Et en France ? Ça bouge quand ?

Je vous par­lais il y a peu des mani­fes­ta­tions anti-gou­ver­ne­men­tales qui s’é­taient dérou­lées en Allemagne.

En Espagne aus­si, le peuple entre en guerre contre le gou­ver­ne­ment. Samedi, à l’appel du par­ti VOX, des mani­fes­ta­tions dans tout le pays se sont dérou­lées en voi­ture, avec un grand suc­cès de fré­quen­ta­tion et de nom­breuses per­tur­ba­tions.Acto de Vox en Vistalegre
Depuis le 10 mai, des « cace­ro­la­das » (bruit de cas­se­roles – notre illus­tra­tion ci-des­sus)) avaient déjà été orga­ni­sées pour faire face aux applau­dis­se­ments confor­mistes du 20 heures.

Ce geste de frap­per des cas­se­roles est une forme de pro­tes­ta­tion née au Chili à l’é­poque du gou­ver­ne­ment d’Allende, le geste sym­bo­lique vou­lait mon­trer qu’elles étaient vides, que le peuple n’avait plus de nour­ri­ture. Traditionnellement, c’est donc une mani­fes­ta­tion de droite, disons popu­liste, popu­laire pour déplaire au « Monde ».Espagne - populisme

Les « BFM » espa­gnols ont ten­té de dis­cré­di­ter le mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion, le décri­vant comme pro­ve­nant des classes aisées, de ren­tiers, de bobos qui vivent bien et se plaignent de ne pas pou­voir mieux vivre. Vieille ficelle usée que l’on n’hé­site pas à res­sor­tir quand on n’a pas d’autre expli­ca­tion à four­nir.

Mais les images des mani­fes­ta­tions pré­sentent de plus en plus fré­quem­ment la confron­ta­tion, heu­reu­se­ment pas trop phy­sique, entre les mani­fes­tants anti-gou­ver­ne­ment bran­dis­sant des dra­peaux espa­gnols, et d’autres grou­pus­cules plu­tôt d’extrême gauche avec des dra­peaux arc-en-ciel, des fau­cilles et des mar­teaux, qui bizar­re­ment, sou­tiennent le gou­ver­ne­ment libé­ro-cen­triste !

Vox - Caravana - 23 mai 2020

En atten­dant la pro­tes­ta­tion s’amplifie dans toute l’Espagne et il y a même des groupes de gauche dis­si­dents qui appellent à rejoindre les pro­tes­ta­tions. Ainsi, ce qui est né comme une pro­tes­ta­tion dans un quar­tier de Madrid de haut stan­ding s’étend à d’autres villes et quar­tiers popu­laires espa­gnols.
Il faut dire que le gou­ver­ne­ment espa­gnol est res­té aujourd’hui silen­cieux devant près de 30 000 morts offi­cielles. La gauche a ain­si per­du toute cré­di­bi­li­té en Espagne, se limi­tant une fois de plus à n’être que la marion­nette du PSOE.PSOE Espagne

Donc l’Allemagne la semaine dernière, l’Espagne ce weekend… et en France ?

Le timide retour des Gilets Jaunes sur les ronds-points sera-t-il le début d’une Reconquista de l’o­pi­nion ?

Il ne faut pas traî­ner. La menace d’une prise en main des mani­fes­ta­tions par le Système et son bras armé, l’ex­trême gauche et les Antifas, est réelle. Si on fait abs­trac­tion de la crise sani­taire, le désastre social qui vient est du pain bénit pour les forces rouges. La CGT et Sud ont déjà mon­tré les dents face à Amazon et Renault. Leurs forces s’ai­guisent et vont agir petit à petit, leur conquête de l’es­pace public fran­çais est dans leurs objec­tifs. Les relais acti­vistes d’ex­trême-gauche sont pré­pa­rés pour leur don­ner un coup de main. Cela se fera les doigts dans le nez si le peuple fran­çais ne réagit pas.
De sur­croît on ne peut pas comp­ter sur les médias fran­çais, qui ne feront que déni­grer tout mou­ve­ment popu­laire, ou popu­liste, comme en Espagne. Ces médias, on le sait à pré­sent, sont aidés par une cen­sure de plus en plus impor­tante sur les réseaux sociaux.

La grande ques­tion que tout le monde se pose tant au sein du Système que chez les Résistants :

D’où viendra le meneur(1)qui catalysera la grogne générale ?

Patrice LEMAÎTRE

(1) … ou la meneuse !

2 Commentaires 

  1. Non ! Les Français ne bou­ge­ront pas, trop pré­oc­cu­pés par les vacances qui arrivent !! (on ver­ra à la ren­trée).
    Ce qui est incroyable, avec ce qui vient de se pas­ser depuis plu­sieurs mois (et ce qui se passe encore) car le gou­ver­ne­ment a per­du toute cré­di­bi­li­té. Mais voi­là, on a la pénible impres­sion que les Français sont anes­thé­siés, amorphes.
    Et quand on a vu, il y a quelques jours, des mil­liers de sans papiers défi­ler dans Paris au mépris des ordres don­nés, et les CRS envoyer sim­ple­ment de « gen­tilles gre­nades lacry­mo­gènes » (il ne fal­lait sur­tout pas bles­ser quel­qu’un) alors qu’il y a quelques mois, ils gazaient, bles­saient, moles­taient les Français qui osaient dénon­cer le manque de moyen de l’hô­pi­tal… On peut se deman­der si les poli­tiques ne sont pas deve­nus fous.
    Et si ces per­sonnes qui demandent la régu­la­ri­sa­tion se com­portent (déjà) de la sorte, ima­gi­nez la suite !! l’a­nar­chie… plus de lois, plus de res­pect, on fait ce qu’on veut..
    France, ma France qu’es tu deve­nue ???

    Répondre
  2. Monsieur Lemaître, vous met­tez le doigt sur le vrai pro­blème : seul un sou­lè­ve­ment popu­laire pour­ra nous débar­ras­ser des enne­mis de la France, de la race euro­péenne et de la judéo-chré­­tien­­té qui sont arri­vés frau­du­leu­se­ment au pou­voir. Vivement le salut !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code