Ma semaine d’observation de l’info (2 août 2020)

Chronique du Kali-Yuga

Dimanche 26 juillet 2020

Cet homme est deve­nu une femme. Cette femme était aupa­ra­vant un homme.
Selon un conte de fée moderne à la sauce LGBTxx, l’homme-femme est enceinte de la femme-homme.
C’est donc un couple hété­ro­sexuel de trans­sexuels bisexuels ?
J’attends que les éco­los, qui défendent ce genre de « chose », viennent me mon­trer ce qu’il y a d’é­co­lo­gique et de conforme à la nature dans ces mani­pu­la­tions trans­gé­niques.Transgenre

Lundi 27 juillet 2020

Nous devons por­ter obli­ga­toi­re­ment le masque dans les lieux publics clos. Mais cer­tains sont abso­lu­ment contre cette idée. Ils le trouvent dan­ge­reux, inutile, anti­dé­mo­cra­tique et incon­for­table. L’obligation de le por­ter est donc une aber­ra­tion.
La guerre entre pro-masques et anti-masques est-elle décla­rée ?
L’opposition à cette mesure auto­ri­taire nous vient, comme sou­vent, des USA, pays où la liber­té fait par­tie de la Constitution. Dans plu­sieurs autres pays (Belgique, Canada, Royaume Uni, France) des mani­fes­ta­tions plus ou moins spo­ra­diques ou des gestes de rébel­lion désor­ga­ni­sés naissent.
Si aucune étude ne prouve l’utilité du port du masque, il existe, aujourd’hui, un consen­sus par­mi les poli­tiques selon lequel il aide­rait à maî­tri­ser la pro­pa­ga­tion du virus, alors qu’à une cer­taine époque pas si loin­taine en France, les mêmes raillaient son port obli­ga­toire, cas­sant même les arrê­tés muni­ci­paux pris à cet égard, notam­ment dans notre dépar­te­ment.
Et si on lais­sait les citoyens libres de déci­der de leur choix ?

Les masques parlent

Caricature de Ben Garrison, parue dans thedonald.win

Note ajou­tée le ven­dre­di 31 juillet : les Pays-Bas ont déci­dé de ne pas impo­ser le port du masque, jugeant que son effi­ca­ci­té n’a­vait pas été prou­vée. La Suède, la Finlande, la Norvège et le Danemark ont pris une déci­sion simi­laire. Dont acte !

Mardi 28 juillet 2020

La Belgique est le second pays qui compte le plus grand nombre de morts du Covid-19 par rap­port à sa popu­la­tion, avec 85,7 décès pour 100 000 habi­tants (pour rap­pel, la France en compte 45, les USA 42, le Brésil 36) :

Mortalité Covid par pays - Juillet 2020

[source : cli­quer sur l’i­mage]

Comme en France, le recen­se­ment par les auto­ri­tés des morts du coro­na­vi­rus y est très exhaus­tif puisque sont inté­grés les décès pos­si­ble­ment liés au virus sans que cela ait pu être prou­vé par un test !
Comme en France, la Belgique a donc déci­dé de prendre des mesures dras­tiques pour contrer l’in­quié­tante remon­tée de l’é­pi­dé­mie en juillet — de la pan­dé­mie ! — que l’on peut véri­fier sur le gra­phique ci-des­sous :

Statistiques morts Covid France - mars juillet 2020

Ce gra­phique montre bien l’in­quié­tante remon­tée de la mor­ta­li­té liée au Covid en juillet [source Le Parisien]

Plusieurs mesures ont donc été prises par le gou­ver­ne­ment de Madame Sophie Wilmès, pre­mière ministre, par­mi les­quelles la limi­ta­tion des contacts et le télé­tra­vail for­te­ment recom­man­dé. Dans ce cadre, nos amis belges ne sont plus auto­ri­sés à voir de façon rap­pro­chée et régu­lière, plus de 5 per­sonnes par foyer à par­tir de mer­cre­di et pour les quatre pro­chaines semaines, contre 15 aupa­ra­vant. On parle là des per­sonnes que les citoyens peuvent voir et fré­quen­ter en dehors des per­sonnes avec les­quelles ils vivent (les col­lègues de tra­vail ne sont pas comp­tés).
Aurons-nous bien­tôt en France ce genre de claus­tra­tion obli­ga­toire ?

Mercredi 29 juillet 2020

Pendant la crise dite « sani­taire », les impôts se portent bien…
Si on ne parle pas encore d’un impôt Covid, qui doit pour­tant cer­tai­ne­ment ger­mer dans les têtes de nos tech­no­crates, l’Union euro­péenne qui doit finan­cer son plan de relance à 750 mil­liards, a déci­dé de taxer les déchets d’emballage en plas­tique non recy­clés à comp­ter du 1er jan­vier pro­chain, via des « contri­bu­tions natio­nales ». Pour la France, la fac­ture devrait dépas­ser le mil­liard d’eu­ros.
Cette « taxe plas­tique », sera cal­cu­lée sur le poids des déchets d’emballages plas­tiques non recy­clés « avec un taux d’ap­pel de 80 cen­times d’eu­ro par kilo­gramme », assor­tie d’un méca­nisme « pour évi­ter un impact trop régres­sif sur les contri­bu­tions natio­nales », selon les conclu­sions de l’ac­cord euro­péen. Pollution plastique
L’idée (pas mau­vaise en soi) n’est pas neuve, mais Macron, inter­ro­gé à ce sujet, a beau jurer que les contri­buables ne seront pas mis à contri­bu­tion, les indus­triels euro­péens de l’emballage s’op­posent à l’ins­tau­ra­tion de nou­velles mesures fis­cales.
Qui va donc payer ?

Jeudi 30 juillet 2020

C’est « L’affaire » qui fait du bruit depuis hier : l’ar­res­ta­tion dans la rue comme à la bonne époque sovié­tique, d’Alain Soral, le tru­blion ico­no­claste de ce que la Bien-Pensance appelle « l’ex­trême droite ».
Soral est une figure qui divise. On l’aime ou on le déteste, on est rare­ment indif­fé­rent. On lui recon­naît le fait d’a­voir ouvert les yeux à beau­coup. On lui reproche sa trop grande proxi­mi­té avec l’is­lam ou ses pro­pos envers les juifs qui « comptent », ou son absence de pro­pos envers les juifs qui « ne comptent pas ».
Il aime la pro­vo­ca­tion, comme son ami Dieudonné.
Il a beau­coup publié, il a beau­coup été condam­né. Récemment encore, ses chaînes YouTube étaient sup­pri­mées, mon­trant une fois de plus dans quel monde de liber­tés nous vivons. Pour tous ceux qui y croyaient encore, c’est un bon exemple de ce que peut être une démo­cra­tie. C’est juste une idée noble, une vue de l’esprit, une exi­gence pas facile à réa­li­ser, c’est aus­si la suite logique d’une loi poli­tique dure : les régimes étouffent d’une manière ou d’une autre, direc­te­ment ou en douce, la liber­té d’expression.
Soljénitsyne avant de mou­rir a pré­dit : « Les tota­li­taires ne sont plus à Moscou chez nous, mais à Paris chez vous… »
Nous le dénon­çons ici régu­liè­re­ment.

Son groupe « Égalité et récon­ci­lia­tion » vient de publier sur Twitter : « Alain Soral est sor­ti ! La juge d’instruction n’a pas sai­si le juge des liber­tés et de la déten­tion. Par consé­quent, il retrouve la liber­té jusqu’à sa com­pa­ru­tion. »

Vendredi 31 juillet 2020

C’était il y a deux ans sur le par­king d’une boîte de nuit de Grenoble, Younès et Yanis El Habib poi­gnar­daient lâche­ment et mor­tel­le­ment Adrien Pérez. Triste jour­née d’an­ni­ver­saire pour celui-ci qui fêtait ce jour-là ses 26 ans.
Une condam­na­tion sévère aurait été légi­time pour cet acte odieux.
Les juges ont déci­dé autre­ment. D’ici trois jours, l’un de ses meur­triers pour­rait être remis en liber­té, après seule­ment deux ans pas­sés der­rière les bar­reaux.
La famille du jeune Adrien est bien sûr effon­drée « Comment des gens peuvent avoir l’aplomb de remettre un assas­sin en liber­té ? »
Deux ans de pri­son pour une racaille meur­trière, contre la per­pé­tui­té pour une famille inno­cente.
La jus­tice fran­çaise montre une fois de plus sa logique pré­fé­ren­tielle. Et ce n’est pas le nou­veau ministre qui lui fera chan­ger de voie.Justice pour Adrien - Génération Identitaire - Juillet 2020

Samedi 1er août 2020

Pour ter­mi­ner la semaine, une bonne nou­velle dans une com­mune qui fait plus sou­vent la « Une » pour les béton­nages de son maire, que pour ses déci­sions éco­lo­giques !
La ville d’Antibes vient en effet de créer une impor­tante réserve sous-marine de 66 hec­tares sur le site de la Pesquerolle au sud-est de la pointe Bacon.
« Cette zone bali­sée par la com­mune, sera inter­dite à la pêche pro­fes­sion­nelle ou de loi­sirs et devien­dra une réserve régle­men­tée pour la bio­di­ver­si­té sous-marine. Ce dis­po­si­tif per­met­tra le repeu­ple­ment des fonds marins grâce à la pré­sence de récifs coral­li­gènes, d’herbiers de posi­do­nies et de fonds sablo-vaseux. De nom­breuses espèces (dorade, mérou, rou­get, grande nacre, sars,…) pour­ront ain­si se repro­duire en toute quié­tude » com­mu­nique la muni­ci­pa­li­té.
Après le béton­nage de la Valmasque avec l’Open-Sky, du centre ville avec l’es­pace Vauban, de la salle de spec­tacle Anthéa, de la salle de sports Azur Aréna et du palais des Congrès — notam­ment —, on peut appré­cier le petit geste qu’ac­corde enfin M. « Betonnetti » à la nature anti­boise.Réserve Pesquerolle sud-est de la pointe Bacon - Antibes

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code