Mayotte

À Mayotte, on emmaillotte !

Pierre LanceLors du référendum de 1974, les Mahorais, habitants de l’île de Mayotte, votent massivement pour le maintien de Mayotte au sein de la République française, tandis que les autres îles de l’archipel des Comores choisissent l’indépendance.
Malgré cela, l’Union des Comores (anciennement République fédérale islamique des Comores) revendique toujours Mayotte. Et les femmes comoriennes viennent en masse accoucher à Mayotte, de sorte que leurs enfants deviennent des citoyens français, et elles-​mêmes à leur suite. Ces femmes sont évidemment des immigrées illégales, mais elles ne sont pas les seules et il existe une immigration clandestine permanente depuis que Mayotte a choisi d’être française.
Et qu’ont fait les gouvernements français successifs pour stopper cette invasion qui dure depuis des décennies ? Pratiquement rien.
Comme il n’y a évidemment pas de travail pour ces immigrés illégaux, il en découle inévitablement une constante augmentation de la délinquance et de l’insécurité des Mahorais. Voilà pourquoi ceux-​ci sont aujourd’hui contraints de se révolter contre l’État français, qui les a acceptés comme citoyens mais ne leur assure pas la sûreté qu’ils étaient en droit d’attendre de lui. Peuvent-​ils espérer du Président Macron qu’il s’intéresse à leur sort ? Tout ce que l’on sait de lui à ce sujet est la plaisanterie douteuse qu’il fit en juin 2017 à propos des « kwassa-​kwassa », frêles embarcations comoriennes, qui, selon lui, servaient moins à pêcher qu’à amener des Comoriens à Mayotte. Ce qui prouvait, à tout le moins, qu’il n’ignorait rien de cette immigration illégale massive, à laquelle il semble être resté indifférent jusqu’ici.
Mais il ne pourra pas le rester longtemps.
Car si les Mahorais sont heureux et fiers d’être des citoyens français, ils n’acceptent plus qu’on les néglige et que l’on ne fasse rien contre l’invasion étrangère de leur île (je connais bien des Français de métropole qui partagent le même état d’esprit !).
Pour le moment, le gouvernement a décidé d’envoyer des renforts de gendarmes et de policiers, ainsi qu’un navire-​patrouilleur militaire. Je veux bien être pendu si cet unique navire-​patrouilleur parvient à arraisonner tous les « kwassa-​kwassa » qui arrivent de tout l’archipel avec leurs lots de clandestins. Quant aux gendarmes, que feront-​ils ? Arrêter de jeunes délinquants qu’on ne saura où mettre et qui seront relâchés peu après ? On va encore donner de grands coups d’épée dans l’eau.
L’île de Mayotte compte 258 000 habitants répartis sur 376 km2. Ce n’est pas la mer à boire, si j’ose dire. Il faut donc envoyer quelques compagnies de CRS pour rafler tous les clandestins (il n’est pas difficile de les trouver puisqu’ils représentent 40 % de la population) et les renvoyer en bateau d’où ils viennent. Et y compris, bien entendu, les jeunes accouchées illégales avec leur bébé sous le bras, bien emmaillotté et biberonné, il va de soi, car on n’est pas des sauvages…

Pierre Lance

Ceci peut aussi vous intéresser

Zia Oloumi avocat Cédric Herrou

L’avocat de Cédric Herrou veut que la police traque les passeurs

Nous lisons dans Nice Matin du samedi 20 janvier 2018 que Cédric Herrou a passé …

Un commentaire

  1. LA SEULE FAÇON D’ARRÊTER CETTE IMMIGRATION EST DE SUPPRIMER LE DROIT DU SOL.…MAIS PERSONNE N’EN PARLE !!

Nice Provence Info n\\\'utilise pas les données collectées à des fins de profilage commercial car cela est contraire à son éthique.
De surcroît, si vous souhaitez vous désinscrire de tout suivi ultérieur, un cookie sera installé dans votre navigateur pour se souvenir de ce choix pendant un an conformément à la légisation en vigueur. J\\\'installe ce veilleur Ce n\\\'est pas la peine

716