — oh, par­don ! de fit­ness — , serre urbaine, crèche et pôle médi­cal…
Un pro­jet qui devrait por­ter à l’ho­ri­zon 2023 la grande sur­face d’Antibes (7,4 mil­lions de visi­teurs par an) à 42 000 m² hors hyper­mar­ché avec 130 bou­tiques, près de 2 000 places de par­king et des accès repen­sés.
Ici comme par­tout ailleurs, plus on parle d’é­co­lo­gie, et plus on bétonneCarrefour Antibes

Mardi 7 janvier 2020

Ces affiches, vous Parisiens, vous auriez pu les voir. Oui mais, c’é­tait comp­ter sans la vigi­lance d’Anne Hidalgo qui a déci­dé de les cen­su­rer, leur don­nant ain­si une invo­lon­taire noto­rié­té accrue. C’est ce qu’en com­mu­ni­ca­tion, on appelle l”« effet Streisand » : lors­qu’on décide d’empêcher la divul­ga­tion d’in­for­ma­tions, on obtient sou­vent l’ef­fet inverse. La presse s’est donc empa­rée de l’af­faire et lan­cé la polé­mique… Merci donc à la maire de Paris d’a­voir per­mis aux Français de s’in­ter­ro­ger grâce à ces affiches — du coup gra­tuites — sur le vrai pro­grès socié­tal.Société progressera

Mercredi 8 janvier 2020

En marge du pro­cès d’Harwey Weinstein (cer­tains médias zélés tentent de nous faire pro­non­cer « Weinstine » comme « Epstine »), une décla­ra­tion fra­cas­sante mérite d’être rele­vée car elle émane d’une per­son­na­li­té connue du show biz :

« Nous vivons à une époque où il y a tou­jours quelqu’un res­pon­sable de vos échecs, et je n’aime pas ça. »
« Je veux que les gens prennent leurs res­pon­sa­bi­li­tés et ne pointent pas du doigt quelqu’un d’autre en per­ma­nence, en disant : “Vous avez rui­né ma vie”. »
« #MeToo est une chasse aux sor­cières. Bien que ce mou­ve­ment ait peut-être attra­pé des gens comme Harvey Weinstein, il s’est rapi­de­ment trans­for­mé en un mou­ve­ment de griefs qui a per­mis aux femmes de détruire la répu­ta­tion des hommes au cours de com­bats achar­nés et fac­tices. Il y a de nom­breuses vic­times dans la vie de Weinstein et je res­sens de la sym­pa­thie pour elles, mais Hollywood regorge de per­sonnes très ambi­tieuses qui sont des adultes et qui font des choix. Nous fai­sons tous des choix et je pour­rais vous dire qui a fait le choix et qui ne l’a pas fait. »

Qui donc ose s’ex­pri­mer d’une manière si tran­chée et tran­chante face la doxa anti-mâle actuelle ? Qui ose bri­ser le consen­sus autour de l’as­sas­si­nat de la viri­li­té ?
Cet ico­no­claste n’est autre que Terry Gilliam, ex-membre des Monty Pythons, et génial créa­teur du film vision­naire Brazil.Brazil - film - Terry Gilliam
Et comme si ce n’é­tait pas suf­fi­sant, il appuie là où ça fait mal :

« Je suis un homme accu­sé de tout les mal­heurs du monde uni­que­ment parce que j’ai la peau blanche. Je ferais donc mieux de ne pas être un homme, de deve­nir une les­bienne noire en tran­si­tion. »

Et de conclure :

« J’en ai marre, en tant qu’homme blanc, d’être tenu pour res­pon­sable de tout ce qui ne va pas dans le monde. Je suis inno­cent !»

Quand pensent les hommes blancs qui nous lisent ? Monty Pythons

Jeudi 9 janvier 2020

Je vous par­lais il y a deux jours du béton de Carrefour Antibes, aujourd’­hui c’est un retour sur OpenSky, via un com­mu­ni­qué que nous repro­dui­sons ci-des­sous :

Le 8 jan­vier 2020

Les asso­cia­tions My Sophia Antipolis et Sauvons la Forêt Valbonnaise s’é­tonnent des pro­pos de M. Daunis sur OpenSky tenus dans Nice-Matin (28 décembre 2019).
Devant les actions et les recours enga­gés par les asso­cia­tions sur le pro­jet OpenSky, Marc Daunis indique vou­loir consti­tuer un groupe de sui­vi et de contrôle auquel par­ti­ci­pe­raient les asso­cia­tions My Sophia Antipolis et Sauvons La Forêt Valbonnaise.
Nos asso­cia­tions réaf­firment leur oppo­si­tion à un pro­jet néfaste pour l’en­vi­ron­ne­ment et le com­merce local avec des impacts majeurs sur les pro­blèmes de cir­cu­la­tion et de pol­lu­tion. Elles ins­crivent leurs contri­bu­tions et réflexions sur un pro­jet alter­na­tif dans le cadre de la liste Futur & Nature et ne sau­raient donc s’in­té­grer dans une démarche de sau­ve­tage du pro­jet OpenSky.

My Sophia Antipolis & Sauvons la Forêt Valbonnaise

Open Sky Valbonne maquette

Vendredi 10 janvier 2020

2020 : une année à 13 lunes, qu’est ce que ça signi­fie ?
Les phases de la lune ont tou­jours intri­gué et fas­ci­né de nom­breux pen­seurs, scien­ti­fiques et phi­lo­sophes, et n’ou­blions pas que nos loin­tains ancêtres ont été capables, il y a 5 000 ans, de pré­voir avec une pré­ci­sion remar­quable, les phé­no­mènes astro­no­miques telles les éclipses, comme le démontrent toutes les récentes études sur des monu­ments méga­li­thiques majeurs comme Stonehenge, édi­fice datant d’au moins 3 000 avant J.-C.
Aujourd’hui encore, pour cer­tains, les phé­no­mènes lunaires exer­ce­raient une influence remar­quable sur les êtres-humains, les végé­taux…
Entre mythes et réa­li­té, les croyances ances­trales ont au moins le mérite de per­du­rer et d’inciter les indi­vi­dus en quête de chan­ge­ments, à se remettre conti­nuel­le­ment en ques­tion.
Alors qu’est ce que cette année des 13 lunes, et pour­quoi ce phé­no­mène inha­bi­tuel ?
On a en effet ten­dance à croire que l’on ne trouve qu’une seule pleine lune par mois, ce qui en ferait tout logi­que­ment 12 par an. Or, le mois lunaire étant plus court que nos mois du calen­drier gré­go­rien : 29 jours contre 30 en moyenne, il est donc logique que si une pleine lune tombe au tout début de l’an­née, comme c’est le cas en 2020, la 12e arrive plus d’un mois avant le 31 décembre, cédant ain­si la place à une trei­zième pleine lune… C’est d’ailleurs la même rai­son qui explique le déca­lage du mois du Ramadan, tom­bant chaque année une quin­zaine de jours plus tôt que l’an­née pré­cé­dente.
On connaît la répu­ta­tion du nombre 13 par­tout dans le monde, je laisse donc cha­cun à sa propre inter­pré­ta­tion. Je ne sais pas s’il arri­ve­ra mal­heur à cer­tains, mais ce dont je suis sûr, c’est que les plus gros gagnants seront les nou­veaux action­naires de la Française de Jeux ! Treize lunes

Samedi 11 janvier 2020

Les pièces jaunes, c’est repar­ti. Et comme Bernadette Chirac n’a plus la force de s’en occu­per, c’est tout natu­rel­le­ment tante Brigitte qui lui a pro­po­sé de la rem­pla­cer assis­tée de Didier Deschamps qui a rem­pla­cé David Douillet ! BM rem­place BC alors que DD reste DD ! Ah… cette atti­rance pour tout ce qui est jaune et qui brille…
L’opération « pièces jaunes » (rouges depuis l”€uro!) a pour but de mettre en place des pro­jets dans les hôpi­taux fran­çais, en par­ti­cu­lier dans les hôpi­taux pédia­triques.
Si on peut assu­rer que l’argent va bien là où il doit aller…

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…

Patrice LEMAÎTRE