Ma bonne semaine de mauvaise foi (26 avril 2020)

Dimanche 19 avril 2020

Chronique du Kali Yuga

Info com­plè­te­ment cen­su­rée sur vos chaînes d’in­for­ma­tion fran­çaises, et pour cause : en plein Paris, dans l’EHPAD du Jardin des Plantes (5e arron­dis­se­ment), 30 morts sur 112 pen­sion­naires. Ils ont été anes­thé­siés au Rivotril car l’hôpital de la Salpetrière refuse de les prendre. 13 de l’ef­fec­tif soi­gnant a fui. 6 pen­sion­naires sont encore infec­tés. Des cadavres res­tent en putré­fac­tion dans les chambres car les pompes funèbres débor­dées n’in­ter­viennent plus.
La France, sixième puis­sance mon­diale !

Lundi 20 avril 2020

De qui dépendent nos liber­tés publiques ? C’est un débat qui doit être mené en ces temps de pro­po­si­tions diverses d’en­fer­me­ment un plus mar­qué, avec tra­çage (et non pas tra­cking) par vos smart­phones à la clé.
Ce débat devrait avoir lieu avec les rares dépu­tés qui res­tent, le 28 avril à l’Assemblée et le len­de­main au Sénat. Mais sans vote ! Autrement dit bla-bla un point c’est tout, comme l’exige le patron des dépu­tés LREM Gilles Le Gendre, qui déci­dé­ment en ce moment, se sur­passe. Les macro­nistes ne veulent donc pas que soit contra­riée l’i­dée de nous fli­quer encore plus, de tout savoir de nos dépla­ce­ments, ren­contres, etc.
Quelques dépu­tés LR ont néan­moins récla­mé un vote à l’is­sue des dis­cus­sions, parce que selon eux, « Le rôle du Parlement n’est pas de papo­ter mais d’assurer le contrôle du res­pect des liber­tés indi­vi­duelles et publiques ».
Ce pro­jet de tra­çage des don­nées mobiles des par­ti­cu­liers, est cri­ti­qué pour ses risques tou­chant la vie pri­vée de ses uti­li­sa­teurs, même s’il est offi­ciel­le­ment pré­sen­té comme ne déro­geant pas à la régle­men­ta­tion sur les don­nées per­son­nelles. Cette appli­ca­tion « StopCovid » doit per­mettre à l’utilisateur (seule­ment lui ?) d’être pré­ve­nu s’il a ren­con­tré une per­sonne conta­mi­née par le virus et devrait entrer en fonc­tion avant le 11 mai, date pré­vue pour une sor­tie pro­gres­sive du grand confi­ne­ment.Traçage

Mardi 21 avril 2020

Le Ramadan com­mence ven­dre­di en pleine période de confi­ne­ment des familles. Et cer­tains, dans quelques sec­teurs, com­mencent à s’in­quié­ter de la tour­nure que risquent de prendre les choses. Il faut dire que pour l’heure, le confi­ne­ment dans ces zones n’est pas aus­si res­pec­té que dans les « quar­tiers non sen­sibles » pour reprendre la ter­mi­no­lo­gie de la doxa ambiante, loin s’en faut. Vos médias ne vous en parlent pas, mais il ne se passe pas une soi­rée sans escar­mouche entre les « jeunes » et la police, qui ne déploie pas non plus trop de zèle à deman­der les auto­ri­sa­tions de sor­tie.
Les appels à la prière col­lec­tive vont-ils se renou­ve­ler ? Les repas noc­turnes de rup­ture du « faux-jeûne » se dérou­le­ront-ils dans cer­taines villes en com­mun sur la Grand Place comme c’est l’u­sage par exemple à Vallauris ? On nous affirme que tout va très bien se pas­ser puisque les musul­mans pra­ti­quants « com­prennent très bien » les exi­gences de l’état d’urgence sani­taire.
C’est dans ce contexte que le pré­fet de police de Marseille, Emmanuel Barbe, l’an­cien Monsieur Prévention Routière, vient mettre son grain de sel. Il a tenu à ras­su­rer les musul­mans, qui sont quand même très nom­breux dans la cité pho­céenne en avouant que l’on ne pour­ra pas empê­cher les voi­sins de se visi­ter, par exemple pour fêter, nui­tam­ment et bruyam­ment, la rup­ture du (faux) jeûne. C’est donc un lais­sez-pas­ser (com­ment dit-on en arabe ?) de fait, qui est envoyé à la com­mu­nau­té mar­seillaise. Mais en fait, aucun risque n’est encou­ru puisque selon ses dires « la période du Ramadan per­met encore plus que d’habitude de veiller les uns sur les autres ».
Les Chrétiens auront-ils la pos­si­bi­li­té de veiller les uns sur les autres lors du week-end de Pentecôte, s’ils pro­mettent de ne pas faire trop de bruit afin de ne pas gêner leurs voi­sins musul­mans ?Emmanuel Barbe - Préfet police Marseille

Mercredi 22 avril 2020

Pas de confi­ne­ment pour les migrants. À Calais, une jeune femme de 27 ans, enceinte de 4 mois, a été agres­sée sexuel­le­ment, same­di der­nier vers 16 heures. Un témoin ayant com­pris qu’elle se fai­sait vio­ler lui a immé­dia­te­ment por­té secours. Son inter­ven­tion a mis en fuite l’agresseur, un Afghan âgé de 26 ans, qui sera rapi­de­ment inter­pe­lé par la police après les faits qu’il avoue­ra. Il recon­naî­tra même avoir pré­mé­di­té son acte puis­qu’il avait repé­ré la jeune femme avant les faits, tout sim­ple­ment par pul­sion, parce qu’il dési­rait un rap­port sexuel.

Agression sexuelle immigrés clandestins

Photo d’illus­tra­tion : une jour­na­liste agres­sée par des migrants

Jeudi 23 avril 2020

L’Italie, en proie au virus avec les consé­quences dra­ma­tiques que l’on sait, a ren­voyé chez eux 300 000 tra­vailleurs sai­son­niers, issus prin­ci­pa­le­ment des pays d’Europe de l’Est, notam­ment de Roumanie qui étaient employés dans les entre­prises agri­coles du pays. N’oublions pas que l’Italie est le second pro­duc­teur de fruits et légumes d’Europe.
Aujourd’hui, le sec­teur est en crise faute de… main d’œuvre. La pro­duc­tion risque de chu­ter de 40%. Comme en France, on a essayé de faire appel à des volon­taires pour venir tra­vailler dans les fermes. Mais les chô­meurs, étu­diants, retrai­tés et indé­pen­dants ita­liens sol­li­ci­tés n’ont pas vrai­ment répon­du à l’ap­pel.
Alors le gou­ver­ne­ment a tout sim­ple­ment déci­dé de décré­ter la régu­la­ri­sa­tion de 200 000 immi­grants illé­gaux. Ce que la ministre de l’Agriculture Teresa Bellanova pro­po­sait depuis plu­sieurs semaines.
Ce qui a natu­rel­le­ment fait bon­dir Salvini, le bouillant patron de la Lega : « Cela n’au­rait-il pas plus de sens d’ai­der tous les Italiens qui ont per­du et per­dront leur emploi à cause du virus, en leur don­nant la prio­ri­té et des contrats ? »
L’UE de son côté, ne com­mente pas, mais la pré­fé­rence euro­péenne reste un gros mot au sein des ins­ti­tu­tions bruxel­loises qui perdent là encore un peu plus de cré­dit.Vendanges Italie

Vendredi 24 avril 2020

Plus nom­breux que les attaques de « loup » en ce moment, les vols de mou­tons se mul­ti­plient depuis un mois avec l’ap­proche du rama­dan qui débute aujourd’­hui. On en parle beau­coup moins que des dégâts mis sur le dos du cani­dé, mais une asso­cia­tion s’est créée il y a plu­sieurs années en Loire Atlantique. Ce « col­lec­tif des éle­veurs pillés » estime à au moins 250, les bêtes volées depuis le début du mois d’a­vril.
Ils viennent d’ailleurs d’envoyer une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et à Nicole Belloubet, ministre de la Justice, pour dénon­cer ce phé­no­mène.
Les vols se passent en géné­ral de nuit, direc­te­ment dans les champs. Élevage moutonsLes ani­maux sont ligo­tés et char­gés direc­te­ment dans les voi­tures. D’après l’as­so­cia­tion, ce sont des per­sonnes qui savent s’y prendre. Les ani­maux ciblés sont ceux qui sont assez gros pour être man­gés, de l’agneau d’une tren­taine de kilos à la bre­bis.
On ne retrouve ni les bêtes ni les voleurs, sauf en cas de fla­grant délit ce qui est rare.
Les esprits cha­grins remar­que­ront que ce genre de vol ne s’est jamais pro­duit dans les éle­vages de porcs…Élevage porcs

Samedi 25 avril 2020

Pendant qu’ils sont confi­nés, les Français épargnent ! « 3,8 mil­liards d’eu­ros » en mars notam­ment sur le livret A, mais cela n’est pas du tout du goût de l’exé­cu­tif. Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a regret­té que les ménages mettent de l’argent de côté : « Ce n’est pas d’é­pargne dont nous avons besoin aujourd’­hui pour notre éco­no­mie, mais d’in­ves­tis­se­ment ».
Oui M. Le Maire, comme dirait une jeune mariée, mais… les maga­sins de bri­co­lage sont fer­més, les res­tau­rants sont fer­més, les ciné­mas sont fer­més, les maga­sins de vête­ments sont fer­més, les jar­di­ne­ries sont fer­mées, les maga­sins de sport sont fer­més, les bis­trots sont fer­més, les salles de sport sont fer­mées, les maga­sins d’élec­tro­mé­na­ger sont fer­més… Ce qu’il nous reste à part la bouffe… ce sont les banques ! Alors… ça fait tou­jours une sor­tie.Livret A - Épargne

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…

Patrice LEMAÎTRE