Rue maladrerie

La révolte européenne des lépreux

Reliquat du Moyen Âge, cette « Rue de la Maladrerie » fait référence à une léproserie qui s’y trouvait alors comme dans nombre de nos villes. Les personnes porteuses d’un fort sentiment d’identité nationale seront-​elles, prochainement, confinées dans de telles rues ?

On vient d’apprendre que par une mesure juridique ne respectant pas la présomption d’innocence, le Rassemblement National est privé de sa subvention par un mécanisme de compensation parfaitement incongru décidée par des juges très prompts. Marine Le Pen s’est amplement expliquée sur cette affaire, le matin du 9 juillet 2018, en répondant aux questions de Jean-​Jacques Bourdin.

Il y a quelque temps, le Modem, que dirige le sieur Bayrou, s’est trouvé dans la même situation à la différence notoire qu’une autre procédure a été mise en application et qu’on attend toujours (et sans doute pour longtemps) d’éventuelles poursuites et pénalités.

Mais, pour le Rassemblement National, la justice est terriblement pressée. Diable ! Comprenez que ça n’attend pas, il y a urgence à appliquer la Loi « dans toute sa rigueur républicaine » ; refrain bien connu mais qui, désormais, n’impressionne que des timorés – le terme populaire « pétochards » conviendrait mieux – de naissance. En vérité, tout le monde a compris que dans la cervelle des enragés du très gauchiste Syndicat de la Magistrature – tristement célèbre pour son « mur des cons » – il faut, coûte que coûte, empêcher d’exister le premier parti d’opposition. Et ce, pour la simple et bonne raison qu’il s’insurge face à la disparition de l’identité française.

Comme les Hongrois d’Orban, les Polonais patriotes, les Tchèques, les Slovaques, les Slovènes qui refusent l’invasion migratoire, les Autrichiens de droite et les transalpins du mouvement Cinq Étoiles unis à ceux de la Lega Nord et de Fratelli d’Italia, les électeurs et sympathisants du Rassemblement National, sont, pour Emmanuel Macron, les nouveaux lépreux menaçant la bonne santé d’une Europe sans frontières et vouée au melting pot, facteur supposé d’unification planétaire. L’emploi du terme « lépreux » par le Président de notre République pour désigner les sympathisants de la cause identitaire est, il faut le dire, particulièrement vicieux. En effet, la lèpre est une maladie terrible qui défigure les malheureux que la médecine n’a pu secourir à temps.

Janez Janša Président Parti démocratique slovène
Dernier cas de lèpre électorale, le Slovène Janez Janša avec sa charmante épouse. Vainqueur des dernières élections, le degré de gravité de sa maladie se mesure à ses propos : « La Slovénie doit appartenir aux Slovènes ».

Selon notre Président, le désir d’identité risque donc de défigurer l’Europe

On réalise, non sans effroi, l’abime qui sépare la vision « macronienne » de celle que beaucoup d’entre nous ont de notre civilisation multimillénaire. L’Emmanuel en question vient de reformuler son postulat, de façon un peu moins virulente (au moins sur les mots), ce lundi 9 juillet 2018 à Versailles, en disant que le clivage était désormais entre « progressistes »(1) (comprenons partisans de l’«ouverture aux autres » et souhaitant une société composée d’épidermes « diversifiés») et les « nationalistes » (synonyme d’affreux individus s’approchant idéologiquement des « heures les plus ténébreuses de notre Histoire » : j’ai remplacé « sombres » par « ténébreuses » afin d’accentuer encore le sentiment de terreur). Juste une remarque Monsieur le Président : si les nationalistes sont d’infâmes salopards, il faut grandement s’inquiéter de toutes ces explosions de ferveur tricolore que provoque la Coupe du Monde(2).

Hungary protects Europe
Atteint d’une lèpre « orbanienne », le peuple hongrois propose son exemple pour sauver l’Europe.

Nous ignorons si les Eurocrates ont, sur leur agenda, une ou plusieurs dates précises pour l’accomplissement d’une mondialisation de notre continent. , car ils semblent vouloir accélérer les choses. C’est cet état d’esprit qui, il y a quelques jours, faisait supprimer le mot « race » de la Constitution française. De Gaulle disait « Nous sommes quand même un peuple européen de race blanche ». Depuis lors, le paysage ethnique de la France et de l’Europe occidentale s’est effectivement modifié sous les coups de boutoir d’une immigration massive imposée par nos élites européistes. Un petit séjour d’anthropologie dans le « 9–3 » ou en tant d’autre lieux (dont la désormais mal nommée Ariane(3), à Nice) le prouve amplement. Tout ce qui peut distinguer une population d’une autre est, pour nos directeurs de conscience, à éradiquer d’urgence. Et pourtant quelque chose est en train de se passer qui va à l’encontre de ce que des programmateurs planétaires à la Soros ont, depuis des décennies, mis en œuvre. On dirait que, comme sous l’effet d’une prise de conscience presque miraculeuse, les peuples européens refusent la programmation de leur mise à mort ethnoculturelle. La fameuse formule des Évangiles disant que « C’est lorsque tout semblera perdu que tout sera sauvé » est en train de se réaliser sous nos yeux. D’où ces images montrant de vastes rassemblements d’Européens de nouveaux fiers de leur passé glorieux et d’une appartenance précise. Un rapide tour de nations réveillées montrera à quoi ressemblent ceux qu’on désigne comme des « lépreux » et qui, aux dires de quelqu’un, ne mériteraient que mépris :

Viktor Orban hussards
Victor Orban tenant meeting pour sa réélection (qui fut triomphale). Autour de lui des sympathisants arborent le costume traditionnel qui fut aussi celui des hussards. Ces redoutables cavaliers furent créés pour combattre les Turcs et, bientôt célèbres dans toute l’Europe, formèrent des régiments dans les armées de diverses nations. Auprès d’Orban, ces costumes sont l’affirmation d’une appartenance ethnique et d’une histoire militaire prestigieuse.
Jeunes Polonais
Une grande partie de la jeunesse polonaise proclame sa passion pour la patrie. Garçons et filles, coiffés d’un bonnet aux couleurs de la Pologne, armorié de l’aigle blanc, défilent à Varsovie pour la Fête de l’Indépendance.
Jeunes Tchèques Prague
Les Tchèques sont venus en foule pour dire non à la politique pro-​migratoire de Merkel.
Allemagne manifestation nocturne
Sans doute un vaste rassemblement nocturne de « lépreux » version Macron. Excédés par les nombreuses exactions que commettent des groupes de migrants, les Allemands éprouvent le besoin vital de se retrouver pour manifester une juste réprobation à l’égard de la plantureuse Chancelière et, parallèlement, recréer le sentiment d’être membres d’un même peuple. Sentiment fort assoupi dans le prêt-​à-​penser d’une société qui fut et demeure sévèrement formatée.
Sebastian Kurtz chancelier Autriche
Le Chancelier Sébastien Kurtz, plus jeune chef d’état européen entouré de militants de sa formation politique, l’Ö.V.P. À noter qu’avant lui la couleur électorale de ce parti était le noir (allusif à l’austérité cléricale puisqu’il s’agissait d’un courant d’inspiration chrétienne). Le bleu outremer étant la teinte distinctive de son allié de droite, le F.P.Ö., Kurtz (ou quelqu’un de son équipe) a choisi un bleu particulier comportant une discrète nuance de vert de façon à évoquer les alpages du Tyrol et les lacs de montagne. Une intention subtile d’incarner le territoire pour celles et ceux des Autrichiens qui refusent la fatalité migratoire.
Matteo Salvini Lega Nord
Matteo Salvini, grand vainqueur des dernières élections transalpines et, désormais, Ministre de l’intérieur italien, annonce d’un geste que « tutto va bene per la Lega ». Derrière lui, comme une marée humaine soulevée par ses discours, les enthousiastes militants de son mouvement politique déploient nombre d’étendards nationaux certes, mais aussi, mais surtout, régionaux : du Trentin Haut-​Adige jusqu’à la Sicile, il popolo d’Italia dit « Si » à Salvini et « No » aux fonctionnaires (ou factionnaires) européens qui exigent des quotas de migrants par pays.
Foyer social Madrid
En Espagne, un nouveau mouvement, le Foyer Social, refuse les migrants et agit prioritairement pour les Espagnols (de souche) en grande difficulté. Sur la banderole : « Défends l’Espagne, Défends ton Peuple »

Walther.

(1) Nos lecteurs se reporteront avec bonheur à l’excellent ouvrage de Bérénice Levet Le crépuscule des idoles progressistes.
(2) Même si, à nos yeux, la passion du football pourrait s’exprimer par des modalités moins clownesques ou infantiles que ces grotesques « cocorico » et ces perruques tricolores (lire Les Nations ? C’est bon pour les impôts et le foot ! du 19 juin 2018)
(3) Rappelons que, selon la Mythologie, Ariane était la fille du roi de Crète Minos, lui-​même fils de Zeus et d’Europe. Magnifique hérédité. Dans son ouvrage intitulé Les Travaux et les Jours, le premier poète de la Grèce, Hésiode, parle de « la blonde Ariane ». À noter, puisque nous sommes en été et que c’est l’occasion de s’attarder le soir pour contempler le ciel étoilé, qu’on peut repérer une petite constellation, formant pratiquement un cercle d’étoile, située près de l’astre (légèrement orangée) appelée Arcturus du Bouvier. On la dénomme « la Couronne boréale » et la tradition grecque nous dit qu’elle est dédiée à Ariane. Cette constellation rappelle le drapeau européen mais connote une idéologie à l’opposé de celle des Eurocrates.

Ceci peut aussi vous intéresser

Solstice Stonehenge

Solstice européen de juin 2018

Dans la continuité du pertinent article de Patrice Lemaître, à propos de l’« Aquarius »(1), je me …

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont publiés sauf ceux qui sont injurieux ou grossiers.
Afin d'éviter les chamailleries, les commentaires ne supportent que deux niveaux. Ils sont ouverts pendant deux semaines après la publication de l'article.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Cependant votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
La plupart des balises HTML de mise en forme sont autorisées.

Nice Provence Info n\\\'utilise pas les données collectées à des fins de profilage commercial car cela est contraire à son éthique.
De surcroît, si vous souhaitez vous désinscrire de tout suivi ultérieur, un cookie sera installé dans votre navigateur pour se souvenir de ce choix pendant un an conformément à la légisation en vigueur. J\\\'installe ce veilleur Ce n\\\'est pas la peine

680