Éric Ciotti & Christian Estrosi

Estrosi‐​Ciotti : enfin la guerre ?

À l’approche de l’élection pour la présidence de la fédération Les Républicains des Alpes‐​Maritimes, qui devrait avoir lieu les 13 et 14 octobre prochains, la guerre larvée depuis plusieurs années, entre l’ancien président de Région et actuel maire de Nice et l’ancien président du Conseil Départemental et actuel député de la 1ère circonscription, semble cette fois bien engagée. Lire notamment : Estrosi – Ciotti : la course‐​poursuite du motard et du montagnard du 2 juillet 2014.

Nous rappelons que cette fédération du 06 est tout de même la troisième de France derrière Paris et les Hauts de Seine, anciens fiefs de Chirac et de Pasqua.

Éric Ciotti n’oublie pas comment Christian Estrosi ne rate aucune occasion de le flinguer. Cette fois‐​ci, c’est lui qui tire. Jeudi soir, lors du lancement de sa propre campagne, il a exhorté Christian Estrosi à se démasquer : « Il faut qu’il soit candidat, il faut qu’il défende sa ligne et nous verrons si elle est majoritaire, je dis à Christian Estrosi de venir dans ce débat ». Autrement dit, il faut qu’il fasse un choix et qu’il l’assume devant les militants au lieu de changer de pied sans arrêt sans dire où il va se positionner.

« On ne peut pas être le président officiel des Républicains et en même temps le président officieux d’En Marche », poursuit le candidat déclaré, faisant allusion aux multiples appels du pied en direction d’Emmanuel Macron notamment lors de la dernière présidentielle.

On attend avec impatience la réplique du motodidacte. Continuera t‐​il à basculer dans chaque virage, ce qui est de plus en plus mal vu parmi les militants, ou bien simulera‐​t‐​il une conduite en ligne « droite dure », à laquelle il n’a jamais vraiment adhéré.

Match à suivre, avec la mairie de Nice en ligne de mire…

Patrice LEMAÎTRE

Ceci peut aussi vous intéresser

Girouette

Estrosi : la girouette de l’aéroport de Nice‐​Côte d’Azur

Nous évoquions dès novembre 2014 l’intention du ministre de l’Économie d’alors — Emmanuel Macron — …

Un commentaire

  1. Allez, les deux anciens compères se déchirent.
    À mettre tous les deux dans le même sac !