Si j’étais Président pendant la crise du coronavirus…

Si j’étais Président pendant la crise du coronavirus, je sauterais sur l’occasion !

Je lais­se­rais d’a­bord pour­rir la situa­tion et le nombre de cas explo­ser pour jus­ti­fier ensuite la fer­me­ture des écoles, des com­merces, et impo­ser le confi­ne­ment.
Ce confi­ne­ment me per­met­trait faci­le­ment de faire pas­ser une loi d’urgence sani­taire.
Cette loi d’ur­gence sani­taire me per­met­trait d’avoir le droit de gou­ver­ner par ordon­nances.
Je ferais donc pas­ser par ordon­nance des lois qui fini­raient de cas­ser le Code du Travail et les droits des tra­vailleurs.
Cela per­met­trait au patro­nat d’im­po­ser la date des congés payés et de faire bos­ser les employés jus­qu’à 60 heures par semaine.

Je sais que, confi­nés et apeu­rés par ce qu’on leur montre sur nos chaînes TV, per­sonne ne réagi­rait et ne mani­fes­te­rait contre ces déci­sions. Les gens se conten­te­raient de râler sur les réseaux sociaux, mais jus­te­ment, les four­nis­seurs de réseau télé­pho­nique m’ai­de­raient à sur­veiller leurs dépla­ce­ments par géo­lo­ca­li­sa­tion…
Les bons amis qui ont aidé à mon élec­tion se frot­te­raient les mains. J’aurais trou­vé le moyen de les remer­cier à mon tour. Eux dis­po­se­raient d’une main d’œuvre plus docile et moins oné­reuse.

Mais pour tout cela il ne fau­drait pas que mon image baisse dans l’o­pi­nion des gens. Pour cela je dois jouer ser­ré.

Le pic de mor­ta­li­té dans les hôpi­taux et les Ehpad ne va pas tar­der. Il fau­dra donc pou­voir livrer les masques que tout le monde réclame, les tests que je pré­sen­tais jus­qu’a­lors comme inutiles et le maté­riel médi­cal de pro­tec­tion.

J’autoriserais ensuite rapi­de­ment l’utilisation de nou­velles molé­cules. Mais pas celle que réclament « ceux qui ne sont rien », celle-ci ne sera auto­ri­sée seule­ment lors­qu’elle devien­dra inutile voire dan­ge­reuse, c’est-à-dire dans les cas graves, comme cela ils se tai­ront. J’autoriserai a contra­rio toutes les nou­velles molé­cules que mes amis des labo­ra­toires Big Pharma sont en train de finir de tes­ter. Et si un vac­cin est trou­vé, je le ren­drai aus­si­tôt obli­ga­toire.

Avec toutes ces actions, je devien­drais vrai­ment le sau­veur de la Nation, le vain­queur de cette guerre que j’ai contri­bué à décla­rer.

Les Français retour­ne­ront au bou­lot plu­tôt ras­su­rés. On leur dira qu’il faut faire redé­mar­rer l’é­co­no­mie, c’est la seule chose qui compte, bien avant le nombre de morts… Allez, un petit effort…
• 60 heures par semaines – sans heures sup­plé­men­taires
• Sans libre choix des congés payés
• Sans aug­men­ta­tion de salaire voire même avec dimi­nu­tion de salaire pour cause de crise éco­no­mique.

La Banque cen­trale aide­ra le sys­tème ban­caire à tenir le choc (je n’en doute pas un seul ins­tant), je res­te­rais alors dans l’his­toire comme le Président qui aura réus­si ce que tous ceux de la Ve République avaient essayé sans suc­cès : livrer les Français pieds et poings liés à la Gouvernance Mondiale.

Patrice LEMAÎTRE