L’Armée de l’Air, c’est le Grand Cirque

15 juillet 2021 | Aucun com­men­taire

Les deux potes de Macron, les you­tu­beurs Carlito et McFly (lire Hit-parade de la semaine en Macronie du 25 mai 2021) ont ouvert le tra­di­tion­nel défi­lé mili­taire aux com­mandes d’Alphajets de la Patrouille de France. Après avoir gagné avec Manu leur concours d’a­nec­dotes, c’est par un autre concours, celui de cir­cons­tances, qu’ils ont embar­qué dans les cock­pits. Et hop ! ils se sont envoyé en l’air après un brief de sécu­ri­té sur le déclen­che­ment du siège éjec­table. Il n’au­ra man­qué que l’é­jec­tion au-des­sus de la tri­bune pré­si­den­tielle, dom­mage. Nul doute qu’ils sont qua­li­fiés pour assu­rer la relève de la PAF.
Patrouille-de-France-1067839.jpg

D’ailleurs, l’Armée de l’Air et de l’Espace recrute tous azimuts : devenez pilote « rebondisseur ».

Avant on com­men­çait une car­rière de pilote de chasse et libé­ré de ses obli­ga­tions mili­taires, on rejoi­gnait l’a­via­tion civile. Maintenant c’est le contraire. Douze pilotes civils qua­li­fiés ont été recru­tés par l’Armée de l’Air [source].
La pre­mière étape a lieu à Tours, une sélec­tion ini­tiale avec une éva­lua­tion psy­cho­lo­gique (sans doute craint-on le syn­drome sui­ci­daire du pilote Lubitz de la Germanwings). Puis c’est Évreux, avec une for­ma­tion mili­taire ini­tiale de deux semaines. Marche au pas, tir… Bref, mili­taire quoi !

Rien de bien nouveau dans cette armée qui n’est même plus capable de former ses cadres et d’assurer ses missions.

On se sou­vient de Kolwezi où les légion­naires du 2e Régiment Étranger Parachutiste étaient pro­je­tés au Katanga avec quatre DC8 de la com­pa­gnie civile UTA et lar­gués sur zone avec des para­chutes T10 amé­ri­cains et des avions Hercule zaïrois.

Avec Chirac, l’ar­mée s’est débar­ras­sée des civils appe­lés pour se pro­fes­sion­na­li­ser. Avec Macron, retour à la conscrip­tion. La poli­tique du « en même temps » : militaire-civil.

Vous êtes dans un club de ball-trap ? l’ar­mée recrute des tireurs d’é­lite.
Vous êtes conduc­teur d’en­gins de chan­tier ? l’ar­mée recrute des pilotes de chars.
Vous êtes plâ­trier ? l’ar­mée recrute des infir­miers.
Vous faites de la nata­tion syn­chro­ni­sée ? l’ar­mée recrute des nageur·es de combat.

Michel Lebon

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

2 + 7 =