Ma semaine d’observation de l’info (11 avril 2021)

11 avril 2021 | Aucun com­men­taire

Dimanche 4 avril 2021

Les « Déconneurs » du Monde, l’illustre ex-jour­nal de réfé­rence des étu­diants et de ceux qui pen­saient bien, n’ont pas réagi à l’é­norme « fausse nou­velle » pro­fé­rée par leurs patrons… et pour­tant, c’est énorme.

Le Monde - Laurène Beaumond - Journaliste

Le Monde aime tel­le­ment la Chine que tout ce qui vient du pays du Soleil Levant ne peut être que fal­si­fié au mieux, inven­té au pire ! C’est ain­si que lorsque le site fran­çais de la télé­vi­sion publique chi­noise CGTN publie un article où une jour­na­liste fran­çaise donne son point de vue sur les accu­sa­tions de géno­cide por­tées contre Pékin concer­nant les Ouïgours, Le Monde crie à la fal­si­fi­ca­tion sous pré­texte que… cette jour­na­liste, Laurène Beaumond, n’existe pas, tout sim­ple­ment.
Celle-ci est pour­tant pré­sen­tée par le site comme « une jour­na­liste indé­pen­dante basée en France, dou­ble­ment diplô­mée d’his­toire de l’art et d’ar­chéo­lo­gie à l’u­ni­ver­si­té de la Sorbonne-IV et déten­trice d’un Master de jour­na­lisme ». Mais Le Monde véri­fie sur les cartes de presse décla­rées, et insiste : elle n’existe pas et accuse d’être un faux pro­fil se fai­sant pas­ser pour des jour­na­listes basés en France.
Oui mais.… Le Monde n’a jamais enten­du par­ler des pseu­do­nymes, usage pour­tant cou­rant de tout temps dans la presse. On croi­rait de vrais débu­tants dans la pro­fes­sion.
Et donc, Laurène Beaumond existe bel et bien. C’est une qua­dra­gé­naire ori­gi­naire de la Sarthe et ancienne tra­duc­trice et pré­sen­ta­trice pour la chaîne chi­noise à Pékin, c’est Le Figaro qui dévoile la véri­té.
Les algua­zils(1) de Libération, BFMTV et France Info avaient tout de suite emboî­té le pas au navire ami­ral de la flotte de véri­fi­ca­tion des fausses nou­velles… C’est vous dire si on peut avoir confiance.

Laurène Beaumond - Journaliste

Laurène Beaumond, pour de vrai

Lundi 5 avril 2021

À l’é­té 2020, le peuple russe approu­vait à 77,92% sur une par­ti­ci­pa­tion de 65% un pro­jet de loi per­met­tant de mettre la légis­la­tion sur les élec­tions et les réfé­ren­dums en confor­mi­té avec les amen­de­ments à la Constitution.
Cette loi pré­cise que les dis­po­si­tions rela­tives à la limi­ta­tion du nombre de man­dats à deux seule­ment sont appli­cables à par­tir de l’en­trée en vigueur de ces amen­de­ments. Elle a été défi­ni­ti­ve­ment adop­tée par la chambre haute du Parlement russe le 31 mars, une semaine après son appro­ba­tion à la Douma (chambre basse) le 24 mars.
Ce qui per­met donc au Président Poutine de pou­voir se re-pré­sen­ter pour deux nou­veaux man­dats pré­si­den­tiels.
Espérons qu’en France, le pré­sident en exer­cice ne vienne pas tout d’un coup trou­ver du bon à ce qui se passe en Russie.

Vladimir Poutine

Mardi 6 avril 2021

Drôle de pois­son de la part du ministre Castex !
Le 1er avril, il a en effet décla­ré qu’a­vec plus de 5 000 malades de la Covid hos­pi­ta­li­sés en réani­ma­tion, le pic de la deuxième vague était déjà dépas­sé. Le 4 avril le nombre de patients hos­pi­ta­li­sés en « soins cri­tiques » s’é­le­vait selon les chiffres offi­ciels à 5 341.
Et le 6 avril, le gou­ver­ne­ment ren­ché­ris­sait en affi­chant un taux d’oc­cu­pa­tion des lits en réani­ma­tion de plus de 107%.
De quoi bien enten­du, inquié­ter et même plus le télé­spec­ta­teur moyen qui ne se laisse per­fu­ser que par un seul canal média­tique.
Or, « soins cri­tiques » n’est pas for­cé­ment syno­nyme de réani­ma­tion et cer­tains de ces patients sont donc en « soins inten­sifs » ou en « sur­veillance conti­nue » – des niveaux de soins dif­fé­rents qui dépendent de la gra­vi­té de l’état du malade. L’accès en « réani­ma­tion » étant réser­vé aux patients que l’on doit intu­ber, et qui donc, de ce fait doivent être pris en charge dans des salles spé­cia­le­ment pré­vues pour cela. Une sorte donc, « d’a­bus de lan­gage ». C’est ain­si qu’au 2 avril, le nombre pré­cis de patients réel­le­ment « en réani­ma­tion » était de 3 963 sur 5 090 malades pris en charge dans ces ser­vices de « soins cri­tiques », soit 1 500 de moins que ce qu’an­non­çait le pre­mier ministre, repré­sen­tant 50,1% de taux d’oc­cu­pa­tion des lits, loin des 107% annon­cés !
Une fois de plus, on nous donne donc des chiffres « bidons », et l’on peut légi­ti­me­ment se poser deux ques­tions :
• Le syn­dic des hos­pi­ta­liers qui réclame en vain des cré­dits depuis des années uti­lise t‑il la situa­tion pour faire pres­sion sur le Pouvoir ?
• Et sur­tout, y a‑t-il eu réel­le­ment un moment où les hôpi­taux ont véri­ta­ble­ment été au bord de l’ef­fon­dre­ment, ou bien tout ceci ne par­ti­cipe t‑il pas au condi­tion­ne­ment de la popu­la­tion pour mieux la soumettre ?Covid-19 - Nombre patients réanimation - 2 avril 2021

Mercredi 7 avril 2021

« Cela fait des siècles que vous volez et men­tez… » C’est par ces mots sans équi­voque que le vio­leur Tarik Ramadan vient s’a­dres­ser en musique à nous Français, et plus lar­ge­ment à la popu­la­tion blanche euro­péenne.
Certes, nous avons l’ha­bi­tude depuis des années, d’en­tendre la lita­nie de ceux qui n’ont d’autre chose à faire que cri­ti­quer le bien qu’on leur a fait, et qu’ils auraient été bien inca­pables de faire seuls. Le prê­cheur musul­man en est un habi­tué, mais pour essayer de se sor­tir de cette sombre his­toire de viols pour les­quels il est mis en exa­men, il vou­drait cette fois pas­ser la vitesse supé­rieure. Aussi, aux reproches clas­siques et habi­tuels, il ajoute aujourd’­hui des menaces à peine voilées :

« Soit vous par­ta­gez, soit on se servira »
« Entendez le souffle des révoltes qui grondent »
« Demain dans vos rues, nous mar­che­rons libres et sereins »
« Vous avez peur ? Vous allez perdre vos pri­vi­lèges et votre identité »

Tout cela en « slam » sur une par­ti­tion musi­cale lan­ci­nante.
Le slam de l’is­la­miste en quelque sorte, par « grande tête malade » !

Jeudi 8 avril 2021

Une déci­sion his­to­rique : hier l’Assemblée Nationale a voté une loi, por­tée par le dépu­té (Liberté et ter­ri­toires) du Morbihan Paul Molac, pro­té­geant les langues régio­nales à une très large majo­ri­té (247 voix pour, 76 voix contre).
Il s’agit de la pre­mière loi consa­crée aux langues régio­nales défi­ni­ti­ve­ment adop­tée sous la Ve République.
Cette loi a plu­sieurs volets :
- elle vise d’a­bord à rehaus­ser la pro­tec­tion, l’accessibilité et la visi­bi­li­té des langues régio­nales,
- elle recon­naît ensuite leur appar­te­nance au patri­moine imma­té­riel de la France,
- elle sécu­rise l’affichage de tra­duc­tions en langue régio­nale dans l’espace public ain­si que l’utilisation de leurs signes dia­cri­tiques dans les actes d’état civil, enfin
- elle recon­naît l’enseignement par immer­sion en langue régio­nale à l’école publique et sécu­rise le ver­se­ment du for­fait sco­laire pour les écoles asso­cia­tives.
Espérons main­te­nant que les 24 dépu­tés qui ont voté « contre », n’i­ront pas essayer de blo­quer ce pro­grès en se retour­nant vers le très jaco­bin Conseil consti­tu­tion­nel pour faire cen­su­rer l’expression de la repré­sen­ta­tion par­le­men­taire affir­mée dans ses deux chambres en termes iden­tiques. Parmi ceux-ci M. Loïc Dombreval, élu des Alpes-Maritimes dans la 2e cir­cons­crip­tion… et Aurore Bergé, qu’on ne pré­sente plus !

Loi langues régionales - Saut des Français

Vendredi 9 avril 2021

Nous avons par­lé il y a peu de temps de l’af­faire de la mos­quée de Strasbourg, construite par la Turquie et finan­cée en par­tie par la muni­ci­pa­li­té vert islam de la ville.
Voici qu’une autre affaire du même ordre se pré­sente, avec cette fois-ci, un éclai­rage un peu dif­fé­rent.
L’association isla­miste turque « Confédération isla­mique Millî Görüs » (CIMG) conti­nue en effet à avan­cer ses pions par­tout en France. C’est notam­ment le cas à Albertville, en Savoie, où elle pro­jette d’installer une école hors contrat. Une impor­tante struc­ture sco­laire, pou­vant accueillir plus de 400 élèves.
Le maire de la cité, Frédéric Burnier-Framboret (DVD), vient d’être mis en demeure par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif d’accorder un per­mis de construire.
« Les élus locaux en pre­mière ligne et au plus près des réa­li­tés [sont] dému­nis en pareille situa­tion » se plaint-il avec rai­son.
Il y a en France trop d’ins­tances au-des­sus des muni­ci­pa­li­tés pour que les maires puissent exer­cer cor­rec­te­ment leur fonc­tion. C’est une évi­dence.
Il faut dire que le pro­jet d’école met­trait clai­re­ment en péril l’équilibre de la ville. Implantée au cœur d’un quar­tier de 3 000 habi­tants « clas­sé prio­ri­taire au titre de la poli­tique de la ville » l’école de 16 classes, avec un réfec­toire, une cui­sine et un gym­nase, estam­pillée CIMG devrait être capable d’accueillir plus de 400 élèves. Soit un tiers des 1 200 éco­liers de la com­mune ».
Faut-il rap­pe­ler que Millî Görüs fait par­tie des trois orga­ni­sa­tions ayant refu­sé de signer la charte des prin­cipes pour l’islam de France ?
Frédéric Burnier-Framboret s’en remet donc à l’Assemblée Nationale, pour que les maires puissent enfin avoir le droit de contrer l’installation d’associations ou d’entreprises pilo­tées par des puis­sances étran­gères qui favo­risent une cris­tal­li­sa­tion com­mu­nau­taire au sein des villes fran­çaises, ceci à l’en­contre de la loi Darmanin…

Lecture Coran - École musulmane

Samedi 10 avril 2021

Nice Matin dans le rouge… On en entend peu par­ler, mais le quo­ti­dien his­to­rique de la Côte d’Azur n’en finit pas de plon­ger. Ce qui a ame­né les employés à se réunir en assem­blée géné­rale hier. Lors de celle-ci, une par­tie des sala­riés du groupe (« Nice-Matin », « Var-Matin », « Monaco-Matin ») a voté une motion de défiance contre l’actionnaire (Xavier Niel), et la direc­tion, sanc­tion­nant la très inquié­tante baisse des ventes ces der­niers mois, en par­ti­cu­lier depuis le chan­ge­ment de for­mule inter­ve­nu en février.
En outre, un démé­na­ge­ment des locaux situés au Boulevard du Mercantour pour l’Arenas, et la volon­té de construire une nou­velle impri­me­rie com­mune avec « La Provence », l’an pro­chain au Cannet-des-Maures dans le Var, ne sont pas faits pour ras­su­rer les sala­riés.
Cette nou­velle for­mule, por­tée et défen­due dans les médias par le direc­teur de la rédac­tion Denis Carreaux, est accu­sée d’avoir plom­bé encore davan­tage des ventes déjà inquié­tantes, car en baisse régu­lière depuis des mois.

Diffusion Nice-Matin

D’ores et déjà, une qua­ran­taine de repor­ters devraient quit­ter la rédac­tion, sans pour autant être rem­pla­cés d’a­près l’in­ter­syn­di­cale qui fait remar­quer l’absence d’investissements et de nou­veaux outils numé­riques « défaillants ». Il faut dire qu’al­ler lire Nice Matin sur Internet tient de l’ex­ploit, tant les pages sont dif­fi­ciles à ouvrir, noyées par les encarts publi­ci­taires, et l’in­jonc­tion de regar­der une vidéo de publi­ci­té pour être auto­ri­sé à lire un article…
Nous ne sau­rions inci­ter les lec­teurs de Nice Matin à s’in­for­mer sur le site de Nice Provence Info : pas de publi­ci­té, articles ori­gi­naux affran­chis de l’AFP et des grands groupes financiers…

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE

(1) Alguazil : [dict.] Fonctionnaire subal­terne de jus­tice ou de police, tout agent de la jus­tice ou de la police char­gé de pro­cé­der à des arres­ta­tions ou d’ef­fec­tuer des surveillances.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *