Bouchon A8 Alpes-Maritimes

Je te dis d’aller moins vite !

Notre collaborateur Michel Lebon (animateur de notre rubrique « Le bon mot ») qui se plaignait récemment dans les colonnes de notre journal, des « prunes » récoltées sur l’autoroute un weekend du mois de juillet, n’a pas fini de se lamenter.

Déjà que dans les Alpes Maritimes, la vitesse autorisée sur autoroute n’excède pas 110km/​h, voilà que Vinci Autoroutes, la société exploitante, envisage de la passer de 110 à… 90 km/​h entre Antibes et Saint Isidore. Cela lui conférerait le double record de l’autoroute à la fois la plus chère et la plus lente de France !

Dans un courrier du 26 juillet dernier, le Préfet des Alpes‐ Maritimes a indiqué qu’il avait envisagé de mettre en place un dispositif de régulation dynamique (panneaux lumineux pilotés à distance) de la limitation de vitesse aux heures d’affluence. Un dispositif qui devait être pris en charge financièrement par la société autoroutière Escota pour répondre aux congestions récurrentes sur ce secteur. Mais la société a refusé la prise en charge financière de ce dispositif, sauf… si on lui autorisait d’augmenter le tarif des péages.
Devant ce refus, le Préfet a donc décidé de prendre un arrêté pour limiter la vitesse à 90km/​h sur la totalité du linéaire entre Antibes et Saint‐ Isidore à compter du 1er octobre prochain.
Ce qui a fait réagir violemment Charles Ange Ginésy, président du conseil départemental : « Si la circulation venait à être effectivement limitée à 90 km/​h, je n’accepterai pas que l’État renonce à imposer à la société Escota la gratuité de l’autoroute pour les usagers sur le tronçon Antibes‐​Nice Saint‐​Isidore. »
De son côté, Éric Ciotti n’est pas en reste et s’est fendu d’un communiqué : « Limitation à 90 km/​h sur l’A8 entre Antibes et Nice Saint Isidore : j’exige de l’État la gratuité du tronçon autoroutier ! 
Alors que Nice reste la seule grande ville de France où les automobilistes se voient contraints de payer l’accès à la seule voie de contournement urbain.
Aujourd’hui, nous sommes sur le point de connaître une situation encore plus injuste et plus insupportable. En effet, nous venons d’apprendre que le Préfet des Alpes‐​Maritimes envisage de prendre un arrêté limitant à 90 km/​h la vitesse autorisée sur le tronçon Antibes –Nice Saint Isidore à compter du 1er octobre 2018. C’est inadmissible.
Cette décision qui vise à résoudre les engorgements ponctuels de l’A8 aux heures de pointe est la conséquence du refus par la société autoroutière Escota de prendre financièrement en charge la mise en place d’un dispositif de régulation dynamique de la vitesse.
Ainsi, les automobilistes se trouveraient contraints en quelque sorte de s’acquitter d’un péage autoroutier pour l’usage de ce qui s’apparente à un réseau secondaire, ce tronçon à 90km/​h n’ayant plus d’autoroutier que le nom. A cela s’ajoutera une probable explosion des contraventions pour excès de vitesse comme vient de le démontrer la nouvelle norme à 80km/​h imposée par le gouvernement.
Alors que l’autoroute A8 figure parmi les plus chères de France, j’exige de l’Etat qu’il ne cède sur rien : c’est à la société Escota de financer le dispositif de régulation dynamique, pas aux usagers. Le gouvernement doit désormais imposer à l’exploitant la gratuité sur ce tronçon ainsi que la suppression du péage de Saint Isidore, ce qui aurait pour vertu par ailleurs de traiter une partie des causes des ralentissements. »
[communiqué dans son intégralité ici]

Une fois de plus, l’automobiliste est pris en otage. La circulation sur l’A8 est de plus en plus lente à cause des bouchons, créés en partie par une limitation de vitesse déjà trop draconienne. Nombre de coups de frein à l’approche des radars placés sur le tronçon (Villeneuve‐​Loubet et Cagnes), occasionnent une circulation « en accordéon », gage d’insécurité. Avec une vitesse limitée à 90 km/​h, cela vaudra t‐​il encore le coup de prendre l’autoroute ? Nombre d’automobilistes préféreront utiliser les autres axes routiers, rendant la circulation encore plus difficiles sur ceux‐​ci…

Le département doit s’attendre, à l’avenir, à de beaux bouchons aux heures de pointe sur tous ses axes !

Patrice LEMAÎTRE

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont publiés sauf ceux qui sont injurieux ou grossiers.
Afin d'éviter les chamailleries, les commentaires ne supportent que deux niveaux. Ils sont ouverts pendant deux semaines après la publication de l'article.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Cependant votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
La plupart des balises HTML de mise en forme sont autorisées.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.