Nouvelle causerie à Toulon : « Jeanne Aujourd’hui »

Le Café Histoire de Toulon vous informe de la cau­se­rie de Jacques Trémolet de Villers sur « Jeanne Aujourd’hui ». Café Histoire Toulon - Jeanne - 25 mars 2020

Cette cau­se­rie aura lieu le der­nier mer­cre­di du mois, le mer­cre­di 25 mars 2020 au pub des Missionnaires de la Miséricorde Divine, Le Graal (377 ave­nue de la République , 83000 Toulon – entrée gra­tuite).

Il y aura cent ans cette année, Jeanne d’Arc était hono­rée deux fois : la France la recon­nais­sait comme héroïne natio­nale, et l’Église la pro­cla­mait sainte.

Jeanne aura été l’amie d’enfance de beau­coup de Français : on l’admirait, on la plai­gnait, on la priait. On vibrait au récit de ses exploits guer­riers à Orléans, à Patay, la belle revanche d’Azincourt ; on la contem­plait avec émo­tion le jour du sacre à Reims ; on aurait bien vou­lu qu’elle ne fût pas prise à Compiègne, ni ven­due aux Anglais.
Sous l’héroïne, on voyait gran­dir la sainte. Aujourd’hui, elle est tou­jours très connue… à l’étranger
Une très belle sta­tue d’elle, conqué­rante et mys­tique, va être éri­gée à Saint Pétersbourg !

2020, c’est l’année Jeanne

Mais pas seule­ment pour cause d’anniversaires et il n’est mal­heu­reu­se­ment pas pré­vu le cou­ron­ne­ment d’un gen­til dau­phin à Reims. C’est l’année Jeanne parce qu’il y a une fois de plus, grande pitié au royaume de France. Il ne s’agit plus de bou­ter le Goddon mais la répu­blique salit la France de ses options dépra­vées, laï­ca­théisme, avor­te­ment, mariage déna­tu­ré, dic­ta­ture du désir, PMA, congé­la­tion de gamètes, mani­pu­la­tions d’embryons, et autres choses mau­vaises à venir.

Si on recom­men­çait le pro­cès de Jeanne en 2020, on l’accuserait de xéno­pho­bie. On essaie­rait de la pié­ger avec le mariage pour tous, la filia­tion et la pré­ten­due fin de vie dans la digni­té. On la convain­crait de délit d’entrave à l’avortement, de racisme, d’islamophobie et de LGBTphobie. Tant pis ! Nous ne ferons peut-être pas grand nombre, mais pour nous, cette année Jeanne sera belle de la jeune fille de Domremy, de la guer­rière vic­to­rieuse à dix-huit ans, et sur­tout de l’intercession de la mar­tyre de Rouen, modèle d’héroïsme fran­çais et de sainte humi­li­té.