Ma semaine d’observation de l’info (26 juillet 2020)

Chronique du Kali-Yuga

Dimanche 19 juillet 2020

Vous connais­sez les « dash-but­tons » ? Ce sont des petits bou­tons qui viennent s’installer à côté des pro­duits que vous uti­li­sez le plus sou­vent, pour per­mettre d’en rache­ter d’un seul clic, en pas­sant évi­dem­ment par… Amazon ! En un clic, vous pou­vez ain­si recom­man­der du papier toi­lette, de la les­sive, des chips, des couches, des rasoirs, des pré­ser­va­tifs… Ces « dash-but­tons » étaient pro­po­sés au tarif de 5 dol­lars, mais ne sont désor­mais plus pro­po­sés par le géant amé­ri­cain. Ne pani­quez pas, vous pou­vez tou­jours les uti­li­ser si vous en avez. Mais en sachant qu’en appuyant sur le petit bou­ton, vous n’au­rez pas la moindre infor­ma­tion quant au prix ou même aux frais de port de l’objet com­man­dé.
Fort de cette expé­rience, le géant amé­ri­cain vient de lan­cer le « dash-cart », un cad­die de super­mar­ché équi­pé d’un écran tac­tile et de nom­breux cap­teurs per­met­tant de recon­naître auto­ma­ti­que­ment les articles dépo­sés dans ce der­nier. Une fois que vous avez fini vos courses, vous pour­rez emprun­ter une voie spé­cia­le­ment dédiée aux « dash-carts », puis le cha­riot véri­fie­ra tout seul le conte­nu de vos courses, et vous deman­de­ra de régler sans aucune aide venant d’un cais­sier. Le sys­tème pour­ra être déve­lop­pé dans n’importe quelle enseigne de super­mar­ché.
La firme amé­ri­caine ne craint pas la crise que tout le monde annonce. Son fon­da­teur, Jeff Bezos, vient en effet d’en­gran­ger dans la seule jour­née du 21 juillet, pas moins de 13 mil­liards de dol­lars. Les actions d’Amazon ont bon­di de 7,9%, le plus haut niveau depuis décembre 2018 en rai­son de l’op­ti­misme crois­sant concer­nant les ten­dances des achats en ligne, qui sont en hausse de 73% cette année.
Pas sûr que le jour d’a­près aille dans le bon sens pour tout le monde.dash-button Amazon

Lundi 20 juillet 2020

Incendie à la cathé­drale de Nantes. Le feu aurait pris à trois endroits dif­fé­rents, ce qui laisse sup­po­ser son ori­gine cri­mi­nelle… Après Notre Dame de Paris, la cathé­drale de Nantes vient s’a­jou­ter à une liste trop longue d’é­di­fices reli­gieux par­tis en fumée ou sérieu­se­ment endom­ma­gés ces der­niers mois :

• Notre Dame des grâces de Revel en juin 2018
• Église Saint Paul du Bas Caraquet en juin 2018
• Saint Thérèse à Rennes en juillet 2018
• Église de Villeneuve d’Amont en août 2018
• Saint Jean du Bruel en octobre 2018
• Église du Sacré Coeur à Angoulême en jan­vier 2019
• Saint Jacques à Grenoble en jan­vier 2019
• Cathédrale Saint Alain de Lavaur en février 2019
• Saint Sulpice à Paris en mars 2019
• Notre Dame de Paris le 15 avril 2019
• Notre Dame de Grâce d’Eyguières le 21 avril 2019

Même si tous ces incen­dies n’ont pas (encore) été clas­sés comme cri­mi­nels, on peut les asso­cier aux nom­breuses croix arra­chées ou cas­sées, aux sta­tues dégra­dées ou déca­pi­tées.
Quand on pense au silence des médias devant ces faits, face au raf­fut que causent trois tranches de jam­bon dépo­sées devant la porte d’une mos­quée, on est en droit de se poser quelques ques­tions…Notre-Dame-Paris-embrasée

Mardi 21 juillet 2020

Toujours dans les actes anti-catho­liques ou anti-occi­den­taux, hier un auto­mo­bi­liste de 38 ans a arrê­té le for­ce­né qui se diri­geait vers une église du Blanc-Mesnil, habillé en treillis, comme un mili­taire, armé d’un fusil-mitrailleur char­gé, et d’un sabre, en criant Allahou akbar. Selon plu­sieurs témoins, il a évi­té « un car­nage ».
Deux autres fusils-mitrailleurs ont été retrou­vés au domi­cile de cet homme de 32 ans qui pré­sen­tait un taux d’al­coo­lé­mie proche d’1 g.
« Il a certes crié “Allahou akbar”, mais n’a aucun anté­cé­dent judi­ciaire inquié­tant et on n’a rien trou­vé d’autre pour l’ins­tant pou­vant lais­ser pen­ser à une radi­ca­li­sa­tion », s’est dépê­ché de décla­rer le Parquet de Bobigny. On connaît la chan­son.Caricature Tcho - Attaque-déséquilibré-criant-Allah-Akhbar

Mercredi 22 juillet 2020

Un nou­veau can­di­dat contre Macron ?
Le géné­ral Antoine Martinez va pré­sen­ter sa can­di­da­ture à l’élection pré­si­den­tielle de 2022 et lance un appel aux Français. L’ancien offi­cier de l’armée de l’air a en effet annon­cé sa can­di­da­ture à la magis­tra­ture suprême à tra­vers une allo­cu­tion pro­non­cée une pre­mière fois le 10 juillet depuis l’église Sainte Cécile, à Paris, avant d’être enre­gis­trée et dif­fu­sée sur les réseaux sociaux. Un dur mais réa­liste constat…

Jeudi 23 juillet 2020

Teresa Maffeis, sur­nom­mée « la punaise verte » par Jacques Peyrat, l’an­cien maire de Nice, est une figure de l’aide aux migrants, qu’elle va trou­ver régu­liè­re­ment à Vintimille où ils attendent de pour­suivre leur route vers la France.
Aurélie Selvi, elle, est rédac­trice en chef à « Ressources maga­zine », le maga­zine indé­pen­dant azu­réen du déve­lop­pe­ment durable, et fait à l’oc­ca­sion des piges pour Nice-Matin ou 20 minutes. Elle se pos­tait en sup­por­trice de Cédric Herrou et des escla­va­gistes de la Roya.
À deux, elles viennent de com­mettre un récit pro-immi­gra­tion­niste, « Les sen­ti­nelles, chro­niques de la fra­ter­ni­té à Vintimille ». Une ode à la soli­da­ri­té et à la fra­ter­ni­té comme elles disent.Nice-Matin 23 juillet 2020 immigration
Elles ne nous disent pas, par contre, si l’as­sas­sin du chauf­feur de bus de Bayonne, réfu­gié clan­des­tin en France, était pas­sé par les mains de leurs petits amis soli­daires et fra­ter­nels…
Une fois de plus, l’im­par­tia­li­té du quo­ti­dien azu­réen est bien mise à mal. Mais ce n’est pas une nou­veau­té !Logo niel-matin

Vendredi 24 juillet 2020

L’hebdomadaire Le Point a deman­dé à l’Ifop, de son­der un échan­tillon repré­sen­ta­tif de la popu­la­tion fran­çaise en lui deman­dant de se posi­tion­ner sur un axe gauche-droite. Surprise paraît-il : la ten­dance est à la droi­ti­sa­tion assez nette du corps élec­to­ral si l’on étu­die les résul­tats de ce son­dage.
En gros 13% des Français se situent à gauche, 32% au centre, et 39% à droite. Encore aurait-il fal­lu défi­nir un mini­mum ce que recou­vraient ces trois mots, le Président Macron a lui tout seul se fai­sant cata­lo­guer dans les trois caté­go­ries selon les indi­vi­dus.
Autre aspect inté­res­sant, dans toutes les classes d’âges sans excep­tion, la majo­ri­té se situe à droite, avec un record pour les seniors de plus de 65 ans.
Par rap­port à la der­nière élec­tion pré­si­den­tielle, ce sont, sans sur­prise, les élec­teurs de Jean-Luc Mélenchon qui se disent le plus à gauche, mais ce sont les élec­teurs de François Fillon qui se situent le plus à droite, devant Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen.

Samedi 25 juillet 2020

Lundi der­nier une fusillade a écla­té dans le trop célèbre quar­tier des Moulins à Nice. Fusillade fil­mée et dif­fu­sée sur les réseaux sociaux, on ne pou­vait plus cacher les faits, ni les mini­mi­ser comme cela s’est fait depuis des années, d’au­tant que doré­na­vant, Philippe Vardon, siège au conseil muni­ci­pal, et tient à ne rien lâcher sur le plan de la sécu­ri­té.

C’est pour­quoi, pour une fois, le maire, Christian Estrosi s’est ren­du sur place mer­cre­di soir, mais l’ac­cueil qui lui a été réser­vé n’é­tait pro­ba­ble­ment pas celui auquel il s’at­ten­dait. Des huées et des pro­jec­tiles se sont mis à pleu­voir sur l’é­lu niçois et ses accom­pa­gna­teurs. Une enquête pour « ten­ta­tive d’ho­mi­cide » a même été confiée à la PJ niçoise et, à la suite de cette fusillade, le minis­tère de l’Intérieur a dépê­ché une com­pa­gnie de CRS en ren­fort.
Prompt à retour­ner la situa­tion en sa faveur, le pré­sident de la Métropole a décla­ré :
« Les réac­tions que vous avez vues tout à l’heure, c’est tout sim­ple­ment des gens qui sont en colère de nous voir là, qui sont en colère d’être déran­gés, qui sont en colère de com­prendre ce qui est en train de se pas­ser, à savoir que la police ne va plus rien lâcher et que, je le dis ce soir, nous ne lâche­rons rien jus­qu’à ce que le der­nier dea­ler ait encore le sen­ti­ment d’être libre de pou­voir faire son mar­ché ici. » On prend les paris ?
NB : il n’a pas fal­lu attendre long­temps l’ef­fi­ca­ci­té des dis­cours du maire de Nice, puisque hier matin, une nou­velle alter­ca­tion fai­sait un bles­sé à l’arme blanche pra­ti­que­ment sur le même lieu.

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE

1 commentaire

  1. Le « dash cart » existe déjà chez Décathlon depuis quelques années sous une autre forme. Aux caisses auto­ma­tiques, on pose son article dans un bac qui le recon­naît ins­tan­ta­né­ment et affiche son prix. Mettre ce bac sur rou­lettes n’est qu’un pro­lon­ge­ment.

    Répondre

Répondre à raz-le-bol Annuler la réponse

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code