Apprenons à écouter les plantes

1 juin 2021 | 1 com­men­taire

Jean-Luc Manneveau sait écouter les plantes, et elles ont plein de choses merveilleuses à nous conter.

Installé à Saint Auban (Alpes Maritimes), Jean-Luc Manneveau s’ap­puie sur des balades curieuses et sen­so­rielles pour nous aider à prendre ou reprendre le contact avec la nature.

Jean-Luc Manneveau - Guide de pays

Cliquer sur l’i­mage pour accé­der au site de Jean-Luc Manneveau

Muni de son appa­reil magique, appe­lé trans­co­deur, Jean-Luc Manneveau a fait chan­ter les plantes lors d’un ate­lier orga­ni­sé le 22 mai 2021 à Saint-Jannet (Alpes Maritimes). Écoutez :

Éblouissant, troublant et profond.

Pour aller plus loin :Atelier Jean-Luc Manneveau

Stefano Mancuso - Alessandra Viola - Intelligence plantes Didier van Cauwelaert - Émotions cachées plantes Cleve Backster - Intelligence émotionnelle plantes Intelligence des arbres Laure Charrin - Musique végétale

Le pro­blème fon­da­men­tal de notre socié­té, c’est que non seule­ment elle n’é­coute pas la nature, mais qu’elle croit pou­voir l’as­ser­vir. Quelle erreur !

La nature éternelle nous rappellera à l’ordre tôt ou tard.

Nous avons oublié Francis Bacon (1561−1626) qui, pour­tant nous aver­tit : « On ne com­mande à la nature qu’en lui obéis­sant. »

Georges Gourdin


En savoir plus sur Chandra Bose :

Quand il tra­vaille sur les ondes radio, et invente la radio, à la dif­fé­rence de Marconi ou d’autres, Bose n’a aucun inté­rêt pour la com­mer­cia­li­sa­tion de sa décou­verte ; il affirme ne vou­loir tra­vailler qu’au déve­lop­pe­ment de la connais­sance scien­ti­fique. En 1901, après l’ar­rêt de ses tra­vaux sur les ondes, il écrit à Tagore : « J’aimerais que vous puis­siez voir le ter­rible atta­che­ment que l’on a dans ce pays pour le pro­fit… cette convoi­tise pour l’argent… Si j’a­vais mis le doigt dans cet engre­nage, il n’y aurait plus eu d’é­chap­pa­toire pour moi »

(cli­quer sur l’i­mage pour accé­der à plus d’informations)

Jagadish Chandra Bose

Chandra Bose lors d’un cours/​conférence sur le « sys­tème ner­veux » des plantes, don­né à la Sorbonne à Paris en 1926

1 commentaire

  1. Merci pour cet article qui montre bien :
    1) le mépris de la science occi­den­tale pour tout ce qui remet en cause ses dogmes
    2) l’im­bri­ca­tion néfaste entre science et argent.
    Ce qui se passe en ce moment avec l’in­jec­tion obli­ga­toire et bien­tôt coer­ci­tive d’un pseu­­do-vac­­cin pas même vali­dé est la démons­tra­tion patente et dra­ma­tique des dérives igno­mi­nieu­se­ment mer­can­tiles de la science occidentale.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

61 +  = 70