Gilles Simeoni

Le nationaliste Gilles Simeoni oublie l’Histoire de la Corse

Gilles Simeoni, né à Bastia, est le fils d’Edmond Simeoni, autonomiste corse et de Lucie d’origine juive alsacienne et polonaise. Il fut l’avocat d’Yvan Colonna, condamné pour l’assassinat du préfet Claude Érignac [source Wikipedia].

Gilles Simeoni anima le parti autonomiste corse Inseme per a Corsic (Ensemble pour la Corse) créé en 2008 qui est devenu Femu a Corsica (Faisons la Corse).

En 2007, Gilles Simeoni est candidat à l’élection législative en Haute‐​Corse. Il déclarera que ce fut le moment révélateur de son engagement politique. Il évoque l’expression de « point de bascule » pour désigner l’importance de cette campagne dans sa vie.

En effet, dès lors il embrasse une carrière de politicien autonomiste : 2008 Conseiller municipal de Bastia, 2010 Conseiller territorial de l’Assemblée corse, 2014 Maire de Bastia, et enfin 2015 président du Conseil exécutif de Corse.

Ce fut bien en effet un point de bascule. D’autonomiste identitaire corse, voilà qu’il s’aligne sur l’Europe immigrationniste voulue par Bruxelles et Angela Merkel avec l’ouverture aux flux migratoires massifs. À la surprise générale, Gilles Simeoni a exprimé dans Libération son souhait d’accueillir en Corse les 629 émigrés errants du navire Aquarius (lire Le crépuscule de l’« air du Verseau » ? dans notre édition du 13 juin 2018). Chercherait‐​il à promouvoir sa carrière d’opportunisme politicien vers Bruxelles ? L’homme est ambitieux.

Il est titulaire d’un doctorat de science politique sur le sujet de « La politique méditerranéenne de l’Union européenne ». C’est dire qu’il s’y connait en la matière. L’Aquarius n’a pu accoster en Italie a été rejeté à la mer par son voisin l’Italien Matteo Salvini dirigeant du parti de la Ligue du Nord. À la suite des élections générales de 2018, Matteo Salvini est élu sénateur et entre au gouvernement Conte comme ministre de l’Intérieur et vice‐​président du Conseil.

Parmi ses anciens amis autonomistes, Simeoni ne semble pas faire l’unanimité. La Leia Naziunale déclare :
« Aquarius et « migrants », halte à la complicité !
Le nouveau gouvernement italien a mis en échec une énième tentative de débarquement de centaines de clandestins perpétré par les mafias et les ONG mondialistes. Le ministre de l’intérieur Salvini a ordonné la fermeture de tous les ports du pays. Le gouvernement italien choisit donc fermement de sanctuariser son territoire et protéger sa population. La petite île indépendante de Malte a fait de même.
Le nouveau gouvernement -socialiste‐ espagnol s’est lui proposé d’accueillir l’Aquarius cautionnant de fait le trafic de clandestins.
Dans ce contexte de confrontation entre deux visions de l’Europe, le nationalisme institutionnel corse semble avoir choisi son camp. À de nombreuses reprises il avait annoncé sa collaboration active à « l’opération migrants » orchestrée par les centres mondialistes et leurs relais politiciens en Europe.
LEIA NAZIUNALE condamne fermement les propos irresponsables tenus par les présidents de l’Assemblée de Corse et du Conseil Exécutif, qui, s’ils étaient suivis d’effet, désigneraient la Corse comme une cible des trafiquants et de l’État colonial, lui assignant le triste sort d’un nouveau Lampedusa. »

Gilles Simeoni semble avoir oublié l’Histoire de son île, forte de son symbolique drapeau à tête de maure. On ne réalise pas toujours qu’il s’agit à l’origine d’une tête coupée, celle d’un musulman ! Drapeau corse tête maureLa légende voudrait que l’origine du drapeau corse remonte à l’époque de l’invasion de l’île par les Sarrasins. Dans le but d’impressionner et de décourager leurs adversaires, les soldats corses auraient décapité leurs ennemis et présenté leurs têtes empalées sur des piques. La tête de Maure serait alors devenue le symbole de la victoire des guerriers corses, avant de devenir un symbole national(1).

Asterix Corse Sœur
Bref extrait de l’album « Astérix en Corse »

Gilles Simeoni a oublié que son île est ceinte de 82 tours génoises, bâties par les Génois lorsque Constantinople fut conquise par les Turcs en 1453. Ceux‐​ci lancent d’incessantes razzias sur toutes les côtes méditerranéennes et le feront pendant trois siècles. Ces miradors placés en avant‐​poste prévenaient et défendaient des attaques ottomanes, appelées les Barbaresques et de tous les dangers venant de la mer.

Corse Tour génoise de la Parata
Tour de la Parata
Corse carte tours génoises
82 tours génoises protégeaient l’île des envahisseurs

Manifestement, les envahisseurs ne sont pas les bienvenus.

La Corse a, par ailleurs, montré qu’elle n’appréciait pas la présence de populations exogènes : on a encore en mémoire ces émeutes en 2015 : salle de prière musulmane saccagée, Corans partiellement brûlés, slogans anti‐​arabes : quelques 250 à 300 personnes avaient alors envahi vendredi en fin de journée une cité populaire d’Ajaccio où deux pompiers et un policier avaient été blessés la nuit précédente. Une sorte de vendetta de « Colomba les deux mosquées », puisque l’île ne comporte que deux de ces édifices alors qu’il y en a plus de 2 000 en métropole.

Heureusement, l’Espagne vient au secours du naufrage de Simeoni, au grand soulagement des Corses peu enclins à leur Grand Remplacement. Ce sont donc les Ibères qui accueilleront l’Aquarius et son « coke en stock ».

Tintin Coke en stock
Image extraite de l’album de Hergé « Coke en stock »

Michel Lebon

(1) Nos lecteurs se reporteront à l’étude complète sur ce sujet dans notre article du 17 février 2016 intitulé L’autre visage du drapeau corse.

[NDLR] Notre illustration à la une : Gilles Simeoni (Par mondeedition — le Courrier du Parlement, CC BY‐​SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=64597782)

Ceci peut aussi vous intéresser

SOS Méditerranée sauvetage migrants Aquarius

Quand on veut, on peut !

L’Italie vient de refuser à l’Aquarius, navire affrété par une ONG française financée sur des …

10 commentaires

  1. L’histoire du drapeau Corse n’a jamais été validé par aucun historien.
    C’est votre fantasme qui s’exprime dans cet article.
    Lui « oublie », vous « ignorez ».

    • Cher Corsu,
      si vous me lisez avec attention, j’ai bien écrit
      « La légende voudrait que l’origine du drapeau corse…»
      « Les soldats corses auraient décapité leurs ennemis…»
      « La tête de Maure serait alors…»
      Si cette explication n’est pas rigoureusement attestée, de nombreux historiens la valident. En outre aucune autre n’est avancée qui tienne la route.
      Donc je ne vois pas en quoi cette explication est gênante.

  2. Avant de prétendre donner des leçons aux Corses quant à leur attitude à l’égard des populations exogènes, comme vous les appelez, commencer par éviter d’aller fouiller le fond de vos placards, vous risqueriez d’y trouver quelque défroque frappée d’une étoile jaune laissée là par un « exogène » vendu à bas prix. Chez nous, ils étaient chez eux et traités dignement. Quand à monsieur Simeoni, il est l’aboutissement d’un combat politique d’un demi‐​siècle et non le fruit d’un opportunisme qui, ailleurs, est généralement la règle.

    • Ah voilà !
      Le point Godwin n’est jamais bien loin chez ceux qui manquent d’arguments.

  3. C’est précisément évoquer le point Godwin qui est la marque d’un manque d’arguments. Je n’ai fait qu’avancer un fait historique que vous ne pouvez contester mais comme il vient réfuter les assertions et autres affabulations de cet article, vous brandissez votre joker. Je n’ai utilisé que l’argument le plus significatif, j’aurais pu ajouter que depuis des décennies, des siècles pour certains, les Corses ont accueilli des milliers de Marocains principalement, d’Italiens, de Grecs et que toutes ces communautés ont fait souche et vivent en bonne entente.

    • J’essaie de vous comprendre :
      Je vous cite : « commencez par éviter d’aller fouiller le fond de vos placards, vous risqueriez d’y trouver quelque défroque frappée d’une étoile jaune ».
      Si je vous comprends bien, vous reprochez à mes ancêtres d’avoir porté l’étoile jaune sur une défroque qui moisit au fond d’un placard, donc d’être juive et de ne pas en être reconnaissante au peuple corse ?

    • En Sardaigne, les guides revendiquent bien les quatre têtes de maures noirs décapitées de leur drapeau comme emblème de la lutte contre les barbares, pourquoi la Corse en aurait elle honte.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Drapeau_de_la_Sardaigne#/media/File:Flag_of_Sardinia.svg

  4. Contresens… Bien que vous m’ayez compris. J’explicite donc puisque vous feignez le contraire. Chez nous, pas un juif n’a été donné, dénoncé, vendu, appelez cela comme il vous plaira. Il n’y a pas de cadavres dans nos placards contrairement à tant d’autres ailleurs…

    • Alberto Da Giussano

      [Pubblicato da Milano /​Lombardia/​Italia – je suis italien du nord -]

      @ Niellu LECA

      Tout d’abord préciser qu’il n’est aucunement dans le programme de la Lega Nord de revendiquer la Corse ; pas plus que la partie du département des Alpes maritimes située à l’est de la provençale Nice (à partir de la Principauté de Monaco) ou le Tessin suisse ; à moins qu’ils ne nous fassent l’honneur de vouloir se joindre à nous … ce qui est complètement improbable !
      La Corse, entre autres, pouvant assurément se revendiquer comme Nation !
      Juste, cette cicatrice historique ayant été dépassée, faire part à nos amis corses de la sympathie dont ils sont assurés d’avoir la certitude de la part de beaucoup d’italiens, comme de tant d’autres parmi les peuples d’Europe !
      Alors allons y droit et clairement : de Soros à Bernard Henry Lévy en passant par Bernard Kouchner ; Jack Lang ; Josiane Balasko ; Emmanuelle Béart ; la totalité des membres du CRIF ; des cadres du MRAP ; Jacques Attali ; etc. ; etc. ; … :
      TOUS NE SONT‐​ILS PAS DES AGENTS HYPER‐​ACTIFS DE PROMOTION DE L’IMMIGRATION DE MASSE ?
      Ce qui est incroyable c’est que, chez moi en Italie, ce sont les mêmes – selon eux sont plus italiens que les autres italiens (de P. L. Casini à Benetton en passant probablement par G. Fini ; G. Napolitano ; S. Mattarella …) – , avec leurs idiots utiles gauchos‐​socialos et leurs serviteurs et sicaires francs‐​maçons, qui sont les éléments actifs qui désirent, promeuvent et organisent l’immigration de masse :
      http://fr.novopress.info/166004/gauche-europeenne-veut-faire-venir-dix-millions-dimmigres-supplementaires/
      https://www.youtube.com/watch?v=kM-SCpkNjFg
      Lega Nord Marano Vicentino : Salvini contro Tsipras che vuole altri 10 milioni di immigrati in Europa

      Pour conclure, dussé‐​je vous le dire en la langue millénaire de la Corse :
      Oghje chì hè oghje per u nostru Populu è a nostra Nazione,
      u periculu hè sempre maiò, u periculu, hè murtale…
      Ma induve ci hè u periculu, cresce dinò ciò chì salva !

      PS : mes beaux‐​parents vatellinais se souviennent très bien que vers la fin de la seconde guerre mondiale beaucoup de gens du coin ont aidé des gens venus des grandes cités pour se mettre ‘’au calme’’ en Suisse quelques temps.
      Le temps que les risques ‘’collatéraux’’ et autres représailles dus aux véritables massacres opérés contre tous ceux suspectés d’avoir eu des sympathies fascistes, par les partisans communistes principalement, soient terminés.
      Le luxe et la richesse dans lesquels vivaient ces ‘’touristes’’ les avaient impressionnés …

    • Alberto Da Giussano

      PS deuxième : NON CES ÉTRANGES TOURISTES N’ÉTAIENT PAS DES ‘’NAZIS /​FASCITES’’ EN CAVALE MAIS LES MEMBRES DE RICHISSIMES FAMILLES ISRAÉLITES TRÈS IMPLIQUÉS DANS LES TERRIBLES MASSACRES DE MASSES DE ‘’L’ÉPURATION ANTIFASCISTE’’ QUI SUIVIT !
      Pourtant en Italie, comme à Nice, en Corse, et dans toutes les autres zones d’occupations italiennes, les communautés juives n’avaient pas particulièrement eu à souffrir plus que les autres d’une deuxième guerre mondiale qu’elles avaient pourtant ardemment souhaitée :
      https://www.dreuz.info/wp-content/uploads/2016/08/the-bizarre-story-of-kristallnacht-631-judea-declares-war-daily-express-evening-edition.jpg
      Judea declares war on Germany 24/​03/​1933.
      Ainsi, et jusqu’aux derniers mois de la guerre et quand il fut évident et avéré que les ‘’élites’’ de cette communauté s’étaient massivement investies dans la direction des réseaux de partisans ‘’antifascistes’’ … les cadres ‘’fascistes’’, sauf opposition ouverte de leur part, les avaient toujours protégés !
      Un régime fasciste resté, contrairement à ce qu’il en est dit aujourd’hui, très populaire en Italie du nord :
      Contrairement à ce qui a été si souvent affirmé, la totalité des forces de la République sociale italienne du Duce est considérable : 679 000 combattants.” *
      Malgré tout la RSI dut finir par capituler, mais seulement après qu’il fut acté que ses alliés allemands avaient reçu l’autorisation de se replier ou au pire rendre les armes …
      La trois fois millénaire Ligne gothique allait donc être enfoncée :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_gothique
      « Le 25 avril 1945, Mussolini pense que deux voies lui restent ouvertes : une ultime résistance dans Milan, capitale de la R.S.I., et le repli vers le réduit symbolique de la Valteline, dans le nord.
      Il a en fait perdu le sens des réalités.
      Les bureaux et les couloirs de la préfecture de Milan se vident rapidement. Seuls quelques fidèles restent rassemblés autour de leur Duce. Soudain, celui‐​ci, avec brusquerie, donne l’ordre de partir immédiatement pour Côme. Il vient d’apprendre, par le cardinal Schuster, que l’état-major des troupes de ses alliés allemands a entamé, avec pragmatisme, des négociations de reddition avec des émissaires de la ‘’résistance italienne’’ …
      » *
      Celui‐​ci, abandonné par les derniers hiérarques, fuit dans une colonne en retraite de l’armée allemande.
      Le 27 avril, le dirigeant fasciste est arrêté à Dongo par des partisans et exécuté le lendemain, sur l’ordre du CNL de Haute‐​Italie, en compagnie de sa maîtresse Clara Petacci.
      Benito Mussolini et Clara Petacci ont donc été exécutés le 28 avril 1945.
      Leurs corps seront ramenés à Milan le même jour.
      Le 30 avril, vers quinze heures trente, alors que l’Armée rouge n’est plus qu’à quelques centaines de mètres de son bunker, Adolf Hitler, se suicide en compagnie d’Eva Braun.
      Il est certain que la nouvelle de la mort de son vieil, et jusqu’au bout fidèle ami italien, ainsi que le sort indigne qui avait été infligé à sa dépouille mortelle, venait de profondément le choquer et l’attrister.
      En Italie ‘’l’épuration’’ va ensuite atteindre le comble de l’horreur … :
      « Même l’écrivain Curzio Malaparte, antifasciste dès 1933, s’offusque devant cette impitoyable chasse à l’homme désarmé :
      Dans le nord de l’Italie, en 1945, pendant les jours de la « libération », la tuerie a été épouvantable.
      Les journaux ont parlé de 300 000 victimes.
      Le gouvernement n’a pas démenti ce chiffre. …
      » *

      En Allemagne … ce sera pire encore !

      * Source “Les guerres de Mussolini, de la campagne d’Éthiopie à la république de Salo” – de Dominique Lormier – Éditions “Jacques Grancher”.