Nuit du 4 août 1789 : l’abolition des privilèges

Éric de Verdelhan nous apporte quelques pré­ci­sions sur cette nuit du 4 août 1789, dite de « l’a­bo­li­tion des pri­vi­lèges ». Nous sommes ten­tés de dire avec lui : « Tout ça pour ça ? »

« Un État chan­celle quand on en ménage les mécon­tents. Il touche à sa ruine quand on les élève aux pre­mières digni­tés. » (Diderot (1713−1784) « Principes de poli­tique des sou­ve­rains »)
« La socié­té est com­po­sée de deux grandes classes : ceux qui ont plus de dîners que d’appétit et ceux qui ont plus d’appétit que de dîners. » (Nicolas de Chamfort (1740−1794), « Pensées, maximes et anec­dotes »)
« Je ne consen­ti­rai jamais à dépouiller mon cler­gé, ma noblesse…C’est alors que le peuple fran­çais pour­rait m’accuser d’injustice et de faiblesse…Si la force m’obligeait, alors je céde­rais, mais alors il n’y aurait plus en France ni monar­chie ni monarque… » (Lettre pré­mo­ni­toire – début 1789 – du Roi Louis XVI)

Notre république, gavée aux idéaux des Lumières et qui a fait de la Révolution son marqueur historique, ne fête jamais la nuit du 4 août 1789. Allez savoir pourquoi !

Certes, quand on voit la suf­fi­sance, l’arrogance, le train de vie, les pri­vi­lèges et les passe-droits de nos petits mar­quis de la poli­tique, il serait mal­ve­nu – presque indé­cent – de cri­ti­quer l’Ancien Régime. En période de crise – une crise d’une ampleur inéga­lée depuis la seconde guerre mon­diale – le pre­mier ministre vient de nous annon­cer la nomi­na­tion de 11 secré­taires d’État, en plus d’un nombre déjà plé­tho­rique de ministres, ministres délé­gués, sous-ministres. Et on attend encore d’autres nomi­na­tions : on va même recréer le poste, par­fai­te­ment inutile, de « haut com­mis­saire au Plan », comme à la Libération. Il semble que ce job de para­site sera offert à François Bayrou, le cré­tin des Pyrénées, qui pour­ra ain­si res­ter maire de Pau (et cumu­ler les deux rému­né­ra­tions). Elle est belle la « mora­li­sa­tion de la vie poli­tique » sou­hai­tée par Macron et Bayrou en 2017 ! Ce gou­ver­ne­ment, qui déci­dé­ment ne recule devant RIEN, a même réus­si à recy­cler Sibeth N’diaye qui aura la charge de décou­vrir les talents poli­tiques de demain. De qui se moque-t-on ?

Autrefois, les petits hobe­reaux de pro­vince res­pec­taient le peuple car ils étaient sou­vent presque aus­si pauvres que lui. De nos jours, Macron voit, dans les gares, « des gens qui ne sont rien » et l’un de ses baron­nets iro­nise sur « ceux qui clopent et qui roulent au dié­sel ».

Quelle morgue, quelle suffisance, quel mépris !

Mais par­lons de cette fameuse « nuit de 4 août 1789 » car elle n’est pas sans rap­pe­ler la col­la­bo­ra­tion hon­teuse, la veu­le­rie, le « genou à terre » devant la racaille allo­gène, la com­plai­sance à l’égard du clan Traoré, l’incapacité à sanc­tion­ner la canaille, à réta­blir l’ordre dans les ban­lieues de non-droit, en deux mots la lâche­té des « élites » qui pré­tendent nous gou­ver­ner. La nuit du 4 août, c’est une longue séance noc­turne de l’Assemblée Constituante au cours de laquelle fut votée la sup­pres­sion des pri­vi­lèges féo­daux. Débutée à sept heures du soir, elle allait se pro­lon­ger jus­qu’à deux heures du matin. L’Assemblée Constituante met­tait à terre le sys­tème féo­dal. C’était l’a­bo­li­tion pure et simple de tous les droits et pri­vi­lèges féo­daux ain­si que de tous les pri­vi­lèges des classes, des pro­vinces, des villes et des cor­po­ra­tions, à l’i­ni­tia­tive du « Club Breton », le futur « Club des Jacobins ».

En fait, cette déci­sion d’abolir les pri­vi­lèges découle d’un mélange de peur et de déma­go­gie de la part des « élites » de l’époque : qui dira que l’Histoire ne repasse pas les plats ? L’Assemblée était en train d’é­la­bo­rer la future consti­tu­tion (ain­si que la « Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen ») lors­qu’elle fut infor­mée, par plu­sieurs récits alar­mistes, des émeutes et mou­ve­ments popu­laires qui sévis­saient un peu par­tout en France. L’Assemblée Constituante envi­sage alors deux hypo­thèses :
• soit réaf­fir­mer les valeurs de la pro­prié­té, et donc contrô­ler la révolte. Solution reje­tée, car ces mes­sieurs ont la trouille au ventre ; une peur panique de la colère pay­sanne ;
• soit ins­tau­rer des « bureaux de secours », qui per­met­traient d’ai­der les plus pauvres. Mais cette sug­ges­tion ne répond en rien à l’urgence de la situa­tion. C’est donc pour sor­tir de ce blo­cage, nous dit-on, que naît l’idée de l’a­bo­li­tion des droits sei­gneu­riaux. En réa­li­té, cette idée fumeuse a ger­mé au sein du « Club Breton ». Ce pro­jet émane de quelques aris­to­crates ouverts aux idéaux des Lumières (et, pour la plu­part, francs-maçons) : le duc d’Aiguillon lance l’idée, aus­si­tôt reprise par de vicomte de Noailles. Dans une ambiance de qua­si panique, Guy de Kerangal, le vicomte de Beauharnais, Lubersac, l’é­vêque de La Fare vont sur­en­ché­rir en sup­pri­mant, pêle-mêle, les bana­li­tés, les pen­sions sans titre, les juri­dic­tions sei­gneu­riales, le droit de chasse, les pri­vi­lèges ecclésiastiques…etc…etc… Le mar­quis de Foucault demande que « le pre­mier des sacri­fices soit celui que feront les grands, et cette por­tion de la noblesse, très opu­lente, qui vit sous les yeux du Prince, et sur laquelle il verse sans mesure et accu­mule des dons, des lar­gesses, des trai­te­ments exces­sifs, four­nis et pris sur la pure sub­stance des cam­pagnes ». Une géné­reuse envo­lée digne de la « gauche-caviar » actuelle ! Le vicomte de Beauharnais pro­pose « l’é­ga­li­té des peines sur toutes les classes des citoyens, et leur admis­si­bi­li­té dans tous les emplois ecclé­sias­tiques, civils et mili­taires ». Cottin demande l’ex­tinc­tion de « tous les débris du régime féo­dal qui écrase l’a­gri­cul­ture ». L’Assemblée est en proie à une caco­pho­nie déma­go­gique ; cha­cun y va de sa pro­po­si­tion. Michelet écri­ra un siècle plus tard, dans un style empha­tique(1) : « Après les pri­vi­lèges des classes, vinrent ceux des pro­vinces. Celles qu’on appe­lait Pays d’État, qui avaient des pri­vi­lèges à elles, des avan­tages divers pour les liber­tés, pour l’impôt, rou­girent de leur égoïsme, elles vou­lurent être France, quoi qu’il pût en coû­ter à leur inté­rêt personnel…Le Dauphiné, dès 1788, l’avait offert magna­ni­me­ment pour lui-même et conseillé aux autres pro­vinces. Il renou­ve­la cette offre. Les plus obs­ti­nés, les Bretons, liés par les anciens trai­tés de leur pro­vince avec la France, n’en mani­fes­tèrent pas moins le désir de se réunir. La Provence en dit autant, puis la Bourgogne et la Bresse, la Normandie, le Poitou, l’Auvergne, l’Artois. La Lorraine, dit… qu’elle avait le bon­heur de se réunir à ses frères, d’entrer avec eux dans cette mai­son mater­nelle de la France, dans cette immense et glo­rieuse famille ! Puis ce fut le tour des villes… » Enfin, Lally-Tollendal ter­mine la séance en apo­théose en pro­cla­mant Louis XVI « Restaurateur de la Liberté fran­çaise »(2). En une nuit, les fon­de­ments d’un sys­tème vieux de plu­sieurs siècles s’ef­fondrent. Le bon Roi Louis XVI n’ac­corde sa sanc­tion (son aval) à ces décrets que contraint et for­cé, le 5 octobre. Ainsi dis­pa­raissent les pri­vi­lèges des ecclé­sias­tiques, des nobles, des cor­po­ra­tions, des villes et des pro­vinces. Toutefois, « cha­ri­té bien ordon­née com­men­çant pas soi-même », les droits féo­daux sont décla­rés rache­tables le 15 mars 1790, et leurs déten­teurs ne sont pas tenus d’en prou­ver l’o­ri­gine. Mais, devant le refus de quelques com­mu­nau­tés pay­sannes, l’Assemblée sup­prime le rachat des droits le 25 août sui­vant. Enfin, le 17 juillet 1793, la Convention vote leur abo­li­tion com­plète, sans indem­ni­té, et l’autodafé des titres féo­daux.

Sont donc abo­lis par ces diverses lois : la main-morte réelle et per­son­nelle (article 1er), la ser­vi­tude per­son­nelle (article 1er), l’ex­clu­si­vi­té sei­gneu­riale sur les colom­biers (article 2), la chasse (article 3), l’ex­clu­si­vi­té sur l’ac­cès à cer­taines pro­fes­sions (article 11), les jus­tices sei­gneu­riales (article 4), les dîmes (article 5), la véna­li­té des offices (article 7), les pri­vi­lèges par­ti­cu­liers de pro­vinces (article 10) ain­si que la plu­ra­li­té des béné­fices (article 14)…

Le Roi Louis XVI est pro­cla­mé « Restaurateur de la liber­té fran­çaise » par l’article 17. L’année sui­vante, à la « Fête de la Fédération », il don­ne­ra le pre­mier coup de pioche pour plan­ter « l’arbre de la Liberté » et accep­te­ra de coif­fer le bon­net phry­gien. Puis, le 21 jan­vier 1793, sa tête fini­ra dans le panier du « rasoir natio­nal », tou­jours au nom de la Liberté bien sûr !Louis XVI - Guillotine

L’abolition des pri­vi­lèges était-elle une néces­si­té iné­luc­table ? Si l’on tient compte du pour­ris­se­ment – moral et men­tal – d’une noblesse de cour, nour­rie et enri­chie sur le dos d’une pay­san­ne­rie qui, elle, cre­vait de faim, cela ne fait aucun doute. D’autant que cette noblesse, qui n’en avait plus que les titres et pri­vi­lèges, se plai­sait à cri­ti­quer le Roi et l’Église dans les salons de quelques cocottes(3) ou dans les Loges maçon­niques qui fleu­ris­saient par­tout. On avait oublié que les pri­vi­lèges et droits féo­daux impo­saient, en contre­par­tie, des devoirs sacrés : le Chevalier était, si besoin, homme de guerre. Il met­tait son épée au ser­vice de son Roi(4), pro­té­geait ses vas­saux et défen­dait « la veuve et l’orphelin ». Il était prêt à ver­ser l’impôt du sang. Le cler­gé soi­gnait les malades et les indi­gents, héber­geait les pèle­rins, aidait les pauvres et les néces­si­teux, créait des écoles. Saint Vincent-de-Paul est le pré­cur­seur de la Sécurité Sociale(5) et non pas l’abbé Pierre, car ce curaillon miteux avait une cha­ri­té chré­tienne à géo­mé­trie variable(6).

Les dynasties bourgeoises – les banquiers, les armateurs, les maîtres de forges – ont supplanté les aristocrates.

On a rem­pla­cé Dieu par le fric-roi et on a envoyé dans les mines des enfants de 10 ans (aux­quels on accor­dait géné­reu­se­ment une jour­née de repos pas semaine et des jour­nées limi­tées à… 12 heures de tra­vail). Rien de nou­veau sous le soleil puisque, de nos jours, le « bobo » achète des vête­ments « frois­sés chics » fabri­qués au Vietnam ou au Bengladesh par des gosses qui triment six jours sur sept pour un salaire de misère. Au début des années 60, la loi scé­lé­rate dite « Pisani-Debatisse » (tous deux francs-maçons) sup­pri­mait l’un des der­niers pri­vi­lèges : celui des bouilleurs de cru. L’État jaco­bin ne sup­por­tait pas l’idée qu’un petit pro­prié­taire puisse trans­mettre à son fils le droit de confec­tion­ner sa goutte, sa gnole, son marc, et de sur­croît sans payer de taxes.

Alors oui, on peut s’interroger sur l’intérêt ou la néces­si­té d’abolir les pri­vi­lèges. Sous l’Ancien Régime, les impôts étaient nom­breux et le vas­sal devait un tiers de ses gains – en temps ou en argent – au Royaume et/​ou à son suze­rain. De nos jours, Le Figaro nous apprend que, si l’on retire de ses reve­nus les impôts, taxes, et coti­sa­tions sociales diverses et variées, le Français tra­vaille pour l’état jusqu’au… 25 juillet. En clair, notre éco­no­mie socia­liste – car il s’agit bien de cela ! – lui prend les deux tiers de ce qu’il gagne. Et la France bat un record mon­dial d’hyper-fiscalité puisqu’on compte chez nous plus de 200 impôts et taxes. Notons, au pas­sage, que les pays qui sont encore des monar­chies – certes consti­tu­tion­nelles – s’en sortent plu­tôt mieux que nous.

Franchement, cela valait-il le coup de faire une révo­lu­tion, de guillo­ti­ner le Roi, de mas­sa­crer la Vendée, de mettre l’Europe à feu et à sang ? Sincèrement, je pense que non mais ceci n’engage que moi !

Éric de Verdelhan

(1) « Histoire de Révolution fran­çaise », de Jules Michelet, Flammarion, 1897–1898.
(2) Et, le 21 jan­vier 1793, la France guillo­ti­ne­ra le « Restaurateur de la Liberté fran­çaise », sans doute pour le remer­cier d’avoir été si bon ?
(3) De nos jours, on dirait « poules de luxe ».
(4) Et au ser­vice de Dieu car le Roi était monarque « de droit divin ».
(5) Mais qui ne coû­tait rien au contri­buable.
(6) En 1954, le saint homme, avant de lan­cer son appel en faveur des sans-abris, avait refu­sé sa pitié aux com­bat­tants de Diên-Biên-Phu qui fai­saient — selon lui — « une sale guerre colo­nia­liste ». C’est le même qui, plus tard, condam­ne­ra les para­chu­tistes d’Algérie mais pas le FLN.

4 Commentaires 

  1. Excellent article.
    Vive Dieu, vive le Roi de France (son lieu­te­nant sur Terre), vive la France et à bas la République.
    La monar­chie royale et catho­lique est le gou­ver­ne­ment natu­rel des Français. Entre le Roi et son peuple, nul inter­mé­diaire n’est néces­saire car le Franc est répu­té homme libre.
    Nulle liber­té sans le Christ et son Église, qui est la Religion des Français et l’âme de la France.

    Nicolas ZAHAR

    Répondre
  2. @Jean VIBES
    Nous avons suf­fi­sam­ment de recul his­to­rique pour aper­ce­voir que l’abolition de l’absolutisme n’a été, pour les peuples, qu’un bien­fait très illu­soire. Les maîtres du dis­cours, dont la pro­fonde connais­sance de l’âme humaine est reflé­tée dans leur art sécu­laire, avant la lettre, de l’in­gé­nié­rie sociale, conte­nu dans le manuel qu’ils nous léguèrent, volens nolens, en 1903, savaient que la pro­tec­tion de der­nier recours pour le peuple, c’é­tait l’ab­so­lu­tisme. Ils se sont donc effor­cés, avec suc­cès, de la détruire. Relisons le 10e pro­to­cole dans la tra­duc­tion Nilus. Il nous dit : « Le libé­ra­lisme don­na nais­sance aux gou­ver­ne­ments consti­tu­tion­nels, qui prirent la place du des­po­tisme – la seule forme de gou­ver­ne­ment saine pour les Gentils. »
    La tra­duc­tion anglaise donne : « Le libé­ra­lisme don­na nais­sance aux gou­ver­ne­ments consti­tu­tion­nels, qui prirent la place de ce qui fut l’u­nique pro­tec­tion des Gentils, c’est-à-dire le des­po­tisme. »
    (La tra­duc­tion Boutmi omet com­plè­te­ment la pro­po­si­tion rela­tive et s’ar­rête court à « gou­ver­ne­ments consti­tu­tion­nels ».)
    Faisons donc confiance à leur exper­tise, car nous pou­vons aus­si consta­ter, par tous ses effets funestes, que l’a­bo­li­tion de l’absolutisme a bien détruit la der­nière pro­tec­tion des peuples.
    Si, aujourd’­hui, nous n’a­vons même plus la liber­té de res­pi­rer libre­ment et que la loi enté­rine la néga­tion du prin­cipe pre­mier du code de Nuremberg, quelle preuve sup­plé­men­taire vou­­lons-nous ? Ce ne sont pas quelques indi­vi­dus, iso­lés dans les gares, qui ne sont rien, mais c’est bien nous, le peuple tout entier, qui ne sommes plus rien.
    De la même manière, les ins­tances mon­dia­listes, aujourd’­hui, nous informent de leurs plans à notre égard et se fient à la ver­tu de l’a­dage « Qui ne dit mot, consent », dont ils contrôlent la stricte appli­ca­tion par la domi­nance cultu­relle qu’ils infligent aux masses. La vision de notre ave­nir est dis­po­nible à qui­conque le désire sur le site du Forum Économique Mondial. La Grande Remise à zéro inclue­ra éga­le­ment celle de nos idées, dont nos maîtres ont déjà défi­ni ce qu’elles devront être.

    « Il n’y a pas pho­to entre une socié­té amé­ri­caine libé­rale et le sta­li­nisme ». Quel prin­cipe direc­teur du com­mu­nisme de Weishaupt n’a pas encore été mis en œuvre par le libé­ra­lisme ? Le bol­ché­visme n’est qu’une ver­sion enfan­tine, édul­co­rée, de ce que sera le stade final du libé­ra­lisme. L’euphorie béate induite par le grand canu­lar média­tique de la Chute du Mur de Berlin a seule­ment été la pré­sen­ta­tion de la médaille sym­bo­lique sous l’autre face, le pro­fil droit du com­mu­nisme, pour nous anes­thé­sier. Mais on voit aujourd’­hui que la des­ti­na­tion est bien res­tée la même.
    Tout y est pas­sé, notre culture, nos valeurs déri­vées de la loi natu­relle, notre reli­gion, notre famille et nos liber­tés.
    Tout comme la sin­gu­la­ri­té pré­cé­dant le « big bang » est dite avoir déjà conte­nu poten­tiel­le­ment toutes les lois futures de la phy­sique, le prin­cipe luci­fé­rien du libé­ra­lisme conte­nait, ab ovo, l’a­vor­te­ment au 9e mois et toutes les abo­mi­na­tions trans­hu­ma­nistes à venir.

    Répondre
  3. En para­phra­sant JMLP, on pour­rait aus­si dire que l’a­bo­li­tion des pri­vi­lèges n’a été qu’un « détail » de l’his­toire du libé­ra­lisme, qui fut ins­ti­gué par la Franc-Maçonnerie. Si l’on exa­mine le pro­gramme d’Adam Weishaupt, fon­da­teur de la Loge des « Illuminés » en 1776 et ins­pi­ra­teur du Club des Jacobins, on est aus­si­tôt convain­cu que Weishaupt est bien le fon­da­teur de la Première Internationale, comme rela­té dans « Symphonie en Rouge Majeur » de Josef Landowsky, durant l’in­ter­ro­ga­toire, par la police sta­li­niste, de Christian Rakovsky, un proche de Trotsky.
    Nesta Webster dans son livre « La révo­lu­tion mon­diale » avait déjà ana­ly­sé le paral­lèle des idées de Weishaupt avec celles de Marx. Les points forts du pro­gramme de la Loge des « Illuminés » peuvent être résu­més ain­si :
    1. Abolition de la monar­chie
    2. Abolition de la pro­prié­té pri­vée,
    3. Suppression de l’hé­ri­tage.
    4. Abolition du patrio­tisme.
    5. Abolition de la famille
    6. Abolition de toute reli­gion.
    Le sous-titre de son livre, « Le com­plot contre la Civilisation », est sans doute plus com­pré­hen­sible avec notre vécu d’au­jourd’­hui, qu’il n’a pu l’être en 1921.
    On ne peut s’empêcher de remar­quer que 1776 cor­res­pond aus­si à la créa­tion de la pre­mière répu­blique maçon­nique, les États-Unis d’Amérique, pré­si­dés par G. Washington, Grand Maître de la Loge Alexandria no.22 en Virginie. Et c’est aus­si le franc-maçon fran­çais Bartholdy qui a conçu la « Liberté éclai­rant le monde », com­mu­né­ment appe­lée la Statue de la Liberté. C’était le cadeau offi­ciel de la franc-maçon­­ne­­rie fran­çaise à ses « frères » de la répu­blique amé­ri­caine. La torche repré­sente le sym­bole des Lumières.
    Celui ou celle qui « porte la lumière », peut se tra­duire en latin par « Lucifer », et c’est cer­tai­ne­ment le sym­bole appro­prié pour repré­sen­ter cette lumière délé­tère des­ti­née à être répan­due sur le monde, le « poi­son du libé­ra­lisme ». L’essence de l’i­déo­lo­gie de Weishaupt pour­rait être sym­bo­li­sée par une médaille, qui aurait sur une face, un mar­teau et une fau­cille et sur l’autre la sta­tue de la Liberté.
    Avec notre civi­li­sa­tion et notre nation à l’a­go­nie, la mise en garde de 1903, prise dans tout son contexte, résonne bien comme une pro­phé­tie malé­fique : « Lorsque nous eûmes injec­té le poi­son du libé­ra­lisme dans l’organisation de l’État, sa com­plexion poli­tique chan­gea ; les États furent infec­tés d’une mala­die mor­telle : la décom­po­si­tion du sang. Il ne reste plus qu’à attendre la fin de leur ago­nie ».

    Répondre
    • Pour aus­si entraî­nante que soit cette dia­lec­tique, je ne dirais pas que « l’a­bo­li­tion des pri­vi­lèges » n’a été qu’un détail de l’his­toire du libé­ra­lisme : elle fut plu­tôt, à mes yeux, l’a­bo­li­tion de l’ab­so­lu­tisme dont elle témoigne par un signe fort. Non pas que j’adhère à la Révolution fran­çaise dans son inad­mis­sible évo­lu­tion mon­ta­gnarde qui nous fait honte, pas plus que je ne puis adhé­rer à un amal­game d’a­près lequel l’a­bo­li­tion des pri­vi­lèges devrait s’ac­com­pa­gner néces­sai­re­ment de celle de la liber­té pri­vée ‑c’est même l’in­verse!- et de toute la lita­nie qui nous est pro­po­sée. On ne peut pas confondre Marx et Tocqueville : certes aucun sys­tème n’est par­fait pas plus que ne l’est la nature humaine mais comme diraient les Jeunes, il n’y a pas pho­to entre une socié­té amé­ri­caine libé­rale et le sta­li­nisme : on pour­rait déve­lop­per la com­pa­rai­son sur de nom­breux aspects socié­tals sans même évo­quer l’é­co­no­mie. En revanche je par­tage tota­le­ment l’es­prit de l’ar­ticle du jour­nal mon­trant jus­te­ment com­ment cette répu­blique a l’ou­tre­cui­dance de négli­ger cette abo­li­tion, et dans les dis­cours et dans les faits.

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code