Au théâtre ce soir

Au théâtre ce soir - Acte 62

Côté jar­din : L’Insurrection, acte 62

La repré­sen­ta­tion est libre, l’en­trée est gra­tuite. Cela fait 62 same­dis de suite que les Gilets Jaunes, les blouses blanches, les robes noires, les verts, les bleus donnent mati­née dans toute la France. Cela fait 62 semaines que tous les acteurs s’é­tripent, s’ar­rachent les mains, s’é­borgnent dans un Grand Guignol natio­nal. Les cos­tumes bleus sont de Castaner, le reste du monde s’ha­bille et en voit de toutes les autres cou­leurs. Les décors sont pyro­tech­niques avec palettes brû­lées, voi­tures incen­diées, vitrines explo­sées. Dans la République en Marche, le spec­tacle est assu­ré. « The show must go on !»

Au théâtre ce soir - La Mouche

Côté cour : « La Mouche », au théâtre des Bouffes du Nord

Le couple prin­cier, Emmanuel et Brigitte, indif­fé­rent au brou­ha­ha des fau­bourgs, s’offre pour 35 euros une paren­thèse enchan­tée. Quelle mouche a piqué notre pré­sident mouche du coche et sa professeur·e de théâtre ? Sans doute l’a­mour par­ta­gé pour la divine comé­die. Sans doute un acte man­qué de ces deux spec­ta­teurs aver­tis qui craignent de se voir méta­mor­pho­sés en clo­porte : cette pièce, La Mouche, raconte la déshu­ma­ni­sa­tion de Robert qui se trans­forme peu à peu en insecte et de sa mère Odette joyeuse. On est chez les Bidochon jus­qu’à l’ab­surde. La France pro­fonde des années soixante, celle de mère Denis, celle que Macron exècre.

Ridicule et beau­fi­tude pour celui qui a réus­si.

Depuis 62 semaines, indif­fé­rent aux cla­meurs de la rue, le Roi danse et se diver­tit. « Qu’ils viennent me cher­cher ». C’est ce qu’a ten­té de faire une troupe de sal­tim­banques en trou­blant la repré­sen­ta­tion, bat­tant le pavé du Théâtre des Bouffes du Nord.

Il aura fal­lu sa garde pré­to­rienne, le GSPR (70 gen­darmes robo­cops dédiés à sa pro­tec­tion) pour exfil­trer le couple Macron du pigeon­nier.
Pendant que la France sombre, Emmanuel Macron, en monarque assu­mé, sans ver­gogne, se diver­tit. Plus belle sa vie ! La nôtre il s’en fout. Mais com­bien de temps encore ce jeu du chat et de la sou­ris ? L’Officiel des spec­tacles annonce : same­di 25 jan­vier, acte 63.

Michel Lebon