Viaduc de Gênes : les premières fissures du Système (3 /​3)

Après nos deux premiers dossiers consacrés à :
La genèse de la vente de l’aéroport de Nice au groupement détenu par la société italienne Atlantia, publié le 31 août 2018,
Des similitudes contextuelles et méthodologiques troublantes sur d’autres dossiers régionaux, publié le 8 septembre 2018,
voici le troisième volet de notre triptyque consacré aux Premières fissures du Système et intitulé :


Les méthodes et les objectifs de cette nébuleuse financière

Avant d’entamer la lecture du dossier du jour traitant des méthodes et les objectifs de cette nébuleuse financière, il nous est apparu important de compléter cette analyse relative à la possible attribution d’un marché futur visant à privatiser les opérations de démantèlement du parc nucléaire Français par lequel le groupe Atlantia (déjà associé d’EDF Invest) serait attributaire en groupement de ce marché.
En effet, une étude plus approfondie de cette hypothèse a depuis le dernier article été entreprise et a permis de dessiner le déroulement opérationnel et l’équation financière de ce projet de privatisation des opérations liées au démantèlement du parc nucléaire français.

1) Déroulement opérationnel :
• Transport et stockage sécurisé durable des déchets radioactifs ultimes (contrats qui pourraient durer plusieurs centaines d’années)
• Revente aux plus offrants candidats, avides d’accéder à ces technologies nucléaires et à n’importe quel prix – les savoirs et savoir‐​faire qui seront appris par le partenaire privé à l’issue de processus de réingénierie mis en place lors du démantèlement.

2) Équation financière :
• Financement des travaux effectués par le groupe Atlantia (financement très majoritaire) et EDF Invest (financement minoritaire).
• Reprise par Atlantia de la dette gigantesque d’Areva (devenu Orano) ce qui permettrait :
→ À la filière nucléaire en difficulté de garantir sa continuité et d’asseoir son développement durable et planétaire, sur l’autel de la pensée écologique planétaire qui s’éveille difficilement et qui met constamment en relief la dangerosité de cette technologie qui participe à la destruction certaine de la seule maison dont l’humanité dispose et dont le métabolisme complexe ne tolère plus la disparition ou l’hégémonie déséquilibrée d’un de ses composants : La Terre ! Notre Terre !
→ Redorer le blason de ceux qui ont contribué à la faillite d’Areva (cités plus bas)
• Remboursement des investissements et paiement des frais de stockage sécurisés effectués par l’augmentation durable du prix de l’électricité et l’allongement infini de la durée de la concession.


Étant entendu que dans ce feuilleton de science fiction prospective, on pourrait citer la présence des acteurs suivants :
1) Emmanuel Moulin :
→ Désormais promu directeur de cabinet près le ministre de l’Économie et des Finances.
→ Ancien directeur de la banque Mediobanca, banque conseil de l’Agence des Participations de l’État dirigée par Martin Vial et donc proche de la galaxie Benetton.
Nous sommes par conséquent en position d’imaginer qu’Emmanuel Moulin pourrait favoriser la candidature d’un groupe détenu par son ancien employeur.
Ce projet permettrait :
• À son ministère de trouver de l’argent frais pour traiter les urgences tactiques à caractère électoraliste, de soulager la dette de l’État (mais pas celle du peuple)
• D’emprunter un peu plus pour financer une partie seulement du programme politique promis, et la totalité des frais de fonctionnement, de représentation et de stimulation de l’oligarchie en place pour que chacun de ses privilégiés du moment accroissent leurs réseaux d’influence et préparent leurs prochains atterrissages dans une grande administration ou dans une grande entreprise.
• De redorer le blason d’Areva, ancien employeur du premier ministre Édouard Philippe.

2) Jean‐​Bernard Lévy
PDG d’EDF qui exploite les centrales nucléaires et qui contrôle sa filiale EDF Invest, chargée du financement du démantèlement des centrales nucléaires françaises et qui est associé au groupe Atlantia dans la société de gestion des Aéroports Nice Côte d’Azur,
• Ancien PDG du groupe Thalès
Jean‐​Bernard Lévy pourrait ferait en sorte qu’EDF :
→ obtienne l’autorisation de l’État d’augmenter considérablement le prix de l’électricité,
→ favorise l’attribution du marché de démantèlement à sa filiale EDF Invest et par suite à son associé Atlantia. son partenaire majoritaire du moment.

3) Martin Vial
• Actuel commissaire de l’Agence des Participations de l’État depuis le 24 août 2015
https://www.economie.gouv.fr/agence-participations-etat/comite-direction-1
https://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Vial
• Époux de l’actuelle ministre des Armées : Florence Parly.
Par précaution et probablement par peur d’être un jour démasqué ou d’être accusé de complicité dans une éventuelle affaire de favoritisme qui pourrait survenir ou qui serait survenue, Martin Vial a, en tant que PDG de l’Agence des Participations de l’État et en tant que membre du Conseil d’Administration du groupe Thalès (dans lequel l’Agence des Participations de l’État détient des participations), décidé de se mettre en retrait des dossiers impliquant des industries de défense lorsque son épouse est devenue ministre des Armées…
… mais vraisemblablement pas de tous les dossiers traités par l’Agence des Participations de l’État, ce que laisse présager le profil des tireurs de ficelles (qu’il connait bien) du dossier Aéroports Nice Côte d’Azur dont il a scellé le destin en tant que PDG de l’Agence des Participations de l’État, alors qu’il demeurait discrètement membre du Conseil d’Administration du groupe Thalès dont l’ancien PDG (qu’il connaissait donc bien) – Jean‐​Bernard Lévy – allait devenir le PDG de la société EDF dont la filiale allait remporter avec Atlantia l’appel d’offre pour la gestion des Aéroports Nice‐​Côte d’Azur.
Ainsi Martin Vial pourrait :
• Faciliter/​favoriser la candidature du consortium mené par Atlantia (majoritaire) et dont EDF Invest (dont l’Agence des Participations de l’État est indirectement actionnaire) serait actionnaire minoritaire pour l’opération de démantèlement des usines et de gestion des déchets nucléaires.
• Faciliter/​favoriser l’augmentation des prix de l’électricité d’EDF (dont l’Agence des Participations de l’État est actionnaire).
• Faciliter/​favoriser l’obtention via son épouse de l’aval du ministère des Armées pour que cette opération se réalise.
• Solliciter Atlantia pour reprendre une part de la dette de l’État ce qui permettra de recapitaliser Orano, et ce qui permettra à l’État d’abaisser significativement le montant de la dette publique pour :
→ qu’elle ne représente plus quasiment 100% du PIB (alors que l’Union Européenne souhaite qu’elle ne représente que 60% du PIB),
→ que le déficit annuel descende en dessous des 3% annuels (plafond exigé par l’Union Européenne )
→ et dans la perspective que l’État Français puisse continuer à emprunter (ce qui permet au système bancaire de ne pas tomber en faillite) pour financer son déficit public annuel et pour financer une très petite partie du programme électoral promis aux populations (quand même !!!) après avoir financé les frais de bouchon, de promotion, de représentation et les fastes de l’oligarchie régnante.

Florence Parly
• Actuelle ministre des Armées,
• Épouse de Martin Vial (voir ci‐​dessus)
Florence Parly pourrait probablement, par mimétisme ou solidarité familiale, cautionner/​autoriser cette opération sur l’autel des exigences de sécurité nationale, de préservation des intérêts nationaux, de par le non asservissement durable de la population française au bénéfice exclusif d’intérêts étrangers.
Il est en ce sens intéressant de lire le chapitre « polémiques » qui apparait sur la bibliographie de madame Florence Parly sur Wikipédia.
Celle‐​ci siège à partir du 14 janvier 2016 au conseil de surveillance de l’entreprise Zodiac Aerospace, comme représentante du Fonds Stratégique de Participation, géré par le groupe Edmond de Rothschild, ainsi qu’aux conseils d’administration d’Altran et d’Ingenico.
Lorsqu’elle est nommée ministre des Armées le 21 juin 2017 dans le gouvernement Édouard Philippe, elle quitte les conseils d’administration de Zodiac Aerospace, Altran et Ingenico. Mais pas celui du groupe Edmond de Rothschild !


Édouard Philippe
• Actuel premier ministre.
• Il était directeur des Affaires Publiques — comprendre lobbyiste — du feu groupe nucléaire Areva pendant la période où ce dernier courait à sa faillite à la suite du scandale des mines d’uranium au Niger qui implique Anne Lauvergeon(1) (Présidente du directoire d’Aréva nommée par François Mitterrand après un passage à la Banque Lazard) et son mari Olivier Fric (cela ne s’invente pas ). En outre cette affaire d’État a mené des tribus locales touaregs spoliées à s’allier avec les djihadistes.
Lire : Édouard Philippe, impliqué dans le pillage de l’uranium du Niger par Areva et dans un conflit d’intérêt
Édouard Philippe, discret directeur d’Areva
Nucléaire : le très obscur passage d’Édouard Philippe chez Areva

Il est intéressant de noter que ces acteurs participent déjà à la phase 1 (sauvetage) du dossier brûlant de la filière nucléaire française (Areva devenue Orano) en faillite
La phase 2 (consolidation) constituant le projet de politique fiction qui se prépare.
Pour preuve, fin 2017, le groupe EDF a déjà lancé un appel à projets pour que des entreprises participent au projet de construction et d’exploitation de la filière de démantèlement des centrales nucléaires françaises :
Appel à projets sur le démantèlement nucléaire à l’international
Présentation d’Isabelle Tostin, directeur des opérations EDF Nouveaux business
L’appel à projets pour le démantèlement de centrales nucléaires


Est‐​ce du fait de nos investigations, de nos analyses, de nos interventions diverses et de nos alertes au sujet des possibles pratiques malsaines d’EDF, qu’il y a quelques jours le juge Renaud Van Ruymbeke s’est intéressé au possible délit de favoritisme, trafic d’influence au sein du groupe EDF :
Centrales nucléaires : Van Ruymbeke lance une instruction judiciaire contre EDF

Or nous avons vu que son président, Jean‐​Bernard Lévy, était déjà impliqué dans le scandale d’État Écomouv et dans le rachat du groupe Aéroport Nice Côte d’Azur par le groupe Atlantia : lire dans nos colonnes Viaduc de Gênes : les premières fissures du Système (1 /​3) .

Pouvons nous imaginer que ce même juge ou un autre s’intéresse logiquement et pour les mêmes motifs au dossier d’un probable délit de trafic d’influence débouchant sur un délit de favoritisme lors de la cession du groupe Aéroports Nice Côte d’Azur au consortium Atlantia/​EDF Invest ? Et à la remise en cause de la légalité de l’actuel contrat de délégation de service public pour la gestion des aéroports de Nice, Cannes et La Môle.

Dans ce prolongement, pouvons nous imaginer que ce même juge où un autre s’intéresse logiquement et pour les mêmes motifs au dossier d’un possible délit de trafic d’influence qui concourrait à l’attribution du contrat de démantèlement des centrales nucléaires françaises à l’actuel associé d’EDF Invest, à savoir : le groupe Atlantia ? Attribution qui mettrait en péril la sécurité nationale et qui serait de nature à racketter et à asservir le peuple français pendant plus de 10 de nos générations futures…

Y a‐​t‐​il des liens entre le groupe Atlantia et la mafia italienne (ou, plus généralement, les mafias en col blanc) ? Ce qui expliquerait cette avidité criminelle qui conduit à des travaux de construction ou de maintenance d’infrastructures non conformes dans l’exécution des cahiers des charges initiaux (moins de béton, moins d’acier, moins de ciments, contrôles falsifiés). C’est ainsi que cela c’est passé avec la Camorra qui avait pris le contrôle des revenus de la gestion des déchets en Italie du sud… alors que dans les faits, elle ne les traitait pas.

Pour quelles raisons, Emmanuel Macron et sa garde rapprochée sont‐​ils si attentifs à l’égard du groupe Atlantia ?
Est ce qu’Emmanuel Macron, Ségolène Royale, François Hollande, Emmanuel Moulin, Jean‐​Bernard Lévy, Martin Vial, Florence Parly, leurs sociétés, leurs associés, leurs conjoints ou assimilés détiennent, ont détenu ou détiennent encore directement ou indirectement des actions, stock‐​options, intérêts dans une des sociétés de la galaxie Benetton ?

Les peuples européens se réveillent

Partout en Europe, les peuples, des régions, des départements, des périphéries de métropoles, des villes de province, des villages, se réveillent et ne supportent plus de n’être que les faire‐​valoir d’une oligarchie insatiable et méprisante.
« N’ayez pas peur ! » exhortait le pape Jean‐​Paul II aux Polonais. « Wir sind das Volk » (nous sommes le peuple) scandaient les Allemands de l’Est. Ils ont fait tomber la puissante et répressive oligarchie communiste.

« N’ayons pas peur, nous sommes le peuple ! » Embarquez à bord de l’Arche ! Et faisons tomber l’oligarchie financière !
Mouvement de l’Arche
La Blockchain Humaine d’Intelligence Collaborative des Peuples qui s’Organisent pour reprendre le contrôle de leurs destins

(1) [NDLR] Tandis qu’elle conduit Areva vers la faillite tout en étant payée plus de 1 million d’euros par an !, Anne Lauvergeon milite également pour l’anéantissement du mâle blanc.

Ceci peut aussi vous intéresser

Fardeau Alfred Laliberté

La double peine de la taxe d’habitation

La taxe d’habitation non seulement ne diminue pas, mais elle augmente dans plus de 6 …