Loup sympa

L’école à des-​apprendre

Le 16 mai 2018, nous publiions un article intitulé « Tende : un cas d’école ». Nous écrivions notamment :

L’école est devenue un système à formater les esprits dans le cadre d’une idéologie particulière qui s’érige en vérité révélée. Ce n’est pas son rôle, se plaignent les quelques parents qui bravent le climat oppressif et osent parler. Ils ont l’impression que l’école est faite plus pour le confort des enseignants que pour l’instruction des élèves. De fait le niveau scolaire est très bas.
Les enfants, dont beaucoup ont des parents agriculteurs et chasseurs sont plus formés à la nécessaire présence du loup dans les alpages et aux nuisances de la chasse qu’aux tables de multiplication et à la grammaire. Beaucoup de parents sont agriculteurs et chasseurs et vivent mal cet endoctrinement « anti-​chasse » et « pro-​loup » qui s’immisce jusque dans l’intimité des familles. Ces familles simples et austères attendent que l’école instruise leurs enfants et les prépare au collège dans les meilleures conditions. L’école, non seulement ne joue plus son rôle d’instruction, voire d’ascenseur social mais au contraire, elle accentue les inégalités sociales et géographiques.

Nous ne croyions pas si bien dire ! Pendant que nous écrivions ces lignes, les enseignants continuaient leur endoctrinement nocif et préparaient le spectacle de fin d’année qui n’avait qu’un but : faire accroire que le loup est « sympa », plus gentil même que l’agneau qu’il égorge. Le spectacle proposé aux familles tendasques s’appuyait sur une comptine DÉBILE dont voici les paroles :

Je suis un loup, un loup sympa
Je suis un loup, un loup sympa
Pourquoi… cette peur… de moi ?

Le fond du bois, c’est ma maison.
Trois bouts de rocher, j’me cache au fond.
Je sors la nuit sans faire de bruit.
Pourquoi ? Moi !
Les gens… n’m’aiment pas ?

Refrain

Bien sûr, je mange quelques fois
Choucroute, poireaux, ou petits pois,
Et de la viande, oui, j’aime ça !
Et toi ! Et toi ! N’en manges-​tu pas ?

Refrain

Toutes ces histoires qu’on dit sur moi
Petit enfant, le loup te mangera
Sont des histoires, n’y croyez pas.
Pas ça ! Pas ça ! Je n’aime pas ça.

Les enfants ont donc appris par cœur les paroles, non seulement débiles mais débilitantes de cette comptine, où l’on nous dit que le loup est sympa, discret (il se cache la nuit sans faire de bruit), qu’il mange de la choucroute et des petits pois. Ah, ah, ah ! Quand même — parfois — un peu de viande, somme toute comme toi. Et donc, en conclusion : « Pourquoi cette peur du loup ?»

Mais qui a pu écrire des paroles aussi niaises et dangereuses ? Cette personne a-​t-​elle jamais croisé un loup ? Voire même un chien-​loup ? Si, peut-​être derrière les hautes grilles du Parc Alpha où les bébés loups sont nourris au biberon et leurs parents — domestiqués — par les gardiens du zoo.

Bébé loup domestiqué Parc Alpha
Loups domestiqués Parc Alpha
Loups domestiqués Parc Alpha
previous arrow
next arrow
Slider

Les enseignants sont coupables de diffuser de telles calembredaines car ils ont bien mieux à faire, notamment apprendre à lire et à compter à leurs élèves. Cette posture idéologique chimérique ne passe pas à Tende où les parents d’élèves savent bien que le loup n’est pas sympa, qu’il ne mange pas de petits pois et qu’il est bien loin d’être doux comme un agneau, qu’il égorge férocement, pas même pour s’en nourrir.

Mouton égorgé loup Tende
Cliquez sur l’image pour lire la vidéo

Outre le fait que cette école n’apprend plus, mais des-​apprend, cette fête est une insulte aux Tendasques.

Georges Gourdin

[NDLR] Crédit photo du diaporama : Parc Alpha

Ceci peut aussi vous intéresser

Bérénice Levet Crépuscule idoles progressistes

Le crépuscule des idoles progressistes

Vous ne comprenez pas bien le monde d’aujourd’hui. Vous comprenez qu’il va mal, mais vous …

5 commentaires

  1. Le loup dans le haut diois

    90 % des victimes humaines du loup sont des enfants de moins de 10 ans. Conclusion d’une étude faite par 18 chercheurs internationaux et 93 correspondant mondiaux qui ont rédigé en 2002 un « Recueil d’attaques de loups sur des humains », (65 pages) financé par le ministère de l’Environnement norvégien.
    De plus toutes les recherches montrent que les enfants sont les premières victimes des loups.

    Voici un extrait des consignes de sécurité outre Atlantique :
    – Gardez vos enfants à l’intérieur quand vous savez que des loups ou des ours sont à proximité de votre domicile. À l’extérieur, les enfants (particulièrement les petits enfants) devraient rester près des adultes. La probabilité d’une attaque prédatrice d’un loup sur un enfant est très faible, mais plus élevée pour les enfants seuls, à proximité d’une végétation ou d’un relief qui les dissimulent.
    – En camping dans les zones de nature sauvage, gardez les enfants à l’intérieur. Ne laissez pas les enfants seuls dans les camps, même si votre camping-​car est stationné dans un terrain de camping, un parc, une aire de loisirs.

    Et voici une déclaration de l’Institut pour les Grands Carnivores en Europe (LCIE), membre de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature : « Les Grands Carnivores ont le potentiel d’avoir localement de graves répercussions sur … le fait, qu’en de rares occasions, les loups et les ours peuvent représenter une menace pour la sécurité humaine en s’attaquant à des humains … »

  2. Que le rôle que joue l’école ne soit pas celui pour lequel elle doit fonctionner, soit l’instruction, cela est sans vrai.
    Toutefois l’exemple du « loup » ne relève pas de ce domaine, car les parents de ces charmants élèves ne détiennent pas non plus la vérité, en suivant les sentiers battus. Dans ma région, les agriculteurs se plaignent de la présence en trop grand nombre des sangliers et des chevreuils. Les chasseurs n’en viennent pas à bout. Les loups seraient un bon régulateur. L’exemple de Nice-​Provence poursuivrait-​il deux buts ? L’école et le loup !!!

    • En réponse à la question posée par Langlois :
      Nice Provence Info pense que :
      1) Les chasseurs de la Vallée de la Roya régulent le gibier et n’ont pas de problème avec une surpopulation de sangliers ou chevreuils
      2) C’est tout le contraire, les bergers de la Vallée de la Roya ont un problème avec le loup (voir la vidéo de l’article).
      3) Il ne revient pas à l’école de s’immiscer dans ce débat, elle a autre chose à faire.
      4) Présenter le loup comme un animal « sympa, discret, mangeur de petits pois » dont il ne faut pas avoir peur, relève de l’ESCROQUERIE .
      5) Cette duperie est d’autant plus grave qu’elle est orchestrée auprès de jeunes enfants crédules.

  3. L’année prochaine, ce sera « Je suis un migrant sympa, je n’ai jamais égorgé personne…»

  4. La brebis briguasque est en voie de disparition, il n’en reste qu’une population comprise entre 400 et 600.
    Le loup lui est en pleine extension, d’autant plus qu’il est de la même espèce que le chien.
    Donc entre un chien sauvage et un agneau, j’ai choisi.
    Les enseignants du primaire ne connaissent rien à l’écologie, ce ne sont pas des scientifiques.
    Ils enseignent l’écologie comme un message politique contre la Droite.

Nice Provence Info n\\\'utilise pas les données collectées à des fins de profilage commercial car cela est contraire à son éthique.
De surcroît, si vous souhaitez vous désinscrire de tout suivi ultérieur, un cookie sera installé dans votre navigateur pour se souvenir de ce choix pendant un an conformément à la légisation en vigueur. J\\\'installe ce veilleur Ce n\\\'est pas la peine

688