La région de France la plus exposée à la Covid

25 jan­vier 2021 | 6 Commentaires 

Il s’a­git sans aucun doute de Monaco. Certes, Monaco, ce n’est pas vrai­ment la France, mais ça n’est pas vrai­ment l’é­tran­ger non plus.
Un petit pays d’à peine plus de 2 km² pour une popu­la­tion de 38 000 habi­tants, cela donne une den­si­té de 19 000 habitants/​km2, un record du monde ! La den­si­té en France est infé­rieure à 120 ha/​km2, c’est dire la différence !

Autre com­pa­rai­son, en France 20% de la popu­la­tion a plus de 65 ans, alors qu’à Monaco ce sont 25% de la popu­la­tion qui dépassent cet âge.
On a donc tout ce qu’il faut pour faire de Monaco ce que nos gou­ver­nants, en l’ab­sence de dic­tion­naire fran­çais, appellent un « clus­ter ».

De sur­croît 44 000 sala­riés du sec­teur pri­vé tra­vaillent mais ne résident pas à Monaco, et passent ain­si la fron­tière chaque jour. Autant de risque de péné­tra­tion du virus depuis majo­ri­tai­re­ment la France et l’Italie.

Dernière obser­va­tion, depuis le début de l’é­pi­dé­mie, les bars, res­tau­rants, com­merces, salles de spec­tacle… sont res­tés ouverts.

Forts de toutes ces don­nées, nous pour­rions craindre le pire si on sui­vait les pistes qu’a sui­vies le gou­ver­ne­ment depuis plus d’un an. Et pour­tant, en 2020, Monaco n’a enre­gis­tré que 8 décès (oui, huit !), sur 1145 cas décla­rés positifs.

Y aurait-il donc un mystère monégasque ?

Certains avancent d’emblée que, vu le niveau de vie à Monaco, les habi­tants seraient mieux pro­té­gés. Car c’est bien connu, les virus ne s’at­taquent pas aux riches.

Les Monégasques sortent mas­qués eux-aus­si, doivent res­pec­ter les « gestes bar­rières » et sont sou­mis au test PCR. La même chose que les Français !

Alors, pourquoi cette différence ?

Un simple cal­cul mathé­ma­tique ? Moins d’ha­bi­tants donc moins de morts ? Raisonnement illo­gique puis­qu’il faut comp­ter avec la den­si­té et non avec le nombre brut d’habitants.

La réponse vient peut être du fait de son éco­no­mie. Monaco est un petit para­dis fis­cal, plaque tour­nante de nom­breuses socié­tés, qui ne peuvent pas res­ter en dor­mi­tion. L’économie doit tour­ner, ce dont se moquent les diri­geants fran­çais qui ont mis le pays à l’ar­rêt depuis le mois de mars 2020, et conti­nuent de liqui­der les petites et moyennes entre­prises com­mer­ciales, cultu­relles et main­te­nant touristiques.

Monaco n’a pas vou­lu ren­trer dans ce cycle de culpa­bi­li­sa­tion per­ma­nente de la popu­la­tion. Population qui d’ailleurs ne s’y serait pas prê­tée aus­si faci­le­ment que les mou­tons (ou les veaux, si vous vou­lez) français.

Ceci dit, les résul­tats de Monaco en matière de Covid montrent bien que l’on nous mène en bateau depuis le début avec ce virus fina­le­ment pas beau­coup plus dan­ge­reux qu’un autre pour la popu­la­tion. Monaco n’est pas épar­gné. Mais sa ges­tion de la crise démontre que cette épi­dé­mie n’en est pas vrai­ment une (que dire alors du terme « pan­dé­mie » ?) et que la ges­tion fran­çaise obéit pro­ba­ble­ment à d’autres intérêts.

Patrice LEMAÎTRE

6 Commentaires 

  1. Le labo ou le géné­ti­cien qui aurait pré­pa­ré cet enne­mi invi­sible à frap­pé dans le mille. Un génie. Il doit avoir la clé pour nous en libé­rer. Ne trou­­vez-vous pas ?
    Tout comme les entre­prises qui fabriquent allè­gre­ment les déchets savent com­ment déjouer les for­mules chi­miques. Allez, Go !

    Répondre
  2. COVID19 inven­tion de Pierre Charmot de l’ins­ti­tut Pasteur ! Informez-vous !

    Répondre
    • Vous pour­riez préciser ?

  3. Bien dit !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *