La guerre des taupes fait rage, Parly veille

Il y a du rififi dans le monde des agents secrets. Florence Parly, notre chef·e des Armées, dénonce le KGB version Star War 2.0 de Poutine, comme au bon vieux temps de la Guerre froide. Nostalgie, quand tu nous tiens.


Sa révélation inédite en conférence de presse le 7 septembre au CNES de Toulouse fait froid dans le dos :
«Alors qu’Athena Fidus, un satellite franco‐​italien, continuait sa rotation, tranquillement, au dessus de la terre, un satellite s’est approché de lui. De près. D’un peu trop près. De tellement près qu’on aurait pu croire qu’il tentait de capter nos communications. Tenter d’écouter ses voisins, ce n’est pas seulement inamical, cela s’appelle un acte d’espionnage… Ce satellite aux grandes oreilles s’appelle Louch Olympe. C’est un satellite russe, bien connu mais un peu indiscret ».
Une déclaration complètement « cucul‐​la‐​parlyne »(1) de la part d’une personne qui est sensée connaître le Renseignement au titre de Ministre des Armées puisqu’elle émarge à ce poste.

Arghhh ! Le vilain Olympe russe qui louche sur la belle Athéna franco‐​italienne ! Encore une fois, c’est donc l’ours russe le méchant ; ça finit par être ridicule, à l’image du ridicule de cette ministre En Marche


« My name is Parly, Florence Parly »

Qui est cette spécialiste du Renseignement macronien ?

Une dirigeante multi‐​tâches d’entreprises de toutes natures, dès qu’il y a de l’argent à prendre.


• De 2012 à juin 2017, elle était administratrice indépendante et présidente du Comité des nominations et des rémunérations chez Altran
• En 2013, elle est membre des conseils d’administration d’Air France et d’Ingenico Group. Elle quitte ses fonctions chez Air France fin août 2014. Elle y perçoit une rémunération moyenne de plus de 79 000 euros net mensuels. Son indemnité de départ s’élève à 675 800 euros.
• En mars 2016 Guillaume Pepy la nomme directrice générale de la SNCF Voyageurs.
• Elle siège à partir du 14 janvier 2016 au conseil de surveillance de l’entreprise Zodiac Aerospace, comme représentante du Fonds Stratégique de Participation, géré par le groupe Edmond de Rothschild, (tiens… Rothschild !).
• Elle est nommée ministre des Armées en juin 2017 dans le gouvernement Édouard Philippe. Florence Parly remplace à ce poste régalien, hautement stratégique, une autre multi‐​cartes, Sylvie Goulard, qui émargeait chez les Américains ! Lire Le vice fomente la guerre… Celle‐​ci est depuis nommée à la Banque de France.
Finalement tout part de la banque ou bien tout y retourne dans ce monde rotschildisé.
• Elle est mariée à Martin Vial, administrateur de Thalès (tiens… un fournisseur de satellites!) puis commissaire aux Participations de l’État dans le domaine… militaire !

Nous sommes rassurés lorsqu’on nous apprend que l’époux de Mme Parly prend ses distances avec l’industrie de la défense pour éviter tout conflit d’intérêt. Pas de confidences sur l’oreiller dans la famille Parly‐​Vial. Florence, énarque grande bourgeoise, n’est pas Mata Hari (illustration ci‐​dessous).


Notre monde est devenu celui annoncé dans Big Brother. La moindre de nos conversations est écoutée, le moindre de nos achats est pisté, tout déplacement est tracé, toutes nos données informatiques sont enregistrées par les Américains à travers une tentaculaire structure d’espionnage au niveau mondial articulée autour de la NSA, de la CIA, de Google, Facebook, Microsoft. Toutes les « applications » n’ont qu’un but : nous profiler et identifier nos contacts. Et notre espionne en cheffe joue les vierges effarouchées pour un malheureux petit satellite. Mais voilà, il est russe. Florence Parly, une espionne comédienne, à la Austin Powers.


Pour ceux qui chercheraient un job excitant, oubliez les espions à l’ancienne, l’agent secret est désormais connecté. La DGSE recrute ! Son ancien patron, Bernard Bajolet, s’est rendu à l’ENA pour séduire de futurs espions en herbe. Des espions en pantoufles à l’image de la ministre ! Certes la DGSE n’offre qu’un salaire de 35 000 euros par an à l’embauche. On est bien loin des 79 000 euros par mois de la patronne, mais Bernard Bajolet, qui pantoufle désormais à la SBM Offshore, a dû expliquer comme s’y prendre pour gagner beaucoup d’argent. Entre énarques, ils se comprennent.

Notre ministre, si elle est avertie dans le domaine de la pantoufle, ne semble pas l’être encore dans le domaine du Renseignement. Ce métier est hors norme et cruel.

Nous nous rappelons que l’agent britannique Gareth Williams était spécialiste du décryptage pour le MI6. Le jeune agent travaillait sur le piratage de la correspondance de Bill Clinton. En 2010, il est retrouvé mort suicidé, nu dans un sac de sport cadenassé, dans la baignoire de son appartement. L’hypothèse d’un suicide est avancée par la BBC, l’homme ayant consulté des sites sadomasochistes et claustrophiles. Fallait oser, toujours impayables les médias main‐​stream !

L’espion mort [Gareth Williams] s’est enfermé lui même dans un sac de sports

Votre mission, si vous l’acceptez : partagez cette info top‐​secret. Attention ! votre écran se détruira cinq minutes après la fin de la lecture.

Michel Lebon

(1) De « cucul la praline » : « praline » signifie ici « bétise », de « pralines royales ».


Ceci peut aussi vous intéresser

Chômage en Provence : « conforme aux attentes »

Pôle Emploi a publié hier les chiffres mensuels du chômage. Le nombre des inscrits auprès …

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont publiés sauf ceux qui sont injurieux ou grossiers.
Afin d'éviter les chamailleries, les commentaires ne supportent que deux niveaux. Ils sont ouverts pendant deux semaines après la publication de l'article.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Cependant votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
La plupart des balises HTML de mise en forme sont autorisées.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.