Les masques tombent


Macron devant les ambassadeurs se déclare solennellement l’ennemi des populistes

Alors, ça y est ! Notre président révèle son idéologie véritable

Depuis quelques mois, des analystes d’événements et autres politologues disaient qu’Emmanuel Macron était un « libéral‐​libertaire », autrement dit se revendiquant à la fois du « libéralisme » en matière d’économie et du « Il est interdit d’interdire » hérité de Mai 68 ; ou, pour faire plus simple et plus direct, un partisan du pouvoir des banques au service de la « permissive society ».
Mais lundi 27 août 2018, à l’occasion de la Conférence des Ambassadeurs et Ambassadrices, notre Emmanuel élyséen déclarait carrément qu’il s’engageait dans une « voie humaniste » contre la montée des populismes et des nationalismes hostiles à l’ouverture au monde et, conséquemment, refusant l’accueil offert aux migrants et le si enrichissant « Vivre Ensemble » d’une diversité mondialisée.
Le même jour, à Chemnitz (ex-R.D.A.), en Allemagne, un homme de 35 ans était poignardé mortellement par deux individus : un Irakien et un Syrien, demandeurs d’asile. Un crime parmi d’autres, quotidiens, hélas !
Ce fut le crime de trop et, par milliers, les habitants de cette ville sont descendus dans la rue, étendards au vent et des cris plein la bouche : « Merkel démission !», « Migrants, dehors !», « Nous sommes le Peuple (1).


À Chemnitz, sous la tête géante de Karl Marx ressemblant à un nuage noir annonciateur d’orage, la foule en colère hue Merkel et réclame le départ des migrants. Le peuple allemand est dans la rue.


Panique chez les théoriciens – la chancelière Angela Merkel en tête – de l’Europe décrétée open field (selon leur formule) pour le monde entier. Et l’ultra-gauchiste (assaisonnée de Grünen écolo) Katrin Göring‐​Eckardt de se lamenter ; elle qui, lors de l’ouverture des frontières au million et demi d’envahisseurs, avait, je cite, parlé de « migrants cadeaux » — cadeaux, pour qui ? — et s’était écriée « L’Allemagne va changer de manière drastique et j’attends cela avec impatience ». Elle ajoutait : « Notre pays est de plus en plus jeune, coloré et religieux » (entendez islamique). Le jour viendra où le peuple lui demandera de s’expliquer.
Autre hurluberlu de première, le Président allemand Frank‐​Walter Steinmeier qui, avec un aplomb sidérant, déclare « Il n’y a pas d’Allemands de souche ». Une forme de lèche‐​babouche car il s’exprimait devant un parterre de Turcs. On lui conseille la lecture du De Germania, rédigé il y a 2000 ans par un certain Tacite.
À ce nauséeux brouet d’incohérence et de mauvaise foi dont on nous gave, les événements viennent de répondre par une nouvelle tragédie : dans la petite ville de Köthen, encore en Saxe‐​Anhalt, un jeune Allemand de 22 ans était à son tour poignardé par deux Afghans.


À Köthen, la foule se recueille sur le lieu de l’assassinat


Et comme si ce drame ne suffisait pas à faire comprendre que les ressortissants de ces pays bien éloignés de l’Europe avaient le couteau facile, à Paris, dimanche soir, dans le 19e arrondissement, un autre Afghan frappait à coups de lame plusieurs personnes et une autre à coup de barre de fer. Résultat, sept blessés, dont quatre grièvement, transportés d’urgence à l’hôpital. L’individu — un « déséquilibré », on l’aurait parié ! — a été neutralisé à coup de boules de pétanque par des personnes présentes.
Et, lundi matin, toujours à Paris, rue Roquette, dans le 11e, un nouveau quidam (on ne nous dit pas s’il est afghan), tout aussi perturbé du bulbe, blessait une postière et une passante en se servant d’une paire de ciseau.
Dans le même temps, un automobiliste fou s’engageait sur les pistes d’atterrissages de l’aérodrome de Lyon et tentait d’écraser des personnes en criant « Allahu Akbar ». Il parait qu’il était aussi psychologiquement affaibli !
Esprit fragiles, de grâce, ne lisez pas le Coran !
Quelques jours plus tôt, à Vesoul, un homme est grièvement blessé par des migrants afghans. Les municipalités devraient mettre des panneaux de signalisation portant inscrit : « Attention, Afghans en circulation ».
Vendredi 7 septembre, à Montpellier, un père de famille est poignardé par un groupe de trente émigrés clandestins qui agressaient son fils. Autres panneaux nécessaires : « Attention, regroupement de migrants ».
Les jours précédents avaient été des plus édifiants.
Londres : un café accusé de racisme (et obligé de fermer) pour sa présentation de croissants et pains au chocolat avec un petit drapeau anglais. L’ « Union Jack » une offense raciste ? C’est nouveau, ça vient de sortir de la cervelle, fumeuse comme un narguilé, d’un super militant du « melting pot » bien décidé, comme d’autres idéologues, à éradiquer l’Angleterre de souche.
Le sieur Sadiq Khan, le maire musulman de la cosmopolite Londres(2), devait boire du petit lait.
Au Pays‐​Bas, un certain Maurice Crul, professeur en sciences sociales, déclare que « les Hollandais doivent s’habituer à devenir une minorité », paroles faisant écho à celles de la dénommée Cécile Kyengé, femme politique italienne d’origine congolaise et ancienne ministre(sse) de l’Intégration en Italie qui, froidement, affirme que : « Les Italiens ont besoin d’être accompagnés dans le changement de composition de leur population ». Inouï ! Ces paroles annoncent la mise en place de « soins palliatifs » préparés pour la disparition des Européens de souche. C’est ouvertement le fameux « Grand Remplacement » prophétisé par Renaud Camus.


Cécile Kyengé, vêtue de blanc pour les soins palliatifs des Italiens de souche


Un plan En Marche puisque, nous dit le Figaro du dimanche 26 août 2018, il y a près d’un millier d’agressions chaque jour en France et, ajouterons‐​nous, dans la grande majorité des cas l’origine ethnique de l’agresseur est largement significative du mépris ou, pire, de la haine dont les « nouveaux venus » — accueillis à bras ouverts par l’amicale des no borders inconditionnels — font preuve à l’égard des Français de souche, ces « infidèles » et « mécréants » (non adeptes du Coran), ces « petits blancs », ces « sales Gaulois » qualifiés aussi de « fromages » et de « faces de craie ». Et, précisément Macron s’en est pris aux, je cite, « Gaulois réfractaires ». Certainement réfractaires à leur assassinat quotidien et, bientôt, à ces massacres massifs que nous promet un islamisme fanatique, monsieur le Président.

Mais ce délire anti‐​Européens de souche, anti‐​blancs, devait atteindre son paroxysme, dans le New York Times, avec un papier signé d’une dénommée Sarah Jong (sans doute asiate) qui, après avoir élégamment lâché un « fucking white people » de la plus pure veine anti‐​raciste, déclare qu’elle souhaite l’extinction des blancs. Dans la foulée, un type d’origine indienne (décidément), un certain Pankaj Mishra, écrit dans le même journal que toutes les dispositions prises par les blancs pour, je cite, « préserver leurs nations et leurs traditions se présentent comme préjudiciables pour le monde entier ».


Pankaj Mishra, théoricien d’un avenir particulièrement sombre pour les Européens.


À ce stade, tout dialogue est désormais inutile car impossible. Les masques tombent, révélant enfin que notre liquidation d’Européens est programmée ; et ce, pas seulement dans des cerveaux que traverse un Simoun djihadiste mais aussi dans ceux d’individus porteurs d’une haine rabique(3) pour la civilisation européenne. Et ils sont, hélas, nombreux :
• d’une part, de soi‐​disant intellectuels exotiques accueillis dans nos universités et qu’insupportent au plus haut point les innombrables réalisations accomplies sur ce continent
• et, d’autre part, des natifs de nos contrées qui, par une forme de maladie mentale, rejettent viscéralement leur propre identité ethnoculturelle. Ces derniers, traîtres à l’Europe, voient leur masochisme les pousser de façon suicidaire à favoriser le déracinement de peuples : les uns réduits à l’état de « migrants perpétuels », les autres à celui de consommateurs cosmopolites et métissés, sans mémoire historique et sans appartenance charnelle.

Donc, les masques tombent

À chacun, quelle que soit sa place dans la société, de choisir son camp. Tous les jours, la ligne de démarcation se précise.
Le Président Macron, sous l’autorité duquel un obscur petit bodyguard est passé lieutenant‐​colonel (je n’arrive toujours pas à y croire !), se déclare ouvertement l’ennemi juré des « nationaux‐​populistes » et autres identitaires. L’ennemi de ce qui, durant des millénaires et partout dans le monde, devait assurer la pérennité des peuples et de leurs civilisations.
Nonobstant ces choix déjà assumés par la chancelière allemande Angela Merkel, l’aurore d’une autre Europe que celle des fonctionnaires apatrides de Bruxelles se lève en Hongrie, en Autriche et en Italie, et se réveille en Suède.


Sous le signe de la chevalerie, l’autre Europe qui fait trembler Bruxelles

Et en France ?

Walther

(1) Slogan qui fut celui des Allemands de l’Est lorsque le mur de Berlin est tombé.
(2) Anne Hidalgo s’est empressée de féliciter son collègue de Londres pour son élection avec un tweet enthousiaste : « Félicitations à @SadiqKhan, élu Maire de Londres ! Convaincue que son humanisme & son progressisme bénéficieront aux Londoniens !»
(3) Pour les esprits mal intentionnés, je précise que le terme est bien « rabique » (relatif à la rage) et non « arabique », comme la péninsule.

Ceci peut aussi vous intéresser

Solstice Stonehenge

Solstice européen de juin 2018

Dans la continuité du pertinent article de Patrice Lemaître, à propos de l’« Aquarius »(1), je me …

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont publiés sauf ceux qui sont injurieux ou grossiers.
Afin d'éviter les chamailleries, les commentaires ne supportent que deux niveaux. Ils sont ouverts pendant deux semaines après la publication de l'article.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Cependant votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
La plupart des balises HTML de mise en forme sont autorisées.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.