Ma bonne semaine de mauvaise foi (14 juin 2020)

Dimanche 7 juin 2020

Chronique du Kali Yuga

Le Kali Yuga, pour celles et ceux qui ne connaissent pas, cela repré­sente selon la Tradition, « l’Âge de fer », c’est à dire la période d’obs­cu­ra­tion, « l’Âge sombre » qui cor­res­pond à la der­nière des quatre périodes de notre ère, qui annon­ce­rait la fin de notre civi­li­sa­tion…
Je vous cite régu­liè­re­ment dans « Ma bonne semaine », les faits mar­quants qui montrent jus­te­ment cette déca­dence, cette glis­sade qui semble inexo­rable vers les abîmes de la socié­té.
Cette semaine, c’est bien sûr suite à l’af­faire « George Floyd », que la socié­té indo-euro­péenne a mon­tré réel­le­ment son inca­pa­ci­té à réagir face à ce sché­ma qui se des­sine. Pire, elle s’est vau­trée dans l’au­to-humi­lia­tion, l’au­to-fla­gel­la­tion, l’au­to-contri­tion, comme si elle était res­pon­sable de la mort d’un délin­quant tué par la police amé­ri­caine.
Le regret­té Guillaume Faye défi­nis­sait il y a une tren­taine d’an­nées « l’eth­no­ma­so­chisme » de la France. On en voit aujourd’­hui la triste illus­tra­tion :

So sorry - Ethnomasochisme

On note­ra tou­jours les slo­gans mon­dia­li­sés venus d’Outre-Atlantique

Lundi 8 juin 2020

Ligue Défense noire africaine

Pour nous, par nous, avant les autres

« Cette véri­té que les médias ne veulent pas entendre. Cette véri­té que le sys­tème ne veut pas entendre. La France, l’État fran­çais, est un État tota­li­taire, ter­ro­riste, escla­va­giste, colo­nia­liste. » C’est ce que décla­rait en toute liber­té de parole et de mani­fes­ta­tion, relayé par les médias, celui qui se fait appe­ler Egountchi Ldna, porte-parole de la Ligue de Défense noire afri­caine, âgé de 31 ans, sans emploi, condam­né en 2014 à 7 ans de pri­son pour un viol com­mis sur une per­sonne vul­né­rable en 2007.
Faut-il rap­pe­ler que dans les années 1930 en Allemagne, beau­coup de Juifs qui se sen­taient oppri­més, agres­sés, avaient choi­si, eux, de quit­ter ce pays qu’ils trou­vaient tota­li­taire. Pourquoi la LDNA n’in­cite t‑elle pas ses ouailles à faire comme eux ?
La France est quand même le seul pays où l’on trouve des mani­fes­ta­tions la trai­tant de raciste et des mani­fes­ta­tions avec les mêmes per­sonnes deman­dant des papiers pour pou­voir y res­ter ! Il fau­dra qu’on m’ex­plique…

Mardi 9 juin 2020

Pour une fois, la bonne sur­prise vient d’un people, et en plus sur BFM
Hier soir, l’ac­teur et cinéaste Olivier Marchal était l’in­vi­té du Tonight Bruce Infos. Ancien flic, il a com­men­cé par défendre la police contre les attaques raciales et poli­tiques dont elle est vic­time depuis quelques jours, y com­pris au plus haut de l’État par son ministre de l’Intérieur. Et c’est les larmes aux yeux qu’il a évo­qué son entrée dans la « Grande mai­son », et sa car­rière de fonc­tion­naire de police.Olivier Marchal - Tonight Bruce Infos
Mais le réa­li­sa­teur de la série « Les rivières pourpres » ou de « Braquo » ne s’est pas arrê­té là. Il a aus­si dézin­gué d’une manière excep­tion­nel­le­ment rare à la TV, le petit monde du show-biz qu’il ne porte pas dans son cœur. Morceaux choi­sis :
« J’en ai marre que des espèces d’ac­teurs de deuxième zone conti­nuent à chier sur les flics alors que ce sont des gens qui vivent dans des quar­tiers pri­vi­lé­giés et qui font des métiers de pri­vi­lé­giés et qui sur­tout amènent ce dis­cours de haine qui n’est pas accep­table pour moi. »
« Dans le métier du ciné­ma c’est tel­le­ment facile de défendre des causes… Y a beau­coup d’u­sur­pa­teurs dans le métier du ciné­ma […] C’est facile de prendre l’an­tenne pen­dant deux minutes et de ne rien faire der­rière. […] Je ramène pas ma gueule moi, je suis pas là pour la rame­ner comme tous ces cons. »
Et un petit coup de patte final pour Omar Sy, le Greta Thumberg du ciné­ma. À la ques­tion de Bruce Toussaint qui lui deman­dait ce qu’il pen­sait des décla­ra­tions du noir sans doute le mieux payé dans ce pays raciste qu’est la France, et de ce fait exi­lé fis­cal aux États-Unis, comme avant lui Yannick Noah, qui assè­nen être vic­time du racisme qu’il connait bien, la réponse d’Olivier Marchal a fusé :
« Ben moi je peux vous par­ler du racisme anti-flic. Voilà, mais moi je suis pas Omar Sy et moi je paye mes impôts en France et tout va bien… »
Une petit bouf­fée d’oxy­gène dans cette semaine d’é­touf­fe­ment.

Omar Sy - Harvey Weinstein

Ils font bien la paire : le délin­quant fis­cal et le délin­quant sexuel.

Mercredi 10 juin 2020

Pendant ce temps, un autre racisme, pas noir celui-là, l’an­ti­sé­mi­tisme musul­man, se fait éga­le­ment le relais de la Police de la Pensée.
Cette semaine, c’est Olivier Pardo, l’a­vo­cat du jour­na­liste et essayiste Éric Zemmour, qui en a fait les frais. Il a en effet été mena­cé de mort par télé­phone la semaine der­nière après une inter­view accor­dée au maga­zine Valeurs actuelles.
« Vous lui direz que s’il défend les sales juifs, les youds, les you­pins, nous, les arabes, on va venir à son cabi­net, on va lui faire la guerre. On va venir, on va lui faire un Charlie Hebdo, on va le tuer, on va tous vous tuer ».
On attend tou­jours des réac­tions indi­gnées… Castaner ? Omar Sy ?

Jeudi 11 juin 2020

Plusieurs niçois ont reçu cette l’in­vi­ta­tion ci-des­sous appe­lant à par­ti­ci­per à une céré­mo­nie le 14 juin (ça fait court) com­mé­mo­rant — je cite — « l’u­nion » de Nice à la France.
Deux remarques s’im­posent au tra­vers de cette petite annonce.
→ Ce genre de mani­fes­ta­tion est-il bien légal en pleine cam­pagne élec­to­rale pour les muni­ci­pales qui auront lieu le 28 juin ?
Ensuite, qui ose encore par­ler de « l’u­nion » de Nice à la France, alors que comme sa sœur la Savoie, le Comté de Nice a été pure­ment et sim­ple­ment annexé à la France à l’aide d’un scru­tin tru­qué digne d’une répu­blique sovié­tique de la grande époque ?
Doit-on rap­pe­ler tout cela à M. Estrosi ?Cérémonie 160 anniversaire Annexion Nice France

Vendredi 12 juin 2020

Guerre ouverte entre Castaner et Édouard Philippe ?
Après les menaces exer­cées sur ses forces de police par un ministre de l’Intérieur lit­té­ra­le­ment sou­mis à la force noire qui gran­dit, le Premier ministre tente d’é­teindre le feu qui risque de s’é­tendre à toute une pro­fes­sion bafouée et humi­liée depuis des lustres.
Les poli­ciers ont d’ailleurs mani­fes­té sur la place Masséna à Nice mer­cre­di soir pour pro­tes­ter contre le sort que leur pro­met Christophe Castaner en cas de « soup­çon avé­ré » de racisme. Il fau­dra à ce pro­pos que le pre­mier flic de France explique ce que signi­fie cette expres­sion en bon fran­çais, car soit un acte est soup­çon­né… soit il est avé­ré ! Il ne peut être les deux. C’est un oxy­more comme dirait Philippe de Villiers. Le ministre de l’Intérieur en deve­nant d’ailleurs une sorte de spé­cia­liste puis­qu’il est aus­si l’in­ven­teur de la mani­fes­ta­tion inter­dite qui sera auto­ri­sée !
Édouard Philippe donc, que les rumeurs disent bien­tôt rem­pla­cé par Bruno Le Maire, essaie de redres­ser un peu la barre en allant pleur­ni­cher devant les séna­teurs : « Je ne veux pas que la peur change de camp ». La situa­tion, pour une fois, semble bien ana­ly­sée par l’hôte de Matignon, insi­nuant donc que les rodo­mon­tades de Castaner ne ser­vi­raient qu’à dépla­cer la peur chez les délin­quants (fussent-ils noirs), chez les poli­ciers (fussent-ils noirs éga­le­ment !). Quel magni­fique aveu…Manifestation policiers

Samedi 13 juin 2020

Aujourd’hui encore, mani­fes­ta­tions colo­rées un peu par­tout en France, contre le racisme évi­dem­ment. Et c’est à cette occa­sion qu’ar­rive la bonne nou­velle (peut-être) de la semaine : Sybeth, oui Sybeth, sug­gère de rou­vrir « de manière apai­sée et construc­tive le débat autour des sta­tis­tiques eth­niques ». On croit rêver.
On sait qu’en France, à l’in­verse des pays anglo-saxons, les quo­tas ou les sta­tis­tiques eth­niques sont for­mel­le­ment inter­dits, puisque la République est une et indi­vi­sible, et que l’u­ni­ver­sa­lisme est le fon­de­ment de nos lois. Sybeth pense qu’il fau­drait se poser la ques­tion de la repré­sen­ta­ti­vi­té des per­sonnes de cou­leur dans la vie de tous les jours. Qu’elle regarde la pub à la TV, et elle sera fixée. Qu’elle regarde les inter­views trot­toir dans les jour­naux télé­vi­sés et elle sera fixée… Si le pour­cen­tage de per­sonnes de cou­leurs que l’on voit repré­sente la même pro­por­tion que dans la vie publique, je veux bien être chan­gé en Omar Sy. On attend donc les chiffres d’une étude qu’il reste à inven­ter !
Par contre, il serait inté­res­sant de savoir la pro­por­tion de gens de cou­leur dans les pri­sons fran­çaises, ou sim­ple­ment dans le nombre de crimes et délits com­mis en France chaque année. Chiche ? Rien que la famille Traoré ferait explo­ser les comp­teurs… Relire l’ar­ticle docu­men­té de Charles André :
C’est un fait : la cri­mi­na­li­té en France est presqu’exclusivement étran­gère du 1er mai 2020.
Certains se rap­pellent qu’en 2015, Emmanuel Valls avait pro­po­sé quelque chose de sem­blable au sujet des sta­tis­tiques eth­niques, mais Hollande l’en avait dis­sua­dé. On dit l’Espagnol bien pla­cé pour un por­te­feuille dans un rema­nie­ment qui ne sau­rait tar­der…
Ndaye la Sénégalaise et Valls le Catalan… même futur com­bat pour la France ?

Sybeth Ndaye Manuel Valls

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…

Patrice LEMAÎTRE

1 commentaire

  1. Le KALI YUGA
    Il est heu­reux d’en­tendre par­ler de rétro­ces­sion d’un cer­tain nombre de nos monu­ments dans le cadre du rem­bour­se­ment à assu­mer face aux dégâts cau­sés par la colo­ni­sa­tion fran­çaise et aux ravages qu’a cau­sé l’es­cla­vage pra­ti­qué. Nous allons pou­voir récu­pé­rer ce que nous avons lais­sé sur place. Bien enten­du ce qui ne pour­ra être rame­né, sera détruit.
    Je me délecte aux images créées par la pen­sée de voir toutes ces belles capi­tales étran­gères à majo­ri­tés afri­caines ou magh­ré­bines sans les immeubles colo­niaux repré­sen­tant l’an­cien monde, sans les admi­nis­tra­tions, les écoles, les routes, les mai­sons, les quar­tiers, l’eau, l’élec­tri­ci­té…
    Rendons ce qui n’est pas à nous et récu­pé­rons ce qui nous appar­tient !
    Un retour à la hutte ou à la cabane tra­di­tion­nelle serait un bon début pour repar­tir du bon pied en uti­li­sant les « forces vives ».
    Tous ces hommes et ces femmes qui en France se plaignent de ne pas avoir d’a­ve­nir et se sentent exclus. Ils seront à n’en point dou­ter des bras sûrs pour l’a­ve­nir de leur pays de cœur !

    Répondre

Répondre à Jean-Mi Annuler la réponse

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code