Michel Cymès

Cymès passe les bornes de l’honnêteté intellectuelle

L’un de nos lecteurs nous a fait parvenir un long commentaire sur notre article du 29 juin 2018 Cymès n’est pas Joyeux. Nous avons préféré le publier en tant qu’article.

S’il est une chose avérée, c’est que le bonisseur Cymès (notre illustration ci‐​dessus), que l’on voit se multiplier sur les antennes de radio et de télévision et dans la presse écrite, s’est transformé en apôtre savonarolesque de la médecine pastorienne pour laquelle hors de la vaccination et des médicaments il n’est point de salut.

Non content d’en imposer à des auditeurs plus ou moins crédules, en rappelant régulièrement qu’il est médecin, il fustige toutes celles et tous ceux qui, non contents de ne pas adhérer à « sa » médecine, trouvent des arguments qui la contredisent.

Ainsi, le professeur Henri Joyeux est devenu sa bête noire. Et si l’on comprend l’ire d’un personnage imbu de son autorité médico‐​médiatique, à voir Henri Joyeux “blanchi” d’une accusation injuste qu’il donnait l’impression d’avoir lui‐​même instruit, sa violente sortie à l’égard d’un confrère qui pourrait lui donner des leçons — pas seulement en matière de médecine — montre les limites du personnage de pseudo‐​scientifique qu’il s’est composé.

Ainsi, il commence son attaque en reprochant aux médias qui, selon lui, auraient ouvert trop largement leurs plateaux à celui qu’il traite en ennemi. Le comble pour un batteur d’antennes de radio et de télévision où il multiplie les interventions ! Mais où Cymès passe les bornes de l’honnêteté intellectuelle, c’est lorsqu’il fait semblant de croire – pour mieux le faire croire à ses naïves ouailles majoritairement adeptes de la religion vaccinale – qu’Henri Joyeux est opposé à toute forme de vaccination, alors que le combat mené par ce chirurgien et cancérologue (à la retraite) avec l’appui de dizaines de confrères concerne l’aluminium contenu dans certains adjuvants utilisés dans les 11 vaccins rendus obligatoires par la ministre affairiste Agnès Buzyn, et les dangers pour de tout jeunes enfants d’une dose aussi massive de vaccins. À bout d’arguments, Cymès ressort du placard à vaccins la menace contre les parents qui, ayant refusé de faire vacciner leur enfant… On connaît l’argument, il marche à tous les coups…

Ayant personnellement été « vacciné » contre la religion de la vaccination, je me bornerai à demander à Cymès qu’il obtienne du gouvernement, qui impose les vaccins, une loi qui oblige les laboratoires qui les fabriquent à indemniser toutes les victimes des accidents vaccinaux. Lui qui s’est fait le propagandiste — ô combien zélé — de la vaccination obligatoire pour tous. Et même, pourquoi pas ? à indemniser les victimes de médicaments. Le jour — pas si lointain, j’imagine— où des chercheurs totalement indépendants auront prouvé la relation entre l’abus de vaccins et/​ou de médicaments et le cancer, l’autisme ou autres maladies de dégénérescence, une telle loi pourrait coûter cher… Il n’y a pas que l’alcool et le tabac qui tuent !

Jean‐​Claude Thialet

Ceci peut aussi vous intéresser

11 vaccins conférence Culture Populaire

Vaccination : vers un début de prise de conscience

La conférence organisée à l’initiative de Culture Populaire a rencontré un immense écho auprès du …

16 commentaires

  1. est‐​ce que les enfants du Dr Cymès ont été vaccinés ? si oui ont‐​ils bénéficié de vaccins « adaptés » comme on peut s’en procurer dans certains pays ?

  2. Oui, excellent, je vois les commentaires sur plusieurs liens qui en parlent, tous sont unanimes, rien pour le Cymès, il est descendu en flèche !!

  3. Le nouveau gouvernement italien remet en cause l’utilité d’imposer 10 vaccins, les enfants non vaccinés pourront entrer à l’école.

  4. Bravo, enfin un article de presse publié qui remet à sa place ce prétentieux. Ça devient insupportable de voir Cymès sur tous les plateaux de télé nous vendre ses soit disants conseils médicaux, une autre fois pour nous vendre ses livres, une autre fois ses émissions de divertissements, une autre fois ses rôles d’acteur de série et bientôt de cinéma. …Stop ! Assez de ce monsieur imposé par un système qui a intérêt de ce qu’il diffuse.

  5. Patrice Charles

    Excellent lettre douce honnete pleine d’intelligence sans provocation merci

  6. Il devrait aller dire ça aux familles des personnes qui sont mortes de la rougeole parce qu’elles n’ont pas pu être vaccinées.…

  7. Audrey Quartarone

    Juste… merci !

  8. Stéphane Beauregard

    Cette lettre est l’archétype de la manipulation.

    On commence par dire « la médecine pastorienne » (comme s’il y avait plusieurs médecines), puis on dit « sa médecine » (comme s’il était marginal), enfin on parle de « religion vaccinale » (là, c’en est fini, si vous deviez de la ligne tracée par ce monsieur, c’est que vous avez été endoctriné).

    Par contre… Par contre… Quand Ebola fait des milliers de morts et que, faute de vaccin, on en est réduit à mettre les gens en quarantaine en attendant qu’ils crèvent, il faut bien dire qu’on troquerait bien le marabout du village contre un homme en blouse blanche et sa petite piqûre…

    Et quand on a une leucémie, on oublie vite ces Imbécilités concernant la « religion des médecins pastoraux », et on file se faire faire une chimio , une radiothérapie et une greffe de moelle.

    Car oui, il y a la médecine, celle qui vérifie scientifiquement le rapport bénéfice/​risque, et il y a le charlatanisme.

    Par ailleurs, Henry Joyeux serait bien encombré avec un soutien comme celui‐​ci : il y a une différence entre critiquer scientifiquement les adjuvants dans les vaccins ou la multiplication du nombre de vaccins (avec un discours malheureusement recupéré et détourné par des idiots), et parler de la médecine comme d’une religion.

    Bref. Chers journalistes, vous devriez filtrer plutôt que de donner la parole au premier charlatan venu.

    • Votre commentaire a retenu notre attention.
      Notre travail consiste justement à filtrer les informations et à présenter celles qui dérangent certaines convictions afin de faire avancer les prises de conscience.
      Il est facile de désigner comme « premier charlatan venu » celui qui avance des idées qui ne sont pas les siennes. Le professeur Henri Joyeux serait donc un « charlatan » ? Des milliers de scientifiques qui émettent des doutes rationnels sur l’efficacité des vaccins, des « charlatans » ? Les journalistes qui dénoncent les maladies — notamment l’autisme — ou les décès consécutifs à une vaccination, des « charlatans » aussi ?
      Nous avons pleinement conscience que nous faisons honnêtement notre travail, ce qui n’est pas facile dans l’environnement actuel. La preuve !

    • Stéphane Beauregard

      Je réponds ici, étant donné que je ne peux répondre à votre commentaire.

      Ce n’est pas le professeur Joyeux que je traite de charlatan, c’est votre lecteur qui a écrit cette lettre (et je crois que j’en écris la raison). Du professeur Joyeux, j’ai dit qu’il critiquait scientifiquement les adjuvants dans les vaccins et la multiplication du nombre de vaccins obligatoires, et qu’il serait embarrassé d’avoir un soutien tel que celui de votre lecteur.

      Vous devriez me relire. Et effectivement, votre réponse est pleine de bon sens, si on prend en compte que vous n’avez pas saisi ce que je disais.

      Et je persiste : il y a la médecine, qui évalue scientifiquement le rapport bénéfice/​risque, et le charlatanisme.

    • Tout en reconnaissant l’efficacité de la médecine, et malgré des virus devenus résistants, pourquoi interdire des produits comme l’argent colloïdal – et chlorure de magnésium – qui sont d’une très grande efficacité contre le virus Ébola, justement ? Mais pas seulement…

  9. Patrick LARCHMONT

    Quand Cymès fâché, Cymès (1) crache … Il crache son venin contre le professeur Henri Joyeux coupable…d’avoir été blanchi d’une accusation aussi injuste qu’infondée. Je serais curieux de savoir ce que pensait de lui Marina Carrère d’Encausse qui l’assistait – muette comme une carpe – dans ce « pétage de plomb » (écouter la vidéo ci‐​après) indigne d’un commentateur de Radio et de Télévision, indigne surtout du médecin (intermittent de la Médecine ?) que ce héraut à la mine de plus en plus triste prétend être toujours après plus de 20 ans de carrière médiatique au service des médicaments et de la vaccination… Après son départ du bien mal nommé « Magazine de la Santé », ce coup de gueule intempestif marquerait‐​il la fin de la carrière dans les Médias Mainstream de ce zélateur de la Médecine « chimique » ? Souhaitons‐​le pour tous les malades potentiels que nous sommes tous et qui, pour ceux suivraient à la lettre ses avis, ou plutôt ses injonctions, risqueraient de tomber malades (ne serait‐​ce que de peur !) avant l’heure … Entre les conseils corrosifs d’un docteur Michel Cylmès et ceux d’un docteur Frédéric Saldmann (sur RTL) ou d’un docteur Christian Reccia (sur RMC), les auditeurs ont le choix. Le mien est fait !

    Patrick Larchmont

    (1) le médecin « communautaire » (l’expression n’est pas de moi) qui se fait appeler « docteur Good » (sic) pour le lancement de son bi‐​mestriel. En attendant d’être voué aux gémonies sous le nom de « docteur Bad » par celles et ceux qui auront suivi à la lettre ses conseils impératifs ?

  10. Nous avons un modèle concret de l’état sanitaire de pays sans « médecine pastorienne » et sans vaccins : l’Afrique depuis le départ de la France avec ses médecins civils et militaires et ses missionnaires !