Covid-19 : les mandarins parisiens ne supportent pas d’avoir été doublés

Covid-19 : débat sur­réa­liste ven­dre­di 27 mars 2020 sur LCI !

Décidément, les instances médicales officielles n’encaissent pas de s’être fait damer le pion par l’équipe du professeur Raoult dans la lutte contre le coronavirus

Pourtant l’éminent infec­tio­logue n’a fait que répondre à la situa­tion de guerre décré­tée par Emmanuel Macron. À savoir qu’en temps de guerre, on fait dans l’urgence, on pare au plus pres­sé, on uti­lise ce qui marche et on laisse les ques­tions méta­phy­siques ou égo­tiques de côté, pour les temps meilleurs, une fois la paix reve­nue.

Vendredi soir, donc, sur la chaîne LCI, nous avons assis­té à un échange tota­le­ment sur­réa­liste entre le pro­fes­seur Éric Chabrière, membre de l’équipe du désor­mais célèbre Didier Raoult et le doc­teur Roland Tubiana, infec­tio­logue à la Pitié-Salpêtrière. Éric Chabrière, en direct de Marseille, annon­çait avoir (au moment de l’émission) trai­té 701 malades atteints du Covid-19 avec l’association chloroquine/​azithromycine et enre­gis­tré seule­ment un seul décès. Il attri­buait en outre ce résul­tat encou­ra­geant au dépis­tage mas­sif entre­pris sur la ville avec 38 000 tests pré­ven­tifs effec­tués sur des per­sonnes sus­cep­tibles d’être conta­mi­nées.

Daumier Clinique docteur Robert-Macaire

Clinique du Docteur Robert-Macaire. Hé bien ! Messieurs, vous l’a­vez vu cette opé­ra­tion que l’on disait impos­sible a par­fai­te­ment réus­si … – Mais Monsieur la malade est morte… – Qu’importe ! elle serait bien plus morte sans l’o­pé­ra­tion Caricature d’Honoré Daumier (vers 1837)

La parole reve­nant au doc­teur Tubiana, celui-ci com­men­ça par dire : « […] pour ras­su­rer les gens, le corps médi­cal, la science, n’a pas de trai­te­ment recon­nu aujourd’hui. » Pour nous ras­su­rer ? Vraiment ? Il ne pou­vait pas faire pire ! Puis, arguant que les don­nées publiées n’étaient que des don­nées brutes il décla­ra : « Par hon­nê­te­té scien­ti­fique, il est hors de ques­tion, cher col­lègue, qu’on com­mente des chiffres qu’on n’a pas vus. Personne ne les a vus. Merci d’avoir mis vos don­nées brutes sur Internet, ça nous per­met­tra de voir si nous sommes en accord avec vous ou pas. » Là, la mau­vaise foi du doc­teur Tubiana com­men­çait à pol­luer le débat : alors que son inter­lo­cu­teur venait d’exposer des faits, éta­blir un constat, lui par­lait d’« accord » éven­tuel. Mais, qu’on sache, il ne s’agissait pas d’un débat d’opinion ! Aussi, le pro­fes­seur Chabrière per­dit un peu son calme et en vint à haus­ser un tan­ti­net le ton : « Nous, à Marseille, nous dépis­tons les gens. Ne pas le faire, n’est pas sérieux. Est-ce que vous, dans votre hôpi­tal, vous le faites ? » Le jour­na­liste Damien Givelet inter­vient : « Répondez… » Et l’autre, mal à l’aise : « À votre avis ? » Rien n’y fit, le télé­spec­ta­teur ne sau­ra pas.

À ce moment, inter­vint une femme méde­cin géné­ra­liste pré­sente sur le pla­teau pour affir­mer, péremp­toi­re­ment, que le dépis­tage ne ser­vait à rien pen­dant le confi­ne­ment. Ce qui fit bon­dir le pro­fes­seur Chabrière qui mar­te­la les résul­tats obte­nus à l’IHU de Marseille et les com­pa­ra au reste du pays : « Pourquoi, dit-il, ce trai­te­ment à l’air de bien fonc­tion­ner, il donne de l’espoir, on vous dit qu’on a peut-être une bouée et vous êtes en train de me dire qu’elle n’est pas homo­lo­guée ? Alors, lais­sons se noyer les gens ? » Le doc­teur Tubiana se retran­cha encore une fois der­rière sa chère « hon­nê­te­té scien­ti­fique » pour se déro­ber. Et le dia­logue de sourd se pro­lon­gea ain­si, l’un répé­tant qu’« à Marseille, on meurt moins que dans le reste de la France », que c’est un signe à ne pas négli­ger, et l’autre, tou­jours aus­si sourd, qui seri­nait : « Je répète que le sujet est grave, il nous faut des trai­te­ments. Vous arri­vez, vous dites on meurt moins à Marseille, ce n’est pas un mes­sage cor­rect, il faut qu’on ana­lyse tout ça, qu’on dis­cute ensemble. Par hon­nê­te­té scien­ti­fique… » et bla­bla­bla et bla­bla­bla.

Daumier Docteurs et médecinsC’est alors que notre méde­cin géné­ra­liste, s’estimant sans doute supé­rieure à un pro­fes­seur d’IUH, mon­ta sur ses grands che­vaux et mena­ça de quit­ter le pla­teau en s’exclamant, offus­quée : « Affirmer sur un pla­teau de télé­vi­sion qu’on a trou­vé le trai­te­ment miracle, c’est tota­le­ment irres­pon­sable ! ». Damien Givelet inter­vint : « Mais il n’a pas dit ça ! » [il a même dit le contraire]. Rien n’y fit. Pour les deux doc­teurs pré­sents sur le pla­teau, la seule bonne atti­tude, c’était d’attendre : « Pour l’instant, je suis déso­lée, c’est confi­ne­ment, confi­ne­ment, confi­ne­ment, et dans la période de levée du confi­ne­ment, là, on va se don­ner les moyens de tes­ter tout le monde. » Ahurissant ! Les Français sont en train d’être déci­més et ces gens-là sont venus pour dire, sans honte, que c’est seule­ment après que le virus aura dis­pa­ru, qu’on ver­ra com­ment le com­battre. Ça s’appelle mar­cher sur la tête !

Et pour cou­ron­ner le tout, lorsque Damien Givelet fit obser­ver qu’« En Allemagne, il y a 500 000 tests par jour, je crois, et 9 000 en France », la matrone méde­cin rétor­qua : « Mais on n’est pas en Allemagne, Monsieur, on est en France ! » Un argu­ment impa­rable ! (lire à ce pro­pos L’exemple alle­mand ? Quand ça les arrange ! du 28 mars 2020)

Les Français peuvent mourir pendant que les mandarins chinoisent.

Charles ANDRÉ

Vidéo du débat :