Ma bonne semaine de mauvaise foi (28 juin 2020)

Dimanche 21 juin 2020

Chronique du Kali Yuga

L’éducation tra­di­tion­nelle don­née aux enfants en France est sou­vent la cible des plus basses cri­tiques de la part du camp dit « pro­gres­siste ». L’enfant devait être le roi, il est deve­nu le tyran.
Mais dans cer­tains pays, un pas de plus a été fran­chi dans la dérai­son, pour ne pas dire plus.
C’est ain­si qu’en Norvège on peut voir un parc où les enfants des­cendent avec des tobog­gans en forme de pénis et où leur tête sort d’un vagin. Ce parc de diver­tis­se­ment est rem­pli d’or­ganes sexuels fémi­nins et mas­cu­lins gon­flés. Une sorte de pédo­phi­lie dégui­sée en attrac­tion en quelque sorte…
C’est le Progrès !

Parc attractions enfants - sexe Parc attractions enfants - sexe

Lundi 22 juin 2020

En Écosse, le désir d’in­dé­pen­dance par rap­port à la cou­ronne d’Angleterre se fait de plus en plus sen­tir, comme l’in­dique un nou­veau son­dage paru hier : 54% des écos­sais y sont favo­rables, contre 46% qui y seraient oppo­sés.
C’est le meilleur score obte­nu par les indé­pen­dan­tistes depuis 2016.
Un détail inté­res­sant : le sou­tien à l’indépendance a aug­men­té au sein du Parti tra­vailliste écos­sais, four­nis­sant 37% des votants favo­rables, alors que le chef des tra­vaillistes écos­sais Richard Leonard a réaf­fir­mé sa posi­tion de ligne dure contre l’indépendance, en décla­rant que l’Écosse n’avait pas besoin de « davan­tage de troubles consti­tu­tion­nels ».
Un fait assez trou­blant, voire illo­gique à mes yeux et que l’on retrouve éga­le­ment chez les Catalans indé­pen­dan­tistes, est la volon­té de res­ter (une fois indé­pen­dants) au sein de l’UE. Cela méri­te­rait quand même une bonne expli­ca­tion…Écosse - Indépendance

Mardi 23 juin 2020

Encore un son­dage, en France cette fois-ci, qui nous rap­pelle qu’en 2022 il y aura une élec­tion pré­si­den­tielle. Entre le virus et la Black Fury, on avait failli l’ou­blier.
On nous apprend (pour ceux qui croient aux son­dages) que Marine Le Pen sera au pre­mier tour, au coude à coude avec Emmanuel Macron, avec envi­ron 28% des voix. Aucun can­di­dat dit « de droite », ne pas­se­rait les 12%, et seul Jean-Luc Mélenchon pas­se­rait les 10% par­mi les autres can­di­dats poten­tiels (Bigard n’é­tant pas comp­té).
Au second tour, bien enten­du, l’his­toire se répè­te­ra : les Français moyens pré­fé­rant de toutes façons recon­duire la poli­tique d’En Marche plu­tôt que ten­ter une hypo­thé­tique bas­cule vers un par­ti tou­jours dia­bo­li­sé. Ce ne sont pas les der­niers gages don­nés par sa pré­si­dente à la Pensée Unique et auto­ri­sée qui modi­fie­ront le choix des élec­teurs. Verra t‑on une véri­table voix d’op­po­si­tion se lever d’i­ci-là ?Débat Marine Le Pen - Emmanuel Macron

Mercredi 24 juin 2020

Les Européens ont obte­nu jeu­di der­nier l’ou­ver­ture d’une enquête par l’OTAN sur « l’a­gres­si­vi­té » de la Turquie. Ankara est accu­sé de s’op­po­ser aux contrôles par des bateaux de l’al­liance atlan­tique, de navires soup­çon­nés de vio­ler l’embargo des Nations Unies sur les armes en Libye.
Deux inci­dents au cours de ten­ta­tives de contrôle d’un car­go sus­pect en Méditerranée le 10 juin sont à l’o­ri­gine de la plainte. L’incident le plus sérieux s’est pro­duit avec un navire fran­çais enga­gé dans une mis­sion de l’OTAN. Les bâti­ments turcs auraient, selon Paris, mena­cé d’ou­vrir le feu.
Ces récents inci­dents navals qui ont oppo­sé la France et la Turquie, consti­tuent « l’une des plus belles démons­tra­tions qui soient » de « la mort céré­brale » de l’OTAN, a esti­mé lun­di le pré­sident Emmanuel Macron.
Le secré­taire géné­ral de l’OTAN, le Norvégien Jens Stoltenberg, avait d’a­bord mini­mi­sé l’af­faire, en évo­quant un simple « désac­cord entre alliés » avant d’an­non­cer l’ou­ver­ture d’une enquête pour « faire toute la lumière sur ce qui s’est pas­sé ».
Après les remarques faites par des géné­raux fran­çais lors des manœuvres qui devaient avoir lieu « contre la Russie », la par­ti­ci­pa­tion de la France au sein du « machin » mili­taire atlan­tique a t‑elle encore de beaux jours devant elle ? On pour­rait en dou­ter.Erdogan - Macron

Jeudi 25 juin 2020

Libéré pour des rai­sons de san­té en février de la pri­son où il pur­geait les peines infli­gées du fait de ses condam­na­tions pour fraude fis­cale et blan­chi­ment, Patrick Balkany est venu don­ner des nou­velles de son bon réta­blis­se­ment à l’occasion de la Fête de la musique. Le maire déchu de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, a effec­ti­ve­ment été fil­mé par plu­sieurs pas­sants alors qu’il se déhan­chait comme un « djeun » au son du tube de Bosh « Djomb ». La vidéo est vite deve­nue virale sur les réseaux sociaux.
Rappelons quand-même que la Cour d’Appel de Paris avait accé­dé à sa demande de libé­ra­tion, arguant du fait que la dégra­da­tion de son état de san­té était « dif­fi­ci­le­ment com­pa­tible avec la déten­tion ».

Vendredi 26 juin 2020

Le minis­tère des Affaires étran­gères a annon­cé ce lun­di 22 juin que « la France a pro­cé­dé ce jour au retour de dix jeunes enfants fran­çais mineurs, orphe­lins ou cas huma­ni­taires, qui se trou­vaient dans des camps du nord-est de la Syrie ». Depuis mars 2019, cela fait donc vingt-huit enfants de Syrie qui ont été rapa­triés sur le sol fran­çais. Aucune pré­ci­sion n’a été don­née pour l’ins­tant. On ne connaît pas les cir­cons­tances ni le lieu de leur rapa­trie­ment.
Pour les dji­ha­distes dits « fran­çais » déte­nus en Syrie par les Kurdes (il y en aurait envi­ron 150), la France hésite encore à les faire reve­nir en France, pré­fé­rant les lais­ser juger sur place, mal­gré les demandes des auto­ri­tés locales. On ne sait pas si ces enfants seront sco­la­ri­sés dans les écoles de la République. Mais on peut devi­ner à quels jeux ils pour­ront s’a­don­ner pen­dant les récréa­tions…Enfant Daesh

Samedi 27 juin 2020

Extinction Rebellion est un mou­ve­ment mon­dial de déso­béis­sance civile en lutte contre l’effondrement éco­lo­gique et le réchauf­fe­ment cli­ma­tique lan­cé en octobre 2018 au Royaume-Uni. Il est arri­vé en France en novembre de la même année.
Le 24 mars 2019, place de la Bourse à Paris, plu­sieurs cen­taines de mili­tants et de sym­pa­thi­sants se sont décla­rés en rébel­lion. Le texte d’une tri­bune, signée par plus de six cents per­sonnes lors de sa paru­tion dans Libération le 22 mars, a été lu par des rebelles. C’est le seul acte un peu visible effec­tué par le mou­ve­ment jus­qu’à ce prin­temps 2020, où des « actions » contre la publi­ci­té dans l’es­pace public, ou contre la « réin­toxi­ca­tion du monde », et mar­di der­nier sur la place Beauveau pour deman­der « moins de LBD, plus de navets » ont été média­ti­sées.
Quelques bonnes idées, mais comme tou­jours chez les éco­los, cette manie de les noyer dans des reven­di­ca­tions poli­tiques dis­cré­dite bien sou­vent la jus­tesse de cer­taines causes.
Une des porte-paroles du mou­ve­ment, Zion Lights vient de se démar­quer fran­che­ment. Elle choi­sit en effet de défendre l’in­dus­trie nucléaire, recon­nais­sant que celle-ci était une source d’éner­gie fiable à faible émis­sion de car­bone.
Son rai­son­ne­ment la pousse à pen­ser que la tech­no­lo­gie des éner­gies renou­ve­lables ne par­vient pas à ali­men­ter son pays 24h sur 24, 7 jours sur 7.
« Il est cru­cial que les mili­tants éco­lo­gistes disent la véri­té sur l’énergie nucléaire, au lieu de céder à la pres­sion et à la peur des pairs […] J’invite mes col­lègues éco­lo­gistes à s’exprimer en faveur de l’énergie nucléaire. »
Si même eux le disent…Zion Lights - Mail OnLine

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code