Semaine 23 septembre 2018

Ma bonne semaine de mauvaise foi (23 septembre 2018)

Dimanche 23 septembre 2018
Où l’on parle de nouveau de Zemmour.
« C’est votre prénom qui est une insulte à la France. La France n’est pas une terre vierge, c’est une terre avec une histoire, avec un passé. Et les prénoms incarnent l’histoire de la France. » Voilà la petite phrase par laquelle le scandale est arrivé. Prononcée par le polémiste le plus apprécié de France, elle a fait tilt dans tous les milieux de la Bien Pensance.
Adressée à une certaine Hapsatou Sy, que personne ou presque ne connaissait avant cette émission, si ce n’est grâce à la couverture du magazine Management où sa photo illustrait un article « Faire parler de soi, les meilleures techniques pour réussir sa com ». Nul doute que la demoiselle avait bien appris la leçon. Elle a aussitôt réveillé les tambours de l’intolérance et de la censure, porté plainte contre le journaliste et lancé une pétition pour le faire interdire, rien de moins. Et l’ensemble de notre Bien Pensance cosmopolite de demander une nouvelle fois, au nom de je ne sais quelle idéologie, rien de mins que l’interdiction du journaliste sur les ondes parlées et visuelles.
Une plainte qui tombe d’ailleurs à pic, puisque d’après Valeurs Actuelles, le Trésor Public réclamerait à Sy des impayés pour un montant de 350 000 euros. Si elle a gain de cause, osera t‐​elle remercier Éric Zemmour ?

Hapsatou Sy


Lundi 24 septembre 2018
Un débat important s’est déroulé ce soir dans la ville de Grenoble à propos de la pollution. Un point sur lequel tout le monde est d’accord, c’est le constat de la pollution dans la ville. L’Union Européenne est en procédure contentieuse contre la France pour non‐​respect des seuils réglementaires de la qualité de l’air. Et la zone de Grenoble est largement concernée.
Pour arranger cela, la métropole grenobloise a décidé d’ « organiser la transition du diesel et des énergies fossiles vers le GNV (gaz naturel pour véhicules), l’électrique et l’hydrogène » pour devenir une ZFE, Zone à Faibles Émissions.
Autrement dit, et comme l’a fait remarquer l’opposition, cette zone va devenir une zone « anti‐​pauvres », réservée aux personnes qui auront les moyens de changer de véhicule pour un autre, forcément plus cher. Une idée très parisienne.
Pour l’heure, les Grenoblois préféreraient que les élus de tous bords s’occupent avant tout de la criminalité qui a explosé ces dernières années.

Grenoble pollution


Mardi 25 septembre 2018
Manuel Valls sera candidat à la mairie de Barcelone. Ce qui couvait depuis plusieurs mois devient donc officiel. Lui qui, juste après sa raclée aux primaires socialistes en 2017, déclarait « Nos couleurs, ce soir, une fois de plus, je n’en vois que trois. Et jusqu’à mon dernier souffle je n’en verrai que trois. Ce sont celles de notre drapeau : le bleu, le blanc et le rouge » a dû changer les verres de ses lunettes pour qu’elles ne filtrent plus que le rouge et le jaune.
Valls est pourvu de la double nationalité franco‐​espagnole. Ce qui lui donne le droit de se présenter aux élections dans les deux pays. Lui qui n’a jamais siégé à l’Assemblée Nationale depuis les dernières législatives (mais qui a quand même touché ses indemnités de député) souhaite donc intégrer la vie politique hispanique, en allant lutter contre les autonomistes catalans à Barcelone.
Le problème posé par tous ces bi‐​nationaux est celui du choix. Que se passera t‐​il le jour où ils auront vraiment à choisir entre les deux pays ? En cas de conflit par exemple ? Quel camp choisiront‐​ils ?
La nouvelle en tous cas a vivement fait réagir de tous côtés. La plupart condamnant la décision de l’ancien premier ministre. « Si on est français, on ne va pas se présenter en Espagne… » Pensée nationaliste s’il en est. Si l’on raisonne un peu en Européen convaincu, on peut très bien concevoir un tel fait. Un Espagnol, comme un Français, est avant tout un Européen.
Pourquoi ne pourrions‐​nous pas rêver en France pour les élections européennes, d’une liste emmenée par Orban et Salvini ?

Manuel Valls candidat Barcelone


Mercredi 26 septembre 2018
« Champion de la Terre » et grand ambassadeur des Nations nies pour préparer le sommet pour le climat de septembre 2019… Emmanuel Macron sera doublement récompensé ce mercredi à New York où il participe à l’assemblée générale de l’Onu.
Juste deux remarques à ce propos :
• Cela se passe juste quelques jours après la démission de son ministre chouchou de l’écologie Nicolas Hulot, qui a claqué la porte, avoue t‐​il, à cause de son incapacité à agir face à la toute puissance lobbies industriels.
• Samedi dernier, les députés « En Marche » (photo ci‐​dessous) sous la direction du président « vert » François de Rugy ont voté en masse pour la poursuite de l’utilisation du Glyphosate.
À l’ONU, on ne doit pas lire la presse française.

Deputés En Marche vote Glyphosate


Jeudi 27 septembre 2018
En pleine propagande pour le « vivr’ensemble », notamment par les chaînes de TV publiques, un petit rappeur inconnu, sort un clip qui vient secouer un peu la léthargie des Bien Pensants cosmopolites et anti‐​racistes.
La « chanson » s’appelle PLB pour « Pendez les blancs », tout un programme.
Mise en scène habituelle des clips de rap, grosses américaines, armes, gros bijoux, des hommes noirs supplicient un homme blanc, l’insultent et le rabaissent en tant que blanc, comparant ses performances sportives à M’Bappé ou Bolt, qui eux, en tant que noirs, méritent tous les éloges parce qu’ils courent plus vite.
Le début de la « chanson » est clair : « Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs, attrapez‐​les vite et pendez leurs parents, écartelez‐​les pour passer le temps, divertir les enfants noirs de tous âges petits et grands, fouettez les fort, faites le franchement. »
Le refrain est tout aussi clair : « Pendez‐​les tous, pendez les blancs »
Je n’ose même pas imaginer la révolution qu’aurait engendré une chanson où l’on appellerait à tuer les noirs… Mais, le racisme n’existe que d’un seul côté. Le racisme anti‐​blanc n’existe pas. Éric Coquerel (La France Insoumise) nie l’existence de ce racisme anti‐​blanc. Il explique sur BFM qu’il condamne le rap raciste car celui‐​ci donne l’impression que le racisme anti‐​blanc existe alors qu’il n’existe pas … avant d’accuser Zemmour de racisme. Trop fort !
D’autres voix se sont élevées pour parler de « liberté artistique à propos de ce clip ». Pourquoi pas ?
On parie qu’il risque moins que Zemmour ?

Pendez les Blancs

Vendredi 28 septembre 2018
La croisière abuse.
Ce n’est sûrement pas un mensonge puisque c’est « Le Monde » qui nous l’apprend ! Le dernier voyage de l’Aquarius est composé de riches Libyens, et non pas des pauvres Érythréens ou Afghans. Glup !
Au journal télévisé la veille encore, on parlait des difficiles conditions de navigation, des grosses vagues des profonds creux ; le bateau en attente au large de Malte, le mal de mer des passagers, mais aussi des marins… pleurez braves téléspectateurs.
Mais le journal du soir nous apprend que les passagers sont en fait des familles libyennes riches qui ont pris soin de faire suivre leurs bagages, et même… un chien.
Les journalistes ont même des infos intéressantes sur certains passagers, telle « cette femme libyenne de 44 ans, aux cheveux teints en blond, qui plaisante ».
Une certaine Ibtissem, est présentée ainsi : « Modéliste pour une société italienne, elle dessine des maillots de bain et de la lingerie. Elle a beaucoup voyagé à travers le monde et une partie de sa famille est installée en France. Son mari travaille comme concessionnaire automobile. »
Il y a de moins en moins de « migrants » à transporter, alors, autant prendre du haut de gamme, quitte à faire payer un peu plus cher…

Aquarius
Lire notre article du 20 mars 20187
Nice Matin nous présente les héros de l’immigration de masse


Samedi 29 septembre 2018
Ils ont voulu faire le buzz à leur manière, ils ont réussi. Les catholiques traditionalistes de l’association Civitas ouvraient cette semaine une nouvelle section à Toulouse. Et pour ce faire, ils ont créé un visuel original, et c’est justement ce visuel qui a déchaîné les médias (voir ci‐​dessous).
Quand on pense catho‐​tradi, on imagine tout de suite des jeunes gens en polo sage sur pantalon de toile et des jeunes filles en jupe longue et chemisier, bandeau dans les cheveux.
C’est pour casser cette image désuète et fausse que ce visuel a été créé. En utilisant un humour décalé qui a eu pour effet immédiat de voir le visuel très vite largement partagé sur Facebook, l’association a désarçonné plus d’un journaliste. C’était le but recherché.
Bien entendu, il fallait une ombre noire dans cette affaire. Elle fut apportée par une journaliste de « La Dépêche », qui a compris que le visuel « semblait viser les Français issus de l’immigration africaine et faire référence, sans la nommer, à la théorie controversée du Grand Remplacement ». Autrement dit, « Je vois un singe, je pense à un noir ». On se demande bien où se situe le racisme dans cette affaire !


À la semaine prochaine !

Patrice LEMAÎTRE

Ceci peut aussi vous intéresser

Fardeau Alfred Laliberté

La double peine de la taxe d’habitation

La taxe d’habitation non seulement ne diminue pas, mais elle augmente dans plus de 6 …

Un commentaire

  1. Merci de votre revue de presse qui aborde l’actualité comme beaucoup de Français la ressentent, mais malheureusement peu ou pas relayée par les autres médias dits « traditionnels»…