Professeur Henri Joyeux

Cymès n’est pas Joyeux

La chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins a annoncé hier que la radiation du professeur Henri Joyeux (notre illustration ci‐​dessus, lire également notre article du 9 janvier 2018 En 2018, mangez Joyeux !) pour des pétitions anti‐​vaccins a été annulée en appel, la radiation prononcée en première instance le 8 juillet 2016 n’étant « pas suffisamment motivée ».

« Je ne suis pas du tout radié, je n’ai pas de blâme. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que j’ai raison ! », a réagi le professeur.

La radiation avait été prononcée en représailles de deux pétitions publiées sur Internet en septembre 2014 et mai 2015 :
• La première s’élevait contre une recommandation du Haut Conseil de la santé publique, préconisant d’abaisser de 11 à 9 ans l’âge de la vaccination contre le papillomavirus pour les filles.
• La seconde fustigeait le remplacement du vaccin DTPolio trivalent (c’est-à-dire protégeant contre trois maladies, la diphtérie, le tétanos et la polio) par un vaccin hexavalent (protégeant contre six affections) contenant de l’aluminium comme adjuvant, le professeur estimant que cela représentait un danger.

Selon l’instance d’appel, la première pétition « participe de la liberté laissée à tout individu dans un État démocratique d’exprimer son opinion sur un sujet qui le concerne ». Autrement dit : chacun a le droit de partager une opinion fût elle controversée.

Pour la seconde pétition, « la toxicité de l’aluminium comme adjuvant et la dangerosité du vaccin contre l’hépatite B font l’objet depuis plusieurs années de controverses nourries », a relevé la chambre disciplinaire nationale. Ce qui renvoie dos à dos les partisans et les opposants, les uns comme les autres ne pouvant prouver à l’heure actuelle leurs affirmations.

Cette décision de justice a fait hier l’objet d’un très violent commentaire de la part de Michel Cymès, l’animateur vedette de la TV, accessoirement médecin ORL. Michel Cymès est plus un animateur bateleur de la TV grand public qu’un véritable médecin. Il fait partie, paraît‐​il, des personnalités préférées des Français (on vous a souvent demandé votre avis à vous ?). Il anime des émissions sur le « pouvoir extraordinaire du corps » en utilisant parfaitement celui d’Adriana Karembeu. C’est un peu le Patrick Sébastien de la médecine, la qualité des numéros en moins, mais équivalent dans la salacité.

Michel Cymès sait très bien se servir de sa notoriété, et être servile à ses employeurs, c’est à dire le système capitalo‐​mondialiste qui nous dit, via les médias, ce que l’on doit ou ne doit pas faire, ce que l’on peut ou ne peut pas dire. Dans ce cadre, il n’hésitera pas à trainer dans la boue et à brûler sur le bûcher de l’hérésie tout fauteur de parole non conforme à la doxa. Le seul fait de s’interroger sur le bien‐​fondé d’administrer 11 vaccins à la fois à des nourrissons(1) de quelques semaines, vous classe d’emblée parmi les pires personnages. « Tous les discours anti‐​vaccins me sont insupportables », déclarait‐​il sur RTL. Aucun dialogue, aucun échange possible, M. Cymès a raison. Est‐​il bien nécessaire d’injecter 11 vaccins aux nourrissons ? « Même si ça représentait la majorité de la production des laboratoires pharmaceutiques, de toute façon, on n’a pas le choix, il faut vacciner, on ne se vaccine pas suffisamment en France. » La messe est dite.

On le comprend, dans ce combat pour la toute puissance des labos, le Professeur Joyeux est un ennemi de première, à faire taire de toute urgence, à parquer dans un camp, à éradiquer. D’où sa colère et son « coup de gueule » en apprenant la relaxe du professeur.


Pourtant, d’autres voix se font entendre. Par exemple celle de Patrick Shan : « Je propose qu’une loi soit votée pour obliger tous les élus ayant rendu ces 11 vaccins obligatoires, à faire vacciner en priorité leurs enfants et petits‐​enfants. »

Michel Cymès a déjà oublié semble t‐​il sa propre convocation devant « l’Ordre », pour avoir critiqué le sucre, de la même manière que le professeur Joyeux critique les vaccins. Sa soumission au Système ne l’a même pas protégé !

On attend par ailleurs, non sans patience, les coups de gueule de Michel Cymès à l’encontre des nombreux médicaments qui ont démontré leur dangerosité ou des produits notoirement cancérogènes diffusés par les grands groupes de l’industrie mondialisée, tels Bayer‐​Monsanto.

Patrice LEMAÎTRE

(1) Pour en savoir plus, nos lecteurs se reporteront sur notre article du 28 janvier 2018 « 11 vaccins : enjeux, décryptages et vérités »

[NDLR] Nos lecteurs se reporteront également avec bonheur sur le site du Professeur Henri Joyeux :
https://professeur-joyeux.com/

Ceci peut aussi vous intéresser

11 vaccins conférence Culture Populaire

Vaccination : vers un début de prise de conscience

La conférence organisée à l’initiative de Culture Populaire a rencontré un immense écho auprès du …