Ma bonne semaine de mauvaise foi (31 mai 2020)

Dimanche 24 mai 2020

Chronique du Kali Yuga

En ville, la popu­la­tion se divise en deux camps : ceux qui portent le masque et ceux qui ne le portent pas(1). Le condi­tion­ne­ment par la peur est tel, que les gens mas­qués n’osent même pas ren­trer chez eux avec ledit masque qui doit être infec­té après avoir croi­sé trois per­sonnes. Donc en toute logique de blai­reaux égoïstes, ils le jettent n’im­porte où.

Moralité : après seule­ment deux semaines de décon­fi­ne­ment, une quan­ti­té invrai­sem­blable de masques chi­rur­gi­caux et de gants en latex jonchent déjà les fonds marins de la Méditerranée, comme à Antibes…Pollution maritime - masques - gants

Lundi 25 mai 2020

Pendant le décon­fi­ne­ment, la répres­sion conti­nue. Vous n’a­vez pas vu, dans vos jour­naux télé­vi­sés, d’i­mages de mani­fes­ta­tions de soi­gnants ? Vous pen­sez sans doute que tout ça, c’est ter­mi­né, ran­gé avec les Gilets Jaunes dans un coin. Et bien non, les soi­gnants ne sont tou­jours pas contents de leur sort. Et main­te­nant que l’é­pi­dé­mie les laisse un peu souf­fler, quelques-uns ont repris les mani­fes­ta­tions, au moins à Paris.
C’était le cas jeu­di der­nier devant l’hô­pi­tal Robert-Debré (19ᵉ arron­dis­se­ment), où plus de 400 per­sonnes, dont de nom­breux soi­gnants, s’étaient réunies devant l’hôpital pari­sien pour deman­der des moyens sup­plé­men­taires pour l’hô­pi­tal public.
Ceci n’est qu’une consé­quence logique des nom­breuses pénu­ries (per­son­nel, maté­riel, etc.) dénon­cées depuis des années, sans aucune réac­tion de la part de Chirac, Sarkozy, Hollande ou Macron qui ont lais­sé faire (s’ils n’ont pas encou­ra­gé) la déli­ques­cence de nos ser­vices de soin.
Fidèles à la concep­tion gou­ver­ne­men­tale du droit de mani­fes­ter, les forces de l’ordre ont ver­ba­li­sé une cin­quan­taine de per­sonnes pour avoir refu­sé de se dis­per­ser. Trois d’entre elles ont été pla­cées en garde à vue.
Certains espé­raient un chan­ge­ment « après »…Manifestation - Soignants

Mardi 26 mai 2020

Depuis une semaine, plus de 30 000 com­munes ont vu leurs conseils muni­ci­paux être pour­vus… et ces conseils peuvent enfin se réunir pour élire leur maire, les anciens maires ayant été pro­ro­gés voient donc leur man­dat se ter­mi­ner effec­ti­ve­ment. Mais un peu moins de 5 000 com­munes, en par­ti­cu­lier les grandes villes, où les listes sont plus nom­breuses, ne savent pas qui pour­rait rem­por­ter ces élec­tions. Ces com­munes repré­sen­tant quand même plus de 25 mil­lions d’habitants. Et faute de deuxième tour rapide, il fau­dra reprendre tout le pro­ces­sus élec­to­ral à zéro.
Le conseil scien­ti­fique Covid-19, qui nous expli­quait sans rire en pleine pan­dé­mie que rien ne s’opposait à ce qu’ait lieu le pre­mier tour des élec­tions muni­ci­pales, le 15 mars, vient de rendre un avis favo­rable pour que le second tour puisse avoir lieu le 28 juin… À condi­tion bien enten­du que le gou­ver­ne­ment mette tout en œuvre pour pro­té­ger les élec­teurs du vilain virus, ce qu’il sait très bien faire, nous l’a­vons vu depuis 3 mois. Après nous avoir dit que le masque était inutile, puis encou­ra­gés à le por­ter le plus sou­vent pos­sible, le gou­ver­ne­ment qui n’en est pas à une contra­dic­tion près, conti­nue­ra de nous expli­quer qu’il faut aller voter, mais que d’autre part, se dépla­cer est très ris­qué.
Rien de mieux pour encou­ra­ger une abs­ten­tion qui sera de nou­veau un record !
Si cette abs­ten­tion n’a pas por­té un gros pré­ju­dice dans l’é­lec­tion des petites com­munes, dans les grandes villes c’est une autre paire de manches. Je doute que le scru­tin ne repré­sente vrai­ment l’é­lec­to­rat… À ce petit jeu, qui en tire­ra par­ti ? Puisque cette fois, ce sont des scru­tins plus poli­ti­sés qui seront en jeu.Conseillers municipaux

Mercredi 27 mai 2020

Bigard can­di­dat ? C’est en tout cas ce que l’hu­mo­riste a lais­sé entendre aujourd’­hui sur BFM
« Si cela pou­vait aider le peuple à avoir une voix sin­cère, qui ne ferait par­tie d’au­cun par­ti poli­tique, oui ça pour­rait me ten­ter. »
L’autre Jean-Marie, qui n’hé­site pas lui non plus à trai­ter la classe poli­tique et le gou­ver­ne­ment de « tocards », avait été contac­té part Macron lui-même à la suite d’une vidéo dans laquelle il mili­tait pour la réou­ver­ture des bars et s’en pre­nait sans conces­sions à la manière dont le gou­ver­ne­ment a géré la crise du coro­na­vi­rus.
Le jour­nal offi­ciel macro­niste Le Monde cite un « puis­sant conseiller de l’exé­cu­tif » qui affirme avoir la trouille d’une can­di­da­ture popu­liste en 2022…
Je rap­pelle qu’un des sketches les plus popu­laires de Jean-Marie Bigard, par­lait d’une chauve-sou­ris enra­gée…

Jeudi 28 mai 2020

Je vous par­lais la semaine der­nière de la charge du jour­nal Le Monde, pro­prié­té de plu­sieurs mil­liar­daires par­mi les­quels MM. Niel et Pigasse, et indi­rec­te­ment de Bill Gates, contre le pro­jet de Michel Onfray de créer un maga­zine d’op­po­si­tion sou­ve­rai­niste inti­tu­lé « Front Populaire ». Les deux pigistes Lucie Soullier et Abel Mestre ont reçu en réponse une volée de bois vert de la part du phi­lo­sophe, qui n’hé­site pas à s’en prendre éga­le­ment à « Libération », pro­prié­té d’autres mil­liar­daires. Je doute qu’a­près une telle réplique, les deux appren­tis répondent aus­si rapi­de­ment et effi­ca­ce­ment…
À suivre…
L’article d’Onfray inti­tu­lé « Police men­tale et minis­tère de la véri­té » est un modèle de réponse.

Front Populaire Michel Onfray Police mentale et ministère de la vérité

Cliquez sur l’i­mage pour lire le texte de Michel Onfray

Vendredi 29 mai 2020

Hier nous avons appris la mort de Guy Bedos… Pour para­phra­ser Pierre Desproges, je dirais sans honte que hier soir, j’ai repris deux fois de l’ex­cellent cham­pagne appor­té par un de nos col­la­bo­ra­teurs du jour­nal pour fêter notre pre­mière réunion de tra­vail du Jour d’Après.
Il paraît que ce n’est pas bien de se réjouir de la mort de quel­qu’un, soit. Mais je ne ver­se­rai pas une larme, pour un type qui a pas­sé sa vie à cra­cher sur toutes les valeurs aux­quelles je crois. Quelques années un peu drôle en couple, puis le céli­bat lui a com­plè­te­ment cou­pé l’ins­pi­ra­tion en le ren­dant gros­sier, aca­riâtre, et méchant. Bedos, c’é­tait la Tatie Danielle du show­biz.

Ses der­nières lubies l’a­vaient ame­né à pro­mou­voir l’in­va­sion migra­toire. Un cer­tain « mou­ve­ment » avait alors publié sa pho­to avec son adresse per­son­nelle pour expli­quer aux migrants où s’a­dres­ser. Il n’en a jamais accep­té un seul. Guy Bedos - Bienvenue migrantsC’était ça Bedos, l’in­jure pour les autres, l’au­to­suf­fi­sance pour lui. Parfois même l’in­jure un jour, l’a­mour le len­de­main. Son fils s’est fait une petite place grâce au nom de papa bien sûr, sûre­ment pas grâce à son talent. Bon sang ne sau­rait men­tir.

Guy Bedos Guy Bedos
Charlie Hebdo, ce n’est pas mes copains… Qu’ils crèvent ! Ils ont pris des risques sur la peau des autres. En plus ils ne sont pas drôles. C’était nul, l’his­toire de Mahomet… Je suis Charlie […]. Je suis rava­gé d’a­voir per­du mes amis, tout bête­ment […]. J’ai pleu­ré comme un gosse toute l’a­près-midi […]. Cabu, j’ai­mais beau­coup, Wolinsky…

Samedi 30 mai 2020

Et vous, avez-vous été tes­tés :
Êtes-vous bien res­tés chez vous, sans tri­cher, du 17 mars au 11 mai ?
Avez-vous applau­di tous les soirs sur votre bal­con de 20h à 20h05 ?
Êtes-vous ensuite ren­tré écou­ter M. Salomon vous don­ner le nombre de vic­times du jour ?
Avez-vous de pré­fé­rence fait vos courses en hyper- ou super­mar­ché ?
Avez-vous rom­pu tout contact phy­sique avec votre famille éloi­gnée et vos amis avant le 11 mai ?
Avez-vous ache­té un stock de masques et de gel hydro­al­coo­lique ?
Portez-vous votre masque lors de toutes vos sor­ties, y com­pris quand vous pre­nez votre propre voi­ture ?
Avez-vous votre cor­dage pour déli­mi­ter un espace per­son­nel en pique-nique ?
Quand le vac­cin sera prêt, irez-vous vite vous faire vac­ci­ner ?

Homme brisant chaînes - Jean Roncourt

Hercule bri­sant ses chaînes, régules (alliage d’é­tain ou de plomb et d’an­ti­moine) de Jean Roncourt

Si vous avez répon­du une fois « non » au ques­tion­naire, vous ne méri­tez pas encore la liber­té très condi­tion­nelle concé­dée aux Français par le pre­mier ministre.
Vous devrez donc attendre la ver­sion Covid 2.0, avant de reven­di­quer une vie nor­male.

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE

(1) Lire à ce pro­pos Pierre-Émile Blairon : « Le masque, muse­lière, baillon, ou les deux à la fois, consti­tue le sym­bole par­fait de sou­mis­sion à l’ordre régnant qui per­met à nos gou­ver­nants de savoir glo­ba­le­ment (sauf excep­tion) quels sont ceux des Français qui leur sont pas­si­ve­ment acquis et, mieux encore (car leurs visages sont à décou­vert) ceux qui deviennent de fac­to des dis­si­dents » dans Les Apprentis-dic­ta­teurs.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code