Ma bonne semaine de mauvaise foi (5 avril 2020)

Dimanche 29 mars 2020

Chronique du Kali Yuga : avan­cées du trans­hu­ma­nisme
Des cher­cheurs ont mis au point un car­net de san­té qui vous sera direc­te­ment implan­té… sous la peau. Invisibles à l’œil nu, ses infor­ma­tions pour­raient être lues avec un simple smart­phone spé­cia­le­ment équi­pé. Votre chat ou votre chien béné­fi­cie peut être déjà de ce sys­tème d’i­den­ti­fi­ca­tion pla­cé par un vété­ri­naire, qui per­met à l’a­ni­mal d’être recon­nu en cas de perte ou de vol. De fait, le pro­jet du Massachusetts Institute of Technology (MIT) consiste en un car­net de vac­ci­na­tion qui pren­drait la forme de sym­boles pla­cés sous la peau indi­quant que la per­sonne a bien reçu tel ou tel vac­cin. Ces infor­ma­tions seront sto­ckées dans des nano­par­ti­cules injec­tées sous la peau grâce à une seringue spé­ci­fique équi­pée d’un patch de micro-aiguilles. Nanoparticules invi­sibles à l’œil nu, c’est pour­quoi il sera néces­saire d’utiliser un smart­phone spé­cia­le­ment équi­pé pour pou­voir lire les infor­ma­tions codées des­sus.
Mais… qui dis­po­se­ra de ces smart­phones spé­ci­fiques ? Qui pour­ra garan­tir que les seules infor­ma­tions codées seront d’ordre médi­cal et ne concer­ne­ront que les vac­cins ?Injection nanoparticules

Lundi 30 mars 2020

Le coro­na virus : la mala­die des blancs ? C’est en effet le refrain à la mode dans cer­taines boîtes de nuit du Sénégal comme le montre la vidéo ci-des­sous :

Je n’ose même pas ima­gi­ner une chan­son sur « Ebola la mala­die des noirs » chan­tée en Europe. Mais que fait la LICRA ?

Mardi 31 mars 2020

Y a t‑il un lien entre coro­na­vi­rus et anti­sé­mi­tisme ?
En tous cas, après le désastre qui a sui­vi la réunion évan­gé­lique de Mulhouse le mois der­nier, où un nombre impres­sion­nant de pro­tes­tants ont été conta­mi­nés, c’est au tour de la majo­ri­té de la popu­la­tion juive stras­bour­geoise (20 000 membres) d’être atteinte du Covid-19, d’a­près le grand rab­bin de Strasbourg.
Une per­sonne juive serait morte et au moins 20 autres seraient dans un état grave, sous séda­tifs et sous res­pi­ra­teur. Onze des treize rab­bins de la ville sont tom­bés malades et un se trouve dans un état grave.
Le grand rab­bin pense que la com­mu­nau­té avait mis trop de temps à recon­naître la gra­vi­té de la menace et a notam­ment poin­té du doigt les célé­bra­tions entou­rant la fête de Pourim (com­mé­mo­ra­tion de la déli­vrance mira­cu­leuse d’un mas­sacre de grande ampleur), le 9 mars.
Selon M. Weill, cela aurait même conduit à cer­taines mani­fes­ta­tions d’an­ti­sé­mi­tisme. On ne voit pas le rap­port, mais s’il le dit…
En Israël en tous cas, ce sont les ultra-ortho­doxes qui sont mon­trés du doigt. En effet ce sont les villes où les rab­bins ortho­doxes font la loi qui sont deve­nues les prin­ci­paux foyers de l’épidémie et la popu­la­tion redoute la conta­gion. À l’i­mage de Bnei Brak, ban­lieue de Tel-Aviv, qui est l’un des bas­tions des « crai­gnant-Dieu », 34% des rési­dents qui s’y sont fait tes­ter ont contrac­té le virus. La ville compte 508 cas décla­rés mais 1.800 per­sonnes seule­ment ont accep­té l’isolement !

Mercredi 1er avril 2020

Il n’y a pas d’argent parait-il pour aider l’hô­pi­tal public… Mais on apprend selon un com­mu­ni­qué conjoint entre le Maroc et l’Union Européenne, que l’Europe a fait un don de 150 mil­lions d’euros, spé­ci­fi­que­ment dédié aux besoins du Fonds spé­cial pour la ges­tion du coro­na­vi­rus au Maroc.
« L’UE entre­pren­dra par la suite de réorien­ter 300 mil­lions d’euros des fonds alloués au Maroc vers la réponse à la pan­dé­mie en accé­lé­rant leur mobi­li­sa­tion pour répondre aux besoins bud­gé­taires excep­tion­nels du Royaume », sou­ligne le com­mu­ni­qué.
Celui-ci a été ren­du public à la suite de l’entretien télé­pho­nique entre le ministre des Affaires étran­gères, de la coopé­ra­tion Africaine et des Marocains rési­dant à l’étranger, Nasser Bourita et le Commissaire à l’élargissement et à la poli­tique euro­péenne de voi­si­nage, Oliver Varhelyi.
On apprend en outre que 250 mil­lions seront alloués à la Tunisie et que l’UE se pré­pare éga­le­ment à aider l’Algérie.Pandémie coronavirus Maghreb

Jeudi 2 avril 2020

L’Europe connaît actuel­le­ment, comme le reste du monde d’ailleurs, une crise sani­taire et huma­ni­taire sans pré­cé­dent. C’est à tra­vers ce genre de crises que l’on constate jus­te­ment le manque criant de soli­da­ri­té entre les nations euro­péennes et l’incapacité totale pour elles de pro­po­ser des réponses com­munes. À l’exception de mesures finan­cières (don­ner de l’argent au Maghreb) et de quelques beaux dis­cours, l’Union Européenne est com­plè­te­ment apa­thique et inutile aux peuples euro­péens.
Un geste de Fabio Rampelli reflète plei­ne­ment le sen­ti­ment ita­lien. En effet le vice-pré­sident de la Chambre des dépu­tés, après réflexion, a rem­pla­cé le dra­peau de l’Union euro­péenne par le dra­peau tri­co­lore vert-blanc-rouge, dans le bureau de la pré­si­dence. Un geste de rébel­lion contre l’UE, pour bien mon­trer le sen­ti­ment d’a­ban­don qui pré­vaut en Italie pen­dant cette guerre contre le coro­na­vi­rus. Le « non » aux coro­na­bonds d’Ursula von der Leyen, qui pré­fère dis­cu­ter de l’en­trée dans l’UE de l’Albanie et de la macé­doine du nord a beau­coup de mal à pas­ser chez nos frères voi­sins.
Le dépu­té de Fratelli d’Italia a donc fait un choix réflé­chi. Il a publié sur son pro­fil Twitter la vidéo dans laquelle il change de dra­peau en décla­rant : « Peut-être que nous nous rever­rons plus tard. Peut-être. » Un signe que la ban­nière étoi­lée pour­rait un jour dis­pa­raître ?

Vendredi 3 avril 2020

En Italie tou­jours, des ten­sions sont appa­rues ces der­niers jours aux abords de cer­tains super­mar­chés, de plus en plus de per­sonnes étant dans l’incapacité de payer leurs courses. À la suite de l’arrêt qua­si com­plet de l’économie ita­lienne, plu­sieurs mil­lions de tra­vailleurs se sont subi­te­ment retrou­vés sans reve­nus, prin­ci­pa­le­ment dans le sud du pays (Mezzogiorno et Sicile), où le tra­vail au noir est une ins­ti­tu­tion. Beaucoup n’ont donc pas la pos­si­bi­li­té de jus­ti­fier les manques à gagner et de ce fait ont ten­té de faire leurs courses sans payer dans les com­merces de bouche en par­ti­cu­lier.
Sur Facebook, des appels au pillage des super­mar­chés sont appa­rus, pour « décla­rer la guerre » au gou­ver­ne­ment et éveiller l’attention du reste du pays.
D’où la déci­sion, same­di 28 mars, du Premier ministre ita­lien, Giuseppe Conte, de déblo­quer un fonds de 400 mil­lions d’euros « des­ti­nés aux com­munes qui devront les consa­crer aux per­sonnes qui n’ont pas d’argent pour ache­ter à man­ger ».
En atten­dant, pour ras­su­rer les Italiens, Mme Von der Leyen a adres­sé un mes­sage au titre très direct à nos frères trans­fron­ta­liers : « Je vous pré­sente mes excuses, nous sommes avec vous » ! Voilà qui va ras­su­rer les Italiens.Italie - pandémie - fermeture magasins

Samedi 4 avril 2020

Pendant la pan­dé­mie, les manifs conti­nuent !
Des soi­gnants de l’hô­pi­tal Dron à Tourcoing mani­festent leur désar­roi : « Pas de maté­riel ».
On pour­rait croire que la crise que le pays tra­verse à cause du coro­na­vi­rus, même si elle laisse échap­per beau­coup de com­men­taires acerbes envers le gou­ver­ne­ment, n’au­rait pas lais­sé la place à des mou­ve­ments d’hu­meur de groupe dans la rue. Or, il n’en est rien, et en pleine crise sani­taire, ce sont des soi­gnants qui se se sont ras­sem­blés devant le centre hos­pi­ta­lier de Tourcoing, dans la métro­pole lil­loise.
« On mani­feste parce qu’on n’a pas de maté­riel, on n’a pas de per­son­nel, on n’a pas de masques, on n’a pas de blouses, on n’a rien, y en a marre ! » pou­vait-on entendre au cours de cette mani­fes­ta­tion impro­vi­sée, d’une drôle de manière, puisque les mani­fes­tants ont res­pec­té la dis­tance de sécu­ri­té néces­saire entre cha­cun d’eux.
Peu de compte-ren­du de ce mou­ve­ment d’hu­meur, sur­tout pas dans vos jour­naux télé­vi­sés. Quelques cita­tions dans les réseaux sociaux ont été vite sup­pri­mées, en par­ti­cu­lier sur FaceBook, qui res­serre sa cen­sure depuis quelques jours.Manifestation infirmiers Tourcoing

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain

Patrice LEMAÎTRE