Abstenez-vous de voter blanc, c’est nul

29 juin 2021 | 2 Commentaires 

La classe média­ti­co-poli­tique s’ef­fraye de l’abs­ten­tion, au pré­texte que cela met­trait en dan­ger le droit de vote répu­bli­cain chè­re­ment acquis, est une hypo­cri­sie pathé­tique.
Les poli­ti­ciens n’ont qu’un sou­ci, défendre leur bif­teck, pas le vôtre ! Politicien, un métier, une car­rière.
Des convic­tions ? C’est quoi ça ?

Retour sur la dernière séquence dite démocratique : les Régionales et départementales, dans le même tuyau

• Il y a dans nos 18 Régions admi­nis­tra­tives 1 758 conseillers régio­naux qui gagnent de 1 600€ à 2 700€ brut par mois. Ces gens nous coûtent un pognon de dingue.
Ainsi, pour la région PACA, 123 conseillers ont été extraits des trom­bi­no­scopes qui s’af­fi­chaient sur les pan­neaux élec­to­raux. 123 élus zélés qui vont pal­per quelques 2 700 euros par mois pen­dant 6 ans ! La place est bonne et cer­tains pré­ten­dants vont même jus­qu’à payer un grand par­ti plu­sieurs dizaines de mil­liers d’eu­ros pour être inves­tis par ledit par­ti. Comme au temps des rois, ils achètent leur charge féo­dale, donc leur rente. Muselier/​Mariani se sont déchi­rés pour savoir lequel des deux pren­dra ses 6 000 euros par mois, plus tous les pri­vi­lèges royaux atta­chés à la pré­si­dence.
• Il y a 95 conseils dépar­te­men­taux consti­tués de 4 058 conseillers qui gagnent de 1 600 euros à 2 700 euros par mois. Ces gens nous coûtent un pognon de dingue.
Ainsi, pour les Alpes-Maritimes, 54 conseillers ont été extraits des trom­bi­no­scopes qui s’af­fi­chaient sur les pan­neaux élec­to­raux. 54 élus zélés qui vont pal­per quelques 2 700 euros par mois pen­dant 6 ans ! L’actuel sei­gneur du fief, Charles-Ange Ginésy prend 5 700 euros par mois qui se cumulent à tout ce qu’on vou­dra : maire, dépu­té, conseiller de ceci et cela, pré­sident de ceci et cela…

On comprend bien pourquoi ces gens s’accrochent comme des morpions à notre bulletin de vote

Non ! Les 68% d’abs­ten­tion­nistes du 21 juin 2021 ne sont pas tous des pêcheurs à la ligne. Ils se sont expri­més. Ils ont choi­si clai­re­ment de reje­ter ces élec­tions de bras­seurs d’air inutiles, la Région et le Département. Les Français ne veulent pas voter Pierre-Paul-Jacques, ils veulent sup­pri­mer ces assem­blées d’élus.

Les Français subissent rien moins que 6 éche­lons admi­nis­tra­tifs sou­mis au vote : les muni­ci­pales, dépar­te­men­tales, régio­nales, légis­la­tives, pré­si­den­tielles et euro­péennes. Sans comp­ter nos séna­teurs, les agglo­mé­rés de com­munes, la mode des pri­maires et j’en passe.
Alors que nous sommes, tous ces éche­lons confon­dus, en cam­pagne élec­to­rale per­ma­nente, com­ment « traî­ner » encore et encore les élec­teurs aux urnes. Les Français subissent une over­dose de votes dont ils ne per­çoivent aucu­ne­ment l’utilité !

En 2016, on estime que le corps élec­to­ral com­prend 45 mil­lions d’é­lec­teurs. L’abstention de ces citoyens-élec­teurs est la bête noire de nos hommes poli­tiques. En effet, le taux de par­ti­ci­pa­tion à leurs élec­tions est vital pour eux pour trois raisons :

→ D’abord :
C’est de ce taux de par­ti­ci­pa­tion qu’ils légi­ti­ment leur élec­tion. Ainsi, aux élec­tions pré­si­den­tielles de 2017, Emmanuel Macron a été élu avec soi-disant 66% des voix. C’est faux. Avec 20.7 mil­lions de voix sur 47.5 mil­lions d’ins­crits, il n’a été réel­le­ment élu qu’a­vec 43.5% du corps élec­to­ral en rai­son des 12.1 mil­lions d’abs­ten­tion. On note­ra que par un tour de passe-passe, les votes blancs ou nuls, 4.1 mil­lions ne sont comp­ta­bi­li­sés NI dans l’abs­ten­tion NI dans les suf­frages expri­més. Autrement-dit, ces votes blancs ou nuls dis­pa­raissent des compteurs.

→ Ensuite :
C’est l’exis­tence même de l’é­che­lon sou­mis au suf­frage uni­ver­sel qui est en jeu. Par exemple, En 2004 l’abs­ten­tion aux élec­tions euro­péennes atteint des som­mets avec 57%. Manifestement l’Europe n’in­té­resse per­sonne. Que fai­sons nous alors dans cette galère ? Les Français ont pour­tant été clairs en 2004 en votant NON à l’Europe. Voter ne ser­vi­rait donc à rien ?

→ Enfin, et c’est le plus impor­tant :
Nos pré­ten­dus repré­sen­tants ne voient en nous qu’un bul­le­tin de vote à mon­nayer en chèque.
Les can­di­dats et leurs par­tis reçoivent des sommes consi­dé­rables pour toutes leurs cam­pagnes, des muni­ci­pales aux euro­péennes. L’argent des contri­buables, le mien, le vôtre. Des cen­taines de mil­lions d’eu­ros, c’est ver­ti­gi­neux. Les par­tis sont finan­cés à hau­teur du nombre de voix obte­nues par leurs élus dans toutes les élec­tions, mêmes locales. Chacune de nos voix à leurs élec­tions contri­bue à aug­men­ter la manne finan­cière que tous ces élus reçoivent de l’argent public. C’est un véri­table busi­ness, il y a des cen­taines de mil­liers d’é­lus rému­né­rés en France.
Votre bul­le­tin de vote n’est qu’un billet de banque pour nos hommes poli­tiques cupides sans aucune conviction.

Honoré Daumier - Voraces sujets

Caricature d’Honoré Daumier

Face à cette menace d’abs­ten­tion dévas­ta­trice pour leur porte-mon­naie, les poli­tiques envi­sa­ge­raient de rendre le vote obli­ga­toire, sous peine de sanc­tions pour celui qui aura pré­fé­ré res­ter chez lui plu­tôt que choi­sir le can­di­dat le moins pire ou voter pour un éche­lon qu’il rejette. Il y a peu de chance pour que cela arrive. En effet, on ver­rait pro­ba­ble­ment une explo­sion des votes blancs ou nuls qu’on ne pour­rait plus faire dis­pa­raître comme c’est le cas à ce jour.

Rigolons un peu : « Il faut voter ! » nous assènent-ils. Mais quel culot ! Sur les 47 000 élus ayant le pou­voir de par­rai­ner un can­di­dat à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle de 2017, 14 000 seule­ment se sont pro­non­cés. Ce qui porte à 70% l’abs­ten­tion chez nos poli­tiques, quand ils ont à voter, eux ! Record bat­tu. Et ils vou­draient qu’on se déplace… en nous rap­pe­lant à notre devoir citoyen.

En conclu­sion.
• Voter, même blanc ou nul, c’est vali­der l’é­lec­tion, donc celui qui sera élu.
Les votes blancs ou nuls ne sont pas comp­ta­bi­li­sés dans la majo­ri­té simple rete­nue pour intro­ni­ser le can­di­dat ; donc ne servent qu’à cacher une part de l’abs­ten­tion. En votant blanc, vous dis­pa­rais­sez de la démo­cra­tie.
• Voter pour le moins pire, c’est lui don­ner votre argent et un blanc-seing pour ses pro­messes qui n’en­gagent que vous qui l’é­cou­tez. Ce n’est pas éli­mi­ner l’autre.

Les gens qui ont voté en 2017 pour éli­mi­ner M. Le Pen ont voté Macron, peu importe que ce soit en se bou­chant le nez. Macron les en remercie.

Alors, la pro­chaine fois, choi­sis­sez celui ou celle qui vous convient au pre­mier tour comme au deuxième tour.

Voter c’est adhérer, pas éliminer. Ou sinon, abstenez-vous, allez à la pêche !

N’allez pas émar­ger la liste élec­to­rale de votre bureau de vote. Vous res­pec­te­rez alors la vraie démo­cra­tie, votre conscience et vous ferez des éco­no­mies en arrê­tant d’en­grais­ser le mam­mouth des élus.
On garde trois élec­tions : le Maire, le Député et le Président. Que tous les autres élus de « je ne sais quoi » retournent à la vie civile, bos­ser, si tant est qu’ils en sont encore capables.

Dans son essai inti­tu­lé Sabotage !, Georges Gourdin nous aver­tit bien :
« Toutes les récentes élec­tions en France montrent que le Système en place a éta­bli des bar­rières solides pour se pro­té­ger des déci­sions des urnes. Les élec­tions régio­nales de décembre 2015 en apportent une démons­tra­tion patente.« 
C’était en 2015…

Michel Lebon

2 Commentaires 

  1. Que se pas­­se­­ra-t-il si per­sonne ne vote sauf une ? Elle sera élue car rien ne dit que c’est inter­dit de l’é­lire quand même !

    Répondre
  2. Une preuve tan­gible que voter ne sert à rien :
    dans les « quar­tiers », les votants repré­sentent envi­ron 10 % des ins­crits. Tous les autres ne sont même pas ins­crits.
    Et les habi­tants de ces « quar­tiers » béné­fi­cient de sub­ven­tions gigan­tesques à fond per­du, jouissent d’une liber­té bien supé­rieure aux autres Français (tra­fics en tous genres, pré­cau­tions dites sani­taires, fac­tures impayées, etc.). La police ne vient plus les impor­tu­ner.
    De sur­croît ils obtiennent peu à peu leur auto­no­mie ter­ri­to­riale (tout en gar­dant les indem­ni­tés de l’État, bien enten­du).
    Français, faites comme eux !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

22 −  = 14