Chronique d’une décomposition française : le retour des barbares

22 avril 2021 | 5 Commentaires 

Emmanuel Macron, Président de la République fran­çaise, décla­rait le 18 avril 2021 « Il faut décons­truire l’his­toire de France ! » Certains n’ont pas atten­du l’es­poir expri­mé par le pré­sident Macron. Ils ont déjà commencé !

« Là où on brûle des livres, on finit aus­si par brû­ler des hommes » (Heinrich Heine dans Almansor)

Dans la nuit du 26 au 27 juin 2018, une voi­ture a été pro­je­tée dans la devan­ture de la Médiathèque des 4 000 à la Courneuve. Un incen­die s’est ensuite décla­ré, brû­lant les livres, les docu­ments, etc… Mais, depuis une ving­taine d’an­nées, au moins 70 biblio­thèques et sans doute bien plus, sont par­ties en fumée dans les ban­lieues de toute la France, dans les cités HLM et grands ensembles prio­ri­tai­re­ment. Il est notoire que les attaques de biblio­thèques sont sou­vent pas­sées sous silence, par une sorte de déni des maires qui ont un peu honte de l’am­biance de leur ville ou qui ne veulent pas, tout sim­ple­ment, subir de représailles.

Pour les socio­logues, un tan­ti­net gau­chistes, qui s’in­té­ressent à l’af­faire, il s’a­git bien sûr d’une popu­la­tion de jeunes dés­œu­vrés, mal aimés, qui rejettent le sym­bole du Pouvoir dans une légi­time révolte, car ces livres ne parlent pas de leur sort dou­lou­reux de pauvres vic­times. D’autres seront plu­tôt ten­tés d’y voir l’ac­tion déli­bé­rée de bandes orga­ni­sées et poli­ti­sées, voire mues par des sen­ti­ments reli­gieux, qui veulent détruire tout ce qui repré­sente à leurs yeux l’Occident, sa culture et ses valeurs. Il est en effet ten­tant de tra­duire ces des­truc­tions comme une attaque contre un savoir et une connais­sance reje­tée afin de prô­ner, éven­tuel­le­ment, un cer­tain obscurantisme.Livres brûlés - Chroniques Nuremberg - 1440-1514

Pour mémoire, les nazis détrui­sirent par le feu les ouvrages dis­si­dents (notre illus­tra­tion à la une) et les pha­langes fran­quistes firent de même.

Diego de Landa ordon­na la des­truc­tion des manus­crits racon­tant l’his­toire de la civi­li­sa­tion maya et Savonarole, au nom de la Sainte Inquisition, allu­ma le « Bûcher des Vanités » à Florence. Roland Barraux - Savonarole bûcher vanitésQuant aux Talibans, ils ont détruit d’an­ciens livres rares, et la révo­lu­tion fran­çaise ne fut pas en reste, etc… la liste est loin d’être exhaustive.

Alors pourquoi tant d’acharnement à détruire et même brûler des livres afin qu’il ne reste absolument rien de leur contenu ?

Dans le livre des dieux égyp­tiens, il est dit que les hié­ro­glyphes ont le pou­voir de s’a­ni­mer, il en est de même d’ailleurs pour les mots hébreux. Parfois, le scribe de l’an­cienne Égypte dété­rio­rait ou muti­lait ces signes afin de leur ôter ce pou­voir de créa­tion. C’est ce qu’ont sans doute pres­sen­ti toutes les grandes dic­ta­tures, celles qui ne sup­portent pas la contra­dic­tion, la dif­fé­rence, la liber­té : brû­ler un livre revient à brû­ler l’es­prit et la pen­sée. On peut donc s’in­quié­ter, à juste rai­son, quand on observe ce qui se pro­duit avec l’in­cen­die des biblio­thèques en France. Cherche-t-on à muti­ler et brû­ler des livres afin de leur enle­ver ce pou­voir de trans­mis­sion d’une cer­taine pen­sée et culture ? Dans le film « Farenheit 451 » (le nombre de degrés auquel le papier se consume), l’ac­tion se situe dans une socié­té tota­li­taire où le livre est inter­dit car il sti­mule la réflexion.

Fahrenheit 451

Alors, des « hommes-livres » ont choi­si d’apprendre cha­cun un livre par cœur afin de sau­ve­gar­der la connais­sance. Une vieille femme pré­fère s’im­mo­ler sur l’au­to­da­fé puri­fi­ca­teur orga­ni­sé par le dictateur.

Mais il est dif­fi­cile de pul­vé­ri­ser com­plè­te­ment le conte­nu d’un livre. Ces œuvres détruites recèlent encore l’âme des lettres comme les cime­tières contiennent le livre de la vie des défunts et leur mémoire (un tel cime­tière de livres existe réel­le­ment en Israël, à Safed). L’écrivain argen­tin José Luis Borges est à la recherche du livre ultime qui contient à la fois tous les mots de l’al­pha­bet, tous les fer­ments de la créa­tion et toute la mémoire du monde, dans la gigan­tesque « Bibliothèque de Babel ». Il rêve de trou­ver un livre sans com­men­ce­ment ni fin, dont les pages s’ouvrent sur un autre monde invi­sible à nos yeux et au poten­tiel illimité.José Luis Borges - Bibliothèque Babel

Mais il est vrai qu’il y a plu­sieurs manières de brû­ler ou d’en­ter­rer un livre.
Il suf­fit d’u­ser d’incul­ture, c’est ce qui menace nos socié­tés comme un péril sup­plé­men­taire. Nous sommes en passe de perdre tout sim­ple­ment le che­min du savoir et si nous n’y pre­nons pas garde, bien­tôt « le temps approche où l’on ne sau­ra plus lire ni écrire, où quelques man­da­rins chu­cho­te­ront des secrets à l’o­reille… » (Jean Cocteau).
Ou d’u­ser de mal­veillance

Vieux livres poussiéreux

Alors, il faut être vigi­lants, si nous ne vou­lons pas un jour pro­chain errer dans la fic­tive et pro­fonde val­lée de Kloriole(1) où s’é­tend un cime­tière d’os­se­ments de papiers, où gisent des livres fra­giles comme des feuilles mortes et frois­sées dont nous ne recueille­rons plus que la pous­sière, cime­tières qui seront par­cou­rus par des let­trés à la recherche des reliques de leur connais­sance du pas­sé, tant il est vrai qu’un peuple qui oublie son Histoire est un peuple per­du.

Alexandra SCHREYER

(1) NDLR : en réfé­rences aux lieux ima­gi­naires en littérature.

5 Commentaires 

  1. Je suis d’ac­cord avec vous deux.
    Hélas ce pré­sident est bien le pire que nous ayons eu, même s’il faut recon­naitre que depuis 30 ou 40 ans nos pré­si­dents suc­ces­sifs n’ont RIEN fait pour stop­per le désastre qui s’an­non­çait, bien au contraire.
    Je n’ai plus foi en qui que ce soit, je pense que mal­heu­reu­se­ment la France est per­due, car QUI pour­rait (enfin) reprendre les choses en main ?
    Ce qui m’in­quiète c’est qu’en 2022, nous ris­quons de nous retrou­ver à nou­veau avec Macron, vu que per­sonne n’a l’air de vou­loir bou­ger…
    Faudra-t-il que ce soit le peuple ??
    France, mon pays que deviens-tu ??

    Répondre
    • si il y a deux frères qui peuvent redres­ser la FRANCE qui nous tient a cœur : les frères DE VILLIERS
      un gene­ral et un autre qui touche du doigt LES POURRIS
      DIEU QUE J AIME LA FRANCE malgre mes ori­gines (père ita­lien né en Tunisie mère espa­gnole née en ALGÉRIE dépar­te­ment fran­çais et qui n a jamais été une colo­nie française)

  2. Je le répète c est notre faute : 30 % DE VOTANTS
    Macron fait comme dans 1984 : si on change le pas­sé on modi­fie l ave­nir et les camps revien­dront pour les com­plo­tistes
    Détruisons le sou­ve­nir de NUREMBERG et de la réunion faite à Genève avant la guerre ou tous les pays sauf un a lais­sé les mains libres à HITLER
    ET OUI FRANÇAIS VOUS AVEZ LA MÉMOIRE COURTE

    Répondre
  3. Le Président de la France :
    – veut décons­truire l’Histoire de France
    – décons­truit notre indus­trie en cédant nos fleu­rons indus­triels à l’étranger
    – décons­truit le tis­su éco­no­mique des PME avec le confi­ne­ment
    – décons­truit le Vivre Ensemble par une immi­gra­tion mas­sive
    – décons­truit la famille avec la GPA et la théo­rie trans­genre
    – décons­truit l’é­cole avec un nivel­le­ment vers le bas
    – etc.
    Donc les Français ont élu à leur tête quel­qu’un qui est là pour les détruire, et qui s’y emploie métho­di­que­ment.
    Cherchez l’erreur !

    Répondre
    • Réponse à Fernand Jourdan :
      Mais par contre il construit sa for­tune et celle de ses amis milliardaires !

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *