Et si notre salut venait des armées ?

28 avril 2021 | 14 Commentaires 

Les Français sont désespérés

Ils se sentent pris dans une nasse de laquelle ils ne savent pas com­ment sor­tir. Tous leurs diri­geants poli­tiques les bernent depuis au moins 50 ans. Les exemples de cette super­che­rie sont innombrables. 

Les can­di­dats pro­mettent monts et mer­veilles pen­dant les cam­pagnes élec­to­rales, et se gardent bien de les mettre en œuvre une fois élus.

Tous les can­di­dats mentent éhon­té­ment. Ils pro­mettent n’im­porte quoi pour être élus, et ne s’en rap­pellent même plus ensuite. « Les pro­messes n’en­gagent que ceux qui les écoutent » (Henri Queuille, poli­ti­cien radi­cal-socia­liste, plu­sieurs fois ministre et pré­sident du Conseil).

Peu à peu les Français dis­cernent qu’un pro­gramme supra­na­tio­nal est appli­qué qui ne leur a pas été pré­sen­té et qui est encore moins débat­tu démo­cra­ti­que­ment. Déçus par la droite, ils essaient la gauche. Déçus par la gauche, ils essaient la droite. Un coup à droite, un coup à gauche, mais pour rien. Les Français sont vic­times d’un jeu de dupe, appe­lé démo­cra­tie, car les can­di­dats sont adou­bés et pro­mus par des forces obs­cures mais bien réelles.

Le mensonge, la duperie, la manipulation sont devenues les règles de gouvernance

Macron s’est fait élire en jouant sur cette déses­pé­rance. Le can­di­dat Macron s’est tar­gué de n’être ni de droite, ni de gauche (bien qu’is­su d’un gou­ver­ne­ment de gauche). Mais il était jeune et le rou­blard nous a ven­du son « peps ». Voilà pour­quoi les Français l’ont élu, mais de jus­tesse et avec un appui mas­sif des médias.

Libération Votez Macron 6-7 mai 2017Mais c’est pire que tout ! Macron appa­raît comme l’ar­ché­type du poli­ti­cien car­rié­riste per­vers, hédo­niste, sans morale, sans cou­rage, com­plè­te­ment inféo­dé aux forces d’argent qui l’ont pla­cé à l’Élysée. Non seule­ment Macron ne se sent pas enga­gé par ses pro­messes, mais il déroule un pro­gramme pour lequel il n’a pas reçu de man­dat. Il lui prend à pré­sent l’en­vie de réécrire notre Histoire !

Macron Antilles - Éphèbes noirs

Les Français, une nou­velle fois désa­bu­sés, tombent de haut. Ils per­çoivent que l’é­lite n’est plus exem­plaire, comme elle devrait l’être, mais abuse de sa posi­tion pour accu­mu­ler les pri­vi­lèges et les passe-droits. Souvenons nous des homards de François de Rugy (lire Tous nour­ris du 14 juillet 2019). Et en ce moment, les dîners clan­des­tins pour VIPs se mul­ti­plient dans les quar­tiers chics de Paris tan­dis que les pique-niques en famille sur la plage sont lour­de­ment sanc­tion­nés. Nos diri­geants édictent des règles dont ils s’exo­nèrent, lèvent des impôts dont ils s’exonèrent.

Les Français sont à pré­sent entiè­re­ment désem­pa­rés : que faire si les élec­tions n’y changent rien ? Toute la classe poli­tique les berne, de droite à gauche en pas­sant par le centre. Mais pire encore : les médias les enfument, les syn­di­cats sont inféo­dés, les artistes vont à la gamelle, la jus­tice est poli­ti­sée, etc. Cette exas­pé­ra­tion a trou­vé son expres­sion à tra­vers le mou­ve­ment des Gilets Jaunes. Sentant le dan­ger, la police doré­na­vant poli­ti­sée lui a oppo­sé une répres­sion féroce, dont elle pré­serve la délin­quance dans les « quartiers ».Gilets-Jaunes-acte-9-Nice-samedi-12-janvier-2019-violences-policieres

Au secours ! Qui sauvera la France du désastre annoncé ?

Au secours - Je me noie

Une grande ins­ti­tu­tion observe pas­si­ve­ment notre déca­dence et ne dit mot, car elle se doit d’être muette. C’est la grande muette : l’Armée. Elle prend des coups, elle est humi­liée, comme les Français, mais elle « la ferme »… jus­qu’à présent.

Officier Saint-cyrien - masque

Tous nos diri­geants s’ef­forcent de muse­ler l’Armée car ils savent bien que leur pou­voir ne tient qu’à son obéissance

• L’Armée la ferme lorsque Macron rap­pelle au géné­ral Pierre de Villiers, chef d’é­tat-major des Armées que « c’est lui le chef ». Lui, le chef ? Ah, ah, ah !
• L’Armée la ferme lorsque ses com­man­dos d’é­lite perdent la vie pour sau­ver celle des autres, fussent-ils des tou­ristes en goguette (lire Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello dis­pa­rus des écrans du 17 mai 2019)Cédric de Pierrepont

Un sol­dat est prêt à mou­rir pour la patrie.

Les devises de nos régi­ments sont riches de sens et imprègnent nos soldats :

Jusqu’au bout, à tout prix ! Au dan­ger mon plai­sir, Rien n’empêche, Ad unum (Jusqu’au der­nier), Honneur Discipline, Être prêt, Honneur et fidé­li­té, Nul ne crains, France d’a­bord, Servir, More majo­rum (À la manière des anciens), Dur et pur, Au delà du pos­sible, etc.(1)

Ces valeurs sur les­quelles est for­gé l’es­prit de sacri­fice atten­du de nos sol­dats, sont raillées par nos élites qui fonc­tionnent sur des valeurs situées en tout point à l’exact opposé :

Égoïsme aveugle jus­qu’au nar­cis­sisme, car­rié­risme, vani­té et fatui­té, hédo­nisme, mépris, soif d’argent, men­songes per­ma­nents, per­ver­si­té, mani­pu­la­tions, infi­dé­li­té et indi­gni­té, etc.

Les sol­dats sont ber­nés comme tous les Français. À la dif­fé­rence — notable — qu’ils risquent leur vie.

Mourir pour la France, mais quelle France ?

Nos diri­geants ont cru que les Armées conti­nue­raient de la fer­mer. Ils ont ima­gi­né un peu pré­ma­tu­ré­ment qu’il n’y avait pas de cer­veau sous les képis puisque seuls les Énarques sont intel­li­gents. Ils ont com­mis là une grave erreur.

Ils auraient dû entendre ce chant pro­fond et magni­fique des képis blancs :

Les Képis blancs
Puisqu’il nous faut vivre et lut­ter dans la souf­france
Le jour est venu où nous impo­se­rons au front
La force de nos âmes
La force de nos cœurs et de nos bras
Foulant la boue sombre
Vont les Képis blancs.

La rue appar­tient à celui qui y des­cend
La rue appar­tient au dra­peau des képis blancs
Autour de nous la haine
Autour de nous les dogmes que l’on abat
Foulant la boue sombre
Vont les Képis blancs.

Combien sont tom­bés au hasard d’un clair matin
De nos cama­rades qui sou­riaient au des­tin
Nous tom­be­rons en route
Nous tom­be­rons ou vain­crons au com­bat
Foulant la boue sombre
Vont les Képis blancs.

La vie ne sou­rit qu’aux plus forts, aux plus vaillants
L’ardeur, la fier­té, la jeu­nesse sont dans nos rangs,
Pour nos com­bats, nos luttes
Honneur, Fidélité sur nos dra­peaux
Foulant la boue sombre
Vont les Képis blancs.

C’est autre chose que l’Eurovision !

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle casse. La Grande Muette ouvre sa gueule : elle envoie une magni­fique lettre ouverte à nos diri­geants pour leur rap­pe­ler ce pour quoi ils sont là (lire notre édi­tion d’hier : Les géné­raux sur la Place d’Armes). C’est aus­si simple. Cette lettre est appe­lée à ren­con­trer une large audience auprès des Français car elle repré­sente enfin une issue à leur désar­roi. Peut-être la der­nière avant de mourir.

Les Français perçoivent cette lettre comme une planche de salut.

Comme les mili­taires, les Français ne veulent pas mou­rir pour rien.

GGO

(1) Toutes les belles devises de nos régi­ments ici.

14 Commentaires 

  1. Vive la liber­té, hon­neur et gloire à nos mili­taires, mon sou­tien incon­di­tion­nel vous est acquis, prêt pour le combat !

    Répondre
    • Je nous aime peuple de France de toutes cou­leurs et de toutes ori­gines.
      Battons nous contre ces oli­garques qui pour la plu­part sont déjà morts depuis long­temps, rem­pla­cés par des sosies ou clones.

  2. Cette lettre ouverte de nos mili­taires à ce fan­toche de pré­sident (il est là pour rem­plir une mis­sion, la France il n’en a cure) me laisse un tant soit peu per­plexe, la grande muette (un cer­tain pro­verbe dit bien : qui ne dit mot consent) s’in­digne de la situa­tion
    Serait-ce le sur­saut salu­taire ?
    Je n’y crois pas ? Une manœuvre insi­dieuse pour nous faire croire que…
    L’exemple des gilets jaunes ne doit pas res­ter vain, la liber­té par le peuple et pour le peuple sur des bases solides doit res­ter notre priorité.

    Répondre
  3. Bonjour mes­sieurs dames :
    Avez vous seule­ment pen­sé un seul ins­tant au fait que Macron n’est pas pré­sident, lors de son élec­tion la France n’a­vait déjà plus de consti­tu­tion grâce à Mrs HOLLANDE ET WALLS suite à un décret de Walls qui annu­lait de plein fouet la Constitution fran­çaise de 1789, nous sommes donc Frexit, nous devons remettre nos fron­tières, rai­son pour les­quelles le petit MACRON sou­haite à tout prix refaire une nou­velle consti­tu­tion car il sait, mais semble t’il peu de monde est au cou­rant de cela et pour­tant déjà p0ulsieurs années que ça cir­cule sur Youtube et la chaine de mon­sieur Serge PETITDEMONGE qui est tout de même allé à la pré­si­dence avec dra­peau blanc et a failli être inter­pel­lé par la police qui ne connait pas la conven­tion de La Haye !!! Me semble t’il !!!.
    Il y a encore du bou­lot.
    Pour ma part je prie pour que l’Armée prenne le pou­voir et que la France retrouve son panache et sa natio­na­li­té : la France aux Français, et fille aînée de l’Église, pas l’is­lam !!! Vive l’ar­mée française.

    Répondre
  4. Là je suis à 100 % Pour
    100% pour que l’ar­mée défende notre France car ceux qui gou­ver­ne­ment ont enle­vé toute notre liber­té
    Surtout qu’elle s’est bat­tue pour cela
    Ceux qui gou­ver­ne­ment doivent être jugés pour meurtre contre l’humanité

    Répondre
  5. La cita­tion sui­vante est extraite de la « Lettre ouverte à nos gou­ver­nants » de la Place d’Armes :
    « Aussi ceux qui dirigent notre pays doivent impé­ra­ti­ve­ment trou­ver le cou­rage néces­saire à l’é­ra­di­ca­tion de ces dan­gers. Pour cela, il suf­fit sou­vent d’ap­pli­quer sans fai­blesse des lois qui existent déjà. »
    Ceux qui dirigent notre pays ne sont pas là pour éra­di­quer les dan­gers, mais pour éra­di­quer le pays.
    Les mili­taires, qui ont signé cette lettre, feignent de ne pas aper­ce­voir la situa­tion actuelle de la France et ils n’es­quissent même pas une ten­ta­tive de péri­phrase, qui vou­drait faire com­prendre aux Français qui est le véri­table enne­mi de la France. Ils se dis­persent sur les symp­tômes les plus appa­rents de ce déli­te­ment du pays, vou­lu et réa­li­sé par ceux qui sont les vrais diri­geants de notre pays et, cou­ra­geu­se­ment, s’abs­tiennent d’al­ler à la racine et à la source unique du mal qui ronge notre pays.
    Ces mili­taires prêtent allé­geance à un gou­ver­ne­ment d’oc­cu­pa­tion, auquel ils pro­curent une légi­ti­mi­té aux yeux de la masse des Français.
    L’Etat pro­fond ne fait que mettre en appli­ca­tion la for­mule de Lénine : « Le meilleur moyen de contrô­ler l’op­po­si­tion est de la diri­ger nous-mêmes »

    Répondre
    • Mazetto
      Je crois que vous avez tout com­pris Mr, je suis 100% de votre avis.
      Cette lettre m’a don­né d’a­bord une grande joie… mais qui est retom­bée très vite.
      Valérie Bugault publie sur son blog la lettre : réponse d’un grand nombre d’of­fi­ciers de réserve qui ont bien cer­né la faille…
      Les gou­ver­nants actuels sont en fait de conni­vence avec les fau­teurs de troubles, tous com­plices du N O M sata­nique et exé­cu­tants du PLAN (le grand reset)
      Autrement dit, on ne résout pas les pro­blèmes avec ceux qui les ont créés.

    • Les mili­taires ne sont pas, comme les énarques, for­més à faire des péri­phrases. Contrairement à vous, j’estime qu’ils ont par­fai­te­ment dési­gné l’ennemi : « anti­ra­cisme », « racia­lisme, indi­gé­nisme et théo­ries déco­lo­niales », « c’est la guerre raciale que veulent ces par­ti­sans hai­neux et fana­tiques », « isla­misme et hordes de ban­lieues » qui « entraîne le déta­che­ment de mul­tiples par­celles de la nation pour les trans­for­mer en ter­ri­toires sou­mis à des dogmes contraires à notre consti­tu­tion »…
      Là où vous avez rai­son c’est que la tri­bune émane de mili­taires « 2S » c’est à dire d’anciens plan­qués quand ils étaient en active. Des géné­raux qui avaient tous les avan­tages du grade sans la fonc­tion (pas de com­man­de­ment). Ils ont donc pro­fi­té du sys­tème et, comme vous dites, ont « prê­té allé­geance à un gou­ver­ne­ment d’occupation ».

    • @Ardisson
      L’antiracisme n’est pas l’en­ne­mi, c’est seule­ment une des armes idéo­lo­giques de l’en­ne­mi. Les par­ti­sans hai­neux et fana­tiques, que vous dési­gnez, sont aus­si une des consé­quences de la stra­té­gie de l’en­ne­mi. Ils ne sont pas appa­rus par hasard. Vous devez aller au fond des choses, à la racine des maux qui rongent le pays, la cause des causes, comme dirait Étienne Chouard. Pour vous mettre sur la voie, l’an­ti­ra­cisme est un sous-pro­­duit de la Théorie Critique qu’a déve­lop­pée l’École de Francfort.

  6. « Le dan­ger avec ces mili­taires « put­schistes » qui revien­draient au pou­voir serait que nous aurions très cer­tai­ne­ment un couvre-feu, des res­tric­tions de dépla­ce­ment, des lieux cultu­rels fer­més, bars et les res­tau­rants fer­més. Nous serions peut-être même obli­gés d’avoir des lais­­sez-pas­­ser pour sor­tir de chez nous et les dépla­ce­ments d’une zone à l’autre seraient inter­dits. Les mili­taires patrouille­raient dans les villes, les atten­tats se mul­ti­plie­raient… et ils impo­se­raient un pas­se­port bio­mé­trique à la chi­noise mêlant san­té citoyen­ne­té accès à la liber­té de dépla­ce­ment et au sys­tème bancaire. »

    Répondre
    • Et puis quand encore, des gou­lags ?
      Arrêtez votre scé­na­rio catas­trophe. L’armée est d’a­bord là pour main­te­nir l’ordre, pas pour res­treindre les liber­tés. C’est l’é­lite mon­diale qui cherche à res­treindre nos libertés

    • Pour Hans,
      Je crois que le pro­pos de Pierre Bainturc était on ne peut plus iro­nique : les « maux » qu’il évoque ne sont ni plus ni moins que la situa­tion que nous vivons aujourd’­hui sous un gou­ver­ne­ment « démo­cra­tique »… Donc rien à craindre de plus de ces mili­taires « put­chistes » justement 😉

  7. Merci d’a­voir insé­ré ce chant de la Légion.
    C’est magni­fique et pro­fond.
    Je le passe en boucle.
    J’en ai la chair de poule.

    Répondre
    • Je dis grand bra­vo à vous mon­sieurs que dieu vous protège

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *