Christophe Barbier de Servile

Si le pauvre Édouard doit se conten­ter d’une si bête porte-parole gou­verne men­tale au QI d’huître, la pré­si­dence de la République dont le prince est un enfant, voit sa parole por­tée par un élé­gant à l’é­charpe rouge : Christophe Barbier.

Christophe Barbier - Emmanuel Macron

[source : purepeople.com]

Porte-coton du Président, les mal­po­lis diront « lèche-cul du Monarc », ce VRP pré­si­den­tiel au papier jour­na­lis­tique hygié­nique n’es­suie pas que les plâtres de son idole pre­mier de cor­dée. Ce bar­bier-là ne rase pas gra­tis. Sa for­tune est confor­table, les sommes sont indé­centes, mais secret défense dans le Milieu du jour­na­lisme. On se rap­pelle l’é­change ten­du entre Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Michel Aphatie.

Jean-Michel Aphatie : Traitez-nous de voleurs tant que vous y êtes !
Nicolas Dupont-Aignan : Je ne vous traite pas de voleur. Mais osez dire votre salaire !
Jean-Michel Aphatie : Mais mon salaire mon­sieur, je le mérite. Comme vous. Et je ne vous le dirai pas.

Après un pas­sage Express de 2006 à 2016, le comique est à BFM-TV ce que Nicolas Canteloup est à TF1. Pour ceux qui s’intéressent à l’en­semble de son œuvre, le site de l’OJIM dresse un excellent por­trait ici.

Qui mieux que Yamini Lila Kumar-Cohen, son épouse réa­li­sa­trice, connait cet homme intègre ? Elle décla­rait dans Gala en 2013 : « Il se trouve que ni moi ni per­sonne autour de Christophe Barbier ne sait pour qui il vote ». Manifestement l’a­mour rend aveugle.

Christophe Barbier - sondage appli traçage Covid

Le pré­cieux minet à l’é­charpe rouge, même dans la cha­leur des stu­dios, veut tondre les Français, leur dimi­nuer leur retraite, les faire tra­vailler plus, etc. C’est que le raseur n’est pas regar­dant sur la mousse à raser.

Le beau par­leur de pla­teaux TV est aus­si écri­vain, on lui doit cet essai dans lequel il s’in­ter­roge sur la généa­lo­gie de Macron. Là, il va cher­cher loin : Caligula l’au­to­crate assas­si­né, Louis XVI le rac­cour­ci, mais Clemenceau le chef de guerre. Quant à Giscard l’a­ris­to­crate, sans aucun doute. En même temps, Macron est cer­tai­ne­ment la syn­thèse uni­ver­selle de toute l’Humanité.
Sans doute y a‑t-il une coquille dans le titre : lire Macron sans les masques.
Barbier, c’est aus­si celui qui traite les Gilets Jaunes d’assas­sins au pré­texte qu’ils van­da­lisent les radars.

Souhaitons à cet homme coquet qu’il ne finisse pas échar­pé comme la célèbre can­ta­trice Isadora Duncan qui finit tra­gi­que­ment étran­glée par l’ac­ces­soire de mode.
Michel Lebon