Ma bonne semaine de mauvaise foi (19 avril 2020)

Dimanche 12 avril 2020

Chronique du Kali Yuga
Nous vivons actuel­le­ment une ter­rible pan­dé­mie d’in­toxi­ca­tion média­tique. En France, comme dans d’autres pays d’ailleurs, nous assis­tons à un ver­rouillage sans pré­cé­dent de nos faits, gestes et opi­nions en réponse à cette épi­dé­mie de coro­na­vi­rus.
Depuis les évé­ne­ments du 11 sep­tembre, on nous avait appris à vivre dans un constant état de peur. Nous avons été encou­ra­gés à sacri­fier un peu de notre liber­té chaque fois, soi-disant « pour notre sécu­ri­té ». Un condi­tion­ne­ment de plu­sieurs décen­nies nous a appris à dépendre chaque jour un peu plus de l’État pour notre pro­tec­tion. Aujourd’hui, nous sommes encore trop nom­breux à comp­ter sur l’État pour payer nos fac­tures.
Mais le bud­get et le défi­cit du gou­ver­ne­ment conti­nuent de croître de façon expo­nen­tielle chaque jour… Et on aban­donne gra­tui­te­ment la dette des pays afri­cains ! Certains d’entre nous savent depuis long­temps, mais d’autres com­mencent à voir que l’his­toire offi­cielle nous cache quand même des choses, et par ses médias, nous amène à croire à une jolie fable. Très peu de gens ont les yeux ouverts, et se sont aper­çus que la pro­chaine phase pour­rait très bien être un pas de plus vers la gou­ver­nance mon­diale… ce que sou­haite à haute voix MM. Henry Kissinger et Jacques Attali. Le pre­mier n’a-t-il pas récem­ment exhor­té les États-Unis « ne pas aban­don­ner les prin­cipes de l’ordre mon­dial libé­ral », affir­mant que « la pros­pé­ri­té dépend du com­merce mon­dial et de la cir­cu­la­tion des per­sonnes ».Covid 19 - Nouvel Ordre Mondial

Lundi 13 avril 2020

Jeudi der­nier, Henry Kissinger (encore lui) et Bill Gates appe­laient à une vac­ci­na­tion de masse et à une gou­ver­nance mon­diale. Ce qui n’a pas ému énor­mé­ment de monde, je n’ai vu aucun com­men­taire dans les médias. Le fon­da­teur de Microsoft a notam­ment décla­ré : « Le coro­na­vi­rus ne repré­sente pas vrai­ment un menace. Mais moi et mes confrères ne sou­hai­tons pas voir beau­coup de per­sonnes récu­pé­rer et deve­nir natu­rel­le­ment immu­ni­sées (ce qui se pas­se­rait sans confi­ne­ment). Nous sou­hai­tons plu­tôt que les indi­vi­dus soient dépen­dants des vac­cins et des médi­ca­ments anti­vi­raux. Je sug­gère que chaque être humain ait sous la peau une pièce d’i­den­ti­té numé­rique indi­quant son sta­tut vac­ci­nal, et que la per­sonne sans cette « preuve d’im­mu­ni­té numé­rique » ne soit pas auto­ri­sée à se dépla­cer. »
Cette dis­cri­mi­na­tion abso­lue, « celui qui est vac­ci­né » contre « celui qui ne l’est pas », et la sup­pres­sion des droits fon­da­men­taux de l’in­di­vi­du, sont his­to­ri­que­ment ce qui mène aux tota­li­ta­rismes assu­més.Heny Kissinger - Bill Gates

Mardi 14 avril 2020

Samedi, un acci­dent agri­cole est arri­vé dans la val­lée de la Roya. Un clan­des­tin afri­cain, de ceux qu’ex­ploite Cédric Herrou à Breil, a fait une marche arrière et est res­té blo­qué après une mau­vaise mani­pu­la­tion de sa machine Sérieusement bles­sée aux membres infé­rieurs, la vic­time a été héli­por­tée vers l’hôpital Pasteur II de Nice.
En dehors de l’as­pect tra­gique pour la vic­time, peut-on aujourd’­hui se poser la ques­tion de savoir si M. Herrou employait léga­le­ment cette per­sonne ? Si toutes les condi­tions de sécu­ri­té étaient res­pec­tées ? Si la machine agri­cole était aux normes ? Si sa comp­ta­bi­li­té est régu­lière ?
» Toutes ques­tions que la police ne man­que­rait pas de poser à un quel­conque agri­cul­teur de la plaine du Var à qui il arri­ve­rait la même mésa­ven­ture. Mais il y a fort à parier que le « pas­seur de la Roya », maintes fois condam­né, maintes fois mis en garde à vue, mais aus­si déco­ré, ne subi­ra aucune contra­rié­té admi­nis­tra­tive suite à l’ac­ci­dent.Emmaüs Roya

Mercredi 15 avril 2020

Un sujet tout juste effleu­ré lun­di soir par Macron, est le confi­ne­ment des per­sonnes âgées. Si un « décon­fi­ne­ment » à peu près géné­ral est en prin­cipe pré­vu pour le 11 mai (ce dont doute Castaner lui-même!), il est pro­bable que cette sor­tie se fasse par degrés, par classes, par castes…
Pour les plus jeunes, pas de pro­blème puis­qu’ils repren­dront les cours ce jour-là. Mais qu’en est-il pour les autres ? Les parents d’é­lèves libé­rés pour­ront reprendre le tra­vail, mais pas cer­tains com­mer­çants, hôte­liers, res­tau­ra­teurs. Il est moins dan­ge­reux de se retrou­ver à 25 dans une salle de classe que dans une salle de res­tau­rant, tout le monde sait cela. Et puis, au res­tau­rant, au café, les gens peuvent dis­cu­ter entre eux, ça peut être dan­ge­reux…
Mais on n’a pas par­lé de ceux que l’on nomme pudi­que­ment et res­pec­tueu­se­ment « les seniors ». Que vont-ils deve­nir ? Sortie ou pas sor­tie ? Comme sur beau­coup de sujets, le Président n’a pas appor­té de réponse. Mais une petite idée de ce qui les attend peut être lue dans les pro­pos de Mme Ursula von der Leyen, Présidente de la com­mis­sion euro­péenne.
Celle-ci a en effet fait savoir, dans une inter­view don­née au quo­ti­dien alle­mand Bild parue le 12 avril, que les per­sonnes âgées en Europe devraient pro­ba­ble­ment res­treindre leurs inter­ac­tions jus­qu’au déve­lop­pe­ment d’un vac­cin contre le Covid-19, dont elle estime l’ar­ri­vée à la fin de l’an­née. « Sans vac­cin il faut limi­ter autant que pos­sible les contacts des seniors (encore le vac­cin!) Je sais que c’est dif­fi­cile et que l’i­so­le­ment pèse mais c’est une ques­tion de vie ou de mort, nous devons res­ter dis­ci­pli­nés et patients ».
L’Europe se met donc au dia­pa­son de Henry Kissinger, Bill Gates et de la gou­ver­nance mon­diale.Ursula von der Leyen

Jeudi 16 avril 2020

À se deman­der si le virus n’at­teint pas aus­si les neu­rones de ceux qui sont cen­sés nous gou­ver­ner. On apprend cette semaine rien moins que :
Mme Belloubet, ci-devant Garde des sceaux, a libé­ré 9 923 déte­nus depuis le 16 mars, pour endi­guer la pro­pa­ga­tion du virus dans les pri­sons, après de nom­breuses muti­ne­ries à tra­vers la France en rai­son de la sus­pen­sion des par­loirs. On assiste déjà à une mul­ti­tude de réci­dives, faut-il s’en éton­ner ? En 1981, la libé­ra­tion anti­ci­pée à la faveur d’un décret de grâce et d’amnistie de plus de 5 000 déte­nus s’était tra­duite l’année sui­vante par un bond de 20% du taux de cri­mi­na­li­té, qui était pas­sé de 53,5 à 63 pour mille. La leçon n’a pas été com­prise ?
Des dépu­tés demandent la régu­la­ri­sa­tion des clan­des­tins. Ils sont aujourd’­hui sept dépu­tés (François-Michel Lambert, Jean-Michel Clément, Bertrand Pancher, M’Jid El Guerrab, Sandrine Josse, Frédérique Dumas et Paul Molac) à récla­mer au gou­ver­ne­ment la régu­la­ri­sa­tion pro­vi­soire des sans-papiers pen­dant la crise du coro­na­vi­rus. François-Michel Lambert, élu éco­lo­giste des Bouches du Rhône estime que c’est une « ques­tion de vie ou de mort » pour tout le monde. S’il le dit…
Macron veut désor­mais annu­ler la dette des pays afri­cains. Il fau­drait d’a­bord rap­pe­ler le mon­tant de la dette fran­çaise, et com­prendre que fina­le­ment la situa­tion de la France, par exemple quand on regarde notre sys­tème de san­té, ne vaut guère mieux que celui des États afri­cains. Éric Zemmour a pro­po­sé qu’en échange, les États afri­cains reprennent chez eux leurs res­sor­tis­sants qui sont sur le sol fran­çais. Ce ne serait pas une mau­vaise idée.
Quant à la dette fran­çaise, puis­qu’une dette peut être ain­si effa­cée, pour­quoi ne pas deman­der à la BCE de l’an­nu­ler pure­ment et sim­ple­ment ? Nicole Belloubet - Garde des Sceaux

Vendredi 17 avril 2020

Pour mieux vous pro­té­ger, l’État, vous le savez après les dis­cours de Macron, a déci­dé d’in­ves­tir beau­coup d’argent. Une somme de 3,5 mil­lions d’eu­ros a été ain­si déblo­quée pour votre pro­tec­tion contre le coro­na­vi­rus. En quoi consiste donc cette future dota­tion ? Nous en avons obte­nu le détail :
→ Premier lot : 1,8 mil­lions d’euros HT pour 565 « micro-drones du quo­ti­dien ». De moins d’un kilo, ils doivent être capables de voler pen­dant vingt-cinq minutes mini­mum, jusqu’à une hau­teur de 100 m en étant dis­crets. Ils doivent fil­mer en 4K ou UHD, pos­sé­der une camé­ra ther­mique et trans­mettre à un mini­mum de 3 kilo­mètres.
→ Deuxième lot : 1,58 mil­lions d’euros HT pour 66 « drones de capa­ci­té natio­nale ». De 8 kilos maxi­mum, dis­crets, jusqu’à une hau­teur de 120 mètres, ils doivent pos­sé­der un objec­tif fil­mant à 500 mètres (avec un zoom x30 de jour), avoir une auto­no­mie de vol de 20 minutes et trans­mettre au moins à 5 kilo­mètres.
→ Troisième lot : 175 000€ HT pour 20 « nano-drones spé­cia­li­sés ». D’un poids infé­rieur à 50 grammes, ils doivent avoir une auto­no­mie de vol de 25 minutes mini­mum et trans­mettre leurs images à une dis­tance mini­male de 2 kilo­mètres.
Voici donc l’ap­pel d’offre pour « des pas­se­relles de récep­tion des trames wifi des drones col­la­bo­ra­tifs et de pres­ta­tions asso­ciées pour les besoins de la sécu­ri­té inté­rieure. » Un cha­ra­bia coû­tant la baga­telle de 3,5 mil­lions d’euros HT qui masque les vrais des­seins de cette allo­ca­tion.
Le Jour d’APRÈS de Macron se des­sine devant nos yeux. Avec Macron d’un côté et Ursula von der Leyen de l’autre, l’é­tau se res­serre dans une totale apa­thie du peuple.Drone Gendarmerie

Samedi 18 avril 2020

Si, une fois de plus, vous ne comp­tez que sur votre télé­vi­sion pour vous infor­mer, vous n’êtes cer­tai­ne­ment pas au cou­rant de l’in­cen­die qui ravage en ce moment la région de Tchernobyl en Ukraine, c’est beau­coup moins ven­deur que le coro­na­vi­rus.
Depuis le 3 avril, ce sont plus de 20 000 hec­tares qui sont par­tis en fumée dans cet incen­die qui mobi­lise plus de 400 pom­piers. Ce feu, qui a démar­ré près de la zone radio­ac­tive a été un moment maî­tri­sé, avant de repar­tir de plus belle dans la jour­née d’hier.
Selon les don­nées com­mu­ni­quées par l’institut de radio­pro­tec­tion et de sûre­té nucléaire (IRSN), le panache a sur­tout tou­ché la Lorraine et plus glo­ba­le­ment le Grand Est le 13 avril avant de dis­pa­raître le len­de­main. L’Institut déclare néan­moins que « l’impact résul­tant de l’inhalation de la radio­ac­ti­vi­té trans­por­tée par les masses dans l’air arri­vant en France devrait être insi­gni­fiant ». Cela rap­pelle les pro­pos tenus lors de l’ex­plo­sion de la cen­trale nucléaire en 1986. Des mesures sont en cours afin de défi­nir pré­ci­sé­ment le taux de radio­ac­ti­vi­té mais « les résul­tats ne seront dis­po­nibles que la semaine pro­chaine ».
Après le virus, la radio­ac­ti­vi­té ?

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE