Preuve est faite : le réchauffement n’est pas dû au CO2

Dans notre article du 22 avril der­nier (Ni la pol­lu­tion ni le taux de CO2 ne baissent : tiens donc !), nous évo­quions les consé­quences logiques qu’aurait dû avoir la chute des acti­vi­tés humaines résul­tant de la mise en confi­ne­ment des popu­la­tions. Nous fai­sions obser­ver que la prin­ci­pale rai­son­na­ble­ment atten­due était une dimi­nu­tion signi­fi­ca­tive la pol­lu­tion de l’air et du taux de CO2 conte­nu dans l’atmosphère. Or, force est de consta­ter qu’il n’en fut rien. Non seule­ment, les taux n’ont pas dimi­nué mais, tout au contraire, il n’ont ces­sé d’augmenter. Les obser­va­tions de mi-mars à mi-avril (Airparif, Atmo France) révé­laient déjà ce sur­pre­nant constat. Celui-ci vient d’être confir­mé par les enre­gis­tre­ments de la sta­tion de Mauna Loa située sur sur l’île de Hawaï.

Station Mauna Loa - Hawaï

Les obser­va­toires du Mauna Kea sont un ensemble d’ob­ser­va­toires astro­no­miques indé­pen­dants, comp­tant les téles­copes par­mi les plus grands et les plus puis­sants du monde et situés au som­met du vol­can Mauna Kea sur l’île d’Hawaï.

Alors que le site static.climato-realistes.fr indique une chute de l’activité éco­no­mique de 58 % en Europe, durant le confi­ne­ment – tra­fic aérien inter­rom­pu, indus­tries à l’arrêt, cir­cu­la­tion des véhi­cules ter­restres qua­si nulle –, les enre­gis­tre­ments de la sta­tion de Mauna Loa sont res­té fidèles à la courbe ascen­dante enta­mée en 1958 lorsque C. David Keeling créa cet obser­va­toire pour la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Ce scé­na­rio dont aucun des médias porte-parole du GIEC ne s’est fait l’écho – et pour cause – vient mettre à mal toutes les asser­tions des cli­ma­to-alar­mistes obs­ti­nés à nous ser­vir leur pro­pa­gande sur le réchauf­fe­ment pla­né­taire d’origine humaine.

Déjà, en 2019, plu­sieurs cen­taines de scien­ti­fiques, se basant sur des obser­va­tions de ter­rain, notam­ment celles de Mauna Loa, et non sur des simu­la­tions infor­ma­tiques, avaient signé une décla­ra­tion de non urgence cli­ma­tique tout à fait oppo­sée au cou­rant domi­nant de pen­sée. Nous l’avions évo­qué dans un article inti­tu­lé Doxa cli­ma­tique : des savants et des uni­ver­si­taires ruent dans les bran­cards. Aujourd’hui, le confi­ne­ment des 69 pays les plus déve­lop­pés, donc émet­teurs de CO2 en grande quan­ti­té (97 % des émis­sions dites anthro­piques), vient leur don­ner rai­son : l’activité humaine n’y est pour rien.

Les écolo-bobos s’étranglent

La thèse du GIEC va-t-elle deve­nir inte­nable ? Celle des spé­cia­listes qui annoncent la baisse du rayon­ne­ment solaire indui­sant une sta­bi­li­sa­tion de la tem­pé­ra­ture glo­bale puis une dimi­nu­tion va-t-elle enfin s’imposer ?

Hélas, cela risque de ne pas être aus­si évident que ça. On se sou­vient que même le Climategate de 2009 – qui a révé­lé des mani­pu­la­tions de don­nées pour ren­for­cer la ten­dance à la hausse des tem­pé­ra­tures mais aus­si l’existence de listes d’exclusion de scien­ti­fiques réfrac­taires aux thèses du GIEC et des mises sous pres­sion des édi­teurs pour les empê­cher de publier les articles qui ne vont pas dans le « bon » sens – n’a pas réus­si à enta­mer l’autorité du GIEC. Les médias pro­pa­gan­distes ont fait preuve d’une telle man­sué­tude qu’aujourd’hui plus per­sonne ne parle de cet énorme scan­dale. Mieux, le quo­ti­dien Le Monde, notre grand mani­pu­la­teur d’opinions, s’est empres­sé de voler au secours des impos­teurs en se tor­tillant dans tous les sens pour faire croire à un « hoax ». Ainsi, contrai­re­ment à ce qu’on aurait pu ima­gi­ner, la mal­hon­nê­te­té des experts du cli­mat ayant été démon­trée, le débat scien­ti­fique n’est pas repar­ti à zéro. On peut donc craindre que ce der­nier constat sur l’origine non anthro­pique du réchauf­fe­ment n’ébranle pas davan­tage le dogme.

Pourtant, un petit espoir sub­siste. En effet, dans un docu­ment pré­pa­ra­toire à son modèle de 2016 (Solar Forcing for CMIP6 v3.1), le GIEC avait consen­ti à aban­don­ner sa vision sta­tique du soleil pour consi­dé­rer, enfin, nombre de para­mètres liés à l’activité solaire : « Il y a de plus en plus de preuves que le Soleil entre­ra dans une phase de faible acti­vi­té vers 2050, après un grand maxi­mum qui a culmi­né au cours du 20e siècle », pou­vait-on lire(1). Nonobstant, il n’y a pas lieu de se réjouir trop vite car, aus­si­tôt après, ses pre­mières simu­la­tions don­naient des tem­pé­ra­tures plus éle­vées que celles du modèle pré­cé­dent. Forcément, le GIEC n’étant pas une orga­ni­sa­tion scien­ti­fique mais une bureau­cra­tie onu­sienne man­da­tée pour répandre l’alarmisme cli­ma­tique, il n’allait pas lâcher le dogme aus­si faci­le­ment. Ses « rap­ports », œuvres de pseu­do-scien­ti­fiques aveu­glés par leur idéo­lo­gie anthro­po-res­pon­sable et essen­tiel­le­ment des­ti­nés aux déci­deurs, vont conti­nuer à s’imposer sous l’action du rou­leau com­pres­seur des ONG gal­va­ni­sées par la sainte Greta Thunberg. Greta Thunberg Skolstrejk för KlimatetEt l’on sait que ces rap­ports sont exploi­tés par les acteurs poli­tiques, sans aucun débat, pour nous impo­ser des chan­ge­ments majeurs de styles de vie. La Déclaration de non urgence cli­ma­tique citée plus haut le dénonce sans ambi­guï­té : « Si la science cli­ma­tique offi­cielle est valable, pour­quoi ses dis­ciples recourent-ils à res­treindre la liber­té d’expression, à faire taire ceux qui doutent, à sup­pri­mer ou à alté­rer les preuves contraires, à effrayer le public, à encou­ra­ger les rébel­lions dans la rue et à mal infor­mer les éco­liers ? » [notre illus­tra­tion à la une]

Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique que nous connais­sons est natu­rel et le CO2 sata­ni­sé par le GIEC n’a aucune influence mesu­rable sur le cli­mat. Le confi­ne­ment vient d’en appor­ter la preuve criante.

Cette démonstration sans appel doit absolument servir au réveil des consciences

Les popu­la­tions doivent désor­mais refu­ser la pro­pa­gande et ne plus se lais­ser mys­ti­fier par ces mani­pu­la­teurs qui entraînent les gou­ver­nants à dila­pi­der des sommes colos­sales d’argent public dans des poli­tiques infon­dées qui n’auront aucune influence sur le cli­mat. La tran­si­tion éner­gé­tique que l’on veut nous impo­ser est une aber­ra­tion et il faut bar­rer la route à la plou­to­cra­tie verte sub­si­diée par l’argent public qui nous entraîne à la catas­trophe. Quand le soleil va entrer en léthar­gie dans un ave­nir rap­pro­ché, comme de plus en plus de spé­cia­listes en sont convain­cus, que ferons-nous avec nos seules éoliennes pour assu­rer une demande éner­gé­tique qui va explo­ser du fait du refroi­dis­se­ment cli­ma­tique et du pas­sage au tout élec­trique ? Un cer­tain chaos se pro­file et nous en por­tons la res­pon­sa­bi­li­té du fait de notre funeste cré­du­li­té.

Charles ANDRÉ

« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »

(1) « There is gro­wing evi­dence for the Sun to enter a phase of low acti­vi­ty near 2050, after a grand maxi­mum that pea­ked during the 20th cen­tu­ry »

13 Commentaires 

  1. COMPLOTISTES OBSCURANTISME RACISME
    Vous n’avez que ces mots à la bouche lorsque une per­sonne argu­mente et fait des recherches et vous ver­rez que vous êtes pris pour des bœufs oui des bœufs.
    Demandez aux vrais experts ceux qui sont indé­pen­dants oui celui qui paye l’étude veut qu’elle lui soit favo­rable.
    Pour le cli­mat écou­tez les cli­ma­to­logues, pas le GIEC.
    Pour l’obscurantisme, vous ne lisez plus, vous faites ce que vous disent les médias qui reçoivent des sub­ven­tions de l’état, même les syn­di­cats : on ne mord pas la main qui vous nour­rit.
    Pour le racisme LA RACE NE PEUT LE DIRE SUR L’HOMME car il fait par­tie de même espèce (humaine) il y a race lorsque l’on ne peut se repro­duire.
    Hors l’homme peut se repro­duire avec un homme ayant la peau noire, rouge, jaune, on peut les clas­ser en sous espèce mais pas en races
    Avant d’utiliser des mots retrou­vaient le sens d’origine ils changent le sens d’un mot pour vous asser­vir non pour vous aider

    Répondre
    • Nul ne conteste le fait que cer­tains ont la peau noire et d’autres rouge ou jaune, comme vous dites. C’est bien ce que vous écri­vez. Certains ont même la peau blanche. Si, si ! Et ils ont déve­lop­pé une grande civi­li­sa­tion. La preuve : toute la pla­nète vient vivre là où les blancs ont déve­lop­pé cette civi­li­sa­tion.
      Dans le fond, vous êtes aus­si vic­time de la Police de la Pensée, sans même vous en rendre compte, puisque vous vous inter­di­sez vous même d’u­ti­li­ser le mot « race ». Alors vous pré­fé­rez uti­li­ser le mot « sous-espèce ». C’est comme vous vou­lez, mais c’est un peu ridi­cule. Moi je trouve que le mot race est plus joli que sous-espèce. D’ailleurs ne dit-on pas de quelque chose de beau que c’est « racé ».

  2. les races sont : les chiens, les chats, les puces, les cacha­lots, les hommes !

    Répondre
    • Réponse à Thierry :
      vous faites par­tie de ces mil­lions de Français qui ont été lobo­to­mi­sés par la pro­pa­gande du Système depuis plu­sieurs décen­nies : le mot « RACE » vous effraie car la Police de la Pensée vous inter­dit de l’u­ti­li­ser pour les hommes.
      Alors vous dites une énorme âne­rie : « les races sont : les chiens, les chats, les puces, les cacha­lots, les hommes ! » Désolé, mais c’est idiot. C’est même le contraire ! Vous n’a­vez jamais enten­du par­ler de telle ou telle race de chiens ou de chats ? Si, bien sûr.
      Alors on n’au­rait pas le droit de par­ler de races pour les humains ?

  3. On sait depuis au moins une quin­zaine d’an­nées que c’est qua­si UNIQUEMENT la capa­ci­té du soleil à chauf­fer la Terre qui varie au fil des mil­lé­naires. Plus il est taché plus il chauffe, moins il est taché moins il chauffe ; et c’est comme cela depuis que l’u­ni­vers existe. Alors assez du GIEC et autres orga­nismes inter­na­tio­naux qui se sont créés sur l’i­déo­lo­gie sophique de l’an­thro­pisme : plus on pro­duit, plus on détruit sans même tenir compte de la filière trai­te­ment des déchets.

    Répondre
  4. J’attire votre atten­tion sur ces 2 actua­li­tés scien­ti­fiques : https://www.ipsl.fr/Actualites/Actualites-scientifiques/La-pollution-parisienne-diminue-t-elle-pendant-le-confinement (sans confi­ne­ment, il y aurait eu un épi­sode de pol­lu­tion majeure Ile de France avec alerte/​réduction des vitesses) et https://www.ipsl.fr/Actualites/Actualites-scientifiques/COVID-19-et-emissions-globales-de-CO2 qui détaille la réduc­tion des émis­sions de CO2 dans plu­sieurs pays. De plus il ne faut pas confondre émis­sions et concen­tra­tion qui est le résul­tat année après année de l’ac­cu­mu­la­tion de ce gaz, réduits des puits d’ab­sorp­tion (végé­ta­tion et océan pour le CO2).

    Répondre
  5. Hélas des mil­liards d’in­di­vi­dus se sont fait roya­le­ment avoir:))
    Gustave Le Bon et Edward Bernays rient encore !
    L’horrible poi­son qui est vital à la vie sur cette pla­nète, le CO2, est deve­nu l’en­ne­mi no.1 à conte­nir, res­treindre, contrô­ler… et le plus impor­tant, à TAXER.
    Évidemment le CO2 dans votre serre de jar­din est toxique et change le cli­mat de la terre… tout comme le monde est plat!!!
    Cette nou­velle reli­gion verte avait besoin d’un Cheval de Troie et ils ont sau­té des­sus gaie­ment.
    Ka-ching$$$.
    Cette SECTE mino­ri­taire orga­ni­sée et aidée par des élé­ments essen­tiels, cer­tains scien­ti­fiques éco-bap­­ti­­sés, nos médias bien payés et donc peu intel­li­gents, des célé­bri­tés décé­re­brées, les gou­ver­ne­ments bien pen­sants de gauche, des orga­ni­sa­tions comme l’ONU, le Club de Rome, l’IPCC, Fondation des Rockefeller, le Sierra Club, Nicolas Hulot, le giec(lol), NASA, NOAA, des cli­ma­to­hys­té­riques et d’autres dis­ciples et idiots utiles comme la ”Rain Man” Greta qui VOIT le CO2:)) Hilarant.
    Le bou­lot de tout ce beau monde est de pro­sé­ly­ti­ser et répandre la nou­velle DOXA éco­lo­gique de TRANSITION !
    Afin d’é­vi­ter La FIN du MONDE😁!
    Et GARE à celui qui ose contre­dire cette idéo­lo­gie chris­tique:(((
    Toute preuve scien­ti­fique obser­vable qui met en ques­tion cette DOXA erro­née est sys­té­ma­ti­que­ment abat­tue car leurs papiers ne sont jamais publiés car trop gênants de véri­té:(
    La « conjec­ture » l’ef­fet de serre il y a 160 ans de Svante Arrenhius et quelques autres scien­ti­fiques qui n’a jamais à ce jour été prou­vée reste SACRÉE mal­gré d’é­normes pro­grès depuis qui la dyna­mitent !?
    Arrenhius et Compagnie ne connais­saient nul­le­ment les 1ère et 2ème Loi de La Thermodynamique et la Loi de la Conservation, mais hélas il faut abso­lu­ment main­te­nir en place cette « conjec­ture » !
    Car ceci garan­tit le pac­tole idéo­lo­gique et finan­cier en TAXANT la plus grande indus­trie au monde, l’in­dus­trie de pétrole sans laquelle nous n’au­rions pas connu d’é­normes pro­grès et une aug­men­ta­tion consi­dé­rable de notre qua­li­té de vie !
    90% de tous nos pro­duits de consom­ma­tion viennent de cette source qui nuit à la Terre Mère !
    Les émis­sions de CO2 ne peuvent en aucun cas influen­cer, mal­gré une bonne volon­té, le cli­mat ou tem­pé­ra­ture sur terre.
    Au contraire ce 0,6% gaz atmo­sphé­rique en masse ver­dit le globe et donne davan­tage de vie à tous les niveaux.
    Une dimi­nu­tion légère de la cou­ver­ture nua­geuse glo­bale, sur­tout dans les régions tro­pi­cales, à fait en sorte que les sai­sons changent et la tem­pé­ra­ture aug­mente 1,6 degrés Celsius depuis envi­ron 1850. Causée par, tiens tiens, le SOLEIL🌞 !
    NON Pas le CO2, mais schhh🤫 !
    Et ces éner­gu­mènes éco­los veulent le sup­pri­mer comme sai­gner le patient pour le gué­rir.
    Dingue mais hélas vrai :((
    Vous deman­dez aux membres éga­rés de cette secte d’ap­por­ter la moindre preuve tan­gible de l’ef­fet néfaste du CO2… un silence assour­dis­sant 🙁
    Même chose chez nos ministres éco­los et les gou­ver­ne­ments à tra­vers le monde qui ne maî­trisent nul­le­ment la phy­sique de l’at­mo­sphère.
    La Science Officielle et poli­ti­que­ment cor­recte mène la danse.
    « Changer le cli­mat et comme essayer d’a­gir sur la force gra­vi­ta­tion­nelle ! » Ned Nikolov Phd (Twitter)
    « N’est-pas le seul espoir pour la pla­nète que la civi­li­sa­tion indus­trielle s’ef­fondre ? N’est-ce pas notre devoir de faire en sorte que cela arrive ? » Maurice Strong à l’ONU qui a créé l’IPCC !!!
    « De fac­to nous redis­tri­buons la richesse de la pla­nète par le biais de la poli­tique du cli­mat ! » Ottmar Edenhofer, L’ONU !
    Ça n’a rien à voir avec la pro­tec­tion illu­soire de l’en­vi­ron­ne­ment.
    Ce n’est que L’ARGENT qui compte pour la secte.
    Qu’est-ce que ces indi­vi­dus connaissent du monde natu­rel ou du fonc­tion­ne­ment natu­rel et cycles du cli­mat ?
    Poser la ques­tion c’est y répondre !
    Cette Comédie d’Erreurs a hélas de beaux jours devant elle :((

    Il y a TROP d’argent et du POUVOIR à perdre si cette Tour de Babel s’é­croule.

    Répondre
    • Vous avez tout vomi toute votre loghor­rée com­plo­tiste ? C’est bon ? Vous vou­lez des cachets pour vous gué­rir de votre para­noïa ?

    • Ah, voi­là le mot qui tue : « com­plo­tiste ». Il est deve­nu plus défi­ni­tif que « fas­ciste » de nos jours.
      CY a rai­son sur bien des points et cela vous dérange, n’est-ce pas ? Alors, au lieu d’argumenter en sens inverse vous condam­nez. C’est très petit.

  6. Ces jeunes cons me font peine.
    Après le flop du cli­mat et le bide du Covid, les adultes qui les mani­pulent reviennent à leurs bonnes vieilles recettes : l’an­ti­ra­cisme et l’an­ti­sé­mi­tisme.
    Ces adultes mani­pu­la­teurs sont cri­mi­nels.

    Répondre
    • L’antiracisme gêne qui, en dehors des racistes qui sont obs­cu­ran­tistes par défi­ni­tion en niant la science pour jus­ti­fier leur haine de l’al­té­ri­té ?

    • Réponse à Jonathan :
      L’obscurantisme dans toute sa splen­deur ! Mais c’est la science qui recon­naît les races ! Les races sont dans la nature. Ou si vous n’ai­mez pas le mot : les espèces, les varié­tés, les dif­fé­rences.
      Il convient de recon­naître les races pour les res­pec­ter. Si vous ne les recon­nais­sez pas, vous ne pou­vez pas les res­pec­ter.
      Métissage veut dire : mal tis­sé.
      Désolé, c’est comme ça.
      Sortez donc de votre obs­cu­ran­tisme qui frise le tota­li­ta­risme !
      Vous me faites peine…

    • Fernand Jourdan, vos pro­pos ten­dan­cieux inter­rogent… Vous sem­blez, sous cou­vert d’explications »natu­relles », légi­ti­mer l’approche raciale à celle humaine. Peut-être faites-vous par­tie de ceux qui lisent l’humanité sous le prisme de la cou­leur de peau et de »races » (ce qui défi­nit pré­ci­sé­ment les … »racistes ») ? Quand d’autres pré­fé­re­ront la lire sous l’angle humain, pré­ci­sé­ment. Vous dites qu’il faut »res­pec­ter les races ». Vision bien curieuse. Et pour­quoi pas »res­pec­ter l’humain » en cha­cun de nous ? Il se trouve que les mots ont un sens et une his­toire. Ne jouez donc pas avec les mots. Quel est ce tro­pisme nau­séa­bond qui pré­fère regar­der le pig­ment cuta­né à l »’âme » et à ce que nous avons tous en com­mun ? Vous osez une éty­mo­lo­gie hasar­deuse avec »mal tis­sé » alors que »métis­sage » pro­vient de mes­tis ( »qui est fait moi­tié d’une chose, moi­tié d’une autre »), forme attes­tée depuis le 13ème siècle… Shoah, Apartheid, ségré­ga­tion raciale : toutes ces douves tra­giques de l’histoire ne suf­­fi­­raient-elles pas à enter­rer une bonne fois pour toutes cet éga­re­ment de la »race humaine » ? Pour le coup, vous lire fait peine…

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code