Rambouillet : on prend les mêmes et on recommence

25 avril 2021 | 2 Commentaires 

Le_président_de_la_République_à_Rambouillet_au_début_du_XXe

C’est donc à Rambouillet, ancienne rési­dence royale, puis impé­riale puis répu­bli­caine, ville ancrée dans l’Histoire de France, que Jamel Gorchene, tuni­sien, isla­miste musul­man (ou le contraire), en hur­lant Allah Akbar (vous connais­sez la chan­son), a per­pé­tué la tra­di­tion en assas­si­nant au cou­teau la fonc­tion­naire de police Stéphanie M..

Rambouillet - Attentat - Jamal Gorchene

Le Parisien, dimanche 25 avril 2021

Stéphanie M. 49 ans, n’é­tait pas armée. Elle exer­çait la pro­fes­sion d’agent de police « admi­nis­tra­tif ». Elle tra­vaillait dans les bureaux de l’officier du minis­tère public qui gère les contra­ven­tions (mis­sion essen­tielle de la Police). Vers 14h, la poli­cière pro­fite de sa pause pour aller chan­ger son disque de sta­tion­ne­ment, sans doute pour ne pas prendre une prune par un de ses col­lègues facé­tieux. Prune qu’elle aurait pu voir pas­ser sur son bureau, c’est un comble.

L’Histoire est un per­pé­tuel recom­men­ce­ment nous disait il y a 2500 ans l’his­to­rien grec Thucydide, mort lui aus­si assassiné.

Thucydide - Guerre PéloponnèseL’avantage du jour­na­lisme, c’est qu’il n’est nul besoin de se fati­guer à écrire de nou­velles lignes. Tout a été dit dans cet article La police jette l’é­ponge du 10 octobre 2019. À relire, les mêmes causes pro­dui­sant les mêmes effets. Il suf­fit de chan­ger la date et le nom du surineur.

Qui se souvient de Mickaël Harpon ?

Jeudi 3 octobre 2019, Harpon, un musul­man bien sous tout rap­port, dévoué, métis­sé, qui plus est han­di­ca­pé, sourd-muet, armé d’un simple cou­teau, a assas­si­né quatre de nos poli­ciers au sein même de la Préfecture de Police de Paris. Vous avez sans doute oublié ce nom, vous oublie­rez celui de Stéphanie M. qui dis­pa­raî­tra aus­si dans les oubliettes de l’Histoire.

Le dis­cours hom­mage de Macron aux Invalides avait été pitoyable, un pathé­tique aveu d’impuissance :

« Mais je veux aus­si vous le dire avec force aujourd’hui les ins­ti­tu­tions seules ne suf­fi­ront pas. L’administration seule et tous les ser­vices de l’État ne sau­raient venir à bout de l’hydre islamiste. »

Et ajoute :

« Alors fai­sons bloc der­rière nos forces de l’ordre non seule­ment lorsqu’elles sont meur­tries par de tels drames mais lorsqu’elles agissent au quotidien. »

À ce drame, Castaner le ministre de la police décla­ra qu’il ne pour­ra jamais mettre un poli­cier der­rière chaque poli­cier pour… pro­té­ger les poli­ciers ! Son suc­ces­seur Darmanin a repris le flam­beau avec la même constance dans le ridicule :

Aussi, je repren­drai la même conclu­sion que l’ar­ticle pré­cé­dent du 10 octobre 2019 :
Aux poli­ciers qui vont arri­ver main­te­nant au com­mis­sa­riat la peur au ventre, bien­ve­nue par­mi les Français de la rue, désar­més, égor­gés.
Quidams, ne comp­tez pas sur la police pour venir vous pro­té­ger. Elle ne peut même pas assu­rer sa propre sécurité.

Michel Lebon

2 Commentaires 

  1. La meilleure façon que la police puisse être en sécu­ri­té est de virer toute cette pour­ri­ture répu­bli­caine qui détruit la France ! Et enfin com­men­cer à faire son tra­vail à savoir : pro­té­ger le Peuple qui la paie et non ces élus corrompus.

    Répondre
  2. Comment vou­lez vous que la police nous défende alors qu’elle est en inca­pa­ci­té de se défendre elle-même ?

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

60 +  = 66