Le gratin ukrainien contaminé à Courchevel

Grosse panique au parlement de Kiev !

De nom­breux poli­ti­ciens, hauts fonc­tion­naires, hommes d’affaires, magis­trats, mais aus­si des « people », sont reve­nus posi­tifs au coro­na­vi­rus après un séjour « fes­tif » en Savoie !

L’affaire a été révé­lée jeu­di par l’hebdomadaire Novoe Vremya. Autour du 8 mars, Journée des femmes, fériée en Ukraine, de richis­simes Russes et Ukrainiens vont faire la fête à Courchevel. Ils se répar­tissent l’espace et le temps. Les Russes y sont du 1er au 10 mars et les Ukrainiens du 7 au 15 mars. Durant les jour­nées « com­munes » du 7 au 10 mars, les milieux bran­chés de Kiev et de Moscou, qui se connaissent très bien, passent leur temps dans les res­tos de luxe à faire la fête jusqu’au bout de la nuit. Les Ukrainiens ayant comme lieu de pré­di­lec­tion une ter­rasse en plein air au bas des pistes qui pro­pose une carte de 900 vins. Selon une jour­na­liste, c’est cette fameuse ter­rasse qui aurait été le « bouillon de culture » où tout a démar­ré. Un deuxième lieu « source » pour­rait être un club pri­vé, où le 8 mars Russes et Ukrainiens étaient auto­ri­sés à dan­ser sur la table, dra­peau à la main, en buvant des mag­nums de Dom Pérignon au gou­lot ! « C’était plein à cra­quer ce soir-là, les gens se pos­tillon­naient lit­té­ra­le­ment des­sus », déclare la jour­na­liste.

Depuis, un vent de panique s’est empa­ré de la riche élite ukrai­nienne en appre­nant que plu­sieurs de ses membres avaient été conta­mi­nés par le coro­na­vi­rus.

C’est un pre­mier dépu­té, Sergiy Chakhov, qui a trans­mis le virus à ses col­lègues, créant ain­si un « clus­ter » au sein même du par­le­ment. Une juge du Tribunal de com­merce de Kiev est hos­pi­ta­li­sée. Des res­pon­sables des admi­nis­tra­tions régio­nales de Kharkiv (est) et Zaporijjia (sud-est) tombent malades. Une chan­teuse de pop accepte de témoi­gner, puis se rétracte : selon plu­sieurs sources, son mari, fon­da­teur du plus grand réseau de salles de fit­ness d’Ukraine, a attra­pé le coro­na­vi­rus. Tous sont allés à Courchevel où l’on a aus­si aper­çu Andriy Bogdan, qui était jusqu’en jan­vier le chef de l’administration pré­si­den­tielle.

Le 30 mars, tous les dépu­tés sont appa­rus au par­le­ment, mas­qués et gan­tés. Cédant à la panique, et puisque les cli­niques pri­vées ont reçu l’interdiction de soi­gner les malades du Covid-19, un hôpi­tal public proche du quar­tier gou­ver­ne­men­tal se pré­pare à l’afflux. Les dépu­tés y réclament des chambres pri­vées, amé­na­gées spé­cia­le­ment, avec infir­mières pri­vées et chauf­feur. Mais le site du jour­na­liste d’in­ves­ti­ga­tion Denys Bihus découvre le pot au rose et dénonce le fait dans les médias.

Président ukrainien Volodymyr Zelensky - 30 mars 2020 - séance extraordinaire parlement Kiev

Le pré­sident ukrai­nien Volodymyr Zelensky le 30 mars, lors d’une séance extra­or­di­naire du par­le­ment à Kiev

C’est alors que le Président ukrai­nien, Volodymyr Zelensky (qui est aus­si humo­riste, pro­duc­teur, acteur, scé­na­riste, réa­li­sa­teur) met les pieds dans le plat : « Il n’y aura pas de chambres de luxe pour les membres du Comité cen­tral. Vous serez pla­cés dans les mêmes hôpi­taux que vous avez construits dans ce pays durant trois décen­nies. Peut-être qu’alors vous com­pren­drez ce que c’est de ne pas être soi­gné en Suisse ou en Israël. »
C’est ce que notre Intelligentsia appel­le­rait… un popu­liste. Élu avec un slo­gan pour le moins ori­gi­nal : « Pas de pro­messes, pas de décep­tions ».

Patrice LEMAÎTRE

[NDLR : notre illus­tra­tion à la une Courchevel, capi­tale des feux d’artifices sur Actu Montagne]