Le strontium assassin

Les Gilets Jaunes de la Victoire à Cannes ne désarment pas. Quartz pour­suit ses recherches dans de nom­breux domaines.
Aujourd’hui Quartz nous entre­tient de sa vision de la pro­pa­ga­tion du Covid-19 :

Les Gilets Jaunes démasquent le virus : le strontium assassin

Les doc­teurs non inter­viewés par les médias mains­tream ont récem­ment don­né des des­crip­tions de ce qu’ils observent et ont obser­vé sur les patients en détresse res­pi­ra­toire. Ils parlent d’un « virus incroyable » qui touche inva­ria­ble­ment la peau, les reins, le foie, les pou­mons, le nez les yeux,… beau­coup d’organes.
Ils iden­ti­fient une vas­cu­la­rite dou­blée d’une neu­ro­pa­thie.

La vas­cu­la­ri­té est une inflam­ma­tion du sys­tème vas­cu­laire qui est créée par une dif­fi­cul­té du sang à cir­cu­ler et une alté­ra­tion des parois, les pre­mières atteintes du sys­tème vas­cu­laire sont les « tuyaux » les plus fins, les capil­laires qui se trouvent aus­si dans le cer­veau. Le cer­veau se met alors à man­quer d’oxygène. Or il faut savoir que le sys­tème san­guin est orga­ni­sé pour main­te­nir en prio­ri­té une pres­sion d’oxygène constante dans le cer­veau. Lorsque le cer­veau manque d’oxygène, alors le sys­tème décide d’en don­ner moins aux organes et petit à petit ces organes s’asphyxient car la vas­cu­la­ri­té est défi­ciente tan­dis la demande en oxy­gène du cer­veau per­dure.
De fait l’inflammation s’installe et crée un virus de la famille des coro­na­vi­rus. En effet cette famille est de celles qui appa­raissent lors de l’inflammation des pou­mons, la pneu­mo­pa­thie. Le virus dans sa lutte pour réac­ti­ver la res­pi­ra­tion va faire mon­ter la tem­pé­ra­ture pour ten­ter d’éliminer les toxines qui entravent l’activité des pou­mons. Puis le virus tente de réta­blir les échanges aériens et san­guins dans les pou­mons mais le sys­tème ner­veux ne peut pas suivre et le sys­tème cir­cu­la­toire non plus. En effet le cer­veau man­quant d’oxygène, en état de neu­ro­pa­thie, il se retrouve dans l’incapacité de don­ner des ordres moteurs aux organes.

On sait par ailleurs que l’aluminium absor­bé lors des épan­dages bloque aus­si le cer­veau mais direc­te­ment dans le sys­tème neu­ro­nal.

La suite on la connait. L’OMS, repris par tous les médias à l’u­nis­son, se sont tous mis à appe­ler ce virus le Covid-19. Tous les médias répètent qu’il est conta­gieux, d’où la pan­dé­mie mon­diale.

Or ce qui est conta­gieux ce sont les bac­té­ries déclen­chées par l’inflammation pour les­quelles des anti­bio­tiques et/​ou l’homéopathie et/​ou des huiles essen­tielles sont très effi­caces sui­vant l’état d’avancement de l’inflammation bac­té­rienne.

Le stron­tium radio­ac­tif repré­sente un risque pour la san­té plus impor­tant que le stron­tium stable. Quand la consom­ma­tion est éle­vée, il peut pro­vo­quer de l’a­né­mie et des carences en oxy­gène et, à des concen­tra­tions plus hautes, il est même connu pour pro­vo­quer un can­cer dû à l’al­té­ra­tion du maté­riel géné­tique des cel­lules.

Plus de détails :
Conséquences du stron­tium sur la san­té – Impact du stron­tium sur l’en­vi­ron­ne­ment

Origine de ce déclenchement pandémique planétaire

La pan­dé­mie est en fait déclen­chée par le stron­tium radio­ac­tif dis­tri­bué par les épan­dages aériens (chem­trails). Celui-là même qui est épan­du depuis des années en même temps que l’alu­mi­nium, blo­quant du sys­tème ner­veux, et le baryum, créa­teur d’acidité à l’origine d’acidité gas­trique menant à des états inflam­ma­toires. On a pu voir que ces der­niers mois les épan­dages étaient quo­ti­diens et démar­raient très tôt le matin (notre illus­tra­tion à la une).
Ces épan­dages qui voilent nos ciels, sont réa­li­sés par les avions mili­taires qui sont les seuls à faire mon­ter à la bonne tem­pé­ra­ture le mélange à épandre. Tous les pays les signalent depuis des mois. C’est pour cela que l’épidémie est mon­diale. Tout le monde a res­pi­ré cet épan­dage.

Bien que l’a­lu­mi­nium, le baryum et le stron­tium soient pré­sen­tés ici comme étant les pul­vé­ri­sa­tions habi­tuelles des chem­trails du pro­jet New Manhattan, il existe des preuves décri­vant l’u­ti­li­sa­tion pos­sible d’autres maté­riaux plus curieux.
Le docu­ment déter­mi­nant, datant de 1996, de l’US Air Force : » Le temps comme mul­ti­pli­ca­teur de force : pos­sé­der le temps en 2025″ men­tionne l’u­ti­li­sa­tion de maté­riaux intel­li­gents dans le but de modi­fier le cli­mat. À la page 17 on peut y lire :

Chemtrails_new-manhattan-project

Cliquer sur l’i­mage

En ce qui concerne les tech­niques d’en­se­men­ce­ment, des amé­lio­ra­tions dans les maté­riaux et les méthodes de dis­per­sion ne sont pas seule­ment plau­sibles, mais pro­bables. Les maté­riaux intel­li­gents basés sur les nano­tech­no­lo­gies sont en cours d’é­la­bo­ra­tion grâce aux capa­ci­tés gigan­tesques de cal­cul par ordi­na­teur. Ils pour­raient ajus­ter leur taille aux dimen­sions opti­males pour une situa­tion d’en­se­men­ce­ment don­née, et même faire des ajus­te­ments tout au long du pro­ces­sus. Ils peuvent aus­si amé­lio­rer leurs qua­li­tés de dis­per­sion en ajus­tant leur flot­ta­bi­li­té, en les fai­sant com­mu­ni­quer les uns avec les autres, et en fai­sant que ces maté­riaux se dirigent par eux-mêmes dans le brouillard. Ils seront en mesure de four­nir une rétro­ac­tion immé­diate, conti­nue et effi­cace en les inté­grant à un réseau de cap­teurs plus grand et ils pour­ront éga­le­ment modi­fier leur tem­pé­ra­ture et leur pola­ri­té pour amé­lio­rer les effets de leurs ense­men­ce­ments. Comme men­tion­né ci-des­sus, des drones pour­raient être uti­li­sés pour pul­vé­ri­ser et dis­per­ser ces maté­riaux intel­li­gents. [source]

Les Gilets Jaunes triom­phe­ront, vive la France libre !
Signé : Quartz, pour les Gilets Jaunes de Cannes-Lerins.

Quartz détouré