Ma semaine d’observation de l’info (11 octobre 2020)

10 octobre 2020 | Aucun com­men­taire

Chronique du Kali-Yuga

Dimanche 4 octobre 2020

Ça s’est pas­sé à Bordeaux, un ado­les­cent de 15 ans, fort de son 1,80m, le télé­phone rem­pli de films por­nos, avait déjà eu des com­por­te­ments spé­ciaux remar­qués par les pro­fes­seurs. Aucune suite n’a­vait été don­née, dans sa tête, il se disait, « s’il y a une femme, je la veux, je l’ai ». Il n’a jamais été soi­gné pour ça.
Et ce qui devait fata­le­ment arri­ver arri­va, le viol d’une jeune fille de 12 ans.
C’est le père de la jeune fille qui a racon­té cette his­toire sur RMC.
Mais le plus beau reste à venir. L’adolescent étant jugé « pri­mo-délin­quant », enten­dez par là, qu’il n’a­vait jamais com­mis d’autres actes sem­blables aupa­ra­vant, a été pro­té­gé par la jus­tice. Il ne fal­lait sur­tout pas le désco­la­ri­ser, pour ne pas « le perdre ».
Conclusion, c’est la jeune fille qui a dû chan­ger d’é­ta­blis­se­ment, le vio­leur s’en tirant lui, avec l’o­bli­ga­tion de lui rédi­ger une simple lettre d’ex­cuses !Agression jeune fille

Lundi 5 octobre 2020

Nouvelle étape fran­chie dans les vio­lences urbaines à Rillieux-la-Pape dans le Rhône. Une église catho­lique a été prise pour cible par des « jeunes » ban­lieu­sards, qui, après avoir incen­dié des véhi­cules sur la voie publique, en ont pro­je­té un contre la façade de l’é­glise. Les pom­piers ont ensuite été pris pour cible alors qu’ils inter­ve­naient sur les dif­fé­rents incen­dies déclen­chés. Une dou­zaine de véhi­cules auraient été incen­diés.
Le fait qu’une église ait été la cible des ces véri­tables atten­tats (Macron par­le­rait d’in­ci­vi­li­tés) est-il ou non une sorte de signa­ture des délits, ou une simple coïn­ci­dence ?
À noter que le len­de­main, non loin de là, un pom­pier était atta­qué à coups de machette par un « dés­équi­li­bré »…Incendie église Rilleux-la-Pape

Mardi 6 octobre 2020

Application de la règle du « en même temps » chère à Macron.
D’un côté, on caresse les « Verts » dans le sens du poil, on ne sait jamais… De l’autre, on n’hé­site pas à reve­nir sur un fléau du style Glyphosate qui avait pour­tant été sup­pri­mé.
Je veux par­ler des néo­ni­co­ti­noïdes, classe d’in­sec­ti­cides agis­sant sur le sys­tème ner­veux cen­tral des insectes, et qui sont tenus pour res­pon­sables de la dis­pa­ri­tion des abeilles en grandes quan­ti­tés. L’emploi de ceux-ci avait donc été régle­men­té par l’ar­ticle 125 de la loi du 8 août 2016, dite « loi pour la recon­quête de la bio­di­ver­si­té », inter­di­sant « l’u­ti­li­sa­tion de pro­duits phy­to­phar­ma­ceu­tiques conte­nant une ou des sub­stances actives de la famille des néo­ni­co­ti­noïdes et de semences trai­tées avec ces pro­duits […] à comp­ter du 1er sep­tembre 2018 ».
Oui mais, depuis deux ans, les pro­duc­teurs fran­çais de bet­te­raves n’utilisent plus de pro­duits phy­to­sa­ni­taires conte­nant des sub­stances actives de la famille des néo­ni­co­ti­noïdes, contrai­re­ment à leurs concur­rents euro­péens qui ont recours aux déro­ga­tions pré­vues par le droit euro­péen. La cam­pagne 2020 a démon­tré que les alter­na­tives tech­niques aujourd’hui dis­po­nibles se sont révé­lées inef­fi­caces pour la culture de la bet­te­rave, en par­ti­cu­lier dans les condi­tions cli­ma­tiques du début de l’année 2020.
D’où le vote aujourd’­hui accor­dant une déro­ga­tion aux bet­te­ra­viers pour uti­li­ser à nou­veau les néo­ni­co­ti­noïdes.
Le pro­jet de loi est por­té par la ministre de l’en­vi­ron­ne­ment Barbara Pompilli, fer­vente éco­lo­giste, mais qui n’en est pas moins « en même temps » dépu­tée de la Somme, un dépar­te­ment qui compte par­mi les grandes zones de pro­duc­tion de bet­te­raves. Dur d’être verte !
À cette occa­sion le grou­pus­cule éco­lo­giste Extinction-Rébellion est venu mani­fes­ter devant l’Assemblée Nationale. En tenue… d’a­beilles ?Extinction Rébellion

Mercredi 7 octobre 2020

On ne parle que de cela aux États-Unis, mais pas en France. Il est à pré­sent avé­ré que la sup­po­sée col­lu­sion de Donald Trump avec la Russie qui a ins­pi­ré pen­dant 3 ans les salles de rédac­tion était un coup mon­té par sa concur­rente Hillary Clinton. Les pièces de ce com­plot sont à pré­sent entre les mains de la jus­tice amé­ri­caine.

Foxnews - Hillary Clinton declassified

Le direc­teur du Renseignement natio­nal (DNI, Director of National Intelligence) déclas­si­fie les notes de Brennan (direc­teur de la CIA) sur Hillary Clinton qui fomentent le scan­dale de la col­lu­sion entre Trump et la Russie.

Ces notes avaient été trans­mises par Brennan à la Maison Blanche qui avait alors cou­vert cette mani­gance. Elles furent ensuite farou­che­ment main­te­nues au secret par la CIA. Compte tenu de toutes les com­pro­mis­sions, Hillary Clinton risque de faire tom­ber beau­coup de monde avec elle.Dominos
On com­prend pour­quoi cer­tains poli­ti­ciens ou jour­na­listes amé­ri­cains craignent tant un deuxième man­dat de Trump.

Jeudi 8 octobre 2020

Le ministre des Affaires étran­gères como­rien Dhoihir Dhoulkamal béné­fi­cie­rait de la cou­ver­ture mala­die uni­ver­selle fran­çaise (CMU) et du reve­nu de soli­da­ri­té active fran­çais (RSA) depuis au moins dix ans ! À l’heure où la fraude sociale fait grand bruit dans l’Hexagone, voi­ci un exemple typique du lais­ser-aller de nos gou­ver­nants. Car qui pour­rait croire une seconde que des aides sociales puissent être ver­sées à un ministre étran­ger sans qu’au­cun haut fonc­tion­naire fran­çais, du minis­tère des affaires sociales ou des affaires étran­gères ne soit au cou­rant ?
On peut donc faci­le­ment com­prendre que les défi­cits de nos régimes sociaux ne sont pas la prio­ri­té de nos diri­geants.Ministre Affaires étrangères comorien Dhoihir Dhoulkamal

Vendredi 9 octobre 2020

L”« Association pour la pro­mo­tion de la poli­tique cultu­relle natio­nale menée dans les années 80 et 90 du XXe siècle » consiste à pro­mou­voir les grands lea­ders de la poli­tique cultu­relle et leurs accom­plis­se­ments, mis­sion offi­cielle de l’organisation il faut bien le dire, pour le moins vague !
Ce qu’il y a d’in­té­res­sant dans cette asso­cia­tion, ce sont les diri­geants :
Le pré­sident était le direc­teur de cabi­net de Jack Lang quand il était ministre de l’Éducation natio­nale.
Le tré­so­rier était son direc­teur de cabi­net lorsque celui-ci était ministre de la Culture.
Un autre membre de l’association est tou­jours employé par Jack Lang.
On voit donc que l’ex-ministre chou­chou des années Mitterrand est bien pré­sent au sein de cette mys­té­rieuse et très dis­crète asso­cia­tion, qui ne pos­sède ni site Internet, ni réseau social.
Pourquoi donc par­ler de cette asso­cia­tion aujourd’­hui ? Et bien parce que l’on vient d’ap­prendre que peu de temps avant d’être arrê­té puis de « mou­rir » en pri­son, l’homme d’affaires amé­ri­cain Jeffrey Epstein, avait en 2018, fait don à l’as­so­cia­tion de 57 897 dol­lars. On sait que Jack Lang était cor­dia­le­ment lié au pédo­phile amé­ri­cain comme le raconte le site d’in­for­ma­tion amé­ri­cain The Daily Beast dans un très inté­res­sant article.
Depuis des années, l’ex-ministre de la Culture et de l’Éducation Nationale traîne der­rière lui des rumeurs sur sa sup­po­sée pédo­phi­lie (lire éga­le­ment notre article Epstein a finan­cé une étrange fon­da­tion en lien avec Jack Lang).

Ira-t-on un peu plus loin cette fois ?

Samedi 10 octobre 2020

Qu’est ce « Qanon » ? Vous avez pro­ba­ble­ment déjà vu cet étrange nom au hasard de vos lec­tures sur Internet ou les réseaux sociaux. Pour faire simple, il s’a­git d’un mou­ve­ment se pla­çant en oppo­si­tion fron­tale avec les médias tra­di­tion­nels, ce qui n’est pas pour nous déplaire !
Il appa­raît en octobre 2019, lors­qu’un uti­li­sa­teur du forum « 4chan » se pré­sente comme un haut res­pon­sable gou­ver­ne­men­tal, proche de l’é­quipe de Donald Trump et dis­po­sant d’une habi­li­ta­tion de sécu­ri­té « Q », l’une des plus éle­vées aux Etats-Unis. Le mot « Qanon » est donc for­mé de cette lettre Q et de « anon » signi­fiant « ano­ny­mat », puisque tous les mes­sages sont en effet ano­nymes…
La thèse prin­ci­pale de « Q » est que le monde fait face un enne­mi inté­rieur, qu’il nomme « l’État pro­fond » (the Deep State) et que le prin­ci­pal adver­saire de cet « État pro­fond » est Donald Trump. Une lutte entre le Bien et le Mal, mêlant poli­tique, réseau inter­na­tio­nal de pédo­phi­lie, affaires mili­taires, etc.Deep_State_Trump

Les Obama, les Clinton, les Rothschild ou encore le mil­liar­daire George Soros, seraient quelques-uns des visages de cet État pro­fond qui com­pren­drait diverses orga­ni­sa­tions, en pre­mier lieu des­quelles la plu­part des agences de ren­sei­gne­ment amé­ri­caines notam­ment la CIA.
Du côté de Trump, on trou­ve­rait un groupe au sein de l’ap­pa­reil mili­taire amé­ri­cain dont les racines remon­te­raient jus­qu’à John Kennedy, le pré­sident amé­ri­cain voyant lui, dans les mili­tants, « des gens qui aiment leur pays ».
Il n’en faut pas plus pour que le mou­ve­ment « Qanon » soit qua­li­fié de « com­plo­tiste » par les enne­mis de Trump, et, au beau milieu de la cam­pagne élec­to­rale, il ne faut pas s’é­ton­ner si Facebook a déci­dé de reti­rer tous les comptes, pages et groupes liés à « Qanon » à par­tir du 6 octobre… Twitter avait mon­tré l’exemple en juillet en sup­pri­mant 150 000 comptes.Qanon

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…

Patrice LEMAÎTRE

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de mes­sa­ge­rie ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

*

code