Ma semaine d’observation de l’info (6 juin 2021)

6 juin 2021 | 1 com­men­taire

Dimanche 30 mai 2021

La semaine pré­cé­dente mar­quait le 150e anni­ver­saire de « La Commune », évé­ne­ment poli­tique majeur dans cette fin du XIXe siècle. On peut légi­ti­me­ment décla­rer aujourd’­hui, que ce mou­ve­ment, la plus grave guerre civile que la France a connue, peut être qua­li­fié de « natio­nal-popu­liste », et un paral­lèle avec l’é­pi­sode des « Gilets Jaunes », ne serait pas incon­gru.
National, parce que la Commune est un mou­ve­ment insur­rec­tion­nel, né de la défaite à Sedan de l’ar­mée fran­çaise, au cours de laquelle Napoléon III fut fait pri­son­nier en sep­tembre 1870, et de l’oc­cu­pa­tion d’une par­tie de la France par les Prussiens.
En jan­vier, une nou­velle ten­ta­tive d’of­fen­sive fut un échec san­glant pour cal­mer les Parisiens, bom­bar­dés et assié­gés par les Prussiens, refu­sant cette pré­sence étran­gère en France. Ceux-ci mani­festent dans la fou­lée à l’Hôtel de Ville. Paris finit par capi­tu­ler, l’ar­mis­tice est signé avec la Prusse.
En février, un nou­veau gou­ver­ne­ment est for­mé par Adolphe Thiers, les canons de la Garde natio­nale sont ras­sem­blés à Belleville et Montmartre.
Populiste, parce que le 1er mars, les troupes prus­siennes défilent sur les Champs Élysées. L’Assemblée Nationale, réfu­giée à Bordeaux, revient sié­ger à Versailles. Elle vote la fin du mora­toire des dettes, des effets de com­merce et des loyers, acca­blant ain­si la popu­la­tion pari­sienne sans le sou, pré­fi­gu­rant la future troi­sième République, maçon­nique et socia­liste.
La ville de Paris entre alors en insur­rec­tion et se déclare « Commune de Paris ». Celle-ci va prendre de plus en plus d’am­pleur, jus­qu’à ce que le gou­ver­ne­ment décide de reprendre les canons, et que le 10 mai, l’Alsace-Lorraine soit don­née à la Prusse lors du trai­té de paix de Francfort, ren­for­çant ain­si son carac­tère natio­na­liste.
L’insurrection sera dès lors crois­sante, et se ter­mi­ne­ra dans un bain de sang au cours de la « semaine san­glante » du 21 au 28 mai 1871, ou l’ar­mée délo­ge­ra les « com­mu­nards » des bar­ri­cades, au prix de 10 à 20 000 tués, et autant de dépor­tés dans les ports de l’ouest.

Lundi 31 mai 2021

Jeudi 27 mai, le Figaro a publié un docu­ment interne et confi­den­tiel de la SNCF, témoi­gnant d’une explo­sion des atteintes aux biens et aux per­sonnes dans de nom­breuses gares du dépar­te­ment, en par­ti­cu­lier celle de Nice, avant la crise sani­taire.
Ce rap­port, « montre une flam­bée géné­rale des nui­sances avant le confi­ne­ment, avec une aug­men­ta­tion glo­bale de 59% en 2019, et 23.685 faits rele­vés dans les gares, connexions et TER ».
Les atteintes aux per­sonnes consti­tuent d’ailleurs une « caté­go­rie pré­oc­cu­pante », ayant aug­men­té de 40% avec 2 233 faits rele­vés en 2019. 259 faits de vio­lence volon­taire (+72%) et 97 atteintes sexuelles étaient éga­le­ment per­pé­trés (+62%), « soit presque un fait par jour en regrou­pant ces deux caté­go­ries ».
La gare de Nice Saint-Augustin attei­gnant la tête de ce peu glo­rieux pal­ma­rès avec 921 faits rele­vés (+156%), devant celle de Nice centre. Même constat pour les gares de Cannes (2 128 faits, +52%) ou encore Antibes (1 271 faits, +95%).
Thierry Mariani, can­di­dat aux élec­tions régio­nales, a regret­té que Renaud Muselier et son pré­dé­ces­seur Christian Estrosi aient embau­ché en 5 ans à la tête de la Région Provence Alpes Côte d’Azur plus de per­sonnes à leur cabi­net et au ser­vice com­mu­ni­ca­tion que pour la sécu­ri­té dans les trans­ports.

Mardi 1er juin 2021

Je me rap­pelle, c’é­tait en sep­tembre 78 je crois, la signa­ture des accords de Camp David. Sous la hou­lette de Jimi Carter, Sadate et Begin signaient un trai­té de paix pour lequel ils obtinrent d’ailleurs le Prix Nobel. On sait ce qu’il advint de ce trai­té par la suite, mais ce qui m’a­vait mar­qué à l’é­poque et que j’ai tou­jours en mémoire, c’est la « Une » de Charlie Hebdo qui titrait « Un bicot lèche le cul d’un you­pin » ! On ne fait pas mieux dans le direct.L’hebdomadaire, s’il était tou­jours aus­si inci­sif aujourd’­hui, aurait pu titrer « Un bicot pour­rit une négresse ».

Charlie Hebdo - Bicot lèche cul youpin Insultes racistes - Cergy Pontoise

C’est en effet ce qui s’est pas­sé hier à Cergy Pontoise dans le Val d’Oise. un homme noir, livreur à vélo, a été agres­sé pour de la musique trop forte, bles­sé et cou­vert d’in­jures. Une femme, témoin de l’al­ter­ca­tion, a fil­mé depuis sa fenêtre l’a­gres­seur pré­su­mé (pho­to ci-des­sus), qui l’a alors prise à par­tie. Dans des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on entend l’homme pro­fé­rer des insultes racistes. Il déclare notam­ment : « Espèce de négresse, espèce de sale noire […]» ou des reven­di­ca­tions de la traite négrière ara­bo-musul­mane « Pendant 800 ans on vous a ven­dus comme du bétail. »
On ima­gine sans peine ce qu’au­rait été la réac­tion des auto­ri­tés si l’a­gres­seur avait été un « un petit blanc ». Manque de chance, celui-ci était magh­ré­bin, ce qui explique le peu de réac­ti­vi­té des médias et des ligues de ver­tu. L’affaire qui aurait fait les choux gras des gazettes pen­dant une semaine au moins, a déjà dis­pa­ru depuis deux jours.

Mercredi 2 juin 2021

On les avait oubliés, et pour­tant ils sont tou­jours là. Hier soir, de vio­lents affron­te­ments entre immi­grés clan­des­tins (com­mu­né­ment appe­lés « migrants ») et CRS ont fait 7 bles­sés dans les rangs des poli­ciers. Les immi­grés clan­des­tins ten­taient d’en­trer illé­ga­le­ment dans le port de Calais, selon la pré­fec­ture.
Les forces de l’ordre ont dû se défendre face à une tren­taine de clan­des­tins qui les ont atta­qués avec bâtons, cailloux, barre de fer, aux abords de la rocade por­tuaire près du port dans lequel ils ont essayé de péné­trer. Les agres­seurs furent rejoints par un autre groupe pen­dant la nuit, attei­gnant les quelques 300 per­sonnes armées de barres de fer et de bâtons aux alen­tours de 6h30 ce matin. Bilan : une tren­taine de CRS auraient été contu­sion­nés, sept bles­sés et hos­pi­ta­li­sés.Immigrés clandestins - Migrants - CRS
Pendant ce temps, le Danemark s’est doté d’une loi pour expor­ter ses deman­deurs d’a­sile sur des ter­ri­toires tiers, exté­rieurs à l’UE, le temps que la demande aboutisse.

Jeudi 3 juin 2021

Où l’on reparle de l’af­faire du finan­ce­ment libyen de la cam­pagne de Sarkozy
On se rap­pelle en effet que Ziad Takieddine, l’un des prin­ci­paux témoins à charge contre Nicolas Sarkozy, a reti­ré ses accu­sa­tions au mois de novembre. Il avait décla­ré aupa­ra­vant qu’il avait remis à Claude Guéant, direc­teur de cabi­net de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, mais aus­si à l’an­cien chef de l’État lui-même des fonds pro­ve­nant de Libye.
Or, il appa­raît que ce volte-face trouve aujourd’­hui une expli­ca­tion :
La patronne de l’a­gence pho­to BestImage Mimi Marchand (qui fut très active comme sou­tien dans la cam­pagne de Macron en 2017) et un jour­na­liste de Paris Match ont été pla­cés ce 3 juin en garde à vue, à Nanterre, pour soup­çons de subor­na­tion de témoin à son égard. D’après lui, l’in­ter­view publiée par Paris Match dans laquelle il se reniait aurait été mal tour­née par le jour­na­liste. Il a donc ren­voyé lui-même un docu­ment de 14 pages aux juges d’ins­truc­tion, dans lequel il a réité­ré et confir­mé ses accu­sa­tions premières.Sarkozy - Khadafi - Financement campagne électorale

Vendredi 4 juin 2021

Voici la pho­to offi­cielle de l’é­quipe d’Italie qui doit entrer en lice lors de l’Euro ven­dre­di pro­chain face à la Turquie.

Cette pho­to, relayée par le compte fran­çais de la sélec­tion ita­lienne, « Nazionale FR », a pro­vo­qué un tor­rent de haine et de racisme anti-blancs, sur les réseaux sociaux, pour la simple et bonne rai­son qu’il n’y a pas de joueurs de cou­leur dans la sélec­tion. C’est vrai qu’à côté, l’é­quipe de France.…
Aux clas­siques « Bandes de racistes », « Oh les racistes », ont sui­vi des allu­sions dou­teuses rap­pe­lant les sombres heures ita­liennes : « Les gig­ga fachos, Musso serait fier », déplo­rant que cette équipe « pue Mussolini », « Mdrrrr sym­pa le remake de la marche des che­mises noires sur Rome ».
Toujours aus­si culti­vés les sup­por­ters français…

Samedi 5 juin 2021

Nice aujourd’­hui : mani­fes­ta­tion fémi­niste « euro­péenne » qui en fait n’a convain­cu que des fran­çaises ou presque…
C’est dans le droit fil des mou­ve­ments anti-tout actuels (lire Pub : pro­pa­gande et culture « woke » du 27 mai 2021) que les braves femmes venaient récla­mer l’ou­ver­ture des fron­tières à ceux qui jus­te­ment causent le plus de torts aux femmes. De l’a­veu même de celles-ci « elles fuient les mariages for­cés, l’excision et tous les autres sévices », « beau­coup de les­biennes subissent dis­cri­mi­na­tions et vio­lences », « elles sont vio­lées durant leur par­cours et finissent sou­vent dans la pros­ti­tu­tion ». Soit. Mais la faute à qui ?
L’ennemi héré­di­taire des fémi­nistes c’est le mâle, de pré­fé­rence le mâle blanc !
Et ceci de plus en plus. Le fémi­nisme est né il y a une qua­ran­taine d’an­nées, pre­nant comme pré­texte la dif­fé­rence de trai­te­ment entre hommes et femmes, comme si le « sys­tème patriar­cal » qu’elles dénon­çaient était une inven­tion des sales hommes, alors qu’il ne décou­lait que d’une longue his­toire de l’hu­ma­ni­té. Il fal­lait donc remettre en cause ce pou­voir mas­cu­lin de toutes les manières pos­sibles, en favo­ri­sant par exemple l’a­mour les­bien sen­sé « punir » les hommes en les igno­rant…
Les fémi­nistes rêvaient d’en­trer comme les hommes dans le monde du tra­vail qui devait les « libé­rer » comme il l’a­vait fait pour les hommes. Tout le monde sait que le tra­vail rend libre !(1) La cerise sur le gâteau vient de la mater­ni­té, qu’elles ne refusent pas toutes, mais qu’elles repoussent de plus en plus tard, de plus en plus seules après avoir viré l’homme qui en est à l’o­ri­gine, et qui finit par se tour­ner vers une plus jeune, les lais­sant sou­vent se battre pour obte­nir une pen­sion ali­men­taire.
Que de vic­toires ! Aujourd’hui donc, le der­nier com­bat des fémi­nistes consiste à faire entrer sur le ter­ri­toire la caté­go­rie d’hommes la plus fémi­ni­cide qui soit, j’en ai déjà par­lé ici. Quelques hommes lucides sont tout de même venus dénon­cer le fait que plus de 52% des viols com­mis en France l’é­taient par des hommes de natio­na­li­té étran­gère. On ne parle pas de ceux qui, comme l’a dit récem­ment Darmanin, sont pour­tant nés en France et éle­vés en France, et qui de ce fait ne peuvent pas gros­sir les sta­tis­tiques comme le dénon­çait le col­lec­tif Némésis il n’y a pas si longtemps…Némésis - Violences aux femmes

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain.…
Patrice LEMAÎTRE

(1) Dans le texte : « Arbeit macht frei »

1 commentaire

  1. Les com­mu­nards avaient sans doute de bonnes rai­sons dans leur révolte, mais il n’é­tait pas indis­pen­sable pour eux de consti­tuer un pelo­ton d’exé­cu­tion pour fusiller l’ar­che­vêque de Paris Mgr. Georges DARBOY le 24 mai 1871 et de nom­breux prêtres qui étaient très enga­gés dans le sou­tien aux plus défa­vo­ri­sés de tous âges.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

99 − 91 =