Le gouvernement 🏛 parle🎙aux Français đŸš»

25 mars 2021 | 2 Commentaires 

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clai­re­ment et les mots pour le dire arrivent aisé­ment Â», disait Boileau, contem­po­rain de MoliĂšre.
Seulement voi­là, notre gou­ver­ne­ment, inca­pable de bien conce­voir la crise sani­taire, ne trouve plus les mots pour expri­mer clai­re­ment ses mesures aux Français hanou­ni­sés, déculturés.

La langue de MoliĂšre qui uti­li­sait 6 000 mots s’est consi­dé­ra­ble­ment appau­vrie avec la moder­ni­tĂ©, pour pas­ser d’un registre de lan­gage riche et chù­tiĂ© au lan­gage SMS. Encore faut-il lire des lettres ? Pas de sou­cis, quelques pic­to­grammes suf­fi­ront Ă  pas­ser le message.

Emmanuel Macron : « Dans cer­tains quar­tiers, deux Ă©lĂšves sur trois ne savent ni lire, ni Ă©crire, ni comp­ter. Â» Qu’à cela ne tienne, la com­mu­ni­ca­tion gou­ver­ne­men­tale s’adapte.

Ainsi, pour expli­quer le Corona Ă  tous les Français d’au­jourd’­hui, ceux de la diver­si­tĂ©, notre gou­ver­ne­ment nous pro­pose trois registres de lan­gage : Français – Français sim­pli­fiĂ© – English

Mesures anticovid gouvernementales

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/francais-simplifie-falc

On a ain­si par exemple :Mesures anticovid gouvernementales

En moyenne les Français uti­lisent 5 000 mots mais avec quelques 300 mots vous pou­vez expri­mer tous vos besoins de la vie quo­ti­dienne. 300 Ă©mo­ti­cĂŽnes pour expri­mer vos sen­ti­ments et tout repré­sen­ter, il n’est mĂȘme plus utile de savoir lire.

Le QI moyen de la popu­la­tion mon­diale a tou­jours aug­men­tĂ© de 1945 Ă  la fin des annĂ©es 90, c’est l’ef­fet Flynn. On observe qu’il est en baisse depuis les vingt der­niĂšres annĂ©es dans les pays les plus dĂ©ve­lop­pĂ©s. L’appauvrissement du lan­gage est En Marche, Ă  marche for­cĂ©e. Les sub­ti­li­tĂ©s lin­guis­tiques qui per­mettent d’é­la­bo­rer et de for­mu­ler une pen­sĂ©e com­plexe se rĂ©duisent Ă  for­mu­ler les seuls besoins du quotidien.

La dis­pa­ri­tion pro­gres­sive des temps de conju­gai­son (pas­sĂ© simple, pour­tant simple, impar­fait du sub­jonc­tif, futur anté­rieur et autres condi­tion­nel pas­sĂ© 2e forme) entraine une pen­sĂ©e presque tou­jours au pré­sent, inca­pable de pro­jec­tions dans le temps. MĂȘme le futur tend Ă  dis­pa­raĂźtre pour ĂȘtre rem­pla­cĂ© par : « Il va Â», Ă  l’an­glaise. On ne dit plus : il lira, mais il va lire.

Plus le langage est pauvre, plus la pensĂ©e s’appauvrit.

De nom­breux livres comme ceux de Orwell Â« 1984 Â» ou Bradbury « Fahrenheit 451 Â» ont roman­cĂ© com­ment les rĂ©gimes tota­li­taires ont tou­jours limi­tĂ© la pen­sĂ©e, par une rĂ©duc­tion du nombre et du sens des mots.
« Ceux qui affirment la nĂ©ces­si­tĂ© de sim­pli­fier l’or­tho­graphe, de pur­ger la langue de ses “dĂ©fauts”, d’a­bo­lir les genres, les temps, les nuances, tout ce qui crĂ©e la com­plexi­tĂ©, sont les vrais arti­sans de l’ap­pau­vris­se­ment de l’es­prit humain Â», Christophe ClavĂ© (HEC).

On assiste Ă  une volon­tĂ© poli­tique de dĂ©truire notre langue et par lĂ  notre culture, notre Histoire. La culture, c’est ce qui reste quand on a tout oubliĂ©. BientĂŽt il ne res­te­ra mĂȘme plus la culture. L’homme mon­dia­li­sĂ©, zom­bi consom­ma­teur uni­ver­sel et lobo­to­mi­sĂ© est En Marche, gouvernement.fr est pre­mier de cordĂ©e.CordĂ©e Alpinisme

Michel Lebon


Bonus :

2 Commentaires 

  1. les pseu­­do-ELITES on va leur cou­per la branche oĂč ils sont assis ORWELL ADOUSS HUXLEY NOUS ONT DONNÉ LA SCIE ce qu ils ont rĂ©vé­lĂ© par leurs livres va nous aider Ă  les chasser

    RĂ©pondre
  2. C PA FOLOL đŸ˜‚

    RĂ©pondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiĂ©e. Les champs obli­ga­toires sont indi­quĂ©s avec *

6 + 4 =